Who’s Who ?

doctor_who_haut3

Autant vous le dire tout de suite, l’actualité du moment n’est pas particulièrement brulante. MIP TV oblige, tout ce qui a fait jaser, la semaine passée, était de l’ordre de l’info “indus” (pour “industrielle”), de qui achète quoi, de qui produit quoi, etc. Bref, des news pas “sexy” du tout, qui n’ont presque rien à voir avec la qualité des œuvres — la preuve, la télé réalité domine encore et toujours le marché. C’est donc le moment de revenir sur certaines séries, sur certains événements du moment que la presse hexagonale ignorerait, soit par… euh, ignorance, soit parce que lesdites séries sont assez peu aux goûts de nos compatriotes. Exemple marquant : Dr Who, série culte outre-Manche (le mot est bien faible pour décrire l’importance de ce monument de la télé britannique) mais confidentielle chez nous, qui changeait il y a deux semaines d’interprète principal…

C’est en effet une des particularité de cette série so british : depuis son lancement, en… 1963, elle a connu onze interprètes, portant à tour de rôle la casquette du même personnage. Ou presque. A chaque changement de casting, le “Docteur”, héros humanoïde extraterrestre aux milles vies (impossible de résumer ce qu’est le Docteur en un post, il faudrait un bouquin… voir ce qu’en dit Wikipedia) se “régénère”, reste le même sous une nouvelle apparence, et avec quelques modifications d’humeur, d’humour et de style. Autrement dit, chaque nouveau Docteur propose une interprétation “libre” (en accord avec son scénariste) de ce mythe télévisuel, un peu comme un grand rôle est repris au théâtre. Après cinq ans d’une performance acclamée de David Tennant, c’est un très jeune acteur, Matt Smith, 27 ans, qui se glissait ces jours-ci dans la peau du Docteur, et passait le grand examen de la critique.

Comme toujours, on craignait le pire, on se disait qu’il serait impossible de faire mieux que son prédécesseur, etc. Or, magie de cette improbable série, qui laisse le droit à ses auteurs de partir dans les fantaisies les plus folles, la mayonnaise proposée par Matt Smith et Steven Moffat, brillant scénariste (on lui doit notamment l’excellent Jekyll, avec James Nesbitt), prend immédiatement. Plus jeune, donc, bondissant, échevelé, presque plus cinglé encore que Tennant, Smith invente un Docteur attachant, certes moins philosophe mais tout aussi débrouillard, capable, bien entendu, de sauver le monde à chaque épisode sans jamais perdre de sa superbe. Moffat, auteur par le passé de Blink, un des tout meilleurs épisodes de la série, sait entretenir l’équilibre entre SF minimaliste, reposant sur nos peurs primaires (le noir, le silence, le vide, etc.) et invasions grotesques d’extraterrestre baveux, l’autre visage de Dr Who.

Ceux qui ne connaissent pas le Docteur n’en croiront pas leurs yeux, adoreront ou détesteront (une réaction commune en France, n’est pas Britannique qui veut). Les fans, eux, sont en revanche déjà conquis. Cerise sur le bateau : la nouvelle compagne du Docteur. Le héros voyage en effet presque toujours accompagné, si possible d’une intrépide, intelligente et belle femme. Cette fois-ci, elle s’appelle Amy Pond, une merveille de rousseur caractérielle, qui donnera, on en est sûr, du fil à retordre à son hôte intergalactique. Pour voir ce onzième docteur en action sur nos écrans, il faudra attendre un peu (c’est France 4 qui diffuse la série), et supporter la VF (autant dire, un sacrilège), mais le jeu en vaut la chandelle. Ce Who-là est good.

Image de Une : Dr Who, BBC.

7 commentaires pour “Who’s Who ?”

  1. Fabuleux Matt Smith qui est dans la droite ligne de David Tennant. Moffat est passé à la production et le niveau n’a pas baissé. Et que dire de Amy, attachante comme on n’avait pas vu depuis Rose/Billie Piper.

