Stephen King et les séries

Cette semaine, l’HEBDO SERIES s’intéresse à Stephen King. Auteur de près de 80 romans vendus à plus de 500 millions d’exemplaires à travers la planète, Stephen King a beaucoup inspiré la télévision. De ÇA à DEAD ZONE les adaptations du roi de l’épouvante oscillent malheureusement entre ratages complets et honnêtes divertissements. Comment faire alors pour bien adapter Stephen King ? Se calquer à l’œuvre ou lui être infidèle ?

Également au sommaire :
– Annulations et confirmations en séries !
– La campagne promo effrayante de THE WALKING DEAD
– TRUE BLOOD revient pour une troisième saison au sang très chaud
– STARGATE UNIVERSE (ré)ouvre la porte des étoiles

En bonus, pour finir, Joe Mantegna révèle sa vraie identité… Hannah Mantegna, adolescente et actrice à succès.

Bonne émission !

L’Hebdo Séries, c’est votre émission de référence sur les séries. Chaque jeudi, retrouvez toute l’actu de vos séries préférées en 7 minutes chrono ! News, reportages, interviews, tendance, sélec…Toutes les émissions sur http://www.canalplus.fr/hebdoseries

lire le billet

Emmys : votez pour eux !

gearshift-don-emmy-003-737444

Après le Top 10 de l’année, ce samedi, livrons-nous à un marronnier (disons plutôt un palmier, c’est de saison) : la petite élection maison aux Emmy Awards, qui se dérouleront le 29 août prochain outre-Atlantique. Pour pimenter le jeu, on donnera d’abord notre chouchou(te), puis notre favori, et enfin celle ou celui qui devrait être élu(e) si tout se passe bien — ce ne sont pas toujours les mêmes. Et on tentera de se justifier. Et si vous faisiez de même dans les commentaires ? — P.S : On ne traitera ici que des catégories principales. Lire la suite…

lire le billet

Snoop Dogg rime avec True Blood

Le rappeur Snoop Dogg est visiblement fan de True Blood. La preuve avec son dernier clip, “Oh Sookie”, un hommage… baveux, à l’héroïne de la série d’HBO.

lire le billet

Summertime and the series are easy

Burn-Notice-Wallpaper-burn-notice-6727159-1280-800

Le sériephile est ainsi fait : comme la plupart des êtres humains, l’été venu, il se laisse aller. Il rechigne à faire des efforts. Il préfère les longues siestes et les heures d’oisiveté au labeur et aux prises de tête. Les séries, par l’odeur de l’audimat attirées, se plient en général à ses envies. En juin et juillet fleurissent ainsi les “séries d’été”, programmes en général plus légers, plus purement divertissants, aux ambitions intellectuelles plus limitées, mais pas inintéressantes pour autant. Celles-ci étant souvent par la suite programmées en plein milieu de l’année par les chaînes françaises, il est bon d’avoir quelques outils pour les reconnaître. Lire la suite…

lire le billet

Les ploucs ont la cote

justified-20091222002053935_640w

Et si l’avenir de la série américaine ne se trouvait pas à Hollywood ou à New York (les deux leaders incontestés du décor de série), mais au fin fond de l’Amérique, dans les bleds paumés, avec les “vrais gens”, les “Américains d’en bas” ? De plus en plus d’oeuvres se risquent à quitter les grandes villes pour aller voir si les drames sont plus dramatiques ou les comédies plus drôles dans des coins reculés, loin de toute frime citadine, loin de paysages où chaque rue nous rappelle une autre histoire, où chaque pierre cache un code — fric pour Beverly Hills, jolies filles si c’est Santa Monica, violence dans le Bronx, mode à Manhattan, etc. Exemples récents : True Blood, immergé quelque part dans le bayou de la Louisiane profonde, Breaking Bad, à Albuquerque au Nouveau Mexique, pas exactement une mégalopole, The Middle, quelque part dans l’Indiana, la région agricole américaine par excellence, etc. Lire la suite…

lire le billet

Respectons les droits des vampires !

True_blood_Poster_S2_5

La diffusion de la seconde saison de True Blood a débutée mardi soir sur Orange Cinémax. L’occasion de revenir sur la délicieuse et ô combien intelligente métaphore que tisse la série d’Allan Ball (Six Feet Under) autour des discriminations dont souffrent les minorités aux États-Unis. Sur un des sites internet consacrés à la série, le faux blog Blood Copy, la chaîne HBO proposait l’an passé deux vidéos particulièrement savoureuses, proposant deux points de vues opposés sur le fictif « Vampire Rights Amendment », censé ajouter à la Constitution américaine des droits pour les vampires – devenus une minorité presque comme les autres dans la série. Dans chacune de ces vidéos, un panel de citoyens de sexes et d’origines diverses s’exprime sur le sujet. Le résultat est criant de réalisme (voir les vidéos). Lire la suite…

lire le billet

Vampires en série

On ne parle plus que ça: les vampires sont partout. Depuis Twilight, on en a fait le fin du fin, et transformé ce qui fut une métaphore sanglante de la sexualité en une recette miracle pour attirer les midinettes. Pourtant, cela fait quelques saisons déjà que les vampires font du bon boulot. True Blood, lancée l’an passé par Allan Ball, le créateur de Six Feet Under, en est le meilleur exemple. Ce samedi commence sur Orange Cinéma Séries une autre vraie réussite vampirique, Being Human.

Sans doute en partie pour se défaire de l’étiquette fashionable de «série de vampires», ces deux œuvres mélangent les genres. On croise ainsi dans True Blood un type capable de se transformer en chien, une demi déesse capable de contrôler les désirs sexuels de ceux qui l’entourent, une télépathe, etc. Côté Being Human, le vampire de l’histoire fait colloc’ avec un loup-garou et une fantôme. Ridicule? Bien au contraire.

En prenant leurs distances avec les conventions, True Blood et Being Human modernisent la figure du vampire et lui confèrent une profondeur dramatique unique, parfait mélange de bestialité sensuelle et de souffrance existentielle – voir ceux qu’on aime vieillir et mourir, quoi de plus tragique? Mieux, en faisant d’eux une classe sociale presque comme les autres, True Blood tisse une métaphore maline du racisme et de l’homophobie. Ça ne nous empêchera pas d’aimer les voir mordre une ou deux victimes, mais ça nous changera des bons vieux vampires.

Being Human, le samedi à 20h40 sur Orange Ciné novo.

lire le billet