De l’arrogance de l’athée (en ces temps troublés)

                                                                                                                                                                                                                                                  Parfois, et je dis bien parfois, et je m’en vais le réécrire une troisième fois, afin de me préserver par avance d’un déluge d’insultes, de menaces, de mises à mort, il se dégage parfois de l’athée, une sorte de supériorité morale qui lui permet en toutes circonstances d’afficher un sourire narquois devant les batailles livrées par les hommes.

C’est que l’athée sait la vanité des choses et la veulerie des hommes.

L’inanité de la pensée religieuse.

L’incurie de toute forme de spiritualité.

Rien ne peut l’atteindre.

Détaché de toutes contingences métaphysiques, débarrassé à tout jamais de l’encombrante question de l’existence de Dieu, délivré des édits religieux, il trône dans son palais comme un monarque tout-puissant toujours à même de brocarder le simple d’esprit assez sot pour prétendre croire à une autre vie possible dans un ailleurs se situant au-delà du cercle polaire.

C’est que l’athée croit en l’homme, seulement en l’homme, uniquement en l’homme.

Un homme né du hasard, de la rencontre fortuite entre des poussières d’astres, combinaison heureuse de particules élémentaires ayant, par un lent et long processus, abouti à la constitution de ce bipède plus ou moins ahuri, (plus en ce qui me concerne) nommé Homo Erectus dont la vie commence et finit avec lui.

L’athée incarne l’Homme dans toute sa superbe et sublime majesté : libre, indépendant, et par-dessus tout clairvoyant.                         

Suprêmement intelligent.

Tout le contraire du gogo attardé suivant à la lettre les préceptes ineptes de quelques illuminés qui pour conjurer leur peur de la mort se sont mis en tête d’inventer des Dieux omniscients et omnipotents.

L’athée lui naît, vit, puis meurt.

Fin de l’histoire.

Au fond, il est comme le croyant : le doute ne l’effleure jamais, il ne s’autorise jamais à remettre en question ses principes philosophiques, il a tout compris depuis le début, il a le culte des certitudes, la foi inébranlable en un monde qui se résumerait à lui-même ; il sait d’avance comment l’histoire se terminera.

L’athée est crâneur dans l’âme.

J’avoue : j’aimerais bien appartenir à la confrérie des athées heureux.

Ou alors être croyant.

Ce qui somme toute revient très exactement au même.

Les deux se réclamant de vérités qui par essence sont inaccessibles à notre intelligence et à nos savoirs.

L’idée du Néant répond à celle du Paradis ou de l’Enfer.

Le rien s’oppose au tout.

L’éphémère à l’éternité.

Tandis que moi, pauvre hère perclus d’angoisses et d’hémorroïdes, je continue à gratter d’un air perplexe mes trop vieilles couilles en me demandant comment un miracle tel que la vie humaine peut avoir existé sans le coup de pouce d’une intervention supérieure.

Et la seconde d’après je m’interroge sur la présence hypothétique d’un Dieu dont je ne comprends ni les motivations ni encore moins les agissements.

Et restant tout à la fois terrifié que ma vie puisse se terminer avec ma mort et encore plus terrifié qu’elle puisse se perpétuer jusqu’à la nuit des temps.

Bref, je doute.

Et quand je suis vraiment en forme, j’en arrive même à douter de mon doute.

Je ne connaitrai jamais la douce paix de l’athée qui trouve rafraîchissante l’idée que son âme ne survivra pas à sa disparition. 

Je jalouse la certitude inébranlable du croyant qui salive déjà à l’idée de loger dans un palais céleste sans avoir à débourser une quelconque caution pour être sûr de l’occuper.

                                                                                                                                                                                                                                                 Je navigue entre deux eaux.

                                                                                                                                                                                                                                                      Et à force j’ai le mal de mer.

                                                                                                                                                                                                                                                           Pour suivre l’actualité de ce blog, c’est par ici : https://www.facebook.com/pages/Un-juif-en-cavale-Laurent-Sagalovitsch/373236056096087?skip_nax_wizard=true

55 commentaires pour “De l’arrogance de l’athée (en ces temps troublés)”

  1. super bon texte, j’aime les gens qui doutent parfois.

  2. L’arrogance, selon le Trésor de la langue française, se définit ainsi, dans son tout premier sens : « Comportement fait de mépris et d’insolence, le plus souvent affectés ».

    Intéressant, ce « le plus souvent affectés », s’agissant du mépris et de l’insolence de l’athée qui, à vous lire, sait tout. Ou : saurait tout ? Quelque visage qu’il montre, quelque assuré que paraisse son discours, l’athée n’est peut-être pas vraiment celui que « le doute n’effleure jamais » (sic). D’ailleurs, vous le savez, puisque n’appartenant pas « à la confrérie des athées heureux » (sic). Ainsi, « la douce paix de l’athée » trouvant « rafraîchissante l’idée que son âme ne survivra pas à sa disparition » (sic) est sans aucun doute moins pimpante d’avoir été tournée, encore et encore, sous un crâne moins… crâne qu’on pourrait croire.

    Sans doute existe-t-il plus d’athées affectant la bravoure, fanfaronnant face au néant auquel leur mort les expose, que de matérialistes purs ; lesquels n’affectent nul courage ostentatoire devant l’idée d’une disparition définitive, d’un terme sans autres suites ou… séquelles (s’ils ne sont pas très fiers – cas le plus fréquent – d’une existence insuffisamment remplie de rêves réalisés) qu’une vive absorption de leur dépouille par de voraces petites bêtes.

    Loin de s’arroger la grandeur nietzschéenne de qui sait ce que le faible redouterait d’admettre (le Rien, comme peu enviable avenir !), votre « arrogant » et absolu incroyant partage sans doute votre métaphysique « mal de mer ».

    Un ou deux (gardons raison !) petits verres d’un lumineux entre-deux-mers, après quelques fines de claires, allez ! cela vous ravigote les Sisyphe remontant leur pierre jusqu’au sommet… avant qu’elle ne dévale encore.

  3. Vous organisez un concours de métaphysique, je ne vois pas ça comme ça, la félicité certains y accèdent d’autres non indépendamment de l’absence ou non de croyance, je connais quelques agnostiques que le doute fait bander. Pour moi l’athéisme ce n’est pas se bercer de certitudes, c’est apprendre à vivre avec ce “je ne sais pas”. C’est étrange cette façon que vous avez d’opposer les uns aux autres pour vous définir. Et puis il y a la mort et la solitude mais il y a aussi l’éthique et la morale. Vous dites “que l’athée croit en l’homme, seulement en l’homme, uniquement en l’homme.” Quel est le problème?
    “Lorsque mes yeux regardent dans les yeux d’autrui, alors nous percevons l’un et l’autre un autre ordre des choses et peut être un tout autre de grandeurs – Là commence l’autre monde.” Paul Valéry
    Perhaps…

  4. Hé bien au risque de vous contredire Monsieur, il existe des athées qui doutent et qui sont malheureux de ne croire en rien, car parfois croire en Dieu soulagerait bien des peines ou des angoisses, apporterait quelques réponses à vos questions métaphysiques.
    Oui, ça existe, des gens qui ne “croient” en rien et qui pour autant ne se sentent pas supérieurs aux autres mais juste plus démunis car sans aucune certitude.
    Moi aussi je suis athée et je ne l’expose pas comme une fierté, c’est juste comme ça et c’est tout.
    Mais vous parlez sans doute dans votre texte d’une espèce de caste d’intellectuels (donc presque forcément athées), que vous fréquentez sans doute et qui eux, ne doutent de rien.
    Tout le monde ne s’enorgueillit pas du courage qu’il faut pour affronter le monde et la mort sans foi. Commencez déjà par là, savoir comment s’en sortent les athées qui ne revendiquent pas leur condition. Un bel article du courrier international leur a été consacré un jour. Ils sont pour la plupart du temps persécutés dans de nombreux pays. Voilà un fait.

