Le jour où Miss France reçut le Nobel de Littérature

                                                                                                                                                                                                                                       Samedi soir, TF1 réunissait 8,2 millions de téléspectateurs impatients de connaître le nouveau visage de la cruche de service qui, une année durant, incarnerait à travers tout le territoire voire par delà les frontières la beauté à la française.

Un million deux de tweets furent échangés.

Parmi les trente-trois candidates, la lutte resta indécise jusqu’au bout.

Peu après minuit, le verdict fut rendu : la plus belle pour aller danser venait de la région Nord-Picardie et plus précisément de Coulogne, charmante localité du Pas-de-Calais peuplée de 5617 âmes dont l’histoire retenait jusqu’alors qu’elle fut l’endroit où s’éteignit Nicolas-Charles Oudinot de Reggio, Maréchal d’Empire.

On lui remit donc sa couronne et un kilo de pois chiches.

La damoiselle, étudiante comme de bien entendu en école de commerce, en fut fort émue.

Elle confia que l’un de ses rêves les plus fous serait de participer à Koh Lanta. Comme on la comprend.

Qu’elle aimait la vie et affichait une joie de vivre en toutes circonstances. Comme on la comprend là aussi.

Qu’elle se verrait bien attachée de presse. Grand bien lui fasse.

Elle rajouta aussi qu’elle avait une part d’ombre laquelle demeure encore bien évidemment dans l’ombre mais jusqu’à quand  ?

Bref ce fut une bien belle soirée qui, en ces temps si difficiles, par ces températures glaciales, nous réchauffa un peu le cœur et nous permit de nous endormir le cœur léger et serein : la relève du pays était assurée.

Le lendemain, nous étions alors dimanche, sur les coups de 17h30, Patrick Modiano, représentant la région parisienne, 1m91 pour 65 kilos, 42 de tour de taille, aimant les escalopes panées, les films d’horreur et les sorties entre copains, prononçait son discours de remise du Prix Nobel de Littérature.

Aucune chaîne de télévision, me semble t-il, ne crut bon de retransmettre l’événement.

Je le réécris : aucune chaîne de télévision ne crut bon de retransmettre l’événement.

Il fallut se rabattre sur le net afin d’écouter les mots pleins de poésie inquiète, de perplexité songeuse, de délicatesse feutrée du romancier français qui parvint à vaincre sa timidité naturelle pour délivrer un discours long de quarante minutes où il évoqua à son tour sa part d’ombre.

Sûrement avait-il suivi de sa chambre d’hôtel l’élection de la cadette de Coulogne et, s’inspirant de sa prestation de haut vol, il s’empressa de rectifier son discours afin approfondir d’un peu plus près sa part d’ombre et séduire ainsi encore un peu plus le toujours sévère et exigeant jury suédois.

La retransmission s’acheva avant que Jean-Pierre Foucault, dépêché en toute urgence à Stockholm, ne put lui demander si lui aussi rêvait de participer à Koh Lanta en galopant en tenue de ceinturon aux côtés de la nouvelle reine de beauté.

Ce fut un week-end inoubliable.

Des deux, de Camille Cerf ou de Patrick Modiano, on ne savait plus qui il fallait admirer le plus.

A la part d’ombre de Miss France répondait la plastique parfaite de Patrick.

Les jambes puissantes et racées de l’auteur de Villa Triste, sa poitrine fière et orgueilleuse, son sourire canaille et affolant de sensualité, sa bouche à la dentition parfaite, rivalisaient avec l’intelligence épanouie et le maintien tout philosophique de la future égérie de la foire à la farfouille de Brie-Comte-Robert.

La France pouvait être fière d’elle-même.

                                                                                                                                                                                                                                                        Et rêver de voir très bientôt nos deux lauréats, fierté de la République une et indivisible, poser au bord d’une piscine ensoleillée, occupés à disserter de leur part d’ombre respective.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                           Pour suivre l’actualité de ce blog, c’est par ici : https://www.facebook.com/pages/Un-juif-en-cavale-Laurent-Sagalovitsch/373236056096087?skip_nax_wizard=true

21 commentaires pour “Le jour où Miss France reçut le Nobel de Littérature”

  1. Magnifique, comme d’habitude!

  2. Mais qu’est-ce qu’une “tenue de ceinturon” ?

  3. 1 Pfff le mélange des genres
    2 “la cruche de service” a 19 ans (j’ai cherché sur le net car contrairement à vous je n’ai pas regardé l’émission) c’est donc plutôt la gamine de service. Contrairement à d’autres, elle a toute la vie devant elle pour grandir.
    3 “Coulogne etc etc…” Digne d’un bobo parisien dites-moi!!
    4 Et miss Canada elle bat le beurre?? Obsédé par la France, elle vous manque donc tant?
    5 Encore un article de ce genre et au revoir, mais ça ce n’est pas très grave.

  4. Pardon pardon!
    5 C’est quoi toute cette pub sur la page?? On est un homme Saint Laurent??

  5. Pour comprehension des coms je précise qu’il y a deux Catherine (enfin plus pour longtemps:-))

  6. Catherine Jekyl et Catherine Hide?

  7. 😉

  8. j ai adoré… un régal comme d’habitude…je ne partage absolument pas les 5 commentaires de Catherine… pour ma part, rien à jeter… et je n avais même pas aperçu les encarts publicitaires…merci pour ce texte… délicieux. PS: je suis en train de lire Villa Triste…un bonheur

  9. @Catherine (la (toujours?)partante) un de ses rêves est de participer à koh Lanta….même si sa vie est devant elle et pour longtemps esperons….elle part de tres tres bas pour comme vous dîtes :grandir.

