Arnaud Montebourg, le Joe Dassin du Parti Socialiste

 

C’est un véritable séisme, une claque monumentale que vient de recevoir en pleine poire notre bon Président de la République dont on ne sait s’il se relèvera d’un tel désaveu : Laurent Ruquier, la conscience du peuple de gauche, le maître à penser de la refondation du socialisme, se dit atrocement déçu par sa mandature et regrette même d’avoir voté pour lui.

Le coup est sévère.

Nul ne peut prédire à cette heure la portée d’un tel sermon, si ce n’est qu’il s’inscrit d’ores et déjà dans la droite lignée de ces déclarations charnières qui ont marqué de leur empreinte l’histoire de la Cinquième République, de ces dates clés dont plus tard les collégiens se souviendront à l’heure d’étudier les grands mouvements de la société française en ce début de siècle.

réprimandé,manuel,valls,arnaud,montebourg,va-t-il,gouvernement

Comparée à cette cinglante mise en demeure, les rodomontades acérées de nos Quick et Flupke de la politique hexagonale, j’ai nommé Arnaud Del Dongo accompagné de son fidèle lieutenant Benoit Sancho, réunis en conclave dans la champêtre localité de Frangy-en-Bresse, ne pèsent pas bien lourd.

Pourtant, Dieu sait qu’ils portaient beau nos deux ministres dans cette fête de la Rose qui ressemblait étrangement à ces comices agricoles du siècle dernier, si délicieusement et vertement décrites par Flaubert dans Madame Bovary, quand toute la fine fleur d’un département se retrouvait réunie au beau milieu d’un champ à écouter les savants discours de leurs élus revenus le temps d’une fin de semaine de leurs hautes assemblées.

Les tenues sont légères, les chemises blanches et retroussées, le soleil est de la partie, les arbres papillonnent de bonheur, les rires des convives attablés autour des grandes tables sont joyeux et comme le vin servi vous monte à la tête, voilà que sans crier gare, du haut de l’estrade d’où vous dominez toute l’assistance, vous vous surprenez à claironner votre opposition à un gouvernement auquel pourtant il semblerait que vous appartenez.

Mais qu’importe.

L’ivresse est dans l’air, l’humeur à la fête, les cœurs primesautiers et voilà que devant une foule conquise, vous soupirez votre dépit de voir la gauche filer à droite, emprunter des sentiers contraires aux aspirations de ce peuple de gauche que vous vous targuez de représenter et d’incarner à travers la figure de celui qui, rompant le consensus général, ose prétendre, sacrilège ultime, que le salut de la nation passera par une relance de la consommation.

La foule chavire, les roses claquent au vent et vous encouragent à aller encore plus loin, vous déboutonnez un nouveau bouton de votre chemise, c’est votre heure, votre moment, les mots coulent dans votre bouche, vous êtes beau, vous êtes fort, rien ne peut vous résister, vous ne vous retenez plus, vous attaquez à tout-va, vous dégosillez votre désapprobation envers cette politique économique qui étrangle peu à peu le pays, vous fustigez tous ces serviles exécutants allant prendre leurs ordres à Berlin.

Encore un peu plus et vous serez capable de réclamer la démission de ce ministre de l’Économie qui, du haut de sa citadelle bercyçoise, aveugle à la souffrance du peuple, sourd à l’étranglement des classes populaires, indifférent à la désespérance de la petite-bourgeoise, mène la France au désastre.

Mais oui qu’il s’en aille ce j’en foutre au sourire écarlate.

Qu’il parte donc ce troubadour de la politique, ce Joe Dassin du Parti Socialiste, cette girouette incontrôlable qui depuis ses débuts dans les affaires publiques a tellement changé d’avis et de camp, a si souvent retourné sa veste, qu’on finit par se demander s’il ne consulte pas son horoscope avant d’émettre une quelconque opinion.

Qu’il parte donc ce Chevalier à la Rose, on le regrettera pas.

 

De toutes les façons sa reconversion est toute trouvée : à partir d’aujourd’hui Laurent Ruquier, l’homme qui donne des sueurs froides à François Hollande, reprend les Grosses Têtes.

 

Pour suivre l’actualité de ce blog, c’est par ici : https://www.facebook.com/pages/Un-juif-en-cavale-Laurent-Sagalovitsch/373236056096087?skip_nax_wizard=true

 

14 commentaires pour “Arnaud Montebourg, le Joe Dassin du Parti Socialiste”

  1. Il dit avec emphase n’être plus en phase avec la politique gouvernementale. Songeait-il, avec cette quasi papale bulle, administrée « urbi et orbi », à transformer le gouvernement en gourbi ? « Claironner [son] opposition à un gouvernement auquel pourtant il semblerait [qu’il appartienne] » n’est qu’un tour de charlatan. Charlatan attaché à son maroquin ? Allons donc ! Cet homme-là travaillerait gratis ; mais enfin, empocher le picotin du contribuable ne lui est que vénielle souffrance.

