Farid de la Morlette, ne t’avise pas de toucher à mon chat !

 

La France a peur.

Les barbares sont de retour.

L’ombre des années trente plane comme un vautour menaçant autour du fantôme de la République en danger.

Et voilà qu’au beau milieu de ce charivari, on découvre avec effroi qu’un dénommé Farid de la Morlette a eu l’ idée saugrenue de jouer au jokari avec Oscar, un pauvre chaton qui n’avait rien demandé à personne.

Peuple de France, chats de Gaule, chiens de l’hexagone, canaris de Lille, lapins de Montpellier, écureuils de Brest, hamsters de Bordeaux, vous pouvez dormir sur vos deux oreilles : aujourd’hui le terrible Farid de la Morlette roupille en prison et n’est pas près de recommencer à martyriser quelconque animal de son quartier.

Enfermé dans un quartier de haute sécurité, claquemuré entre les quatre murs d’une cellule capitonnée avec Jojo la Trempette, le redoutable égorgeur de pigeons, il ne peut même pas étancher sa soif de mal en écartelant des rats, l’administration pénitentiaire ayant pris soin avant sa venue de dératiser de fond en comble sa cahute.

La carrière de Farid la Morlette, le Himmler des chats de gouttière, est terminée.

Il était temps.

Depuis l’annonce de cette sinistre nouvelle, mon chat ne dormait plus.

Je voyais dans son regard inquiet qu’il commençait à se demander, si moi aussi par hasard, je n’appartenais pas à la race des Farid de la Morlette.

J’ai eu beau lui dire que moi c’était plus Saga de la Branlette, j’ai bien vu qu’il ne me croyait pas.

Désormais il m’interdit de l’approcher.

Je n’ai même plus le droit de lui gratouiller le ventre ou de lui chatouiller les moustaches ou de lui tortiller les oreilles.

Harcèlement félin qu’il a miaulé, tu sais combien tu risques pour ce genre d’attouchement ? La perpétuité. Tu veux que j’écrive au juge peut-être ? Tu veux finir tes jours en prison ? Sur une chaise électrique ?

Je n’ai pas moufté.

Je sais qu’il serait capable de me dénoncer.

C’est que je ne l’ai pas épargné tout au long de notre vie commune.

Je dois le reconnaître.

J’ai même fait montre envers lui d’un sadisme innommable.

J’ai sciemment profité de ma supériorité physique pour abuser de lui.

Dès son plus son jeune âge, au lieu de le laisser roupiller, je n’ai eu cesse de l’asticoter, de le houspiller, de le poursuivre à travers toute la maison, de le forcer à se planquer dans la machine à laver pour échapper aux mille et un sévices que je lui faisais subir, jour après jour, en toute impunité.

Sa nourriture, que je planquais exprès sous une coupelle de telle façon qu’il ne puisse la goûter et que, rendu fou par l’odeur alléchante, il se mette à entamer une danse de sioux en tentant de délivrer ses croquettes prisonnières à coups de museau répétés.

Mes hurlements d’indignation quand il me ramenait à la maison des souris ou des oiseaux encore à moitié-vivants à qui je m’empressais de rendre la liberté.

Les leçons de morale à deux sous que je lui infligeais alors.

Mes péroraisons interminables sur la souffrance inutile qu’il infligeait à des victimes innocentes alors que de toute évidence il se contentait de répéter des schémas ancrés en lui depuis la nuit des temps.

Les voyages en voiture ou en train que je l’obligeais d’accomplir dans une cage pas plus grande qu’une boîte d’allumettes où il avait à peine la place de s’étaler, contraint de se tortiller dans tous les sens pour rapatrier sa queue à l’intérieur.

Ma conduite automobile des plus heurtées qui, à chaque fois que je pilais à un stop aperçu au tout dernier moment, amenait immanquablement sa cage à valdinguer sur la banquette arrière et interrompait à chaque fois sa sieste mille fois recommencée.

Les minables cagettes en carton où je l’obligeais à se calfeutrer.

Les jouets débiles que je lui achetais, poisson fantôche, souris en toc, plume d’oiseaux artificiels qu’il mordillait sans conviction, l’air navré, juste dans le but de me contenter et d’ éviter de déclencher mon courroux au regard des investissements somptuaires que je venais de lui consacrer.

C’est seulement aujourd’hui que je prends pleinement conscience de ces comportements délétères et outrageusement dégradants.

Je me suis affranchi de toute morale pour adopter un comportement en tout point contraire à la déclaration des droits de l’homme et du chat.

Sans le savoir, j’étais moi aussi un Farid de la Molette.

 

Je ne cesserai de le regretter toute ma vie.

 

( Pour suivre l’actualité de ce blog, c’est par ici : https://www.facebook.com/pages/Un-juif-en-cavale-Laurent-Sagalovitsch/373236056096087?skip_nax_wizard=true )

42 commentaires pour “Farid de la Morlette, ne t’avise pas de toucher à mon chat !”