  5. Je partage cet état d’esprit, j’ai du mal aussi avec la pensée athée. Comme si on me disait sans cesse : “sois intelligent, sois athée, si tu ne veux pas être stupide”.

    Juste un bémol, il faudrait préciser que l’on parle ici de l’athée militant, bref de la personne active ayant une “croyance athéiste” dans un sens, pas de la personne athée passive qui ne ramène pas son opinion à tout bout de champ et encore moins de l’athée “par défaut” qui est plutôt un apathéiste mais ignore ce néologisme.

    Bref oui à ce billet, mais c’est surtout l’arrogance de certains militants athées qui est plus gênante qu’autre chose. De même que c’est le prosélytisme des croyants trop militants qui va poser problème aussi.

  6. le problème est mal posé depuis l’aube de l’humanité . Je suis athée . Mais persuadé que les Dieux existent depuis l’aube de cette même humanité . Donc je dis : les Dieux existent partout , depuis toujours . Lire La tentation de Saint Antoine de Flaubert . Moi personnellement , je n’y crois pas . J’ai décidé de faire sans .

  7. Merci pour ce texte.

    Vraiment.

    N’étant ni athée, ni croyant moi-même, je commençais à désespérer, à force de râler, de grogner, de marmonner et de me heurter (au mieux) à l’incompréhension et à la morgue générale. Quel soulagement, donc, de “me lire” sous la plume d’un autre.

    ( et je le prouve : http://www.gameblog.fr/blogs/liehd/p_110683_athees-vous-ne-savez-pas-quoi-faire-de-vos-vacances-testez-l )

    ça vaut ce que ça vaut, mais ça reste réconfortant.

    Et pour répondre brièvement (parce que j’ai déjà pratiqué ailleurs et que c’est sans fin – et sans grand intérêt, au bout du compte) aux commentaires précédents : l’athée croit. Point. Il croit même qu’il doute, c’est là son grand drame. Il croit, dès le postulat qui le définit, à savoir : celui qui veut qu’il n’existerait pas de Dieu. Parce que sans preuve objective, si évident que la chose paraisse, elle reste une illusion de savoir, égale à celle du Croyant dans sa foi. Et donc, pas un savoir du tout. Or c’est cette position qui conditionne l’athéisme et, plus concrètement, tout ce que va être l’athée en termes de logique comme de réflexion. Rien d’étonnant, alors, à ce que comme le Croyant, l’Athée ne soit pas prêt de pouvoir l’admettre. :)

  8. Mercii, j’ai adoréééééé!!!!

  9. Nous sommes oiseaux du même nid. Pas facile.

  10. L’athéisme est animé de doutes portant sur le vivant. Ce sont par définition des doutes auxquels ils à même d’apporter une réponse, ou a défaut, d’améliorer le vivant.

    Le croyant lui se déroge du présent en cela qu’il vit constamment dans le passé (la création) ou le futur (la vie après la mort). C’est à la fois lâche et égoïste, en cela que s’il y a bien une chose qui nous rapproche tous, c’est notre qualité d’être du présent.

  11. En étant agnostique, le mieux, sincèrement, c’est de tenter, tant que possible, de ne pas se soucier de la mort ou de l’au-delà. Comme de toute façon c’est une vérité inaccessible, autant faire comme on peut pour ne pas y penser.

    D’où l’importance des distractions.

  12. «je prends un grand plaisir à manier l’art du contre-pied, que je n’aurai cesse de vous provoquer et de vous titiller afin que vous vous sentiez offusqué au point d’aller pondre un commentaire rageur et furieux auquel je prendrais un malin plaisir à répondre. Toujours.»

    Défi relevé.

    Et bien ! Que de mots pour étayer une thèse somme toute très simple. «Les zatés sont comme les croyants, des cons qui savent tout et qui ont tout vu. De ça, j’en ai la certitude.» Vos propos, une fois synthétisés donnent à peu près ceci dans ma tête.

    Pour illustrer un peu ce qui ce joue chez ceux que vous définissez par un seul terme «athées», voici une petite métaphore vous mettant dans une case bien précise que je vous laisse le soin de nommer :

    « Pffff ! Les baleines et la levure du boulanger ? c’est du pareil au même, je regrette aucune différence. Tous des eucaryotes !

    – Certes… Et bien bonne journée à vous.»

    Les footeux ? Tous des beaufs !

    Paix et amour espèce de grincheux :)

  13. Vous forcer sans doute un peu le trait mais c’est la beauté de votre caricature de sonner cependant vrai. Ce genre de lecture qui m’égratigne un peu me plaît beaucoup et je ne m’offusque pas de rire aussi de mes certitudes, sont-elles en fin de compte fragiles?
    Je vous rejoins comme je rejoins certains autres commentateurs sur l’existence du doute. J’ai l’impression d’avoir conquis mon incurie et mes convictions athéistes. Il s’agit à mes yeux et dans mon parcours plus d’une succession de deuils plus qu’un postulat de certitude. J’aime penser qu’une conviction se construit, y compris contre soi-même et la pensée magique qui nous habite dès l’enfance. J’ai même voulu croire je me suis cherché une religion en ai goûté plusieurs ai même été séduit par un syncrétisme, j’ai lu, tenté de comprendre puis renoncé.
    C’est peut-être un procédé facile me direz vous, mais j’en suis arrivé à faire une distinction entre ce que j’appelle un ‘élan’ que l’on peut qualifier de spirituel et les préceptes, fables et légendes que proposent les cultes. Car vient toujours l’épreuve de la matière et en ce qui me concerne la place de la sexualité m’a toujours posé question. Je ne parviens pas à pardonner aux cultes de nous prendre par les sentiments les plus reliants, le goût pour les questions, la soif d’absolu, l’émerveillant le sens du sacré pour nous proposer des recettes, des préceptes, une communauté au contrôle horizontal renforcé. Tout mouvement m’invitant à participer au ‘bien penser’ me fait le même effet, les religions ne sont pas les seules sur le marché des disciplines individuelles utiles à la collective.
    A bien y penser, il est parfois aussi difficile d’imaginer le néant que l’être. C’est ainsi que je ne pense pas être victime de la condescendance que vous dénoncez à juste titre. Il peut y avoir un athéisme paresseux, comme une esquive, le refus du doute. Une supériorité qui se nourrira en moquant jusque l’enfant et son doudou mais en oubliant que nous avons tous eu peur du noir et de l’abandon.
    Allez, soyons humbles et rions aussi de nous, ça nous évitera le gros cou et peut-être même que le ciel étoilé en sera témoin.

  14. Bien que me définissant comme athée, je sais très bien ne pas pouvoir être absolument certain de l’inexistence d’un dieu, mais ce sont les religions qui m’exaspèrent par leurs dogmes et leurs rites tous plus inutiles les uns que les autres.
    Je me permets de vous proposer quelques réflexions sur ces sujets (en utilisant parfois des outils en provenance de la logique et des mathématiques afin d’essayer de résister à l’analyse critique indispensable).

