…et à la fin c’est Israël qui perd

 

Ne comptez pas sur moi pour tenter de proposer le début d’une solution au conflit israélo-palestinien.

Je ne suis pas Superman. Ni Jokerman. Ni Zuckerman.

Autant me demander de résoudre le problème de la faim dans le monde.

Ou de tenter d’apporter la preuve de la supériorité pourtant manifeste du chat sur le chien.

Ce sont là des notions qui dépassent ma maigre intelligence.

Les faits sont pourtant têtus.

Tous les deux, trois ans désormais, on a droit à un remake de la bataille d’Hernani : les maudits et sanguinaires Israéliens s’amusent au Pac-Man avec des agnelets palestiniens en détruisant une par une leurs habitations, tout en prenant bien soin de s’assurer auparavant que toute la famille est bien présente dans leur logis histoire de dégommer avec certitude la cervelle des enfants gazaouis.

La question des enfants est évidemment centrale : tout comme les thuriféraires joyeux du Troisième Reich, les Israéliens, en dignes successeurs de ces sinistres personnages, ont le souci, en éradiquant un par un les nouveaux-nés palestiniens de la surface de la terre, d’empêcher une nouvelle génération d’apparaître, sachant pertinemment que la démographie joue contre eux.

D’ailleurs, mais cela les journaux occidentaux, aux mains des petits caporaux sionistes, ne le diront jamais, les instructions données aux pilotes de chasse israéliens sont des plus claires : viser en premier lieu les salles de travail où les femmes palestiniennes accouchent de leurs descendants, ensuite les maternités, après les nurseries, et enfin les écoles maternelles.

Après tout, c’est de bonne guerre.

Certes, dans la situation inverse, les Palestiniens, pétris d’une sagesse millénaire, éduqués à l’école de la démocratie, conduits par des idéaux moraux d’une rectitude irréprochable, agiraient d’une toute autre manière, en accord avec le respect de toute vie humaine, notion qu’ils ont développée tout au long de leur tragique histoire.

Sensibles et précautionneux comme ils sont, ils prendraient d’abord le soin d’avertir les habitants de l’immeuble destiné à être bombardé de bien vouloir quitter les lieux, ils lanceraient encore un autre avertissement sous la forme d’un coup de semonce afin de s’assurer que les consignes d’évacuation ont bien été respectées, sait-on jamais, puis ils procéderaient enfin à leurs frappes.

Le tout pour éviter un carnage et réduire au maximum le nombre de victimes.

Evidemment une telle façon de mener une guerre obligerait leur armée à procéder avec une lenteur inouïe et à obtenir des résultats équivoques.

Là où les Israéliens bombardent à tout-va sans se soucier un seul instant du nombre de victimes, rasant sans sommation ce qui doit être rasé, accumulant les bavures et les atrocités, les Palestiniens seraient condamnés à mener une guerre au rabais, obsédés d’épargner au maximum les victimes civiles.

Si bien qu’incapables de mener d’une manière efficiente leur mission d’éradiquer les lanceurs de roquettes israéliens, ils devraient à intervalles réguliers recommencer cette guerre sans issue, en déclenchant à chaque fois la réprobation de la communauté internationale, jamais assez prompte pour villipender les méchants Palestiniens en prise aux pacifistes Israéliens.

Lesquels, d’une fourberie inouie, n’hésiteraient pas à se servir de leurs enfants comme bouclier humain afin de démontrer l’incroyable cruauté de leurs agresseurs.

 

L’histoire est un pérpetuel recommencement.

 

Au Proche-Orient, c’est même un bégaiement continuel.

 

Pour suivre l’actualité de ce blog, c’est par ici : https://www.facebook.com/pages/Un-juif-en-cavale-Laurent-Sagalovitsch/373236056096087?skip_nax_wizard=true )

 

22 commentaires pour “…et à la fin c’est Israël qui perd”

  1. Juste… Merci! C’est magnifique.

  2. En cas de besoin, un titre de rechange pourrait être : « Pas vraiment dos à dos ! » Lorsqu’on renvoie « dos à dos » deux personnes, deux peuples, les fautes ou crimes réciproques sont rarement de même poids pour l’appréciateur. Très noire, l’ironie sert ici à départager, à trancher, au-delà de son habituelle fonction : exprimer le contraire de ce que l’on pense.

