Le placement de produit maso

Les séries américaines sont un nid à pubs à peine déguisées. Le placement de produits y pullule, avec plus ou moins de finesse. Grâce à 24, on sait que pour sauver le monde, il faut un Nokia, un Dell et une Ford. Dans les soaps, des pans de scénarios entiers sont consacrés à la promotion de certaines crèmes ou céréales. En général, c’est pour dire du bien, montrer une image positive d’un produit. En général. En l’espace de deux semaines, j’ai vu passer deux placements de produits hallucinants, dans deux de mes comédies préférées, Eastbound & Down et Community. Des mises en scène de marques qui font preuve d’un beau sens de l’autodérision. Lire la suite…

lire le billet

Jouons à “sauvez ma série !”

435_1

Seul 0,2% des séries imaginées aux Etats-Unis, préparées, proposées à un producteur, survivent. Sur la demi douzaine d’entre-elles – par chaîne – qui gagne le droit d’avoir une première saison, de moins en moins passent la barre de la seconde saison ou, pire, de la troisième. Face à cette hécatombe, les fans ont réagi les premiers. Ceux de Jericho ont envoyé des kilos de cacahuètes (une référence à la série, c’est compliqué), et ça a marché (un moment, avant que la série ne prenne pour de bon la porte). Ceux de Moonlight, plus inspirés encore, sont allé donner leur sang – c’est une série de vampires – histoire d’aider les malades en sauvant leur série (ça n’a pas marché…). Chuck, sympathique série d’espionnage d’NBC, est en passe de devenir une spécialiste des campagnes de marketing interne pour booster ses audiences. Lire la suite…

lire le billet