    1) De la relation entre l’existence de dieu(x) et les religions.
    Les 3 propositions suivantes étant mutuellement exclusives et leur ensemble étant complet, une et une seule est nécessairement vraie :
    (1) Il n’existe aucun dieu
    (2) Il existe un dieu et un seul
    (3) Il existe 2 dieux ou plus
    Si (1) est vraie, alors toutes les religions sont des constructions humaines qui peuvent donc être critiquées voire déconstruites si elles sont nuisibles, et l’athéisme est dans le vrai.
    Si (2) est vraie, alors il n’y a aucune raison d’avoir plusieurs religions, ni surtout de se battre pour elles. Et cela signifie aussi qu’une seule religion est “la bonne” (voire zéro si toutes celles que l’humanité a connues jusqu’à présent sont dans l’erreur, ce qui ne saurait être exclu).
    Si (3) est vraie, alors aucun de ces dieux n’est tout-puissant comme l’enseignent les 3 principaux monothéismes (et leurs diverses branches), et toutes ces religions sont donc dans l’erreur.
    Il parait alors judicieux d’inverser le pari pascalien en choisissant une règle de vie basée sur un athéisme « épicurien », c’est-à-dire en faisant le pari qu’il n’y a aucun dieu mais en se comportant le mieux possible envers les autres au cas où il y en ait un qui nous juge (ce qui n’est pas évident, il peut exister un dieu mais qui se moque de l’humanité comme de sa première chaussette, si on peut dire).

    2) De l’évolution des religions dans le temps.
    Il est indéniable que de nombreuses religions ont existé sur terre, certaines ayant disparu et d’autres étant toujours d’actualité. En les analysant, on s’aperçoit qu’une de leurs fonctions était d’expliquer l’inexplicable jusque dans des aspects parfois triviaux de l’existence humaine (les catastrophes naturelles, les maladies, la météo,…). Malheureusement pour les religions, les sciences ont réussi depuis quelques siècles à faire cela de manière beaucoup plus convaincante, et cette tendance s’est sérieusement accélérée au cours du dernier siècle au point de ne quasiment plus laisser aucune place aux religions sur ce terrain (sauf pour les ignorants évidemment). Il est d’ailleurs intéressant que les études faites à ce sujet montrent une corrélation inverse entre niveau d’études et religiosité, la profession la plus athée étant celle de docteur en sciences physiques !!!

    3) Du « choix » d’une religion.
    Autant nos caractéristiques physiques (taille, couleur de peau, morphologie,…) sont très majoritairement innées et dictées par nos gènes, autant nos croyances (ou leur absence) sont entièrement dictées par notre environnement puis, parfois, par nos choix individuels. Or cet environnement de départ est uniquement le fruit du hasard : je pourrai très bien être né ailleurs ou, au moins, avoir grandi dans un autre environnement (adoption, émigration,…) qui m’aurait inculqué d’autres croyances. Vouloir imposer aux autres ce qui n’est pas de mon fait apparait dès lors comme un sérieux abus de pouvoir !

  15. Monsieur, je t’aime !

  16. existe t’il un mot definissant la non croyance au pere noel

  17. L’athée sait qu’il a raison tout simplement parce que avant de se dire athée il s’est posé toutes sortes de questions sur les religions.

    Et en utilisant la LOGIQUE, le RAISONNEMENT, le BON SENS, … il est en arrivé à la conclusion, ou devrais-je dire toute simplement la “vérité logique” (et je dis bien “vérité logique” et non pas “vérité” tout court) que le principe même de religion est irrationnel, illogique et de facto stupide.

    Il est surtout obsolète et est une cause de beaucoup de maux (même s’il faut bien l’avouer, certaines actions prises au nom d’une religion trouveraient tout simplement une autre cause. L’Homme restera Homme)

    Les religions reposent sur la foi… l’athée se repose sur la logique, la science et le raisonnement.

  18. la foi peut exister en dehors du cadre de toute religion !

  19. Petite nuance, et là, je ne parle qu’en mon nom.

    Je crois en l’amitié, en l’âme que nous avons tous et nous rend tous uniques, en celles des animaux aussi. En la gentillesse et en la tristesse, en l’avenir, les générations futures et les autres, en l’espoir et au désespoir. Toutes les belles valeurs de la religion, je les ressens toutes, je les vis toutes, il n’y a que les phénomènes de “récompenses / punitions divines” que je ne crois pas.
    Haïr quelqu’un c’est un peu le faire mourir car personne n’aime se savoir détesté (c’est un peu se sentir souillé, comme un poids).

    Malgré tout, mon côté pragmatique me laisse une question à laquelle je ne sais pas répondre.

    Mon esprit a été formé libre, et les religions qui me sont présentées sonnent toutes comme un “je me base sur le fondement suivant : “on parle de toute façon de quelque chose qui ne serait pas visible depuis notre monde donc tu ne peux pas prouver que c’est faux”, parsemées de nombreuses découvertes scientifiques pourtant si claires et opposées aux récits bibliques.

    Mais, je peine néanmoins à m’expliquer scientifiquement l’âme que nous avons en chacun de nous.
    Et si, de tout le fonctionnement du cerveau, on reproduirait une machine capable de fonctionner pareil ? Des souvenirs plus ou moins furtifs, des envies etc.
    Si on met la machine en veille et qu’on change le processeur, est-ce la même âme ?

    Car si un scanner futuriste me “photocopie” de toutes mes molécules dans leur état actuel, et fait un deuxième moi qui ne se rend même pas compte qu’il est une “copie”, si moi on me tue, personne ne se rendra compte de rien, pourtant l’âme qui vivra à ma place ne sera pas la mienne : je serais mort et je ne profiterais plus jamais de ce que va vivre mon remplacant. Do you see what I mean ? 😉 Étrange question n’est-ce pas. Je ne sais pas résoudre ce problème scientifique. Le photocopieur en question n’existe pas encore (et n’existera peut-être jamais car trop complexe) mais le problème scientifique posé reste entier !

  20. Je n’aime pas votre texte et je vais contre argumenter.

    Je suis athée et oui je suis arrogant et je me sens 10000 fois supérieur aux croyants. Je ne crois pas en un monde parallèle où tous les êtres vivants finissent pour l’éternité. Je vous dis pas l’ennui…
    Les croyants perdent leur temps à prier une divinité inexistante… Si c’est ça profiter de la vie… Autant qu’ils (les croyants) rejoignent leur créateur tout de suite et ainsi éviter de faire chier les autres.

    Je veux néanmoins corriger quelques pseudos idées que vous avez de nous les athées. On promeut pas l’intelligence mais le minimum de logique et de bons sens. De vivre sa vie comme on l’entend sans qu’on soit systématiquement jugé par des fanatiques religieux qui se disent tolérants alors qu’ils le sont point.
    L’athée n’a pas besoin d’un livre archaïque pour savoir se comporter dans la société. L’athée n’a pas besoin qu’on lui dicte quoi manger. Il se sert de sa conscience et de l’éducation qu’il a reçu pour vivre parmi les autres.
    L’athée n’est pas un ange. Il y a des criminels comme de partout. Il y a des athées qui n’ont aucune conscience de la valeur de la vie dont celle de l’homme. L’athée est avant tout un être vivant avec ses problèmes et ses bonheurs.
    L’athée n’est pas plus heureux qu’un autre pour autant. Il a peur de mourir comme tout le monde mais il est conscient qu’une fois mort, c’est fini. Il y a pas de passage dans l’au-delà. C’est le néant. On existe plus. Plus de conscience; Pas d’âme qui survit et c’est dommage car c’est tellement mieux de vivre dans un monde féérique. Seule chose qui reste est ce corps inanimé qui se décompose et qui retourne à ses origines. (Si je vous dis que vous avez déjà bouffé au moins un cadavre humain dans votre salade de carotte, vous me croyez ?)

