TOP 10 de la saison US 2012-2013

La frontière n’est pas nette, mais il faut bien se décider. La saison sérielle régulière 2012-2013 américaine est bouclée, et nous sommes désormais dans la grille estivale. L’heure, donc, de faire un petit bilan, de faire le tri sélectif, de décider quelles séries ont eu nos faveurs. Parce qu’il ne faut pas se priver d’un bon vieux marronnier, je vais le faire en mode « Top 10 ». Donc, évidemment, ce sera complètement subjectif, voire injuste pour ceux qui ne seront pas d’accord, mais c’est le but d’un blog, de donner son avis. Si vous n’êtes pas d’accord, faites votre « Top 10 » en commentaire – inutile de l’ouvrir par un « vous êtes nul, vous n’avez rien vu, vous n’avez rien compris », tous les gouts sont dans la nature. Roulements de tambours…

10. The Mindy Project & Bates Motel.
Je commence mal, je mets des ex-æquo. Du coup, ça va faire un « Top 11 », parce que j’ai un « n°9. » Désolé. Je ne voulais pas me débarrasser de ces deux séries, qui ne m’ont pas rendu dingue, mais qui sont bien foutues et méritent très largement leur survie. La première consacre Mindy Kaling, déjà pour beaucoup dans le succès du The Office américain. Elle se la joue autofiction un poil moins névrosée que Girls, mais drôle. Si ce n’était pas, un peu quand même, une série de filles, je l’aurais sans doute suivi de plus près.

La seconde, sur un pitch pourtant très risqué, parvient à tisser une histoire certes un rien abracadabrantesque, mais suffisamment étrange, inquiétante, et incarnée par un duo d’acteurs de talent.

The Mindy Project est sur NBC, et Bates Motel sur A&E.

9. Nashville.
En matière de grandes chaînes, c’est la bonne surprise de la saison. Elle est dépassée par d’autres séries de network dans ce classement, mais elle partait de tellement bas dans mes attentes que c’est déjà une excellente nouvelle de la voir ici. Ce petit miracle tient à trois choses : 1. le soap n’est pas aussi niais qu’on le craignait. Il est même relativement fin, et joue avec les codes du genre sans trop de lourdeurs. 2. Les deux actrices principales, Connie Britton et Hayden Panettiere, sont irréprochables, et les seconds rôles s’en sortent très bien. 3. La musique country, ça peut être formidable. Je le savais déjà, mais Nashville le confirme, quand elle s’abandonne dans des balades à faire chialer le plus dur des cowboys. Yeeeaaah. Snifff.

Nashville est sur ABC, et prochainement sur TF6.

8. Hannibal.
En plaçant Hannibal ici, je cherche un peu les noises. La nouvelle série de Bryan Fuller n’est pas parfaite, elle n’est pas toujours passionnante, elle n’est pas aussi « efficace » qu’on le demande à la télévision américaine grand public – The Following, si tu m’entends… C’est justement pour ça qu’elle m’intéresse. Son étrangeté, son faux rythme, sa beauté incontestable, la classe de sa réalisation, de sa production, de son casting – Mads Mikkelsen, rien que ça. Hannibal est une sorte d’anomalie sur les chaînes grand public, trop anxiogène, trop bizarre, à la bande son faite de grincements et de crissements plus que de musique. Pas un ovni complet, car toujours un polar, mais un objet sériel notable.

Hannibal est sur NBC, et prochainement sur Canal+.

7. Family Tree.
Elle est encore fraiche, mais sa fraicheur, justement, m’a fait beaucoup de bien. Son idée simple mais touchante de ce grand dadais qui part à la recherche de ses racines, la douce folie des personnages, jamais plus humains que quand ils sont excentriques, la souplesse de leurs dialogues improvisés… Tout n’est pas parfait, les séquences d’interviews façon « mockumentaire » sont dispensables, mais c’est drôle, plein d’ondes positives et, surtout, Chris O’Dowd est un des meilleurs acteurs comiques de sa génération, d’une rondeur chaleureuse, touchante… et parfois totalement hilarante.

Family Tree est sur HBO.

