Comment croire en Dieu après la Shoah ?


Car finalement, elle est là la question, la seule qui au fond mérite d’être posée, la seule qui résiste au temps, la seule qui nous interpelle au plus profond de notre âme.

La seule qui doit être prise en considération quand on s’interroge sur les fondements même de sa foi, lorsque, sans fard ni artifice, dans ce face-à-face terrible avec nous-mêmes, on s’essaye à comprendre l’essence même de notre être, la raison de notre présence sur cette terre, le pourquoi de notre existence.

Comment parvenir à concilier la croyance en un Dieu aimant et protecteur et l’effroyable réalité des chambres à gaz ?

Comment ?

J’aurais pu être croyant avant la Shoah ; après, en conscience, je ne le peux plus.

Je n’accepte pas l’idée d’un Dieu qui abandonnerait ses enfants à un sort si funeste, qui se détournerait de la tragédie en train de se dérouler sous ses yeux pour vaquer à ses occupations, qui laisserait le marteau de l’innommable s’abattre sur son peuple et ne viendrait pas le secourir.

Je sais.

Je sais la réponse du croyant.

Dieu est Dieu.

Il n’a de comptes à rendre à personne.

La folie des hommes ne le concerne en rien.

Son rôle n’est point d’intervenir dans le cours des affaires humaines aussi tragiques soient-elles.

Je connais cette phrase bouleversante d’Élie Wiesel déclarant à propos d’Auschwitz  que ” le silence de Dieu c’est encore Dieu.”

J’entends l’argument ”d’un Holocauste contre un retour en Terre promise. ”

Et, à cette litanie d’arguments,  j’adresse une fin de non-recevoir.

Je ne peux pas adhérer à l’idée d’un Dieu qui permettrait à son peuple de sortir d’Égypte au prix d’exploits retentissants pour quelques siècles plus tard l’abandonner à la porte des fours crématoires.

De ce Dieu-là, je n’en veux pas.

J’entends encore l’affreux cris des déportés qui jusqu’à l’ultime seconde continuaient à lever les yeux au ciel en Lui demandant ” qu’attends-Tu pour venir nous sauver ? Ne sommes-nous pas Tes Fils ? N’as-tu pas conclu une alliance avec nous ? N’es-tu pas le Dieu d’Israël ? Pourquoi, alors que nous avons tant besoin de toi, continues-Tu à te taire ? ”

Et je réfute, oui je réfute, de tout mon être, cette idée d’un Dieu qui se figerait dans le silence pour mieux nous punir de ne pas avoir suivi à la lettre ses consignes ou ses préceptes et nous abandonnerait à notre triste sort pour nous ramener vers Lui.

Je conçois qu’un tel Dieu puisse exister, je n’affirme pas son impossibilité à exister, je dis simplement, en tant que personne humaine, en tant que Juif né après la Shoah, dans la pleine acceptation de ma condition d’être doué de conscience, mon désaccord entier, total, irréversible ou presque avec Lui.

Je réalise la naïveté de cette assertion, je saisis toute l’insignifiance de mon raisonnement, je perçois même son caractère enfantin et pourtant, envers et contre tout, je la maintiens.


Je suis divorcé avec Dieu.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                       Pour suivre l’actualité de ce blog, c’est par ici : https://www.facebook.com/pages/Un-juif-en-cavale-Laurent-Sagalovitsch/373236056096087?skip_nax_wizard=true

29 commentaires pour “Comment croire en Dieu après la Shoah ?”

  1. Shalom,
    Je ne suis pas juive mais “m’ intéresse” à cette macabre histoire car ma grand-mère m’a parlé de la guerre qu’elle a vécue en tant que résistante. J’ai 43 ans aujourd’hui et garde précieusement avec moi le livre qu’elle m’a confié avant de mourir “camps de concentration” paru en 1946.
    Pour moi Dieu n’existe pas, car s’il existait vraiment, il n’aurait pas permis que tant de périodes funestes arrivent.
    Je n’en peux plus que l’on tue des gens au nom de telle ou telle religion. Je suis athée plus que jamais et j’ai l’impression d’être née au mauvais moment au mauvais endroit.
    Merci pour votre blog. je ne sais pas écrire aussi bien que vous, mais sais reconnaître votre talent.
    Charlotte

  2. Pourquoi s’en prendre à Dieu ? En quoi est il responsable de la folie des hommes ? Pour en faire un bouc émissaire ? En quoi est il concerné ? Votre texte (très metaphysicien) n’est pas celui d’un athée mais d’un croyant deçu. Et qui espère croire encore. Les athées véritables n’ont pas même l’idée de se poser ce genre de questions… Un croyant de mes amis a dit à l’athée que je suis : “Je n’ai pas besoin de croire en Dieu pour croire en Dieu”.

