5 Mauvaises raisons d’aller voir Les Misérables

Par E.C


Pour l’air de chien battu d’Anne Hathaway :

Penser que l’actrice américaine va sans doute recevoir l’Oscar du meilleur second rôle féminin pour son interprétation de Fantine laisse pantois… Même si l’on sait bien que la combinaison prostitution + perte de poids + mort tragique est idéale pour décrocher la statuette ! Les parodies pleuvent sur internet tant l’interprétation de la fameuse chanson « I Dreamed a Dream » est ridicule. Anne Hathaway a certes perdu du poids, s’est coupé les cheveux très courts, et pleure beaucoup (et trop). Mais son visage qui ne quitte pas une seconde un petit air de chien battu montre une interprétation bien faible et caricaturale du rôle légendaire de Fantine.

Pour admirer la nullité de la comédie musicale :

La musique de Claude-Michel Schönberg se révèle accablante… Trois mêmes accords la plupart du temps, ou bien des lignes mélodiques statiques pendant quinze minutes d’affilée… Au bout d’une heure de ce tintamarre, on a envie de se mettre à genoux pour supplier que ça s’arrête, en prenant l’air halluciné de Hugh Jackman (Jean Valjean) lorsqu’il s’interroge sur son existence (voir les nombreux « Who Am I ? » chantés dans les églises) ! Quant aux paroles en anglais de Herbert Kretzmer, elles sont consternantes. On se croirait dans le fameux sketch de Gad Elmaleh sur les comédies musicales. C’est du genre « Vivre dans un donjon, c’est difficile ». En voici quelques exemples : lorsque Valjean adopte Cosette, la petite fille lui demande subtilement « Will you be like a papa to me? » Notez l’utilisation délicate du français ! La palme revient au duo d’amour entre Marius et Cosette (à prononcer C’sette, apparemment) : Lui « I am lost » Elle « I am found »

Pour la « subtilité » de la mise en scène :

Une chose sûre, Tom Hooper aime le gros plan. Le très très gros plan. Si bien qu’il arrive à rendre tout le monde très moche. Au moins, il traite tous ses acteurs de manière égale ! De la sueur qui perle sur le front de Russell Crowe (Javert), au sourire illuminé de Eddie Redmayne (Marius), en passant par les grands yeux tristes d’Anne Hathaway (décidément, de cette expression on ne se remet pas). Hooper filme, il faut bien le dire, un peu n’importe comment. Certains plans sont plus qu’étranges, comme celui du début où l’on voit Valjean marcher péniblement dans ses chaînes de prisonnier. On a également A-DO-RÉ la représentation de la Révolution de 1832 : Les étendards sont élevés, (comme dans la Marseillaise), les révolutionnaires sont tous de jeunes hommes vigoureux, qui se dressent sur les barricades en entonnant leur chant incompréhensible de « Red – the blood of angry meeeen. Black – the dark of ages paaaaaast !!!». Et nous qui pensions naïvement qu’ils allaient chanter en utilisant les couleurs du drapeau français… Quelle déception !

Pour la représentation inoubliable de Javert :

C’est Russell Crowe qui interprète le célèbre ennemi de Jean Valjean. Le pauvre Russell, anciennement Gladiateur qui faisait plier l’Empire Romain, fait peine à voir. Lui aussi arbore un petit regard tristounet, parfois rageur lorsqu’il croise celui de Valjean. Des rimes étonnantes sont trouvées pour sonner avec le nom de Javert (« monsieur le maire », entre autres). Pour souligner l’ego surdimensionné du bonhomme, on le fait parler de lui-même à la troisième personne. Et pour montrer ses tendances auto-destructrices, on le voit régulièrement marcher au bord d’un balcon en face de Notre-Dame, au-dessus d’un précipice menaçant : la Seine. Comme ça on ne sera pas surpris si un jour il décide de sauter.

Pour écouter la non-voix de Hugh Jackman :

La question qui se pose régulièrement pendant les 2h30 de projection, c’est celle-ci : Comment, mais COMMENT, Hugh Jackman a-t-il pu faire carrière dans la comédie musicale ? À Melbourne ainsi que dans le West End, à Londres, Hugh Jackman était réputé pour ses talents musicaux. Mais ses vibratos sont plus qu’épouvantables, et vers la fin du film, on se demande comment ses poumons vont survivre ! Jackman semble persuadé qu’il possède de fortes capacités lorsqu’il n’a en fait aucune puissance vocale. Sans compter les fois où il chante faux. Arrive un moment où on voudrait lui dire d’arrêter pour respirer un bon coup, de peur de le voir s’effondrer à tout moment !