6. Arrow.
Le genre est parfois malaimé, gangrène le cinéma au point de transformer Hollywood en machine à faire renaitre les superhéros, mais la télé peine à lui faire une place de qualité. Alors il ne faut pas bouder son plaisir face à Arrow, qui n’est pas une plongée métaphysique dans la complexité socratique de la psyché héroïque – hem – mais qui a tout ce qu’il faut pour faire un divertissement efficace, bien moins con qu’il n’en a l’air. Exactement à l’image de son acteur principal, montagne de muscles qui cache une étonnante capacité à jouer juste et à rendre crédible, subtil, son Oliver Queen. Pas dans le mile, mais pas loin.

Arrow est sur la CW, prochainement sur Canal+ Family et TF1.

5. Vikings
J’ai moi-même du mal à y croire. Une série de Michael Hirst, une de mes bêtes noires, avec ses trucs pseudo historiques boursouflés, là, dans le top 5 de ma saison. C’est sans doute en partie par contraste avec ce que je n’aimais pas chez Hirst, créateur des Tudors notamment, que Vikings m’a séduite. Voilà une histoire efficace, directe, portée par des personnages forts, et joliment filmée. Les stéréotypes et le cabotinage ne sont pas absents de la fête, ça grimace et ça porte la barbe avec un peu trop de style, mais on se laisse embarquer dans cette aventure non sans plaisir. Travis Fimmel, qui était jusqu’ici un Brad Pitt du pauvre, est même très bien en Ragnar Lodbrok, le héros – je vous félicite si vous arrivez à prononcer son nom dix fois de suite, à fond la caisse, sans vous planter. Bref, pour refaire la même blague quinze fois : njut !

Vikings est sur History, et sur Canal+ lundi prochain.

4. Legit
Il y a peut-être une part de snobisme dans ce choix. Un petit côté « si Louie est absente cette saison, je mets la série qui lui ressemble le plus sur FX. » Reste que, après quelques doutes sur le pilote, j’ai ri. Et pas qu’un peu. Franchement. Fort. Legit sait enchainer les grosses blagues connes comme peu de séries… et nous faire réaliser que ces blagues ne sont pas si connes. Elles parlent avec une décontraction politiquement incorrecte bluffante de la condition des handicapés, s’en moque avec tendresse, au point d’être devenue la chouchoute des associations. Et puis, j’aime ces séries bordéliques, clairement fauchées, qui se contrefoutent des structures narratives et saisissent des tranches de vie. Ça fait du bien, surtout quand on rigole autant.

Legit est sur FX.

3. The Americans & Top of the Lake
Le pilote de The Americans m’avait déçu. Je l’avais trouvé mou, un peu lisse, plus Fox que FX. Et puis, j’ai poursuivi, et j’ai aimé la suite. Feuilletonnante, joliment jouée (Kerri Russell est bien, même sans ses bouclettes), elle offre un univers original, lentement addictif, qui parvient à éviter les caricatures – sans s’épargner quelques codes du genre. Le résultat n’est pas complètement renversant, parfois longuet, parfois hésitant, mais parvient à nous faire nous attacher aux personnages, jusqu’à cette question clef : qui est le gentil, qui est le méchant ? Le couple d’espions soviétiques infiltré ou leur voisin du FBI qui joue au chat et aux souris avec eux ? Ni l’un, ni l’autre, et c’est là la bonne nouvelle. Pour ceux qu’Homeland a déçu en saison 2, il y a dans The Americans un palliatif de qualité.

J’ajoute la minisérie de Jane Campion ici. Certes, c’est une coproduction anglo-australo-américaine, mais si j’ai mis Family Tree, 50% américaine, pourquoi pas Top of the Lake, polar atmosphérique, qui lentement nous prend, par son faux rythme, son étrangeté et, surtout, la qualité de son interprétation. Campion fait du Campion, mais elle le fait bien, s’attachant plus aux personnages qu’à une intrigue qui s’installe tout doucement. C’est beau, parfois un peu longuet, mais la première preuve, en attendant le sommet de ce classement, de l’avenir radieux de Sundance Channel…

The Americans est sur FX. Top of the Lake était sur Sundance Channel, et prochainement sur Arte.