    Parlant de l’âme, il y en a pas. L’homme comme tout être vivant n’est qu’un être vivant. Un animal parmi les autres animaux. Un être vivant parmi les autres êtres vivants. Sa seule différence est dans sa capacité intellectuelle. La capacité d’imaginer, de s’adapter, de modifier son environnement, d’utiliser des outils, de se souvenir de son passé tout comme se projeter dans l’avenir. La conscience n’est qu’une réaction électrique et chimique entre les milliards de neurones.
    Sachant que l’avenir n’est pas joyeux, l’homme a inventé ce Dieu protecteur et son paradis pour se rassurer qu’il y aura une meilleure après celle-ci. L’homme a inventé la bible, le coran et tout autre torchon pour donner des règles de conduite dans la société de l’époque. Ceux qui ont pondu ces torche-culs ont bien entendu profité pour glisser quelques bons textes d’appel au meurtre juste pour s’amuser.

    -2000ans sont passés (5000 ans pour les juifs) et il est temps enfin de s’en débarrasser.-

    Internet n’est pas inventé par dieu. Votre ordinateur n’a pas été fabriqué par magie ou en pleurnichant contre un mur de pierre. Vos smartphones ne fonctionnent pas avec de la poudre de fée. Les satellites qu’on envoie pour que vous puissiez avoir le GPS ou la télé ne sont pas sortis d’un chapeau. Les voitures ne fonctionnent pas avec de vrais chevaux sous le capot.
    Tout ça c’est de la science, de la recherche, des millions d’heures de calculs, de la volonté à comprendre comment fonctionne le monde et donc l’univers. Toute cette recherche et ces découvertes ont permis d’avoir tout ce dont tout être intelligent possède sans qu’on lui dise que c’est dieu qui l’a fabriqué.

    -Si Dieu existe, alors Dieu est le petit chinois qui fabrique vos chaussures de marque que vous payez des centaines d’euros.-

    L’athée est avant tout terre-à-terre et ne cherche pas à être supérieur à qui que ce soit. Il ne cherche pas à tuer son voisin parce qu’il n’a pas la même conception de la vie ou parce qu’il n’est pas d’accord sur la couleur du slip qu’il faut porter.

    L’athée veut simplement profiter de la vie dont ses parents lui ont donné. L’athée veut faire évoluer le monde qui l’entoure. L’athée veut voyager par-delà le ciel “le paradis pour les croyants” et atteindre d’autres mondes (planètes). L’athée est avant tout un scientifique.
    L’athée n’a pas la prétention de tout savoir. Au contraire, l’athée veut toujours apprendre et a le sentiment de n’avoir pas tout appris. Il cherche è comprendre par la logique à la différence du croyant dont la réponse est toujours “dieu” quand il est incapable d’accepter le qu’il ne comprend pas.

    -L’excuse de l’ignorant est “grâce à dieu”.-

    Pour finir, l’athée n’oblige personne à être comme lui. Il veut simplement que le bon sens l’emporte sur l’ignorance et l’intolérance des faux culs que sont la majorité des croyants. Ceux même qui se cachent derrière des textes archaïques pour se dédouaner de leurs crimes et de leur incapacité à comprendre le monde réel.

    Cordialement.
    Un Athée

  21. L’athée n’a pas besoin d’un livre archaïque pour savoir se comporter dans la société. L’athée n’a pas besoin qu’on lui dicte quoi manger. Il se sert de sa conscience et de l’éducation qu’il a reçu pour vivre parmi les autres.

    Mais cher ami, l’éducation que vous avez reçu, la morale qui est la vôtre, est par nature, que cela vous plaise ou non, d’essence judéo-chrétienne.
    Vous êtes un enfant du Livre.
    Ce n’est pas de votre faute mais c’est ainsi.
    Après que ce livre raconte des bobards ou pas, c’est encore une autre histoire.

    ” Il ne cherche pas à tuer son voisin parce qu’il n’a pas la même conception de la vie ou parce qu’il n’est pas d’accord sur la couleur du slip qu’il faut porter.”

    Vous pensez sincèrement qu’un monde seulement peuplé d’athées serait un monde sans guerre ? Que personne ne chercherait à conquérir le territoire d’â côté. Que le meurtre n’existerait pas ? Il me semble que le seul régime officiellement athée qui ait pu exister est celui incarné par le stalinisme pur et dur. Pas vraiment une réussite…

  22. L’inconscience et la superficialité de votre billet me sidèrent. L’arrogance de l’athée ne tue personne, celle du religieux torture, massacre, viole, détruit TOUS LES JOURS. Le religieux entend régir la moindre parcelle de vie de ses croyants, en contrôlant les femmes (surtout leurs utérus), en privant les hommes de la moindre réflexion critique, en dogmatisant le moindre comportement, en jugeant, en stigmatisant. L’athéisme n’est pas une opinion, c’est la possibilité d’en AVOIR UNE.
    Une athée arrogante qui n’a pas de sang sur les mains, elle.

  23. PS : histoire d’en rajouter en relativisme, vous devriez faire un billet sur l’arrogance des extrêmes et amalgamer l’extrême-gauche et l’extrême-droite. J’attends de vous lire avec impatience.

  24. “L’éducation que vous avez reçu, la morale qui est la vôtre, est par nature, que cela vous plaise ou non, d’essence judéo-chrétienne” : sauf à faire l’hypothèse que cette morale est “tombée du ciel”, elle tient elle-même son origine d’autres morales antérieures et cette “judéo-chrétienté” peut donc être considérée comme une phase parmi d’autres, sans supériorité intrinsèque.
    Qui plus est, il est tout à fait possible de choisir d’autres morales parmi toutes celles développées par les philosophes au cours des 3 derniers millénaires, mais cela demande effectivement un travail plus exigeant que la simple conformité à des règles imposées par gavage.

    “Vous êtes un enfant du Livre.” Justement non, contrairement à ce que veut me faire croire la religion chrétienne (la seule que je connaisse suffisamment, mais c’est probablement pareil pour les autres), je ne suis pas un enfant. Je suis un adulte qui peut réfléchir et étudier pour s’extraire d’un supposé déterminisme en s’opposant à sa généalogie. Un des principaux problèmes de la religion est précisément de conserver les hommes dans une position d’enfant qui doivent obéir sans discuter, sans apprendre et sans comprendre. C’est par contre une méthode géniale pour permettre à quelques puissants de maintenir sous contrôle les masses afin qu’elles ne se révoltent pas pour s’extraire de leur condition misérable. Ce n’est pas pour rien que la religiosité est plus forte dans les pays pauvres : enlevez la religion et la marmite explose.

    “Vous pensez sincèrement qu’un monde seulement peuplé d’athées serait un monde sans guerre ?” Non, évidemment, mais cela ferait quand même une raison de moins de se taper dessus, et pas des moindres au regard de l’histoire. De plus, un monde sans religion n’est pas un monde sans morale, mais c’est un monde plus exigeant et (malheureusement) probablement incompatible avec le niveau d’éducation moyen actuel.
    Quand au stalinisme; c’était juste une religion sans dieu, avec un père (Staline), un clergé (le parti) et une transcendance (l’Etat).