    La resucée « de la bataille d’ “Hernani” », quand on lit l’alinéa suivant, pourrait évoquer par approximation sonore, un… « Herr Nazi », évidemment à mille lieues de la pièce de Victor Hugo. Plus loin, les « agnelets palestiniens » sont à n’en pas douter bien… servis, nantis qu’ils seraient d’une éducation tout imaginaire « à l’école de la démocratie ». Stop ! Mais, ceci encore : prêter aux Palestiniens les précautions que prennent (ou prendraient), les Israéliens annule, ironie obligeant, l’apparente (ou réelle) accusation à leur encontre de vouloir rééquilibrer la balance démographique à la bombe.

    Pratiquée à un tel niveau et sur de pareils sujets, l’ironie se révèle une sacrée perverse, au lieu que l’humour – qui se nourrit surtout d’autodérision, ou d’ironie visant qui la pratique – est moins ambiguë.

    Il ne serait donc pas absurde d’imaginer chez l’auteur de ce post, moralement aux prises avec de déchirantes idées, une conclusion à la « qui perd gagne ». Sauf, évidemment envisageable, erreur de ma part.

  3. le vrai titre à rapport avec un chat et il se cache dans le texte courant pour éviter les représailles de “l’Armée des médiocres qui a le droit de penser malgré l’absence des attributs indispensables à l’exercice en question”.

  4. Mon groupuscule est moi-même, me suis réunis afin de vous asséner cette menace (de paix) :

    Ce billet trop doux, pour lequel vous croyiez obtenir remerciements, confond encore une fois une corruption multi-millénaire bien mal dissimulée. En effet :

    Pourquoi feindre ignorer l’omniprésente main Rothschild, au dessus de chaque poignées de portes ?
    Où est donc narré l’unilatéral bienfait de Baba Arujd et du corso-civilisateur Ottoman ?
    Pourquoi ne pas vous excuser de la trahison des pèlerins de Jérusalem ?
    Quid des préconisations sociale-révolutionnaires du très saint Louis ?
    Que faites vous de l’indispensable mention de l’ignoble trahison de Judas ?
    Pourquoi oublier de remercier les gracieuses rénovations urbaines offertes par l’empire Romain ?
    Et qu’en est-il de la reconnaissance pour la main aimante et génératrice de père Pharaon ?

    A vouloir si rapidement retourner votre veste, vous oubliez les économies mesquines réalisées sur sa doublure ! Ses coutures apparaissent au grand jour, nous les devinons dans le vide.. Heu.. ?

    .. Quoi qu’il en soit, je me suis compris.

    Je ne suis pas antisémite, très cordialement,
    le groupuscule chiffonné du SSNIQCCPP (saint-salafiste nicolas-inquiétiste-quisiteur du cèdre-à-chardonnets et pour-la-paix)

  5. Alors? Rien sur ces matchs..incroyables? Alors que j’allais me délecter de cette lecture sur votre blog..je suis tout penaud..

  6. Il ne fait aucun doute que les missiles des uns sont lancés avec la volonté de ne faire aucunes victimes civiles… avec un piètre résulat.

    Il ne fait aucun doute que les roquettes des autres sont lancées avec la volonté de faire un maximum de victimes civiles… avec un piètre résulat.

    Faut-il apprendre les uns des autres ? A prendre les autres pour les uns, c’est chercher l’embrouille.

    http://www.youtube.com/watch?v=cuaiYgmf9lQ

    Bon tribloganniversaire Laurent.

  7. Si je ne vous savais pas chauve et comique malgré vous même j’aurai commis l’imbécilité de vous prendre au sérieux. Heureusement que je ne vous connais que TROP. Un article plein d’humour noir qui m’aurait poussé à dire que ce juif que vous, est partisan du sionisme et partant de là, defender de cette communauté israélite qui passe le clair de son temps à canarder nos pauvres palestiniens très bien armés. ce peuple juif qui a encore en mémoire le crime nazi, essaient encore par quelques saignées arabes afin de faire revivre cette histoire tragique dont ils ont fait l’objet. Mais soyons en temps soit peu sérieux, mon positionnement sur le problème israelo_juif_palestinien est clair, il faut que Israël reconnaisse la Palestine comme un Tata indépendant.

  8. très jolie la chanson des Smiths, merci.

  9. le noeud du problème est bien là:
    d’un côté Israël en état éclairé et démocratique est tellement sûr de sa supériorité morale qu’il en oublie le “vice de forme” qui est à l’origine de toute cette histoire.
    de l’autre côté on a un espèce de magma politico- institutionnel nauséabond qui fait feu de tout bois pour garder la tête hors de l’eau , mais dont la revendication initiale est légitime et fondée, quoiqu’on pense .
    Dans ces conditions comment trancher ? c’est impossible.
    Seule la bonne volonté des belligérants peut mettre un terme à cette absurdité ou encore l’épuisement ….