2. House of Cards
Non, la série de David Fincher n’est pas la claque ultime, le chef d’œuvre espéré. Oui, c’est une série très solide, brillamment mise en scène et interprétée. Il lui manque un supplément d’âme, une fluidité, un petit quelque chose pour devenir géniale. Fincher et ses scénaristes se forcent un peu trop à faire de la série de câble, et leurs héros sont un rien artificiels, incarnations de ce qu’ils représentent, le rouage qu’ils jouent dans la mécanique du pouvoir ici démontée. Mais ne crachons pas dans la soupe. C’est beau, c’est bien dialogué, et on se laisse progressivement prendre au jeu. Car House of Cards, autant qu’un drame, est une comédie noire, où les enjeux intimes sont des cartes qu’on se réjouit, avec un certain sadisme, de voir abattues les unes après les autres. Deux choses pour finir : 1. La réalisation de Fincher, sur les deux premiers épisodes, est une pure merveille, mais fallait-il l’écrire ? 2. Le meilleur acteur de cette série est Corey Stoll, et Kate Mara est aussi très bien – avec tout le respect que j’ai pour Spacey et Wright.

House of Cards est sur Netflix, prochainement sur Canal+.

1. Rectify
Haut la main. Sans hésiter. Une histoire bouleversante, profondément humaine, qui m’a pris aux tripes, et pour laquelle j’ai crié, jusqu’aux limites de la déontologie, mon amour. Réalisation, évolution de l’intrigue, dialogues, musique, casting, on frôle le 10/10 dans toutes les catégories. A peine peut-on reprocher à Ray McKinnon, son créateur, d’avoir parfois un peu lourdement souligné l’hébètement de son héros. Et encore. J’ai été ému, j’ai été fasciné, je suis resté pris dans cet univers de longues minutes après chaque épisodes. Et j’attends avec impatience la suite, tant cette histoire semble ouverte, riche, à peine à son commencement.

Rectify est sur Sundance Channel.

34 commentaires pour “TOP 10 de la saison US 2012-2013”

  1. Tout à fait d’accord pour Rectify ! L’attente pour la deuxième saison va se faire sentir…
    J’aurais rajouté Top of the Lake, dans le genre des cinéastes qui se mettent à la télé, la série de Jane Campion est nettement plus réussie que celle de Fincher. C’est ce qui me fait dire que la vraie révélation de cette année n’est pas Netflix (qui a réussi son coup de com’ mais a été décevante avec HoC et Arrested Development) mais plutôt Sundance Channel, la nouvelle AMC !

    Sinon, je n’aurais pas mis Family Tree, pour l’instant ça manque d’originalité quand on connait les séries UK.
    Et Hannibal n’est pas imparfaite, c’est un miracle dans le paysage des networks américains ! C’est tout simplement la meilleure nouveauté depuis longtemps sur les networks (loin devant Arrow…) qui ne se fait pas annulée au bout de 4 épisodes. Une vraie bonne surprise !

    En tout cas, on râlait beaucoup en début de saison mais il fallait être patient : les meilleurs nouveautés sont arrivées à la mi-saison (voire à la mi-mi-saison).

  2. Votre Top 10 porte uniquement sur les nouveautés si j’ai bien compris ?
    Je pense que j’arriverais au même Top 3 ou 4, par contre sur le reste je suis moins d’accord et pour cause ce sont des séries que je n’ai pas vu ou en tout cas pas au delà du pilot à part Family Tree. Donc sur cette saison, j’ai envie de retenir Banshee au 38ème degré et parce qu’à partir du 3ème épisode on a plus aucun doute sur le fait que le nanard est pleinement assumé donc on peut enfin poser le cerveau sans croire que c’est fait sérieusement.
    Orphan Black parce que c’est finalement plutôt bien et que l’actrice est crédible en 5 exemplaires totalement différent.
    Ben & Kate, la seul comédie potable de network cette année selon moi et ça finit à la trappe c’est dommage.
    Et puis j’ai pas grand chose d’autre à retenir de la saison US en nouveauté. Quelle pauvre année pour les networks…

  3. Certaines font aussi partie de mon top 10 de la saison.
    mais je n’ai pas encore commencé Rectify et Legit (qui sont stockés quelque part et que je commencerai après avoir fini orphan Black)

