Entre une droite dure et un FN (même light), je choisirai toujours une droite dure


Certains autour de moi prétendent que les Républicains ou le FN c’est bonnet blanc, blanc bonnet.

Certains avancent que Sarkozy ou Le Pen, c’est du pareil au même.

Certains à gauche clament que cette fois, on ne les reprendra pas : au deuxième tour, en cas de duel Droite/FN, aux régionales ou aux présidentielles, ils resteront à pantoufler à la maison, ils ont déjà donné en 2002, hors de question de déposer à nouveau un bulletin de vote pour une formation estampillée à droite, et tant pis si le Front National passe.

De toutes les façons disent-ils, on ne verra pas la différence tant ils partagent les mêmes valeurs, sont faits du même bois, demeurent interchangeables.

Moi quand j’entends cela, et je l’entends de plus en plus, l’électeur de gauche, mon frère, mon camarade, mon semblable, j’ai comme une furieuse envie de l’attraper par le collet, de le regarder droit dans les yeux et de lui dire qu’en agissant de la sorte, en prônant une abstention délétère, il commettrait là une tragique erreur, de celle dont on ne se remet jamais.

Je me fiche de savoir que Messieurs Estrosi, Ciotti, Guaino, Guéant, Hortefeux, Wauquiez… la liste est longue, interminable même, sont de sinistres individus qui, une fois au pouvoir, ne se priveront pas pour appliquer des mesures inscrites dans le programme du Front National, entonneront à nouveau les pestilentiels refrains de l’identité nationale, fantasmeront encore et toujours sur les dangers d’une immigration de masse.

Oui, à bien y réfléchir, il est fort probable qu’ils le fassent.

Tout comme il est fort probable que, sur de nombreuses thématiques, ils partagent les mêmes obsessions que leurs petits cousins situés juste à leur droite.

Hommes de droite, ils mettront en œuvre une politique de droite.

Et possiblement une politique dure, répressive, rétrograde à bien des égards.

Et oui, l’électeur de gauche, le brave couillon d’électeur de gauche, sera bel et bien le complice de cette politique : en votant délibérément pour eux, il aura contribué sciemment à leur arrivée au pouvoir.

Tout cela est rigoureusement exact.

Il n’empêche.

Ces hommes et femmes de droite, aussi extrémistes soient-ils, aussi odieux et détestables peuvent-ils nous apparaître parfois, souvent même, demeurent qu’on le veuille ou non des figures politiques qui, une fois élues, ne confisqueront pas la démocratie, ne baîlloneront pas les médias, ne procéderont pas à des arrestations arbitraires, ne créeront pas des camps de redressement ou de travail ou pire, ne se serviront pas des services de l’État pour embastiller ses opposants, ne bafoueront pas les lois-mêmes de la République, ne voteront pas les pleins pouvoir pour leur chef, ne créeront pas des milices, ne mettront pas le pays à feu et à sang.

Autant d’attitudes qui se réaliseraient si jamais l’avènement au pouvoir d’un parti comme le Front National devait devenir réalité.

 

Il ne faut pas se tromper.

Tout parti nationaliste qui un jour accède au pouvoir se comporte toujours de la même identique façon.

Il n’existe pas d’exception en la matière.

Le FN agira vite et fort.

Et en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, la France sera devenue ce pays où les ratonnades seront quotidiennes et se dérouleront sous les yeux mi-complices mi-impuissants des forces de l’ordre, l’heure de la revanche aura enfin sonné, on pourra enfin s’en prendre sans vergogne à l’étranger, à tous les étrangers, à l’Arabe, au Juif, à l’Autre. 

Toute cette haine qui suinte aujourd’hui sur internet sera désormais omniprésente sur la place publique, plus rien ne pourra la retenir, il faudra alors soit se résoudre à quitter le pays soit envisager de combattre au péril de sa vie.

Il n’y aura pas de demi-mesure.

Il n’y aura pas de souci de garder la cohésion nationale intacte ou de préserver le vivre ensemble.

Plus la situation sera chaotique, s’il le faut on s’arrangera pour qu’elle le devienne, et plus la répression, la restriction des libertés fondamentales, l’atteinte aux droits élémentaires, s’organisera et ira en crescendo.

Et une fois que la machine se sera emballée, plus rien ne l’arrêtera si ce n’est son propre déraillement qui finira bien par arriver mais les dégâts causés seront tels qu’il faudra des décennies pour panser ces blessures.

Il sera alors trop tard pour exprimer ses regrets, dire sa honte ou sa naïveté d’avoir pensé que cela ne pouvait pas arriver, pas en France, pas de nos jours, il sera trop tard pour confier ses remords et regretter ce dimanche où, au lieu d’être allé voter pour un parti de droite traditionnel, on a laissé la République être gangrenée par une formation politique qui n’aura pas tardé à la dévoyer et à l’assassiner.