  3. J’en arrive aux mêmes conclusions que vous. J’ai cru, je ne crois plus. Ce n’est qu’une invention humaine pour expliquer l’inexplicable et surtout pour manipuler et diriger. Mes 58 ans d’interrogation en sont arrivés à ça. Quand je vois de quoi sont capables les divers intégristes de tous bords, cela ne fait que confirmer. Contes et légendes, rien de plus.

  4. Je suis athée, j’ai été élevée sans aucune religion, et , comme dit Brassens, ” je ne me conduis guère plus mal que si je croyais en Dieu “.
    Quand j’imagine l’univers, les galaxies,les milliards d’étoiles et de planètes, je trouve d’une prétention absolue d’imaginer être autre chose qu’une ” poussière d’étoiles “, (au même titre que les autres êtres vivants) et d’une prétention inouïe de penser qu’il existerait une entité supérieure, à notre image evidemment (comme par hasard ! !!), qui se préoccuperait de nos faits et gestes. L’évolution a donné à l’animal humain la conscience du bien et du mal et une liberté relative de privilégier l’un ou l’autre pour se comporter avec ses semblables et les autres êtres vivants .Pour moi pas besoin de chercher plus loin.Et,malheureusement, la jouissance de faire le mal l’emporte souvent sur celle de faire le bien.

  5. Le texte est intéressant mais il aurait fallu citer Hans Jonas (Le Concept de Dieu après Auschwitz).

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Concept_de_Dieu_apr%C3%A8s_Auschwitz

  6. Dans la tradition juive, dieu s’est retiré de sa création après six jours. Ainsi faisant, il a laissé aux humains le soin, et la responsabilité, de terminer son oeuvre restée incomplète et donc imparfaite : c’est ainsi qu’ils ne sont pas ses marionnettes, mais des sujets libres et responsables.

    Et c’est leur responsabilité de ne pas se massacrer ; de ne pas dégrader, ou même détruire, l’oeuvre de leur créateur ce qui, non seulement serait une imbécilité effroyable, mais également un sacrilège.

    Même si, comme l’auteur de ces quelques lignes, on est un parfait athée, force est de convenir que ce récit a au moins le mérite de mettre les humains face à leurs responsabilités.

  7. Lisez “la cinquième montagne” de Paulo Coelho :)

  8. Comme j’aime vous lire Monsieur Sagalovitsch.
    Vous naviguez avec brio entre nihilisme, révolte et provocation…et vous êtes souvent, très souvent juste, à l’aune de mes valeurs et de ma sensibilité devrais-je dire.
    Sur ce texte, je suis en parfait accord avec vous… sans doute partageons nous une histoire commune.
    Continuez à écrire que je puisse avoir le plaisir de vous lire.

  9. À vous lire, de très pervers ratiocineurs vous diraient : « Et avant la Shoah, les pogromes innombrables, cela ne suffisait pas pour renoncer à croire en ce même Dieu ? » L’on ne vous soupçonne pas, loin s’en faut, d’ériger pour la seule Shoah le silence de ce Dieu sur la sellette des silences inadmissibles, et même rédhibitoires, c’est-à-dire au sens strict : suffisants pour justifier l’annulation d’un engagement, d’un contrat – ce qu’en quelque sorte, vous faites ici. Mais enfin, combien d’exterminations moindres (si l’on ose cet adjectif) au cours des siècles antérieurs ! Et qui n’ont pas fait descendre du Ciel, ne fût-ce qu’une phrase, un mot, un petit signe de compassion !

    Cela ne console pas, mais les chrétiens, entre autres croyants, affrontèrent, buttent encore contre le même silence de leur Dieu. Agnostiques – et, bien sûr, athées – fondent leur foi dans le néant d’après la mort sur le même silence, tiré de la même rédhibition : s’il existe, comment un créateur peut-il ainsi se laver les mains face aux sempiternelles manifestations de la cruauté, de la barbarie exterminatrices de ses propres créatures ? Combien d’auteurs subordonnèrent-ils son existence à un souffle, un geste, n’osant penser à une action réparatrice, devant la mort de nouveau-nés et d’enfants innocents !