    Je suis étonnée de voir Mindy Project, j’hésitais à le regarder car je me suis dit que ça ressemblait trop à Grey’s Anatomy et que c’était trop gnagnan mais le voir ici me fait revoir mon jugement, j’irais y jeter un oeil 😉

    j’aurais enlevé Hannibal, les histoires de cannibalisme me dérangent vraiment…
    Je mettrais The Neighbors … oui oui désolée mais elle me fait tellement rire
    Et aussi Elementary qui marche quand même très bien et qui est très bien portée par ses 2 personnages principaux

    et le top 5 ou 10 des séries british ??

    Derek, In the flesh, orphan blacket Mr Selfridge pour moi

  4. Moi qui me croyais incollable en séries, je me rends compte que j’ai loupé pas mal des nouveautés de cette année ! Néanmoins j’ai une question que je me pose depuis qu’Hannibal a commencé et qui a fait que je ne l’ai pas commencé : pensez-vous qu’il y ait besoin de connaître l’histoire originale pour regarder cette série ? Puisque ce n’est pas mon cas …

  5. Pour Mathilde : j’ai jamais vu ou lu un seul opus de la saga Hannibal, et j’apprécie la série. Le fait de connaître tout ça de loin suffit pour apprécier à leur juste valeur toutes les scènes de repas… Vraiment très belle série. Par contre, comme je suis curieuse, j’ai fouillé Wikipédia pour savoir où on en était exactement dans la vie d’Hannibal.

    D’accord avec le commentaire plus haut pour réserver son jugement sur Family Tree. Bien trop frais.

    Rectify, de très beaux dialogues, un casting assez solide (mais j’ai un peu de mal avec la Carey Mulligan Bis), j’attends la saison 2.

  6. Il manque Revolution. Ce même si le dernier épisode était un peu décevant.
    Mais comme je pense être un peu seul à kiffer cette série… :)

  7. @julien_g : j’aime bien Revolution également, mais je n’ai pas encore vu le dernier (pour ce week-end). De là à la mettre dans le top 10, je sais pas trop.

    Je ne m’essaierai pas à l’exercice, je n’ai pas suivi suffisamment de nouveautés (même avec les britanniques…). Mais comme l’a demandé tachoul, vous nous ferez le top5 ou 10 des séries britanniques (il y a quand même eu Ripper Street, Utopia, The Fall…).

  8. @julien_g je la mettrais pas dans le Top 10 mais c’est vrai que je regarde la saison 1 en entier
    elle est sympa mais clairement pas ouf… je te conseille Falling Skies dans les séries post apocalyptiques 😉

  9. Le parallèle posé entre Hannibal et The following est exactement l’idée que je m’étais faite en goutant ces deux séries au même moment.

    Là où je n’ai vu que 3 épisodes de the following, je dévore goulument Hannibal. Ce qui prouve que la recette n’a pas besoin de surprendre frénétiquement quand on y met des ingrédients de qualité.

  10. Mon top 10 us
    1- Rectify
    2- House of cards
    3- Top of the lake
    4- Banshee
    5- The americans
    6- Orphan black
    7- Hannibal
    8- Arrow
    9- The mindy project
    10- The following – ( pour Kevin Bacon )

  11. @eleocleo
    J’aime bien falling skies, mais préfère Revolution. Plus originale et mieux menées IMHO.
    Et vu les séries proposées dans le top 10, je la mettrai clairement en top 4 ou 5… parce que je le trouve vraiment pas mal, avec un fort potentiel.

    Là ou je trouve Arrow mauvaise, Hannibal potable, et vikings intéressante, sans plus.

  12. C’est Ragnar Lothbrok et pas Lodbrok dans la série 😉

  13. @2secondes : Ragnar Lodbrok est l’orthographe française, Lodbroth l’anglaise. Je françise, écrivant en français 😉

  14. Et Scandal ?

  15. @Jeremy : Scandal date de l’an passé.