    On aime ou on déteste, le tout étant d’accepter le parti prix esthétique et d’aller au-delà du formatage imposé par les séries US. Il y a toujours des milliers d’idées dans un épisode, cela fuse de partout et c’est un régal. On rit, on pleure. C’est le Doctor.

    PS: d’accord au sujet les incompétents des incompétents de France 4 (censée être plus culturelle, non?) qui ne propose que des VF et le coffrets DVD de la saison 3 n’ pas de VO!!!! J’aimerais rencontrer les responsables de ce désastre et qu’ils m’expliquent pour le DOctor qui ne se voit qu’en VF est la seule série publiée en l’an 2000 sans VO..
    En plus France Television n’a pas inséré les épisodes de noel (hors séries cruciaux) a mis un épisode censuré de 8 minutes. Après ce succès, elle a arrêté la série en DVd. Un désastre. Une insulte à tous les fans qui ne peuvent aimer que dans la langue d’origine.

  2. “Une insulte à tous les fans qui ne peuvent aimer que dans la langue d’origine.”

    Euh… Oui et non je dirait : une VF correcte de la série pourrait être parfaitement acceptable et réussie, malheureusement Docteur Who ne bénéficie pas d’une Version Française, mais d’une VB, tout comme sa série dérivée Torchwood.

    VB, c’est a dire une Version Belge, qui hélas est comme toutes les versions belges de ces dernières années : choix de comédiens ineptes n’ayant jamais eu de bases en doublage (ou simplement en comédie/théâtre), doublages faits à la chaine sans répétitions (pire qu’a l’époque de AB Production), adaptation affreuse voire carrément foireuse…
    Tout ça pour des questions de couts au détriment d’un univers fabuleux qui gagnerait a pouvoir être diffusé en VO oui, mais aussi à avoir une VF digne de ce nom.

  3. Merci pour cet avis (qui date mais comme je découvre le blog, je lis tout en bloc depuis le début…)
    J’adore Doctor Who et j’avais un peu d’appréhension à le retrouver si jeune et si changé… David Tennant était excellent ! voilà qui dissipe quelque peu mes craintes que le nouveau ne manque de naturel ou de profondeur.
    Je n’ai vu que la partie récente du célèbre Docteur… J’aimerai savoir si ça vaut le coup de se replonger dans ce monde merveilleux avec les 8 premiers interprètes ou si il y a maintenant trop de décalage…?

    (Et sinon merci pour le blog qui m’a permis de découvrir tout récemment de très bonnes séries, en particulier Misfits et Community !)

  4. Chère Mélusine, d’abord merci pour tes compliments, ça fait plaisir 🙂 Ensuite, je te conseille de jeter un petit coup d’œil à chacun des docteurs, même sur un seul épisode, pour le côté patrimoine. Après, évidemment, en 1960, les effets spéciaux…

  5. (Rien à voir avec The Doctor, donc si ce commentaire n’est pas garder après modération je ne m’en offusquerai en rien…je ne sais juste pas où le poster)

    Pour les compliments, ils sont mérités donc c’est avec plaisir.

    Un petit bémol pourtant, qui est indépendant de ta volonté mais qui mérite d’être signalé…
    Même si évidemment c’est ton blog, qu’il est par nature subjectif et que tu es un homme (ce qui n’a rien d’une tare à priori 🙂 ), je pense que ton blog gagnerai à avoir l’intervention d’un point de vue féminin.
    Tu pourrais par exemple, si ce n’est déjà fait, faire un post sur le sujet (comparaison de quelques séries: point de vue masculin/féminin). Même si l’idée, je te l’accorde, semble un peu simpliste et stéréotypée, ça pourrait valoir le coup.

    (Je pense par exemple à Cougar Town, qui me semble être une série dont l’humour, lourd parfois, est principalement ciblée pour les femmes)

  6. Chère Melusine, je parle de toutes les séries, masculines ou féminines, en fonction de ce qui vient. Mais je suis le seul à écrire ici. En espérant que ça ne froisse pas vos convictions 🙂

  7. Mes convictions ne se froissent pas si facilement 🙂

« »