  1. c’est mal ce qu’il a fait le gamin, mais qui a déjà vu un chat s’amuser avec une souris sait à quel point cet animal peut faire preuve d’un sacré sadisme !

  2. moi la question que je me pose c’est : quelle est maintenant l’échelle des sanctions de justice? Ok, ce qu’a fait ce gars est ignoble, on est bien d’accord. Mais un an ferme pour ça??? Il me semble que les peines sont bien plus clémentes lorsqu’il s’agit de violence envers des humains, avec par exemple du sursis.
    Ce jugement me laisse vraiment perplexe…
    En tentant de mettre une gradation, les 4 abrutis qui ont lâchement malmené une personne handicapée vont prendre quoi?? 10 ans? 20 ans?

  3. Comme dirait Myrlène : tout est chaoooooos…

  4. @ steph 35, oui, même réaction que vous. Mais attendons l’appel.

  5. C’est clair. Au superbowl y’a des macs qui prostituent des gamines et on fait quoi ? Rien ! Peut-être parce que les gens qui sont au pouvoir sont aussi clients ? Après, j’dis ça, j’en sais rien !

  6. Bonjour, blogueur blagueur. Votre auto-dénonciation comme « barbare » m’ébaubit. Comment, des jeux appuyés avec son chat vaudraient condamnation morale ? Allons donc ! Ne vous faites pas ainsi l’âme noire, voyons. Afin que vous puissiez alléger votre conscience, je m’ouvrir de ce qui se tramerait actuellement dans la belle République française. De source sûre (mais peu prolixe encore), des nonagénaires ayant survécu à toutes les avanies et misères rencontrées depuis le premier tiers du siècle dernier, se constitueraient ces jours derniers en gang – banalement nommé par ma source « gang des nonagénaires » – pour satisfaire un appétit pervers dont ils crurent s’être définitivement dépris quelques mois après la Libération. Contraints par les pénuries de l’Occupation, ils avaient pris l’habitude d’élever et capturer des félins domestiques aux fins d’absorption, digestion, etc. En effet, qu’eussent-ils fait sans chair animale ? Ressuscité, le grand Corneille (pas frère Thomas) répondrait-il, en adaptant le « Qu’il mourût. » [prêté au vieil Horace répondant à Julie la curieuse (« Horace ») : « Que vouliez-vous qu’il fît contre trois ? »] : « Qu’ils mourussent ! » ? Non, mais : qu’ils cuisinassent des chats ! Pour gommer leur crime, les très jeunes futurs nonagénaires appelèrent ce plat : « civet de garenne ». Eh bien, le croirez-vous ? Je vous le donne en mille : ils seraient prêts, selon ma source, à traquer aujourd’hui les chats franciliens pour leur faire subir le même sort. C’est vraiment garder le vice jusqu’à la tombe… Et vous vous jugeriez barbare ?!

  7. c’est doux, c’est neuf?
    non c’est lavé avec Myrlène!

  8. @ Puycasquier : il saute des lignes Corneille ?

  9. Si l’homme est un animal alors les animaux peuvent souffrir et ainsi ont gagné le droit à la dignité. 1 an pour tentative de meurtre et barbarie c’est une peine exemplaire et si peu.

  10. @baby, il ne veut pas comprendre je crois 😉

  11. C’est pas tant un amour des bêtes que la haine de ce connard que tous ces gens (dont moi) ont manifesté. Alors arrêtez avec votre comparaison idiote ” ouais mais si-on-fait-ça-à-un-humaaaaain!!!!!???” parce que vous oubliez que le fait le plus hautement antipathique de ce farid Je suis con et j’ai pas les couilles d’affronter un adversaire de même gabarit, c’est QU’IL A PUBLIE LA VIDEO , c’est qu’il était donc FIER DE CE QU’IL A FAIT. C’est ça qui a foutu la haine à tout le monde. Alors pour ce qui disent que les maris violents prennent moins cher, je dis: pas ceux qui en feraient une vidéo démontrant ainsi qu’ils sont fiers de leur manque total de couilles et qu’ils croient même s’attirer l’admiration et les ” like” d’autres personnes.

  12. Bonjour les trolls !

  13. @achtungbaby : n’a p’us d’yeux, Corneille. Les corneilles les zyont bouffé.

  14. @achtungbaby : et à moi, elles commencent : “bouffés”!!!

  15. @Puycasquier : c’est bien parce que je voudrais pouvoir continuer à vous lire tout en préservant les miens que je vous parle de sauter des lignes ! De l’air !!

  16. Ce crétin a pris un an ? Très bien. Un gars incapable de faire la différence entre un objet et un être vivant ne mérite pas plus.
    Il n’y a quasiment plus de tigres, plus de rhinos, plus d’éléphants sur la planète, les requins se font tuer pour un aileron, les abeilles périssent par milliers, les ours blancs vont tous crever, les ours bruns se font tuer en Asie pour leur vésicule biliaire, les barrière de coraux disparaissent, les Japonais bourrent leurs frigos de viande de baleine que personne ne mange, et j’en passe. L’humain, ce grand singe psychopathe, ne mérite décidément aucune pitié.