  16. Dans le top UK : Utopia, Black Mirror et Doctor Who évidemment :)

  17. Et In the flesh aussi, c’est vraiment pas mal.

  18. Il y a plein de séries que je n’ai pas vue dans ce top 10, et pourtant j’en regarde! Je vais rajouter “Rectify” à ma liste des séries à regarder, puisque vous en dites tant de bien, ainsi que The Americans, j’hésitais beaucoup mais je vais m’y mettre. Je vous trouve un peu dur avec Hannibal. C’est vrai que les épisodes ne sont pas tous de la même qualité mais tout de même, ça à l’étoffe d’une grande série à mon avis. Et vous avez oublié les séries british et et du nord (mais là encore j’ai pas tout vu). Par contre je ne vois pas du tout ce que fous Nashville dans ce classement. A part quelques bonnes chansons, je l’aie trouvée vraiment insipide. Pareil pour les comédies, on a pas été gâtés cette année… Pour moi le palmarès de cette année est donc plutôt court:

    1- House of Cards
    2- Hannibal
    3- Real Humans
    4- Vikings

  19. Oh et Puberty Blues, LA teen serie venue d’Australie! En top 3!

  20. Oh… et Top of the Lake ??? D’accord pour Rectify, mais il est en n°2. TotL est magistral. Beau, tragique et saisissant.
    Et il manque aussi Utopia àmha. Un choc d’une violence rare (d’ailleurs, si vous lisez le dernier Dan Brown… on dirait du copié-collé, sous un format sensiblement différent).
    Par contre Hannibal… le pilote est intéressant et j’adore Mads Mikkelsen, mais c’est trop peu crédible pour y croire (franchement, le vieux mourant qui a la force de dresser le totem en bois brut de 5m composé des membres de ceux qu’il a tué… come on! et j’en passe) Je passe mon temps à lever les yeux au ciel même si j’aimerai bien que ça me plaise (et Fishburne est nul aussi).

  21. @Rouliette : J’ai beaucoup aimé Top of The Lake, mais c’est une série essentiellement anglaise, tournée en Nouvelle-Zélande… J’admets qu’il faudrait que je dise que Family Tree est aussi très anglaise, mais elle se déroule en bonne partie aux USA… Ce classement ne concerne QUE les séries US. Donc, Utopia n’y a pas sa place…

  22. @Pierre : Top of the Lake est une série américano-britannico-australienne, diffusée pour la première fois sur Sundance Channel avant de l’être sur UKTV (en Australie) et elle n’est même pas encore diffusée sur la BBC…
    Même si je comprends ton raisonnement étant donné l’éloignement géographique et la nationalité des créateurs (et de certains des acteurs), je pense qu’elle a quand même sa place dans ce classement, au même titre que Rectify.
    (pour Utopia, je n’avais pas fait gaffe au fait que c’était un classement US ! dommage, faudrait en faire un mondial du coup !)

  23. @Rouliette : Si elle rentrait dans cette liste, je la glisserais en 3e ou 4e place. C’est d’ailleurs une minisérie, si je puis me permettre — ça me donne une excuse de plus pour justifier cet oubli 😀

  24. Arrow? je l’aurais plutot placé dans le top 10 ” on a voulu bien faire; mais on est trop américain” avec red widow, revolution, the following et banshee, tous lachés en cours de route.

    J’aurais mis elementary dans ce top ten des rookies, même s’il est loin du sherlock Uk, c’est pas mal.

    Pour les yearlings d’outremanche: Utopia bien sûr et the fall avec gillian anderson, mention spéciale à derek aussi et des encouragement pour plebs et bluestone 42.

    @jesaisplusqui, Black mirror quoique toujours excellent en est déjà à sa deuxieme saison.

  25. Joli Top 10 !

    Juste un bémole pour Nashville que j’ai regardé parce que tu l’avais recommandé sur ton blog. Malgré les 2 personnages principaux féminins vraiment pas mal le reste est du vu et revu, des clichés d’intrigues et des personnages secondaires copier/coller . La musique est sympa quand même :)

    Gros coup de coeur pour Legit et Rectify .