Vous l’avez donc compris, n’allez voir Les Misérables que si vous désirez rire un bon coup. En revanche, si vous pensez aller voir une adaptation du roman de Victor Hugo, passez vite votre chemin.

(Voir la bande-annonce)

Viddy Well !

 

 

17 commentaires pour “5 Mauvaises raisons d’aller voir Les Misérables”

  1. J’aime cet article, je n’aime pas Anne Hathaway : je partage.

  2. Bravo pour l’article ! J’ai bien rigolé.
    Mais par contre au risque d’être rabat joie, y a une grosse faute au 2e paragraphe: “Quant aux paroles en anglais…” et non “quand”.
    Ça dessert une bien belle bataille.
    Désolé et bravo.

  3. Merci à cyril ! La faute est corrigée :)

  4. Votre opinion est une pami tant d’autres. Sur Rotten Tomatoes ( http://www.rottentomatoes.com/m/les_miserables_2012/ ) 153 000 personnes ont aimé le film et 434 personnes ont pris le temps d’écrire une critique et ont donné un score positif de 70%. Vous trouvez la musique nulle, mais je note que ce “Musical” se joue dans le West End depuis trente ans et fait salle comble tout les soirs.

    Je me fie plus à l’opinion de plusieurs centaines de cinéphiles qu’à celle d’un seul critique.

  5. Il n’y a pas eu de révolution en 1832, mais en 1830.
    En 1832, il ne s’agissait que d’émeutes. Si Les Misérables sont un massacre, merci de ne pas massacrer l’histoire…

  6. Pas besoin d’aller voire le film, j’ai déjà rigolé en lisant ce super article. C’était tout à fait comme je me l’imaginais. Merci !

  7. Je suis alle voir la comedie musicale a Londres il y a 4 ans environ et j’en garde un souvenir inoubliable. Alors oui, j’ai bien ri en lisant votre petite critique caricaturale: “La musique de Claude-Michel Schönberg se révèle accablante” ?! Mais alors, pourquoi continuent-ils a faire salle comble tous les soirs depuis 28 ans ?
    Pour ceux qui preferent les critiques serieuses, je vous conseille celle du Guardian: http://www.guardian.co.uk/film/2013/jan/13/les-miserables-review-tom-hooper

  8. Feue ma grand-mère me répettait alors que je n’étais qu’un enfant: “Ce n’est pas parce que 200 milliards de mouches mangent de la merde que tu dois te sentir obligé de dire que c’est bon!”

  9. Certes. Et si une seule mouche sur 200 millions refuse de manger du miel, tu ne dois pas te sentir oblige de faire comme elle non plus 😉

  10. Hahaha, merci, les 5 minutes de fou rire en lisant cet article me consolent d’avoir du m’infliger 1h20 de ce navet (oui, oui, je n’ai pas tenu jusqu’a la fin pour toutes les raisons sus-mentionnees, notamment pour mes oreilles et par respect pour feu Victor).
    C’est exactement tout ce qu’on s’est dit en sortant du cine, ne manque qu’une mention speciale a la fille Thenardier qui chante sous la pluie et aux noms francais ecorches par les acteurs en chanson (inoubliable “I am Marius de Pontmercy”!)…
    Vous avez vraiment rendu justice au film ! :) :)

  11. (ecrit sur un clavier qwerty) Encore une critique francaise ou l’on nous dit que faire et comment reagir. Le genre de la comedie musicale n’est pas du tout un genre francais mais je suppose que l’auteur de cette artcile en a vu tellement qu’elle peut tout comparer. Surtout quand les vrais critiques americains soulignent la qualite des interpretes, eux. Mais ils sont americains donc ils ne savent pas de quoi ils parlent.
    Je suis alle voir les Miserables, sachant le monument qu’il etait. Je deteste ce genre. Sweeney todd m’a horripile (oui, je dis du mal de Tim Burton, meme si c est interdit en france). Et j’ai vu “les Mis”. Le debut est poussif et il faut s’habituer a toujours entendre chanter (je suppose que pour l’auteur, les parapluies de cherbourg, c etait du verdi). Mais non, Anne Hathaway n’est pas ridicule mais touchante. Et apres son oscar, l’auteur me fait de plus en plus penser a la caricature du critique francais ferme a tout, arrogant et hautain, ne voulant pas sortir de son pre carre.
    Et la deuxieme partie m a enchante. Et non, les paroles de ’empty tables, empty chairs’ ne sont pas creuses.
    Mais qui est ce que ce critique qui insulte tous ceux qui l ont vu? Le meme genre qui va s offusquer parce que les americains trouvent que “le pere noel est une ordure” une infame comedie. Qui dira qu il faut interdire le beurre de cacahuete et la vegemite car ce n’est pas bon?
    Quel manque d’ouverture d’esprit (et de competence)

