Les parents maudits

431px-Parents_Television_Council_logo.svg

Présentée lors des derniers uprfonts, la grande messe où les networks américaines annoncent leurs grilles de rentrée, Shit My Dad Says, la nouvelle sitcom de CBS (voir la vidéo en fin de post), n’a pas plu, mais alors pas du tout, au Parents Television Council (PTC), association “familiale” autoproclamée régulatrice de la bienséance télévision américaine. La raison de son courroux ? Le titre de cette comédie où William Shatner incarne un père de famille aux répliques définitives, idée adaptée d’un compte twitter. “Shit”, soit “merde”, en gros, offenserait les oreilles des jeunes téléspectateurs. CBS a beau eu changer le nom de la série pour Bleep My Dad Says (comme “biiiiip” chez nous), aussi écrit $#*! My Dad Says, rien n’y fait. “Le désir de la chaîne de choquer et d’offenser est clair comme de l’eau de roche” a récemment lâché le responsable de l’association, Tim Winter. Une attaque ridicule, qui serait drôle si elle n’émanait d’un lobby puissant, qui n’en n’est pas à sa première campagne…

Fondé en 1995 par L. Brent Bozell, militant conservateur et catholique revendiqué, le PTC a pour but de « responsabiliser l’industrie télévisuelle. » Derrière ce vaste programme, cette association à but non lucratif mène son combat sur plusieurs fronts, donnant son avis sur l’ensemble des programmes du petit écran, lançant des campagnes de communication contre les « pires » d’entre eux et travaillant, grâce à ses contacts dans les milieux de la télé et de la politique, à faire diminuer la dose de vulgarité, de violence et de sexe sur le petit écran. Officiellement apolitique, le PTC, qui possède désormais avec Tim Winter un patron démocrate, est classé par la majorité des observateurs dans le camp des conservateurs. De même, censé être sans étiquette religieuse, l’association affiche clairement son indignation face à l’image négative de la religion à la télévision, et promeut des séries comme Sept à la maison ou Touched by an angel (Les Anges du bonheur), clairement teintées de religion. Le PTC compte à l’heure actuelle environ un million de membres.

J’ai eu il y a quelques temps l’occasion de discuter du travail du PTC avec sa directrice de la communication, Melissa Henson. Voici quelques extrait de cette interview* :

A quoi sert le Parents Television Council ?
Le petit écran est de plus en plus vulgaire, de plus en plus violent, et se permet de plus en plus de sous-entendus sexuels. Nous voyons trop de personnages qui ne respectent plus leurs parents, les figures d’autorité ou la loi. Toutes ces déviances sont dangereuses pour les enfants, qui risquent de les reproduire.

Qu’est-ce qu’une série « familialement correcte » ?
Une série qui véhicule des valeurs et des messages positifs, tout en évitant de flatter le goût des téléspectateurs pour le sexe ou la violence. Il y a encore quelques années, on pouvaient voir des séries comme La Petite maison dans la prairie, Les Anges du bonheur ou Sept à la maison, qui plaisaient beaucoup aux familles. Certaines sitcoms comme le Cosby show avaient aussi leur place dans cette catégorie.

N’est-ce pas une vision trop subjective de ce qui est bien et mal pour les téléspectateurs ?
Bien sûr, ce que certains parents interdiront à leurs enfants, d’autres n’y verront rien de choquant. Chacun est libre de se suivre nos recommandations, ou de les ignorer. Pour être le plus précis possible, nous donnons aussi des « couleurs » par catégorie, vulgarité, violence et sexe.

Pourriez-vous nous donner des exemples de séries « vertes », des « jaunes » et des « rouges » ?
Ces dernières années, aucune série n’a obtenu le label vert. Dans le passé, Sept à la maison, Les Anges du bonheur, Sister Sister ou Dr Quinn, femme médecin l’ont obtenu. Ce sont des séries totalement inoffensives, qui véhiculent un message, qui ont une morale à la fin. Quelques séries ont obtenues le label jaune, comme Les Simpson (sic.) et Gilmore Girls. Ces programmes ont des valeurs positives, mais quelques grossièretés ou sous-entendus sexuels sur lesquels il faut garder un œil. La majorité des programmes sont classés rouge, mais ce qui nous inquiète le plus, ce sont les séries a priori inoffensives mais qui s’avèrent des plus nuisibles, comme les « dessins animés » Family Guy, American Dad ou South Park.

Des séries a priori innocentes comme Dawson et Newport Beach ont été classées rouges. Pourquoi ?
Le problème de ces séries, c’est qu’elles s’adressent spécialement aux adolescents, qui sont plus facilement influençables. Or, elles mettent en scène des personnages actifs sexuellement, mais sans débattre des précautions à prendre ou des risques d’un tel comportement (c’est faux, ndlr). C’est faire croire aux jeunes que s’ils ne couchent pas, ils ont un problème, et donc les pousser à avoir une vie sexuelle de plus en plus précoce…

N’est-ce pas dangereux d’éviter ces sujets, qui sont des réalités dans nos sociétés ?
Bien sûr qu’il faut en parler, mais des séries comme Sept à la maison ont su aborder le sexe chez les adolescents ou la drogue avec des messages responsables et critiques au moment où Newport beach mettait en scène des jeunes se droguant et couchant avec des inconnus, sans jamais le condamner !

Pour certaines séries, vous faites plus que donner votre avis, vous lancez des campagnes de dénigrement. En quoi consistent-elles ?
Des programmes comme Nip/Tuck, Dirt ou The Shield sont tellement extrêmes et tellement populaires qu’ils ont le pouvoir de changer le visage de la fiction à jamais – pour le pire. Pour exister, ces séries ont besoin de publicité, de marques prêtes à associer leur nom avec le contenu du programme. Nous essayons donc de convaincre ces dernières de ne pas travailler avec ces séries. Notre but n’est pas de faire annuler ces séries, mais de faire pression sur les producteurs pour qu’ils se débarrassent des contenus sexuels, violents ou grossiers.

Les séries semblent être votre cible favorite. Vous n’aimez pas ça ?
Je regarde beaucoup de séries, mais je ne laisserais en aucun cas mes enfants les voir. Notre but, c’est de réunir parents et enfants devant la télévision devant des programmes qui ne choquent personnes. A l’heure actuelle, aucune série n’a cette qualité…

Photo de une : $#*! My Dad Says, CBS.

*intégralité de l’interview à lire dans le numéro 13 de Générique(s), mars 2008.

Les commentaires sont fermés !

« »