Good Bye Bored to Death !

Ce samedi, Orange Cinénovo lance la dernière saison de Bored to Death, seulement la troisième, quand on aurait aimé en voir bien plus. Casting formidable (Jason Schwartzman, Zach Galifianakis Ted Danson), narration enlevé, drôle, folle, bourrée de références, intelligence des dialogues, subtilité des personnages, HBO tenait avec ce drôle d’objet télévisuel une des comédies les plus curieusement brillantes des années 2000. La voila partie. Pour sécher nos larmes, Jonathan Ames, son créateur — qui prête aussi son nom à son héros — est venu à Paris. Voici ce qu’il m’a dit sur cette triste nouvelle…

Comment vous sentez-vous après cette annulation ?
C’est une perte, et je dois faire mon deuil. Mon état d’âme varie selon les jours. Certains jours, je suis « triste » (en français, ndlr), d’autres je me sens libéré, j’ai l’impression d’avoir récupéré ma vie – je viens de passer trois ans à ne faire qu’une chose, travailler sur Bored to Death, écrire, filmer, éditer, faire la promo, faire du lobbying pour durer une saison de plus. Pour être tout à fait honnête, au début, ça a été douloureux. Il a fallu renoncer à un rythme de vie, recommencer à écrire à l’automne, discuter avec les décorateurs et les gens chargés des localisations à l’hiver, voir revenir les acteurs comme un grand cirque. Je ne perd pas ces gens, qui sont aussi mes amis, mais nous ne pourrons évidemment plus être aussi proches… C’est un peu comme dans ces longs mariages où les gens arrivent le jeudi soir, où la fête dure jusqu’au dimanche soir et où les gens tombent amoureux. Bref, l’équipe était devenue très proche. Comme dans la série, nous étions une famille, et voir ça détruit par le business, l’argent, les choix politiques d’HBO est un peu triste. En plus, j’avais des idées pour la saison 4, qui sont comme des oiseaux dans mon esprit, et que j’aurais aimé libérer à l’écran. Maintenant, je dois les canaliser d’une autre façon, où les laisser partir.

Avez-vous le sentiment qu’HBO vous a interrompu dans votre processus créatif ?
Oui et non, car à chaque saison je n’étais pas sûr que nous reviendrons pour une saison de plus. Du coup, tous les ans, je faisais en sorte que la dernière scène de la saison soit assez forte pour que cela puisse être la dernière de la série. C’était un peu comme vivre dans le couloir de la mort, sans savoir quand l’exécution viendrait… sauf que ce couloir était beau, que c’était une formidable opportunité. En fait, je suis plutôt content que Bored to Death ai été interrompue après cette saison, et pas une autre, car j’aime son dernier plan, où on les voit danser sur Nothing Matters When We’re Dancing des Magnetic Fields, avec cette idée de danser jusqu’à l’infini… J’avais ouvert la saison sur un plan de Jonathan tournant sur une roue de lanceur de couteaux, et je la boucle dans une autre spirale, celle de la danse – dans un plan hommage à la scène du baiser de Sueurs Froides. Bref. J’ai été interrompu, mais j’ai eu le temps de finir l’histoire que j’étais en train de raconter. J’aurais bien continué. J’avais des idées pour la saison 4…

Dites-nous ! Qu’aviez-vous en tête ?
Pour devenir officiellement détective privé, avec une licence, il faut avoir été policier, ou avoir servi dans l’armé. Donc, dans la saison 4, Jonathan serait devenu flic. Il aurait porté l’uniforme et la casquette… de la pervenche ! Il aurait passé ses journées à coller les prunes, avant que tout cela ne s’emballe, bien entendu. Je voulais rendre hommage aux Infiltrés de Scorsese ! Donc, il serait devenu détective avec licence, et dans la saison 5 il aurait repris ses enquêtes, officiellement.

Comment HBO vous a-t-elle justifié sa décision ?
Ils m’ont dit qu’en raison d’un grand nombre de nouveautés à venir, il n’y avait plus assez de « terrain » (« real estate », littéralement les terrains immobiliers, en V.O, ndlr) pour accueillir Bored to Death. Ils avaient commencé par nous déplacer du dimanche, leur soirée séries, au lundi, une case inhabituelle pour eux, en face de grosses séries de networks et du foot américain. Du coup, nos audiences ont évidemment baissées, mais elles n’étaient pas si mal, surtout que nos scores étaient bons sur la VOD et le Tivo. Du coup, il semble que ce ne soit pas un problème d’audience, mais plus de soirée. HBO ne veut plus que des séries du dimanche… Pour faire de la place pour leurs nouvelles séries (Veep et Girls, ndlr), ils ont supprimé Bored to Death, Hung et How to Make it in America. A la présidence, tout le monde m’a dit qu’ils étaient ravis de la série, de mon boulot, des critiques, mais que cette annulation n’est qu’une question d’argent et de place dans les grilles. Ils auraient pu nous laisser à l’antenne, selon moi, mais la politique a eu raison de nous – peut-être aussi les goûts d’un des membres de la direction, en tout cas c’est ce qu’une rumeur dit. Je crois que tout le monde aimait cette série, mais la décision de nous annuler a tout de même été prise…

Voyez aussi le sujet de l’Hebdo Séries sur Bored to Death et la difficulté d’être un homme dans la société moderne.

Untitled from PCPM Productions on Vimeo.

2 commentaires pour “Good Bye Bored to Death !”

  1. Je suis vraiment triste de cette annulation mais il a raison sur une chose, c’est que la fin de la S3 peut aussi très bien servir de final… Mais on aura tout de même un goût d’inachevé, surtout quand on voit les idées qu’il avait et qui aurait été très sympa à voir !

    Bored To Death c’est vraiment la série qui met de bonne humeur, pas prise de tête mais pourtant très intelligente. Dès que la S3 sortira en DVD j’achèterai les 3 coffrets et je regarderai ça avec un bon verre de… coca ! Le vin blanc c’est pas pour moi héhé !

  2. J’ai adoré cette dernière saison, qui je trouve avait trouvé son vrai rythme et sa vraie bonne combinaison des 3 personnages… Je trouve dommage qu’elle parte si tôt… Il y a tellement d’autres trucs m#rd^ques qui vont rester à la télé… :-/

« »