    Cette foi dans une transcendance bienfaisante, aimante, dont l’humanité ne peut renoncer à se passer, n’est peut-être qu’un assez candide anthropomorphisme. Toujours est-il que la foi religieuse fait fi des preuves : si elles se manifestent, elles apparaîtront… post-mortem. Là est le hic : il faut faire confiance sans contrepartie perceptible dans l’aujourd’hui de la vie. D’où la mauvaise réputation de saint Thomas : assez logiquement, il ne croyait que ce qu’il voyait.

    De là aussi le pari de Blaise Pascal : gageons que Dieu existe. C’est moins risquer, et moins souffrir. S’il n’existe pas, du moins aurons-nous eu pendant notre vie des comportements et actions moralement acceptables. Et s’il existe, hosannah ! Il ne manquera sans doute pas d’expliquer les raisons de Ses silences devant le malheur des hommes.

    Comme l’on voit, la palette métaphysique est réduite. Il se peut aussi que la croyance en une transcendance divine ne soit qu’une invention humaine. Voir Voltaire et consorts.

  10. La connerie est la décontraction de l’intelligence …

  11. Plutôt léger comme résonnement. Du genre qu’on a à 17 ans, quand on commence à croire qu’on a tout compris, et pas commencer à comprendre qu’on ne sais rien.

  12. Divorce, colère, doute, mais pas reniement – sinon, sans électeur, pas de peuple élu!

    En réalité, la question n’est pas “comment croire en dieu” mais “pourquoi croire en dieu”, et “après la shoah [ou tout autre atrocité dont l’humanité s’est montrée capable]” à remplacer par “au vu des connaissances scientifiques mises en lumière au cours du siècle dernier”.

    Puycasquier – verbeux et à côté de la plaque quand il parle de la foi des agnostiques et des athées. Pariez s’il vous chante, étudiez et persévérez si l’abîme ne vous effraie.

  13. Tant que l’on croira à un Dieu (barbe blanche), bon et tout puissant, on est foutu.
    Par contre une puissance cosmique, qui est au delà du bien et du mal, ok pas de problème.
    Le problème est que la plupart des gens, s’imaginent que Dieu a créer l’homme à son image, alors que finalement, c’est l’homme qui s’est créer un dieu à son image.

  14. Pensée pour La Peste de Camus avec le scandale dans le discours du prêtre

  15. Il me semble que la simple existence de trois grandes religions monothéistes basées sur des “révélations” suffit à prouver la non-existence de Dieu. Ou tout au moins d’un Dieu bon. Parce qu’en dehors la question de permettre la Shoah (et tous les autres massacres inter-humains), il faudrait qu’il soit vraiment pervers, ce dieu, pour avoir trouvé rigolo de se faire connaître de différentes manières en laissant croire aux uns et aux autres qu’ils sont le “peuple élu”. Une sacrée blague pour provoquer un sacré bordel !

  16. dieu est invisible,mais il est partout.celui qui faute automatiquement il payera,si ce n est pas aujourd’hui ce sera pour demain.si on croït et on aime dieu, c est pour le pire et le meilleur.la logique de l article publie :je suis en bonne santé je suis croyant et il suffit de tomber malade et je prie dieu pour une guerison ,qui ne vint pas et je cesse de croire? c est absurde.!la médecine existe elle fait des miracles mais elle a ces limites mais elle progresse au fil des années.dieu est éternel,l homme est mortel voilà qui fait la différence.

  17. Ben oui mais bien avant ils auront pu divorcé de dieu en voyant le génocide des amérindiens les 4 siecles d’esclavage mais tant qu’on est pas concernés par un énorme crime on ferme les yeux

  18. Attention!!! Ne pas confondre la volonté de Dieu avec la volonté des Hommes!

    Dans sa grande miséricorde Dieu a laissé l’homme libre, libre de ses choix, libres de faire ceux qu’il veux, pour le meilleur mais surtout pour le pire malheureusement, surtout lorsque ce dernier s’en écarte!!

    Qu’ attendons nous de lui : Qu’Il vienne sauver tous le monde au moindre faux pas des uns et des autres? Qu’Il intervienne chaque seconde de notre vie aux moindre problème? tel un esclave des hommes soucieux de remplir leur moindre désir? franchement soyons sérieux!

    La vrai question n’est pas de savoir que fait Dieu pour nous (pourtant il en fait bcp), mais plutôt qu’avons nous fait pour lui! Pratiquons nous les vertues de l’âme? retrouvons nous l’unité de l’intellect et du cœur grâce a la prière? Cherchons nous a se recentrer sur nous même? Cherchons nous connaître Dieu a travers les énergies et la métanoïa, grâce a l’humité constante nécessaire à l’ascension de l’échelle sainte et à la patience?