  25. Mes parents sont de confession orthodoxe et non, je n’ai jamais reçu d’éducation religieuse. Mes parents ont été assez intelligents pour m’apprendre à réfléchir par moi-même et à comprendre ce qui m’entoure. La chance que j’ai eu est aussi le fait que mes parents soient des artistes (artiste peintre et photographe) donc des curieux et pleins d’imagination. Eux sont restés croyants à leurs manière en gardant leurs traditions tels que pacques, etc mais ne prient pas et ne pratiquent pas.
    Moi je me suis affranchi de tout ça depuis que j’ai commencé à comprendre le monde. C’est à dire, à partir de 8/10ans. Oui, avant j’étais forcement enclin à croire au père noël et au jésus sur la croix car j’avais pas les outils suffisamment affutés pour me défendre intellectuellement face à la horde de laveurs de cerveaux qui te menacent d’aller en enfer juste parce que tu ne suis pas LEURS principes.

    Mais parlant d’éducation, l’athée peut être n’importe où et peut surgir de n’importe quelle famille. Qu’elle soit de confession orthodoxe, catholique, juive, musulmane, bouddhiste, indouiste, etc. L’athée conçoit la vie autrement que par celle qui est écrite dans des torchons. L’athée se rend compte à quel point c’est stupide d’aller pleurnicher contre un mur. De courber l’échine devant une représentation en bois. De se mettre à genoux en direction d’un cailloux.

    Je vois que vous n’avez pas lu mes arguments jusqu’au bout car j’avais justement dit que l’athée n’est pas un ange. L’athée ne se détache pas de la nature humaine. Il est comme tout le monde avec ses peurs, ses envies, ses colères, ses bonheurs, ses crimes, ses principes, etc. C’est un être humain.

    Le stalinisme n’était pas athée. Staline était athée mais rien n’indique que le peuple qui le suivait l’était également.

    -Ce n’est pas parce qu’un chef est un con que toute l’équipe l’est également.-

    Le stalinisme tout comme le nazisme ne faisait pas de différences et tout le monde était visé. Qu’il soit juif, athée, intellectuel, poète, écrivain, artiste, tzigane, copain d’enfance, etc.
    A vraie dire, il n’y a pas eu vraiment de régime athée proprement dit. En tout cas l’histoire n’en parle pas.

    Des connards sans principes et qui aiment le pouvoir n’ont pas de bannière. Ils sont ce qu’ils sont. Qu’ils soient croyant ou athée.
    La différence est que les athées ne poussent pas au crime au nom d’un ami imaginaire.

  26. C’est intéressant de voir à quel point certains commentaires illustrent parfaitement le sujet, en fait la plupart des gens sont persuadés de détenir la vérité: il n’y a pas de Dieu, la science peut tout prouver, etc… Ou à l’opposé les croyants se confortent dans les écrits anciens et les défendent becs et ongles contre les impies.
    Il n’y a pas de place au doute et chacun crie haut et fort sa supériorité morale.
    Quand à moi je préfère me fier à Descartes: “Tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien”, ce mode de pensée préserve de tout fanatisme et permet de s’intéresser à toutes religions sans emmètre de jugement narquois: Ayant beaucoup voyagé et prié avec des chrétiens, musulmans, bouddhiste, hindous, je dois admettre qu’il y a des forces qui nous dépassent et que sans “l’opium du peuple”, ce monde serait bien fade…
    En Inde par exemple, pays mystique par excellence, les catastrophes font partie intégrante de la vie des indiens: famines, guerres inter-religieuses, cyclones, déplacements massifs de populations. Sans être fréquents, ces phénomènes sont admis et interprétés comme des manifestations divines, chacun y verra un signe pour améliorer son karma et reprendre le cours de la vie avec ardeur.
    Notre société laïque a quand à elle bien du mal à rebondir, obnubilée par le Dieu croissance et son prophète Apple.
    Doutons et ouvrons nous au monde qui nous entoure !

  27. Pour information nous ne sommes pas des Homo érectus mais des Homo sapiens sapiens (l’homo érectus a disparu il y a au moins 300 000 ans ….)

  28. Seul l’agnostique sait, il sait qu’il ne sait pas, les Athés sont des vaniteux, des orgeuilleux, les croyants des êtres limités par leur fois, seul l’agnostique est libre, libre de se poser la question, d’attendre la réponse, de s’interroger sur la foi des autres, d’ouvrir chaque livre ou de les fermer. L’Agnostique est humble, il ne sait pas.

  29. Le monde est vieux et pour le comprendre, il faut tout autant vieillir que lui.

  30. on peut toujours se branler la tête, mais sur de la belle écriture c’est toujours plus jouissif.

  31. “J’admire tous les ingénieurs mais surtout le plus grand d’entre eux : Dieu!”
    Thomas Edison
    Et la lumière fut.
    “Dieu, la raison l’admet, l’insolence le définit ».
    Voltaire
    lol

  32. Il y a ici confusion chez quelques-uns.

    Confusion tout d’abord sur le terme d’athée.

    Un athée est celui qui est convaincu qu’aucun dieu (ou tout être ou forme supérieur) n’existe. Vous ne pouvez donc pas écrire “l’athée n’est peut-être pas vraiment celui que « le doute n’effleure jamais »”, que “c’est apprendre à vivre avec ce “je ne sais pas””, qu’ “il existe des athées qui doutent”, etc…

    Car l’athée qui doute n’est instantanément plus un athée mais devient, de par ce doute, exprimé ou non, un agnostique.

    Ce n’est ni de la logique, ni de la sicence, ni de la philosophie, c’est du language.

    Ensuite, confusion sur le message de Mr Sagalovitsch.

    Il ne fait rien de plus que d’essayer de dire qu’il trouve la posture athée, parfois – et il a insisté d’emblée de jeux sur le parfois – aussi prétentieuse que la posture croyante.

    Et là je suis bien d’accord avec lui: qui donc sommes nous, infimes microbes humains perdus dans l’immensité de l’univers, microbes à micro intelligence, que pour affirmer prétentieusement: “Je suis sûr qu’il existe” ou “Je suis sûr qu’il n’existe pas”?

    Rajoutons donc un deuxième terme à nos affirmations: “Mais je peux me tromper”.

  33. Faute de renseignements plus précis, personne, à commencer par moi, ne savait ce que j’étais venu foutre sur terre.
    Sartre
    Nico Pedia agnostique, je me suis pété une cote. Merci Steph pour se moment.

  34. Un juif en cavale qui ne douterait de rien ce serait comme un mac bacon sans sa tranche de lard, un alter sans ego, le yin sans le yang , une incongruité métaphysique..

  35. Je suis athée, mais je suis aussi un être spirituel. Seulement, ma spiritualité, comme mon pull, n’a pas de marque apparente. Certains ont bien essayé, à la sortie du métro, ou sur une place, de coller un “nike” ou un “adidas” dessus. Mais mon pull est très bien sans marque ! Il est beau, il est chaud, et j’en prends soin. Ma spiritualité est un chemin que j’arpente seul, loin des mouvements de masse des grands boulevards que sont le christianisme ou l’Islam.
    Et oui, je considère les affirmations des principales religions monothéistes aussi farfelues que celles qui ont accompagné les milliers de dieux imaginaires ayant peuplé notre ciel. Et plus l’actualité me rappelle avec quel zèle certains continuent d’appliquer à la lettre le contenu de ses textes immoraux, plus, effectivement, j’ai tendance à penser que le camp des athées est de loin celui qui, dans son ensemble, s’exprime le plus clairement, le plus calmement et le plus intelligemment.