Qu’il semblera alors loin, cher électeur socialiste, mon frère, mon camarade, mon semblable, ce dimanche-là.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                    Pour suivre l’actualité de ce blog, c’est par ici : https://www.facebook.com/pages/Un-juif-en-cavale-Laurent-Sagalovitsch/373236056096087?skip_nax_wizard=true

11 commentaires pour “Entre une droite dure et un FN (même light), je choisirai toujours une droite dure”

  1. «Le triomphe des démagogies est passager. Mais les ruines sont éternelles » (Charles Péguy)

  2. Je m’apprête effectivement, dans l’hypothèse d’un tel second tour, à ne pas rééditer ce que j’ai fait en 2002. Sarkozy n’est pas Chirac. Advienne que pourra. Je ne crois pas que la marge de manoeuvre de Le Pen sera bien grande. Nous ne sommes plus en 1933. Nous sommes dans une Europe qui contrôle tout. Le pire qui pourrait nous arriver me semble être une situation à la Hongroise.

  3. Ça me fait penser à ces questions à la con :”Est ce que tu préférerais violer ta mère ou tuer ta sœur?”, choix cornélien. Oui, le FN pourrait faire exploser l’Europe et vu les facismes qui s’imprègnent un peu partout, par mesure d’économie et en gestion de bon père de famille on ferait des camps à musulman ce qui nois reviendrait moins chers que de les renvoyer chez eux, et ce serait le retour du bon vieux temps. Amen.

  4. Vous ne semblez pas envisager une hypothèse qui nous pend au nez si jamais Le Pen est élue : une alliance entre le FN et la droite dure.

  5. Mon Dieu, j’ai peur…
    Non sérieusement, le seul fascisme totalitaire qui existe est l’alternance droite gauche UMPS (Union Maçonnique du Parti Sioniste) qui perdure depuis trop longtemps… Les gens en ont ras le bol de se la faire glisser profond, ils sont prêt à voter FN pour “casser” l’UE qui est de toutes façon vouée à se désintégrer.

  6. Jamais le pire n’est impossible. Soit. Et Jean-Marie Le Pen n’avait pas, chevillées au corps, l’ambition de gouverner, la libido dominandi, qui habite sa fille Marine. Les aurait-il eues, il eût tôt fait de se « dédiaboliser » lui-même ; a posteriori (puisqu’il est hors de course, fragilisé par sa vieillesse et exclu du parti), l’on ne sera pas démenti si l’on tient qu’il se satisfit de son puissant pouvoir de nuisance. Or, inculte en comparaison de son père, Marine Le Pen compense cette lacune par un substantiel legs paternel dans l’art de la chicane, de la division ; par un culot indéniable – marque de fabrique familiale, apparemment – ; enfin, par un appétit de pouvoir qui fait d’elle une telle adepte de l’attrape-gogos que des pans de son programme furent qualifiés par son père de « marxistes ». Les termes de « marqueterie » ou de « manteau d’Arlequin » seraient moins excessifs, et plus justes pour désigner cet assemblage de multiples glus, destinées à happer, au-delà des votes issus du vieux noyau des militants, ceux des mécontents de tout poil, surtout si la démagogie ne les chiffonne pas – ou, ils sont nombreux, qui s’en fichent.

    Qui s’en fichent car, par delà les thèmes de l’immigration et du racisme – qui, indubitablement, les émoustillent –, ils se comportent comme des consommateurs : sur « le marché » de la politique nationale, ils « les » ont tous essayés, alors pourquoi pas ceux-là (les du Front national) qui, n’ayant jamais gouverné le pays, leur paraissent dignes d’être « essayés »… Voilà un danger qui, ajouté aux périls que vous décrivez, rend plus inquiétant le dessein des sondés désireux de voter Front national, au mépris même des grands flous du programme économique et des effets qui fatalement s’ensuivraient.

    Ici, la tentation est grande d’acquiescer à votre « Il ne faut pas se tromper », et à la suite d’un tableau qu’on ne qualifiera pas d’apocalyptique mais de catastrophiste, au sens du « catastrophisme éclairé », concept qui, selon Jean-Pierre Dupuy, permet de penser (pas seulement à partir des leçons de l’Histoire) la catastrophe à venir. Il est vrai que le temps presse, mais il est encore possible – en appariant des analyses critiques des multiples thèmes développés par Marine Le Pen (et/ou sous-marins, les plus dangereux) et l’élaboration de véritables programmes républicains (et économiquement applicables !) – d’enrayer l’actuelle course au désastre.

    Le jour des scrutins, à tous et à chacun de glisser un bulletin responsable et visant l’intérêt général dans l’urne.