    Non, à la place nous voulons devenir les plus cool, les plus populaire, revant de vaine gloire, grimpant l’échelle social où l’argent devient centre d’intérêt principal pour assouvir nos désirs, ou simplement pour survivre dans cette jungle (crise oblige).

    Il faut quand même avoir conscience que Dieu lui meme n’a pas sauver son propre fils, car il n’interviendra jamais lui meme! Et laissera les hommes à sont propre sort car chacun est libre, et dans sa grande miséricorde Dieu ne viendra jamais visiter nos cœurs sans que nous le voulions vraimént et que nous l’invitons par la prière intérieur.

  19. Je vous adore, admire, vous “M” exprimez!

  20. Hummm je me rappelle dans le premier testament que dieu abandonnai les juif a chaque foi qu’il se tournai vers d’autre faux dieu… baal, etc… exemple sous le reigne de nabuchodonosor.

  21. la seul reponse à vos interrogation est : dieu n’est pas une personne comme vous et moi. Il n’est pas concerné, il ne rend pas de compte, ce n’est pas un homme avec une barbe doté de super pouvoir qu’il peut utiliser quand il le juge bon. Sachez que cette vision est quand meme incroyablement simpliste digne d’un enfant de 3 ans, le niveau de spirtualité et d’elevation est proche de zero et c’est quand meme triste. Dieu est un tout, c’est vous moi, l’univers et tout ce qui en decoule, Croire en Dieu c’est croire que tout à un sens et que chaque chose à son importance et ses conséquence. Croire en dieu c’est accepte de faire partie du grand tout dans lequel nous evoluons et d’y prendre la place qui est la notre. Certain engendre le mal d’autre le bien mais chacun devra rendre compte.

  22. Bravo vous venez de régler la plus grande question métaphysique du siècle passé en cinq lignes.
    Chapeau bas.

  23. Avant Dieu… s’entend.

  24. Si on demande à Dieu de partir, il part et respecte la liberté humaine jusqu’à là. Il vaudrait mieux demander au diable de partir. Les Juifs d’abord les Chrétiens apostas ensuite

  25. et le pére noel dans tout ça

  26. Bjr,
    Pour moi la question est à côté de la plaque !
    Qu’est ve que vous venez regler vos problèmes avec Dieu ? Et en l’accusant d’un mal qui ne le concerne pas !!!
    Ce sont bien les êtres humains dans avec leur libre arbitre et dans ce cas dans leurs folies qui ont créé tout ça, non ?
    Le cosmos (ou l’univers) est régit par des lois…. à nous de les découvrir et de les comprendre.
    Ne rejetez jamais votre problème (quelqu’il soit) sur les autres. Regardez en vous (sans vous mentir) ce qui vous gêne et essayez de le solutionner…. C’est un chemin pour trouver la paix en vous.
    Dieu n’est pas un problème. … c’est vous qui avez un problème avec Dieu !
    Pour comprendre pourquoi malheureusement les 1ere et 2ème guerres mondiales, vues et expliquées avec causes et effets, je vous invite à lire : FRABATO LE MAGICIEN de Franz Bardon.
    Bon dimanche et bel été à tous !

  27. Je comprends bien la colère ou la révolte face à un épisode aussi atroce de l’histoire, a fortiori venant de quelqu’un dont les aïeux ont été directement visés. Mais il y a une chose que je ne comprends pas : si vous faites à Dieu le reproche de n’être jamais intervenu, est-ce que cela signifie que vous préfèreriez qu’il intervienne pour empêcher le mal à chaque fois que quelqu’un s’apprête à le faire ? Quid de notre libre-arbitre alors ? Un Dieu qui obligerait ses créatures à faire le bien serait un drôle de dieu…

  28. Croire en Dieu apres l’ HOLODOMOR ” c’est quoi ??? la grande famine organisé par les theoriciens du communisme !!! pourtant on a le droit de se promener avec le T Shirt ou casquette du marteau et faucille ?? plus de 40 millions de mort en Ukraine ! ensuite la grande famine de Mao , eh oui vs trouverez même des photos ! ah j’oubliais le genocide Vendeen, …. les crimes de la revolution française ! et tous les autres genocides …. armeniens , Hutus tutsis, iralkiens , palestiniens , INDIENS DES usa et etc

  29. ces hommes squeletiques ? quelle difference entre eux et les 700 mille enfants irakiens morts par l’embargo US dont Madeleine ALLbright a dit ” oui cela calait la peine ” toujours les 2 poids 2 mesures !

Laissez un commentaire

« »