  17. @ Sophie K. : ajoutez à ça un hypothétique nouvel album de Garou.

  18. @ Vince : Argh.

  19. :)

  20. @Belle Sophie, en fait là voilà la solution, plus d’annimaux qui servent à rien et hop plus de cruauté gratuite!
    :)

  21. Je crois que mon voisin ne m’aime pas. Chaque fois que je me couche le soir, hop ! il fout le boxon en tapant autant qu’il peut. Un problème de connexions neuronales, peut-être ?

  22. Roch Voisine aurait composé l’hymne du Canada pour les JO ! Avouez que c’est cher payé la migration !

  23. @Vince, faut lui envoyer Roger.

  24. @achtungbaby : voilà qui est clair. L’injonction, je comprends.

    MAIS SAUTER DES LIGNES, CELA OCCUPE DE LA PLACE : FAUT-IL DONC QUE JE FASSE COURT, PLUS COURT, INFINIMENT COURT ? ALORS VOICI :

    BONSOIR, ACHTUNGBABY.

  25. @Puycasquier :

    ne

    vous

    fachez

    pas !

    A bientôt,

    j’espère.

    Cordialement.

  26. “(…)nous sommes généralement contraint de choisir entre un exposé trop court ou point d’exposé du tout.”
    Aldous Huxley “Retour au meilleur des mondes”

  27. Arrêtez d’embêter Puycasquier, bon sang de bonsoir.

    @ Rakam : Si on supprime les animaux, les humains vont encore plus se massacrer et se bouffer entre eux. En revanche, si on supprimait les humains, nous, les aliens, et les animaux et les plantes, on pourrait enfin vivre en PAIX.
    (Et, accessoirement, reprendre une tasse de thé en discutant des étoiles et de la matière noire sans être dérangés.)

  28. ah ah quel sadique ce Farid ! Miaâââouh !!!! (le sacrifice animal est interdit et punissible/sable/suble ? ah bon !)

  29. c’est tout ce que Proust inspire ?

    mon cul sur la commode.

  30. vous portez la poisse ! le mien c’est fait écrasé cette nuit par un conn… de chauffard…

  31. @Closde : flute ! mais que faisait dehors à cette heure ci ?!

  32. ah quand les gilets fluo pour chats…..

  33. @Belle Sophie, pas faux.

  34. J’embête pas Puycaspied, je songe. Si je puis me permettre SophieK vous regardez les choses du côté qu’il vous plait. Si l’autre est un cretin, les autres à qui cela soulève le cœur sont un peu comme vous, non? Tout n’est pas perdu!
    @closde Je sais pas quoi dire

  35. “Un autre député libéral de Rochdale, Simon Danczuk, a expliqué que Smith violait régulièrement des garçons et que tout a été fait pour couvrir l’affaire. Dans les années 60 et 70, il a été dit qu’il violait des gamins dans un orphelinat de Rochdale qu’il avait co fondé, qu’il finançait et dont il avait les clés. Danczuk a demandé une enquête sur un probable étouffement de tout cela par le MI5, qui était parfaitement au courant de ses penchants pédophiles mais n’a rien fait pour l’arrêter.” (dondevamos)
    Nan, moi je n’y crois… Roger, qu’est-ce que tu en penses ?

  36. @ SophieK : il est assez grand pour se défendre tout seul non ?

  37. pis on embête pas, on taquine :)

  38. je ne sais pas pour l’animal de closde mais on n’est pas forcément un chauffard parce qu’on a écrasé un animal. la majorité des conducteurs cherchent à éviter l’impact évidemment. 2 matins de suite sur mon trajet j’ai percuté le même chien ! qui s’est jeté sous mes roues sur une petite route boisée, la 2ème fois je n’ai pas pu m’arrêter à temps, même s’il s’est relevé il a dû morfler, j’ai voulu voir le proprio surtout pour l’engueuler. je ne parle pas des dizaines de chats suicidaires que j’ai croisés

  39. Assassin !

  40. Mais mon chat vivait sa vie de chat, au clair de lune, il chassait la souris…un vrai chat de campagne qui rentre quand il pleut….

  41. il y a environ un mois une voiture devant moi a projeté un animal en l’air qui est retombé sur mon véhicule (oui je sais c’est affreux le bas de ma caisse a failli rester sur la route) il faisait tellement noir et c’est allé tellement vite que je n’étais pas tout à fait sûre que c’était un animal alors je me suis arrêtée pour appeler police secours (au cas où j’aurais roulé sur un humain, enfin!) mais je vous rassure c’était un grand chien

  42. @Hannah : je vous assure mon chat n’était pas suicidaire !
    rebelle mais pas suicidaire….

Laissez un commentaire

« »