  7. L’amour peut lire ce qui est écrit sur la plus lointaine étoile, mais la haine t’aveuglait à tel point que tu ne pouvais voir au delà de l’étroit jardin emmuré de tes désirs vulgaires, déjà flétri par la soif du plaisir.
    Oscar Wilde
    C’est beau non?

  8. … et en plus la France sera ruinée par la sortie de l’Euro.

  9. Je pourrais n’avoir que 3% de ces raisons qui vous font trouver certains discours discourtois ou désobligeants.

    Bien que métèque, ce ne fut pas ce cas. Je n’ère plus, je suis sédentarisé.

    Une droite dure ou pas, qui stigmatiserait une catégorie de la population pour ce qu’elle est, même par mégarde, même par amalgame accidentel et malheureux, peut-elle recevoir mon vote ou le votre?

    Si, de plus, certains réseaux de cette droite dure adoptaient des comportements quasi-mafieux de-ci de-là… par mégarde, ou même par amalgame accidentel et malheureux…

    Alors oui, je veux bien voter pour une droite dure, mais il est absolument hors de question que je vote pour n’importe qui.

    Qu’ils lavent leur linge sale en famille, mais qu’ils le lave. Ce n’est pas le cas.
    En attendant, « I’m not there ».

  10. Lecteur silencieux très souvent plaisamment amusé par votre blog je réagis une première fois sur un sujet loin d’être plaisant ni amusant…

    Les premières réactions de lecteurs vous donnent raison dans votre inquiétude.

    Le pire serait une situation à la hongroise? La comparaison a du sens, mais il faut aller plus loin.

    La situation de la Hongrie ne rencontre pas souvent l’intérêt des médias et pourtant elle est extrêmement préoccupante. Je ne la connais que par des retours de collègues universitaires qui rapportent des situations exécrables. Alors je prendrais une source assez neutre, la page wikipedia de Viktor Orban. Extraits (parfois raccourcis) :
    – M. Orbán a proposé de faire appel à des policiers à la retraite pour surveiller les allocataires d’aides sociale ou de chômage lorsque ces derniers effectueront les travaux d’intérêt général, que la loi impose dès septembre 2011 pour continuer d’en bénéficier et qui sont qualifiés de « camps de travail » par plusieurs observateurs affirmant aussi que ce sont notamment les Roms qui sont visés.
    – Une autre mesure prise par le gouvernement de Viktor Orbán consiste à imposer aux diabétiques des contrôles de leur régime alimentaire avec refus d’accès aux médicaments les plus efficaces pour ceux ayant commis des dépassements.
    – Viktor Orban, lors d’une session parlementaire le 11 mars 2013, fait adopter une nouvelle modification de la Constitution.////…les modifications approuvées par le Parlement hongrois « soulèvent des préoccupations en ce qui concerne le principe de la primauté du droit, le droit de l’UE et les normes du Conseil de l’Europe », ont écrit José Manuel Barroso et Thorbjørn Jagland…

    Il me semble pourtant que Barroso est un exemple de la droite non molle…

    Voilà le style. On commence par les diabétiques on continue avec les ROMs. et les “autres” ont de quoi s’inquiéter (voir un reportage de la RTBF en 2013: http://www.rtbf.be/info/dossier/c-est-ca-l-europe/detail_renouveau-de-l-antisemitisme-en-hongrie?id=8015783)

  11. Hum, personnellement je vois pas Marine en Führer et organiser un incendie bidon pour liquider ses opposants (reichtag) ou une nuit de cristal.
    Regardez en italie, l heritier de musolini et du fascisme (le MSI de Fini) s est transforme en un parti de droite classique

    Il y a donc pas mal de chance que le FN fasse de meme. Probablement plus de chance que ca se termine comme ca qu en III Reich.

    Par contre, il faudrait un jour se demander pourquoi le FN monte au lieu d agiter un epouvantail qui n a pas lieu d etre !
    Normalement, ce parti devrait faire 2-3 % des voix, comme les ecolos. Apres tout , comme EELV ils se bouffent aussi le nez entre eux (marine contre papa et avant c etait megret contre Le Pen) , leur programme economique est ridicule (comme chez EELV) et ils sont credible sur pas grand chose.
    Mais ils vont arriver aux second tour de la presidentielle grace a la nullite de la classe politique francaise qui a tellement bien verouille le systeme qu on aura en 2017 le choix entre Marine et soit un repris de justice incapable (Juppe) et un incapable futur repris de justice s il ne prend pas sa revanche sur Hollande (Sarkozy)
    Et franchement si le FN fait 40 % des voix en 2017 ca sera pas car les francais revent de ratonnade mais simplement un beau bras d honneur a notre classe politique

    PS: regardez le spectacle navrant de notre president. Pour se faire reelire, il est pret a tout. Il se ridiculise en allant visiter une retraitée a qui ont a bien dit ce qu elle devait dire, et surtout ne pas dire

Laissez un commentaire

« »