Vis ma vie de blogueur


Il est très exactement 15h18.

Je me suis installé à mon bureau pour composer ce putain de billet à la con, juste après ma sieste : il devait être aux alentours de 13h36.

Entre-temps, j’ai dû me lever une fois pour aller pisser, deux fois pour remplir mon verre de soda, une autre fois pour donner à bouffer au chat, encore une fois pour répondre au téléphone…la banque…un découvert mis à nu…j’ai raccroché avant d’en savoir plus… autant d’interruptions qui mises bout à bout doivent représenter une perte de temps d’environ douze minutes.

Ah oui, j’avoue, j’ai aussi disputé deux parties de tarot sur internet, perdues toutes les deux, un vrai jeu de merde, pas un bout à l’horizon, que des valets patibulaires et des cavaliers anorexiques ; à un moment, un autre joueur, Momo13, m’a traité de “gros con de ta race” parce que j’avais ouvert à carreau, ce qui apparemment constituait une très grave erreur stratégique, j’ai laissé dire.

960x489_blogueur2_article_detail

Au coup suivant, j’ai remis exprès du carreau, ”on t’a sodomisé le cerveau à la naissance espèce de suceur de pédé ? ” a tenu à savoir mon nouvel ami,  j’ai gardé mon calme, j’ai appris à ne jamais répondre à ce genre d’invectives, j’ai juste sorti mon marteau et j’ai atomisé mon clavier avec.

Le reste du temps, je l’ai passé à chercher un sujet pour meubler cette présente chronique.

Autant l’avouer d’emblée, je n’en ai trouvé aucun.

Pourtant j’ai essayé et essayé encore et encore.

Même là j’essaye encore, je viens à l’instant de consulter mon fil d’information préféré, on ne sait jamais, il aurait pu se passer un évènement capable d’enflammer mon imagination desséchée, la découverte d’un remède miracle contre les hémorroïdes, une prise d’otage à bord de la station spatiale internationale, la mise au jour de la liaison secrète entre Mireille Mathieu et Brigitte Bardot et leur désir commun d’adopter un enfant syrien, un scandale au sujet d’un rabbin pédophile qui aurait planqué la recette des dons recueillis dans sa synagogue à Panama-sur-plage…

Rien. Nada. Que dalle.

C’est Waterloo morne plaine sur tout les sites depuis ce matin.

Blogger-21

Pourtant nous sommes lundi, mon dernier papier remonte déjà à vendredi, je n’ai rien branlé du week-end, samedi c’était shabbat, dimanche le jour du seigneur – au nom de l’amitié judéo-goyim, je respecte à la lettre ces deux jours saints et m’abstiens donc de toute forme de travail.

En toute logique, après ces deux journées de mise au repos, mon cerveau aurait dû péter la forme et galoper sur les champs fertiles de mon imagination enflammée.

Tu parles, à la place, j’ai l’activité cérébrale d’un joueur de foot quand sa PlayStation tombe en panne et qu’il se décide à jouer au scrabble, la productivité d’un fonctionnaire à la veille d’un grand départ en vacances, le rendement d’un gardien de zoo au moment où les grands fauves s’accordent une sieste.

Bref je n’ai rien à dire sur rien.

Le coup de la panne.

L’angoisse du blogueur au moment de bloguer.

L’horreur du blog blanc quand les idées jouent à saute-moutons avec le néant.

C’est la première fois que cela se produit en cinq ans d’activité sur ce blog.

bloger

 Certes parfois, souvent même, je n’ai rien à dire mais d’ordinaire j’arrive toujours à noyer le poisson, je m’épanche, je fais allô maman bobo, je dis des choses idiotes sur des sujets sérieux, je déraisonne, je sors une ou deux réparties vaseuses, et si vraiment, je suis à court, je mets un peu de juiverie dans la sauce, j’emballe le tout avec une ou deux références à Israël et le tour est joué : personne n’y voit goutte, la toile s’emballe et moi je compte les points.

Sauf que là…


Je suis un blogueur qui déblogue.


La honte.

                                                                                                                                                                                                 Pour suivre l’actualité de ce blog, c’est par ici : https://www.facebook.com/pages/Un-juif-en-cavale-Laurent-Sagalovitsch/373236056096087?skip_nax_wizard=true

2 commentaires pour “Vis ma vie de blogueur”

  1. ……………………….!

  2. En même temps vu comment on tourne en rond ce n’est pas plus mal de ne pas faire danser les mots dans cette farandole. Ou alors il faudrait écrire sur la vacuité, ce qui n’est pas nouveau. Bonne chance.

Laissez un commentaire

« »