Trois idées de «Period drama» à regarder.

Elles connaissent un succès retentissant outre-manche et ne nous parviennent que rarement à la télévision française, pas même en DVDs sous-titrés, et c’est bien dommage… Vous connaissez peut-être déjà l’excellente adaptation de la BBC d’Orgueil et Préjugés (1995) avec Colin Firth et Jennifer Ehle en 6 épisodes, voici une suggestion de trois autres mini-séries britanniques, ces fameux «period drama» dont raffolent les Anglais. Si vous êtes à court de fiction, c’est l’occasion de réviser (ou de découvrir) vos classiques de la littérature anglaise.

 

CRANFORD – La mini-série du comérage sur fond de campagne anglaise.

avec Judi Dench, Imelda Staunton, Jim Carter, Simon Wood.

Adapté du roman d’Elizabeth Gaskell, Cranford (2007) est une mini-série en 5 épisodes  qui porte le nom d’une bourgade du fin fond du Cheshire où il ne se passe pas grand chose… 1840. La menace de l’arrivée du chemin de fer vient bouleverser le paysage rural ainsi que le rythme de vie tranquille des habitants. Progrès et révolution industrielle sont à l’ordre du jour, certains accueillent la modernité à bras ouverts, d’autres voient dans ce changement monstrueux la perte de valeurs fondamentales. Un bouleversement idéologique qui passe par l’arrivée de nouveaux personnages… Des voisins qui lisent Dickens (scandale…), un charmant docteur aux pratiques avant-gardistes (Simon Woods), qui éveille des espoirs de mariage d’un village essentiellement composé de vieilles-filles. Cranford se démarque d’autres adaptations du même style ; plus qu’une série aux tons pastel sur fond de papier-peint défraîchi où il n’est question que de mariage, de malentendus amoureux, de broderies ou de dentelles et de journées ponctuées par l’heure du thé tant attendue, Cranford retrace le portrait d’une époque avec beaucoup d’humour… À voir si vous êtes fan du genre !

Si vous en voulez plus, réjouissez-vous : il existe une deuxième saison qui date de 2009, Return to Cranford, en deux épisodes, légèrement moins délectable que la première puisqu’on connait déjà l’ambiance et les enjeux de l’histoire, mais on y retrouve les même personnages et l’humour qui a fait le succès de la première.

 

NORTH & SOUTH – Romantisme à l’usine de coton.

avec Daniela Denby-Ashe, Richard Armitage, Tim Pigott-Smith.

Également adapté d’un roman d’Elizabeth Gaskell, North & South (2004) traite de la même époque d’un point de vue plus sombre. L’héroine Margaret et sa famille quittent l’idyllique sud rural de l’Angleterre lorsque son père, le Révérand Hale se voit chassé de sa paroisse. L’histoire se déroule sur 4 épisodes et débute avec leur arrivée à Milton, ville industrielle du nord où se trouvent les usines de cotons. Margaret y rencontre le sévère et cruel – mais en fait charmant – John Thornton («Thorn»= épine, ce n’est pas une coïncidence), et qui n’est autre que le riche maître d’une des usines. Déchirée entre son effroi envers les conditions de vie atroces des travailleurs et ses sentiments pour «Mister Thornton», la jeune Margaret se retrouve confrontée à la dure réalité sociale de son temps et aux différences culturelles qui semblent opposer radicalement le nord et le sud de cette Angleterre en pleine mutation. La conclusion évidente ne retire rien au plaisir que l’on peut avoir à regarder ces quelques épisodes…

Pour ceux qui ne sont pas d’humeur romantique :

 

BLEAK HOUSE – Les orphelins de Dickens.

avec Gillian Anderson, Carey Mulligan, Charles Dance, Anna Maxwell Martin.

 

Gillian Anderson dans Bleak House (2005)

Dans un registre différent, Bleak House (2005) est l’adaptation la plus récente du roman de Charles Dickens. Moins connu et moins adapté que certains chef-d’oeuvres de l’auteur comme David Copperfield ou Oliver Twist, on y retrouve les thèmes récurrents de son oeuvre. Deux orphelins se voient victimes d’une injustice, un héritage leur est refusé ce qui les plonge dans une misère totale. L’histoire en 15 épisodes accompagne le procès qui devrait rétablir leur fortune.

À sa sortie, cette adapation a provoqué une polémique chez les spécialistes de Dickens pour son esthétique en marge des adaptations classiques plus posées. Ici le montage cut, les mouvements de caméra, zooms, et la photographie sombre cherchent à retranscrire à l’écran le style d’écriture de Dickens ainsi que les transitions entre les histoires de son foisonnement de personnages… Un traitement à mon sens plutôt réussi et qui a le mérite d’avoir pris des risques. Vous y trouverez Carey Mulligan à ses débuts et qui poursuit maintenant une carrière prometteuse, ainsi que Scully de X-Files en costume d’époque qui lui va très bien.

Bon visionnage !

Bientôt sur Viddy Well, plus de period drama : Retour sur la production d’Orgueil et Préjugés (1995, BBC).

Viddy Well,

E.D.

 

2 commentaires pour “Trois idées de «Period drama» à regarder.”

  1. hey what is your fb page

  2. Hi, we don’t have a facebook page at the moment but you can follow us on twitter @ViddyWellmovies

Laissez un commentaire

« »