  36. Pas mal.

    Juste le terme “croyant” qui est mal choisi – puisqu’un grand nombre d’entre eux est loin de “saliver déjà à l’idée de loger dans un palais céleste sans avoir à débourser une quelconque caution pour être sûr de l’occuper”. Essayer de vivre selon l’Evangile est tout sauf une sinécure, et impose un retour sur soi sans complaisance – on est très loin de la certitude bornée de ceux qui se pensent “du bon côté”, et d’ailleurs, je ne crois pas avoir rencontré de “croyant” dans ce genre-là dans les différents lieux chrétiens fréquentés dans ma vie.

    Par contre, j’ai rencontré dans les milieux new-age/alternatifs plus d’un athée correspondant à la description proposée, de ces personnes qui n’ont que les mots “tolérance”, “amour” et “bien-être” à la bouche mais te regardent avec commisération dès que tu laisses entendre que toi, tu ne renies pas Dieu a priori.

    Finalement, ce billet démontre surtout une nette méconnaissance des “cathos discrets”, ceux qui pratiquent paisiblement, en paroisse, sans prosélytisme, sans certitude agressive – pour se nourrir de textes et de rites qui parlent de paix, d’amour, de générosité, et aident à tendre vers un “mieux” qui bénéficie à l’autre autant qu’à soi.

  37. Cher monsieur et lecteurs,

    Je suis athee, mais certainement pas comme vous le decrivez. Je suis athee, ex catholique, et j’ai apris la religion mais ma logique ma separer de la religion ou de la croyance du non existant. Pas parce que je crois ou pas dans une divinite. Parce que tout simplement je connais les valeurs de la bible, du coran ou de la torah ou meme d’autres ecrits religieux. Je supporte ses valeurs a 100% tout en restant athee. Tres peu de mes confreres athees on un jugement comme le mien, tout simplement parce que etre athee veut dire etre non croyant, et etre athee est personnelle, n’est pas une religion, n’est pas une forme de secte, n’est pas donner a tout le monde. On devient pas athee du jour au lendemain, on est pas non plus forcer par d’autres athees de le devenir, on le devient par simple raisonnement logique. Je suis pas interesser par la vie ni la mort, cela m’effraye certe mais la peur est un moteur pas qui nous affaibli car meme les plus grand guerrier ont peur, meme si ils le montrent pas. La peur n’est pas un echec mais une force qui nous pousse au dela de nos limites. Elle n’est pas mauvaise, elle est en nous tous et on apprend a la dompter comme on le peu. Je respecte les non croyants, tout comme les croyants. Je respecte mon genre humain pour ses qualites et ses defauts. Avant de connaitre les religions nous etions tous des animaux nous le sommes a present toujours et cela ne changera pas dans le futur. Pour moi si l’homme c’est refugier dans la religions c’est tout simplement ca conscience qui a pris le dessus a un moment de son histoire. La conscience permet de differencie le bien au mal. Et pour cela nous avions eu besoin d’une histoire pour prouver que le bien existait en nous tout comme on a besoin d’histoire pour nous comprendre, pour comprendre les mecanisme de la vie, pour nous effrayer, pour nous amuser, pour nous entretenir. Comme je dis je garderai en moi les valeurs appris pendant mon pelerinage croyant tout en restant comme vous le nommer, moi je prefere dire humaniste, non croyant ou athee. Je crois pas du tout, je constate, j’interprete, je concevois, je pratique, j’observe, j’apprend des termes plus en convenance a nous que la croyance car elles apportent tout simplement une logique, une verite absolu ou passagere. Voila ma vision des choses.

  38. Dieu a inventé l’athéisme, gloire a lui !!!

  39. vous : “je continue à gratter d’un air perplexe mes trop vieilles couilles en me demandant comment un miracle tel que la vie humaine peut avoir existé sans le coup de pouce d’une intervention supérieure.”

    Et bien moi : “je continue à gratter d’un air perplexe mes trop vieilles couilles en me demandant comment un miracle tel une intervention supérieure peut avoir existé sans le coup de pouce d’une intervention encore supérieure.”

    Et mon voisin : ” je continue à gratter d’un air perplexe mes trop vieilles couilles en me demandant comment un miracle tel une intervention encore supérieure peut avoir existé sans le coup de pouce d’une intervention encore plus supérieure.”

    Je continue ????

  40. Je te rassure, l’athée, comme l’agnostique, doute. il est en perpétuel questionnement. La seule différence est que l’athée a réfuté un peu plus d’hypothèse que l’agnostique…
    Si on réfléchi alors, l’agnosticisme, n’est que le chemin, la route menant vers l’athéisme… Je te dis donc à bientôt chez les athées cher confrère du doute !

  41. L’amalgame est l’atout premier de ce site, le coté très grinçants du politiquement correct ou incorrect… c’est d’ailleurs pour cela que je m’y suis pencher un peu plus quand ma femme m’en fait la “pub”, j’aime le ton qu’il prend et tout particulièrement dès que la religion est abordé bah oui toujours plus facile de se foutre de la gueule des autres surtout quand on fait partit des sublimes “athées”.
    Et oui je fais partis de cette partie religieuse… ou pas… (la religion bien sur)… Et une chose une seule me vient à l’idée quand je is cette article, je suis athées mais je ne me sens pas du tout dan ce registre là…

    Après tout je respect tout autant le catho, le musulman et le juif voir même le bouddhiste car ils ont tous ce même réflexe de choisir la religion de leurs enfants… bah ouais vu qu’ils le font tous c’est que ça doit être la normalité… non, en faite j’en sais rien.

    Moi mes parents ne sont pas normal, et heureusement pour moi j’aurais eu mon mot a dire dans tous ces problèmes qui regissent notre vie depuis quelques années… Mais putain je me souviens de mon école scolaire Charles Peguy à Creteil, ouais Créteil, deuxieme communauté juives de France (si ce n’est plus le cas désolé). Mais je me souviens très bien, de l’antillais catho, de mon meilleur pote Medhi (tunisie musulman), et mon pote David (ouais je sais prénom pas trés originale) qui lui était juif et moi Athée… et je ne me souviens pas une seule fois entendre nos parents respectif parlé de religion ou de quoique ce soit d’autre qui nous foutent tous dans une communauté.

    Alors je voudrais juste que l’on n’emmerde pas les athées, c’est un choix de vie… pour ma part je crois en l’homme, je crois qu’il est bon… ouais incroyable hein ! J’évite de faire mal les choses, car je n’ai pas de dieu ou quoique ce soit d’autre qui me pardonnera donc je fais gaffe, je suis respectueux et je ne dois des comptes qu’a ma salle gueule le matin dans la glace (je sais ça fait trés cliché)… et non nous ne sommes pas supérieur même d’un air… Peu être que finalement nos sommes comme tous, nous avons nos extrémistes aussi (les échangistes qui sait…mdr).

    Sinon effectivement je n’ai aucun doute, je suis bien dans mes baskets sur ce sujet, pour en avoir débattus avec un chauffeur de taxi tunisien, il est triste pour moi mais moi je suis bien heureux comme ça et je respect le religieux qui le vie aussi bien que moi =)

    merci sinon de vos post qui pleins d’humour, j’aime la tournure de vos textes ! mais vous êtes juif quand même… je voudrais pas qu’on me traitre de sioniste MDR non je plaisante merci encore et encore merci !