  26. 1. Rectify, pour sa mise en scène ultra sensorielle, pour l’utilisation de la lumière qui n’a peut-être jamais été aussi belle depuis Fat City de John Huston, et pour toutes les scènes entre Tawnee (Adelaide Clemens) et Daniel (Aden Young), vertigineuses et hypnotiques.
    2. Banshee, pour sa puissance dramatique qui nous emporte et nous fait croire à cette histoire hautement improbable. Le dernier épisode est particulièrement brillant et je crois que j’ai le béguin pour l’adjointe du sheriff (Trieste Kelly Dunn)… Qualifier cette série de Justified du pauvre est très injuste…
    3. The Americans, parce qu’après un premier épisode quelque peu bancale, elle a su trouver son rythme et donner de la chair à ses personnages. Finalement, ça fonctionne.
    4. Orphan Black. Comme Copper, la précédente production BBC America, le rythme inutilement survitaminé peut nuire à la compréhension du récit, mais là, c’est plutôt réussi esthétiquement, le sujet est passionnant et Tatiana Maslany est plutôt convaincante dans ses multiples compositions. Bon, elle n’est pas vraiment adepte de l’underplaying et à la fin des 10 épisodes, on a très envie de se faire un cycle Bresson. C’est un plus de plus…
    5. House of Cards. Très séduisante au début, elle se perd un peu en cours de route (Notamment lors d’un épisode parfaitement inutile ou Spacey retrouve ses anciens camarades d’université et un autre ou il se ridiculise en direct à la télévision, ce qui nuit considérablement à la fascination qu’est sensé exercer le personnage. On pensait voir une série sur un Mitterrand américain, et au final on se retrouve avec Nadine Morano. Super…). Au final, c’est seulement « Pas maaaaal », comme dirait Pierre Murat. Et quand en plus on a vu l’originale…
    6. Bunheads. Un mystère : Une série ABC Family qui réserve quelques moments de grâce pure…
    Sinon, Nashville et Vegas se regardent aussi sans déplaisir. Pour le reste, mon allergie aux serial Killers ne m’a pas permis de voir davantage de nouveautés cette année…

  27. Je ne sais pas si “tous les goûts sont dans la nature” mais c’est une liste vraiment surprenante. C’est bien d’assumer vos plaisirs coupables, en tout cas, aussi nuls puissent-ils paraitre à certains.

  28. @Pierre j’ai regardé le pilot de Rectify…. j’ai un peu de mal à accrocher… ça reste aussi contemplatif dans les épisodes suivants ?

  29. @eleocleo : oui, ça reste contemplatif, mais il faut se laisser porter. Ce n’est pas la série la plus simple à apprécier, mais sa beauté est indéniable quand on parvient à s’y abandonner…

  30. Je prends ici en compte ce qui a été diffusé en 2012 et 2013

    HOUSE OF CARDS
    THE AMERICANS
    ORPHAN BLACK
    VIKINGS
    MAGIC CITY
    THE BOOTH AT THE END
    COPPER
    HUNTED
    THE NEWSROOM
    TOP OF THE LAKE et RECTIFY, mais je me force un peu…

    Mais c’est du côté des séries britanniques que cela a bien bougé durant cette période.
    Dans le désordre (tout est bon chez le Briton) :
    UTOPIA
    SECRET STATE
    IN THE FLESH
    MAYDAY
    THE FEAR
    THE POLITICIAN’S HUSBAND
    THE BLETCHLEY CIRCLE
    A YOUNG DOCTOR’S NOTEBOOK
    BLACKOUT
    GOOD COP
    INSIDE MEN
    PARADE’S END
    RIPPER STREET
    THE PARADISE

  31. Bonjour Mr Mcnulty,

    Petite réaction de ma part en voyant dans votre liste The Booth At The End.

    C’est une surprise de la voir citée ici. Essentiellement parce que j’en ai entendu très peu parler alors que j’aime beaucoup cette série donc c’est bien sympa de la rappeler à mon bon souvenir, mais aussi parce qu’elle dénote dans votre top 2012-2013 parce qu’elle date de 2010… 😉

  32. Vous oubliez en plus de ça black mirror dans les series britannique !!!

  33. @Mr B : c’est un classement des nouveautés AMERICAINES. C’est dans le titre :) ET Black Mirror n’est pas une nouveauté, c’est une saison 2.

  34. merci, super !

« »