  10. Mouais un papier tous les 25 ans sur le conflit palestinien pour mettre en tête de gondole un “je n’ai aucune solution” vous avez perdu une occasion de vous taire. Si Israël n’est pas le troisième Reich sa politique est médiocre et on n’aimerais bien entendre un voix diffèrente mais force est de constater qu’il ne faut pas compter sur vous, il est vrai que troller est bien plus simple.

  11. Il y a 2000 ans, un juif a dit qu’il fallait tendre la 2e joue!
    Les populations qui se réclament de lui, ne l’ont pas fait, et les seuls qui l’ont écouté pendant 1948 ans sont ses coreligionnaires! ils ne le font plus

  12. Nico Pedia , au risque de me faire l’avocat du diable, si Israël était une dictature religieuse, le problème serait vite réglé…
    Par chance, c’est une démocratie, médiocre certes , mais comme toutes les démocraties il me semble , non ?

  13. Au risque de vous décevoir Israël n’est pas une democratie . Bonne chance avec votre conscience, vous me faites penser à Lady McBeth.

  14. @Sagalovitsch
    Cela faisait une semaine que j’attendais ce billet. Je ne suis pas déçu. Merci.
    @NicoPedia
    Si Israel n’est pas une démocratie, c’est quoi alors une démocratie ?

  15. Nico Pedia ça commençait bien… Israël n’est pas le troisième reich, bravo, vous mettez les carrés rouges dans les trous en forme de carré et les ronds bleus dans les trous en forme de rond. Pour la suite ça se gâte, je crains que vous n’ayez à redoubler la maternelle, vous avez un bon sens de la déduction, mais vous peinez encore à le mettre en pratique. Le problème n’est pas de savoir si Israël est une démocratie (c’en est bien une, reconnue par l’ensemble des pays démocratiques), mais la définition que vous avez de la démocratie…
    Pour le dire autrement, le problème c’est vous et pas Israël.

  16. C’est très simple l’idéal démocratique c’est la justice, définition de la justice? S’extraire de la bestialite c’est a dire de la loi du talion. Pensez a revoir vos cours d’éducation civique.

  17. 1/ le cours d’éducation civique est un truc à la noix des années 1980 auquel je pensais que personne n’avait adhéré… ah ah, vous avez marché vous ?

    2/ la loi du talion ? vous avez des références bibliques ? si oui il faut rester sur ce terrain pour argumenter, il faudra plus que deux heures d’instructions civiques pour ça, vous avez les épaules ?

    2 bis/ (ou quand bien même) Israël pratique la loi du talion ? vous avez vu ça sur Itélé ?

  18. http://www.slate.fr/story/89449/israel-palestine-tragedie-represailles-collectives

    http://www.slate.fr/story/89639/israel-detruire-maisons-justice
    Je suis en accord avec ma conscience, à la fin Lady McBeth sombre dans la folie et elle ne peut s’en prendre qu’à elle même.
    Quand a l’éducation civique il y a les démocraties qui essayent de faire preuve de grandeur morale http://www.lemonde.fr/ecole-primaire-et-secondaire/article/2014/07/05/la-morale-laique-arrive-dans-les-programmes-scolaires_4451589_1473688.html#no_mobile et puis il y a les autres.

  19. Moi j’en ai une de solution. Je sais que cela ne se fait pas trop de coller un lien dans un commentaire, mais je tenais quand même à vous transmettre une idée sans doute en avance sur son temps ? http://boojumism.com/?p=910

  20. @ NP : qu’est-ce que c’est fatigant de discuter avec des gens qui ne savent que balancer des liens… ça vous rassure ? Vous pensez tout seul parfois ?

  21. ah oui, la morale laïque, c’est encore mieux qu’instruction civique pour désigner “Ce qu’il faut penser”. Cette pensée est-elle distribué gratuitement par la mairie ? Est-ce le genre de choses que l’on lit dans Métro ? J’ai toujours été étonnée par l’air sérieux qu’on les gens qui lise ce journal vous m’offrez une piste de réflexion intéressante, merci !

  22. “qu’est ce qu’est c’est fatiguant” nous sommes d’accord. C’est un bon début! :)

Laissez un commentaire

« »