Générations Skins

skins3

La série britannique Skins sera bientôt un film. Elle sera aussi prochainement adaptée sur MTV, aux États-Unis. On en fait déjà une œuvre culte. Ceux qui la suivent depuis son lancement, il y a déjà quatre ans, ne sont pas surpris de ce succès. Skins est sans doute la meilleure série mettant en scène des ados (et non “série pour ados” — j’ai bientôt 30 ans et je la regarde sans honte) de l’histoire du petit écran. Les fans d’Angela 15 ans et de Freaks & Geeks me pardonneront. Ce n’est pas que les aventures des jeunes de Bristol soient nettement supérieures à celles de ces chefs d’oeuvres maltraités par leur époque, mais elles illustrent désormais à la perfection ce qui fait, me semble-t-il, la différence entre une grande série et une bonne série : l’audace, au risque de l’échec. Lire la suite…

lire le billet

Superhéros sur Twitter

m4

La frontière entre les héros de séries et les téléspectateurs est de plus en plus mince. Après Fringe, la série de J.J. Abrams, qui avait accompagné au début de l’automne un de ses épisodes d’un « twittage » live d’une partie de son casting, Misfits, nouveauté de la chaîne britannique E4 (Skins, Dead Set), passe à la vitesse supérieure. Depuis le lancement de la série, il y a un mois, ce sont carrément deux des personnages (via leurs acteurs) qui twittent lors des diffusions, via le Twitter de la série. Un procédé censé combler les ados, principale cible de Misfits, incapables de regarder la télé sans pianoter sur leur ordinateur en même temps. Lire la suite…

lire le billet