  42. Andrei a écrit : “Internet n’est pas inventé par dieu. Votre ordinateur n’a pas été fabriqué par magie ou en pleurnichant contre un mur de pierre. Vos smartphones ne fonctionnent pas avec de la poudre de fée. Les satellites qu’on envoie pour que vous puissiez avoir le GPS ou la télé ne sont pas sortis d’un chapeau. Les voitures ne fonctionnent pas avec de vrais chevaux sous le capot. Tout ça c’est de la science, de la recherche, des millions d’heures de calculs, de la volonté à comprendre comment fonctionne le monde et donc l’univers. Toute cette recherche et ces découvertes ont permis d’avoir tout ce dont tout être intelligent possède sans qu’on lui dise que c’est dieu qui l’a fabriqué”

    Andréi, tout cela, et bien d’autres choses encore, a été inventé par des juifs, car ils excellent en toute chose, de la littérature aux sciences que vous appelez certainement dures, en passant par la musique, le droit, le couscous, la psychanalyse, l’athéisme, l’humour, j’en passe et des meilleures. Les juifs ont même créé Dieu (l’inverse tu rigoles disait Gainsbourg). Si vous admettez l’intelligence de votre téléphone, vous ne pouvez qu’admettre que les juifs sont des dieux, et en déduire que, ce peuple étant unique, les juifs sont Dieu.

    L’athéisme est une shoah mentale !

    Quant à la question de la croyance et de la foi, tout cela est chrétien, pathétiquement chrétien et il faudrait lire un peu de philosophie pour arriver à dépasser ce débat. Penser le paradis n’a strictement aucun intérêt. Ce qui compte, c’est ici et maintenant. Hic et nunc !!!

    Quel plaisir de voir Saga se gratter le crâne !

    Un immense Shalom, aérien à tous.

    :-*

  43. Comme beaucoup d’athées qui liront ce texte, je suis très amusé.
    Pas par supériorité arrogante, mais parce qu’il est caractéristique des croyants de voir en l’athéisme une autre forme de certitude et de croyance, et ne nous imaginent que remplacer le culte d’un dieu par le culte de l’homme.
    J’ai donc une premiere nouvelle pour vous: vous ne serez jamais athée, vous etes par nature croyant. Vous n’avez pas encore, dans le catalogue 3 suisses des religions, trouvé celle qui vous convient, patience, cela viendra.
    Et une deuxieme: Athée, c’est accepter de souffrir toute sa vie.
    Accepter que vos enfants, si ils vous precedent dans la tombe, ne seront plus la, jamais, nul part.
    Accepter que toutes ces horreurs que vous voyez, seul vous et vos semblables peuvent les changer. Pas de baguette magique, pas de jugement dernier, pas de vierges au paradis…si ca ne se fait pas, c’est votre faute et rien que la votre
    Des athées comme vous les decrivez, je n’en ai jamais croisé, a par peut être dans la tete de ma grand mere petrie de certitudes catholiques…
    Quand au doute, il est la, tout le temps: est ce que l’homme sera à la hauteur….

  44. “L’homme a créé des Dieux, l’inverse tu rigoles”, il faut bien nommer les objets. http://www.frmusique.ru/texts/g/gainsbourg_serge/negusanagast.htm

  45. Bonjour,

    Je suis d’accord avec votre postulat mais je pense que la question est mal tournée.

    Pour moi l’athéisme est une utopie. Nul ne peut se revendiquer athée et le mot est toujours mal utilisé.

    Je m’explique :

    “L’athéisme est une attitude ou une doctrine qui ne conçoit pas l’existence ou affirme l’inexistence de quelque dieu, divinité ou entité surnaturelle que ce soit”.

    Du simple fait qu’on ne peut décider de sa naissance, toute personne conçoit une force supérieure à l’homme. L’homme est forcé de concevoir une force qui a décidé de notre naissance.
    L’athée l’appelle la science ou la nature, le croyant l’appelle dieu. Mais au final, le concept est identique.

    La science est bien plus accessible à l’homme que la conception d’un dieu omnipotent (nous pouvons tous concevoir les atomes, la gravité, les mathématiques etc…), mais reste basée sur des suppositions, seulement admises car elles semblent si évidentes, que 1 + 1 = 2, ou bien que la gravité existe (ce qui est seulement admis si l’on fait confiance à nos sens) .

    Il en résulte que la science est une croyance aussi peu démontrable que l’existence de dieu.

    La seule différence serait que la science n’a pas de conscience. Mais, la encore, il est tout aussi inconcevable d’imaginer une conscience a un dieu omnipotent (Comment s’imaginer la conscience de dieu avec pour seul outil l’ intellect humain…).

    D’ailleurs une personne se disant athée, prie tout autant, qu’un croyant, seulement l’athée en appelle a la chance, l’univers, le destin, etc…(d’autres noms pour en appeler à une force supérieure.)

    Mais un vrai athée, un athée, qui ne croit en aucune divinité, en aucune force supérieure,ni en dieu, ni en la science, ni en rien, doit pouvoir expliquer sa naissance par le fait qu’il en a décidé lui même. Il serait, alors, seulement dans ce cas, à même de réfuter l’existence de forces supérieures, de renier toute croyance et de se revendiquer athée.

    Au final tous les hommes sont aussi croyant les uns que les autres et les athées sont des croyants encore plus dangereux que les autres car ils n’en n’ont même pas conscience.

  46. @Kevin…”la science est une croyance aussi peu démontrable que l’existence de dieu”

    Vous vous relisez et vous vous rendez compte de l’absurdité de votre démonstration ?…faut arrêter avec la drogue, vous êtes en train de détruire le peu de neurones qu’il vous reste…

  47. Le problème à l’heure actuelle aucune preuve de l’existence d’un ou de plusieurs dieux.
    Il est possible d’inventer tout autres choses imaginaires et gloser à l’infini dessus ,cela se nomme parler pour ne rien dire .
    L’homo erectus avec sa petite boite crânienne , athée ou non
    vient de naitre à l’échelle de l’univers.
    Nous venons d’inventer l’électricité ,la roue et commençons à envoyer des “pétards” dans le proche espace.
    Peu d’êtres humain se considère comme citoyens terriens avant d’être Français ,puis basque ,puis basque espagnole ,puis etc..

  48. Mr Sagalovitsch,

    Merci pour votre article et pour votre finesse d’esprit. Je crois en Dieu (il faut le faire!), et je prie qu’il vous bénisse et vous garde!