    Laurent Ruquier, quant à lui, est un amuseur public jouant à l’homme sérieux. Vif certes, mais en l’occurrence se servant abusivement de sa notoriété d’animateur de « plateaux » pour avouer sa déception profonde de citoyen « atrocement déçu par » le quinquennat seulement à demi né de l’actuel Président. Et voilà que soudain « Arnaud del Dongo » – personnage que Stendhal eût désavoué : ni la Sanseverina ni Clélia Conti n’auraient pu, une seule seconde, souffrir l’étroit voisinage d’une telle baudruche – se ravale lui-même au niveau des Grosses Têtes, tel un poulet de Bresse… de l’année.

    Oui, tout cela sentait ses comices agricoles – et moins drôles que ceux de Flaubert !

    Il est dommage que vous qualifiiez ce notoire fat de « troubadour » – lequel n’aime et ne vénère que sa Dame – et le rapprochiez de Joe Dassin, tel un homme qui, pour faire passer un message – qui eût… glissé vers vos lecteurs tant est bruyante cette « girouette » –, associe à un honnête chanteur, qui sut charmer un public, un politique qui confond, continûment, vanité personnelle et mission d’intérêt général.

  2. C’est surtout ce que les jeunes appellent une “attention whore”, un type qui est attiré par les caméras comme les papillons par la lumière. Il regarde si on le regarde. Il a tellement besoin d’être reconnnu, “validé”. Il fait de la politique pour se rassurer, pour exister et non pour servir ‘intérêt commun. Il n’est pas le seul, mais lui a quelque chose d’exaspérant, une espèce de manière de parler plus fort pour qu’on l’entende quand un micro passe à proximité.

  3. Bonjour,

    Je trouve vraiment que Jo Dassin mérite bien mieux ! Sa chanson était très agréable, douce. Et il ne promettait pas grand chose. Son humilité était bien agréable. Bref rien de similaire∞

  4. La trahison de Montebourg aura au moins permis, du moins je l’espère, de mettre en place un gouvernement en phase totale avec la ligne Hollande Valls, ou Valls Hollande . C’est maintenant que les affaires se corsent http://contre-regard.com/la-trahison-de-montebourg/

  5. je trouve, Alain fidèle à ces principes d’homme de gauche, car depuis le début du mai 2012 toujours se démarque est veux mettre en avant les idées de gauches en assurant de ne pas etre responsable d’une crise grave à gauche, mais maintenant la vase est pleine, car c’est Meur le président qui a tourné sa veste en proclament qu’il est social démocrate, car il doivent le dire pendant les primaires socialistes en 2011 de cette facon ne trompe pas le monde de gauche. meme moi je peux redresser la france en une année, mais il faut etre courageux et guide pour la gauche en europe et ne pas s’aligner à la directives de la droite europèenne. qui s’occupe que de remplir leurs poches sans préoccuper de la majorité du peuple qui souffrent.

  6. J’ai rien compris.

  7. @O5Live : ah ben pour une fois on est d’accord ! NADA !

  8. j’aimerais bien qu’on m’explique pourquoi notre PR n’est pas capable de tenir un parapluie quand il pleut, comme le ferait n’importe qui doué d’un minimum de bon sens.

    Aux premières heures, Sarko est allé aux Fouquest’s, et ça en a dit long.
    Aux premières heures Hollande était marqué à la culotte par madame, et s’est laissé tremper jusqu’aux os en remontant les Champs.

    A croire que tout est dit dans les premiers instants…

  9. moi je n’ai pas pleuré quand je suis né, jétais un garçon donc, ça en dit long?
    :)

  10. @the red : ça dépend : forceps ou pas forceps ?

  11. tiens, un blogueur politologue.

    putain de grammaire, hein ?

  12. @baby, à l’ancienne, ça pousse ou ça casse 😉

  13. 2007 : “Ségolène Royal n’a qu’un seul défaut c’est son compagnon…
    Ca fait quand meme 7 ans que ca dure les coups de poignards dans le dos…il est terriblement patient le Hollande…ou il aime ca…

  14. Il est louable de vouloir dégonfler les misérables baudruches, vous vous y employez avec talent… Une réserve, cependant, Joe Dassin était un troubadour dans le sens noble du terme, lui

Laissez un commentaire

« »