  10. Pourquoi tant de condescendance?
    Vous attaquez la mauvaise personne, laissez Miss France là où elle est.
    Si les chaînes de télévisions préfèrent parler de l’élection des Miss plutôt que du discours de Modiano, pourquoi ne pas plutôt écrire un article sur le problème des médias, voire de la société française en général?
    Certes, c’est regrettable qu’un tel évènement soit passé à la trappe, mais tout le monde ne lit pas Modiano, c’est un fait. Si les Français préfèrent avoir des nouvelles de la Miss et que les médias jouent le jeu, n’attaquez pas Mlle Cerf, cela n’avance à rien. Je suis déçu de la qualité de cet article, j’étais habitué à mieux…

  11. N’ai pas regardé, cela ne m’intéresse absolument pas … le niveau en France est une catastrophe … de plus en plus bas … on donne à bouffer aux gens ce qu’ils aiment … même si c’est de la merde, ils sont contents, il est sûr que l’intellect n’y a nullement sa place sauf pour quelques uns …il faut bien contenter la masse populaire …

  12. +1 avec maitre capelo, mais ici ou sur fb pas de retour de l’auteur :(

  13. je ne comprends pas bien pourquoi vous ne répondez pas aux lecteurs, on pue ou quoi ?

  14. De quoi ? Repondre à quoi ?!!!

  15. ou alors vous avez une pige sur slate et vous vous en foutez des lecteurs, mais alors dites le carrément , on ne commentera plus dans le vide

  16. D’abord, Charles de Foucauld : il sortit de Saint-Cyr, puis entra à La Trappe, et mourut dans le Sahara, à l’âge de cinquante-huit ans, en 1916. Ensuite, Michel Foucault ; il devint agrégé de philosophie après Normale Sup’, puis se vit attribuer une chaire au Collège de France en 1970, et mourut en 1984, à l’âge de cinquante-huit ans, toujours professant au Collège de France. Enfin, Jean-Pierre Foucault ; il commença dès 1976 une carrière d’animateur de radio & télévision remplie ; puis collectionna des automobiles, écrivit des livres, s’occupa de football, etc. Âgé en 2014 de soixante-sept ans, il bénéficiera d’une plus grande longévité que Charles de Foucauld et Michel Foucault : vu le progrès, c’est dans l’ordre démographique des choses.

    Autres temps, autres mœurs – et activités, comme l’on voit.

    Mais tout être humain possède sa « part d’ombre » – qu’il vaut mieux ne pas évoquer sous les sunlights. Et qui n’a sa mission ici-bas ? Pour les trois premiers, œuvres et livres permettent de s’en informer. La nouvelle miss France sera (peut-être), en 2015, la prunelle des yeux qui n’en ont pas d’autre(s) ; et le nouveau prix Nobel de littérature stimulera, on l’espère, les prunelles n’ayant pas encore lu sa prose. Ceux qui l’aiment sauront quoi faire.

    Enfin, soyons de notre époque ! Souligner l’écart (le gouffre ? Ah bon, c’est à ce point ?) entre une miss France et un prix Nobel de littérature, c’est facile. Un saint-cyrien devenu trappiste ; un philosophe entré au Collège de France ; un animateur TV sympa ; un romancier nobélisé ; une gagnante du concours national de beauté : et, avec ça, on ne louerait pas la France d’avoir de si diverses cordes à son arc ? Ce serait à désespérer !

    On me chuchote : « Si l’ordre chronologique inverse eût été possible, la gloire de la France actuelle en eût été grandie ». Toujours des mécontents !

  17. @eva c’est bien la force de la pub, on ne la voit plus…mais elle est là et fait son boulot!!! (un petit article Laurent?) mais c’est intéressant de ne pas partager les mêmes points de vue, au moins vous vous exprimez.
    @Giger c’est vrai mais je suis une optimiste :-)
    @christophe d’accord en tout point, c’est tellement fastoche cet article.
    @sylvie le niveau en France est le même qu’ailleurs et la prof que je suis est fière d’éduquer les masses populaires qu’autrefois on disait fièrement laborieuses.
    @charbal, les lecteurs ne puent pas spécialement c’est le monde entier qui pue!! (joke bien sûr)
    @Laurent mais bien sûr vous ne voyez même pas les coms des petits moucherons qui vous lisent.
    Mais une petite pub Opel, c’est toujours bon à prendre.
    Sans moi.

  18. Si il n’y a qu’un seul truc à retenir c’est qu’il faut arrêter avec les prousteries. Enfin!

  19. Tiens, un billet sans aucune référence aux juifs ou aux nazis.
    Bizarrement, c’est également sans doute le meilleur depuis plusieurs semaines ….

  20. ah bon ? Et Modiano il est quoi…. On n’en sort pas

  21. Zut encore raté …
    En me relisant je regrette l’agressivité de mon commentaire. Même si vos billets m’agacent parfois, j’aime votre ton et votre style, je suis un fidèle.

Laissez un commentaire

« »