  12. Ouais, t’as qu’à voir Céline Dion : elle vend des milliards de disques, c’est bien la preuve que c’est pas de la daube ! Si ? ah, ouais, en fait, ouais

  13. @Fiddler
    Reprocher à un critique de dire “comment réagir” est assez paradoxal. Un critique est là pour donner un avis que personne n’est obligé de partager… Comme le montrent les autres réactions d’internautes, cet article est surtout fait pour amuser le lecteur, et pas pour imposer sa vision des choses. Par ailleurs si vous préférez la musique des Misérables (qui n’est même pas du niveau d’Andrew Lloyd Weber) à celle de Sweeney Todd, signée d’un des plus grands compositeurs du XXème siècle, Stephen Sondheim, c’est que vous n’avez pas vraiment de sensibilité musicale…

  14. et pour ceux qui auraient oubliés que “les misérables” the musical de Brodway, a été écrit par Claude-Michel Schoenberg, un gars bien de chez nous, qui a aussi commis par le passé des trucs comme ça :
    http://www.youtube.com/watch?v=H4BsbBnlADU

    si si

    mais trouver que “les misérables” est une daube intersidérale m’empêche pas d’aimer le beurre de cacahuètes, en même temps

  15. @ Lecke
    Le film fait la confusion entre la Révolution de 1830 et les émeutes de 1832. Les textes qui s’affichent sur l’écran parlent d’une “Révolution Française” en 1832. Alors qu’il ne s’agit en fait que des émeutes. Ce n’est donc pas moi qui fait la confusion, je rendais simplement compte du film.

  16. Il y a eu des emeutes a paris en 1832 qui ont mal termine..a cette epoque on tire tres rapidement sur les manifestant… J’ai vu le deux fois…. deux fois le public a applaudi a la fin…et cela est une chose rare……. Oui les critiques ont le droit de s’exprimer..mais pas d’insulter des artistes qui font un travail formidable….la Comedie musical joue a Londre depuis pres de 30 ans a guichet ferme….. elle fait des tournees dans le monde entier….. Une celebration a ete faite pour les 25 ans….cela est unique pour un spectacle…. les deux deux auteurs, Alaun Boubil et Claude Michel Schonberg pour la music sont Francais…..et ont cree le spectacle en 1980 a Paris au Palais des sports…et j’ai eu l’honneur d’y assiste……
    Bravo a eux….

  17. Cette critique manque d’objectivité et oublie un point très important. Il s’agit d’une comédie musicale, il faut l’apprécier pour ce qu’elle est.

    À ce propos, la comédie musicale dans sa version originale française est très bonne, surtout les paroles. Les textes sont très fidèles à l’oeuvre d’Hugo, en tout cas plus que dans sa version anglaise.

    Au sujet du film, les acteurs sont très bons, on a juste l’impression que Russel Crowe est là pour la publicité. Sa performance en tant que chanteur n’est certes pas mémorable…

    Personnellement, j’adore le livre. Ça ne m’empêche pas de beaucoup aimer la comédie musicale. Je l’apprécie car j’aime la musique et la chanson, et parce qu’elle rend accessible le message de Hugo, à sa manière, c’est à dire modestement. S’ils ont veut s’imprégner de l’essence de l’oeuvre d’Hugo, il faut lire le livre. Point. La comédie musicale quant à elle fait revivre le livre en chanson, et lui rend hommage à sa manière.

    À ceux qui ne tiennent pas trois heures en écoutant chanter en anglais, je recommande la version française, qui est superbe.

    À lire cette chanson, magnifiquement écrite (elle est chantée par Cosette enfant), et très fidèle au livre:

    http://www.frmusique.ru/texts/m/miserables/unepoupeedanslavitrine.htm

Laissez un commentaire

« »