  49. Quelque chose me turlupine parmi les commentaires, en tant que croyante :

    Pourquoi persistez-vous à croire que dans chaque croyance, il subsiste LA vérité pour le croyant, alors que, finalement, ce n’est qu’un enseignement et qu’une vision du monde, comme l’athéisme peut l’être ? Si ça se trouve, athées, agnostiques comme croyants, nous avons tellement tort sur la conduite du monde…

  50. Pourquoi quelqu un qui dit naviguer entre deux eaux illustre son texte avec des dessins en faveur de l athee.
    2zio vous dites ne pas vouloir blesser et etre dans la derision voire l autoderision, il n empeche que votre illustration suggerant que le croyant
    est un debile au cerveau atrophie est blessante. J espere que ce n est pas votre conviction sinon tout comme les enfants je vous retorquerai que c est celui qui dit qui l est pour faire simple je n eprouve pas le besoin de vous prouver mon intelligence elle pourrait vous souffler
    Enfin j ai apprecie votre trait d humour “lorsque je suis en forme je doute de mon doute” tres drole j ai eclate de rire. Les textes des athees me font souvent rire
    dernier truc souvenez vous du pari de pascal, un croyant pas stupide, et pour le moins en vous levant le matin et en vous couchant saluez respectueusement le createur de cette creature complexe que vous etes de cet univers extremement complexe dans lequel vous vivez qui donc est logiquement encore plus complexe que tout cela si bien que quiconque ne peut le concevoir ou le comprendre. Bonne chance Dieu est indulgent et genereux

  51. Ce billet est faible, voire bête. On y lit plus d’aigreur et de ressentiment (c’est donc un billet d’humeur) que de pensée. Il ne mérite pas vraiment de commentaire qu’il faudrait déployer sur des pages et des pages… Le courage et le sentiment de l’enjeu m’en manquent. En quelques lignes très synthétiques toutefois, disons 1 – qu’il est un athéisme qui s’énonce ainsi : “Jusqu’à preuve du contraire, il n’y a pas d’instance ontologiquement discernable et transcendante à l’Univers et qui présiderait à son fonctionnement”. On est donc loin de la position de croyance ou dogmatique bêtement dénoncée dans ce billet, puisque la remise en cause aurait lieu en cas de nouvel élément probant. Mais force est de constater la neutralité sémantique de l’Univers. 2 – même s’il n’en est pas expressément question dans le billet, l’athéisme dénonce aussi les religions qui sont une deuxième couche d’élucubrations métaphysiques : le dieu invisible et incertain (première couche) demande que lui soit rendu des cultes. Chaque esprit clairvoyant voit avec assez de netteté, j’espère, l’arnaque mentale que représentent donc toutes les religions : accointements confortables au pouvoir politique pour mieux asservir les masses crédules. 3 – prendre position sur l’existence ou non d’une divinité c’est mettre la charrue avant les bœufs : ce “dieu” présenté comme le résultat d’un cheminement logique ne l’est, en bonne logique justement, pas du tout (cf. feu la preuve ontologique en vigueur jusqu’à Descartes). Les antiques imaginaient une multiplicité de divinités allégoriques, les animistes ont une autre vision, les bouddhistes encore une autre, etc.. Un certain athéisme s’énonce ainsi : il n’y a pas à prendre de position sur l’existence réelle d’un pur objet d’imagination, dieu, licorne, lutin ou fée.

  52. Dans le ventre d’une mère,

    Deux bébé discutent :
    – Bébé 1 : Et toi, tu crois à la vie après l’accouchement ?
    – Bébé 2 : Bien sûr. C’est évident que la vie après l’accouchement existe. Nous sommes ici pour devenir forts et nous préparer pour ce qui nous attend après.

    – Bébé 1: Pffff… tout ça, c’est insensé. Il n’y a rien après l’accouchement ! A quoi ressemblerait une vie hors du ventre ?
    – Bébé 2 : Eh bien, il y a beaucoup d’histoires à propos de « l’autre côté »… On dit que, là-bas, il y a beaucoup de lumière, beaucoup de joie et d’émotions, des milliers de choses à vivre… Par exemple, il paraît que là-bas on va manger avec notre bouche.

    – Bébé 1 : Mais c’est n’importe quoi ! Nous avons notre cordon ombilical et c’est ça qui nous nourrit. Tout le monde le sait. On ne se nourrit pas par la bouche ! Et, bien sûr, il n’y a jamais eu de revenant de cette autre vie… donc, tout ça, ce sont des histoires de personnes naïves. La vie se termine tout simplement à l’accouchement. C’est comme ça, il faut l’accepter.
    – Bébé 2 : Et bien, permet moi de penser autrement. C’est sûr, je ne sais pas exactement à quoi cette vie après l’accouchement va ressembler, et je ne pourrais rien te prouver. Mais j’aime croire que, dans la vie qui vient, nous verrons notre maman et elle prendra soin de nous.

    Bébé 1 : « Maman » ? Tu veux dire que tu crois en « maman » ??? Ah ! Et où se trouve-t-elle ?
    Bébé 2 : Mais partout, tu vois bien ! Elle est partout, autour de nous ! Nous sommes faits d’elle et c’est grâce à elle que nous vivons. Sans elle, nous ne serions pas là.

    Bébé 1 : C’est absurde ! Je n’ai jamais vu aucune maman donc c’est évident qu’elle n’existe pas.
    Bébé 2 : Je ne suis pas d’accord, ça c’est ton point de vue. Car, parfois lorsque tout devient calme, on peut entendre quand elle chante… On peut sentir quand elle caresse notre monde… Je suis certain que notre Vraie vie va commencer après l’accouchement…

  53. A lire des commentaires, certaines formes d’athéisme (qui ne sont pas miennes, étant malgré tout athée en ce que je ne pense pas l’hypothèse d’un dieu créateur, ou non d’ailleurs, nécessaire) correspondent éminemment bien à la croyance en la toute puissance de l’intellect humain. Manifestement, cette croyance indubitable ne délivre pas de l’orgueil et de l’impérieuse hégémonie du moi tout puissant qui se plait à t’asséner sa vérité comme on t’assène un poing sur la gueule.
    Ainsi, je crains que le monde dans ce qu’il a de plus terrifiant n’ait de beaux jours jour devant lui. Rationis capax l’humain mais non animal rationale et fort heureusement car un monde de Spocks serait terrible et assurément totalitaire.

  54. Je suis croyant: je crois ce que je vois, je crois en la Nature, qui est éternelle, à jamais totalement compréhensible, infiniment puissante, et matérielle. Notre planète est le seul lieu où l’on peut vivre, et nous nous évertuons à la détruire, car Mère Culture nous répète: “Croissez et multipliez-vous, le Monde est à vous, régnez sur la Terre!”
    Mais peut-être que tout cela n’est qu’illusion…

  55. Bonjour je suis agnostique et je reconnais dieu en tant que concept et non en tant qu’entité, dieu étant l’inconnue dans l’équation de la vie et dire je crois en dieu revient à dire je crois en X pour certain ou en Y pour d’autres (et inversement je ne croix pas ni en X ni en Y), mais je trouve quand même aberrant qu’on base sa conception du monde sur de vieux écrits qui ont été maintes et maintes fois modifié/censuré/mal traduit et qui parlent surtout de l’homme et de sa nature plutôt qu’une quelconque forme de vie supérieur.

    Prenons le problème différemment, si la vie était apporté sur terre par des extraterrestre et qu’ils avait terraformé la planète pour que nous puissions y vivre et que finalement on ne soit qu’une sorte d’expérimentation d’un peuple alien cela vous parait-il aberrant ? Moi pas et cette théorie concorde parfaitement avec la théorie du créationnisme. Alors croire en dieu est-ce que ce n’est pas finalement la même chose que de croire en une race d’alien supérieure ? Je tiens également à préciser qu’aujourd’hui l’homme maitrise la technologie nécessaire pour terraformer un planète et y introduire la vie, si un jour on fait ça pourra-t-on être également considéré comme des dieux ?
    On croit tous en quelque chose et on a tous besoin d’avoir des explication sur ce qu’on ne connait/comprend pas et qui nous effraie forcément et qu’on l’appel dieu, hallah, boudha ou le hasard je ne vois absolument aucune différences c’est exactement le même concept.
    Je vous souhaite tout le bonheur du monde et ne vous laissez jamais imposer le point de vue d’un autre (et inversement bien sur).

Laissez un commentaire

« »