La recette du polar-carton

Comme dirait l’autre, si on est critique, c’est qu’on est un artiste raté et/ou frustré. Ce qui explique pourquoi on est si méchant. Tu ferais pas mieux que les scénaristes que tu critiques, me disait un jour un critique de critique qui n’avait sans doute pas tort même s’il n’avait rien compris. Du coup, à défaut de pouvoir faire mieux, je me suis demandé comment faire aussi bien. Il doit bien exister une recette pour faire des cartons dans les audiences, me suis-je dis. Parce que j’avais chaud (et que ça a du me monter à la tête), parce que je venais de me taper des épisodes d’un bidule tellement nul qu’il cartonne (et que ça a du me re-monter à la tête), je me suis mis en tête (du coup) de faire une petite liste de ce qu’il me faudrait mettre dans mon scénario de carton (si j’en écrivais un très cyniquement pour qu’il cartonne) – tout ça en étant méchant, parce que c’est mon job. Aller, au pif, faisons un polar*. Lire la suite…

lire le billet