Confession d’un non-fumeur de cannabis

 

Considérant que tous les grands de ce monde, Obama, Valls, confient les uns après les autres avoir un jour ou l’autre biberonné une tige de  marijuana, il est de mon devoir et de ma responsabilité de mettre un terme à l’infâme rumeur qui enflamme ces jours-ci les librairies de la capitale en me présentant comme un consommateur avéré de cannabis.

Il n’est rien de plus faux.

Je puis affirmer, avec toute la franchise requise en pareille circonstance, que jamais, ô grand jamais, je n’ai respiré une quelconque substance appartenant de près ou de loin à cet opiacé.

Pas plus que je n’ai carburé à une autre drogue récréative.

C’est triste à dire mais je suis un puceau de la drogue.

J’ai connu de monumentales ivresses matinales en déclarant mon amour à des bouteilles de bourbon alignées en file indienne sur mon bureau, j’ai goûté au vertige du mescal, j’ai dû mélanger des quintaux de Guinness avec des barriques de gin tonic, j’ai bu des bières fortes comme du métal, mais jamais je ne me suis évadé de ce monde en m’empiffrant de coke, d’ecstasy ou d’herbe.

Je pense que ma mère aurait préféré que je lui apprenne mon intention de me marier avec une goy nommée Marie-Huguette de la Blanchisserie ou ma décision irrévocable de rejoindre les brigades d’Al-Aqsa plutôt que de savoir que je m’accoquinais en douce avec de telles substances mortifères.

Si bien que de la plus étrange des manières, je suis arrivé à l’âge que j’ai sans jamais être parvenu à nouer de relations diplomatiques avec le monde de la drogue.

Je ne m’en vante pas et parfois même j’en viendrais à le regretter.

Certes je me suis bien rattrapé en suçant par containers entiers des kilos de pastilles de tranquillisants, Xanax, Valium, Temesta, Lexomil et autres friandises que je continue à dévorer avec la même gourmandise dévote, certain que si j’arrêtais de les consommer, je me condamnerais à vivre au rabais, incapable de supporter la violence du monde extérieur.

Cependant je m’interroge : ne serait-il pas grand temps que je m’essaye au moins à tâter du cannabis dont semble-t-il je dois être le dernier à n’en avoir jamais reniflé les volutes, que chacun s’accorde désormais à considérer comme parfaitement inoffensives ?

D’autant plus qu’il me suffirait désormais de passer la frontière, distante de mon domicile d’une trentaine de kilomètres, pour m’arrêter dans une échoppe spécialisée et autorisée de l’Etat de Washington et demander un aller simple pour ces paradis artificiels.

Une seule chose m’arrête.

Qu’adviendrait-il si je trouvais un charme fou à cette diseuse de bonne aventures, si je tombais en pâmoison devant la toute-puissance de cette substance qui m’ouvrirait grand les portes de la perception et de la félicité terrestre ?

Je ne vais quand même pas devenir un fumeur de chichon alors que j’ai déjà un mal fou à composer avec le principe de réalité, que je ne sais toujours pas si je préfère être incinéré ou incarcéré dans un cercueil, que j’ignore encore la différence exacte entre le FMI et la Banque mondiale et que je n’ai toujours pas tranché la question de savoir si j’étais un socialiste à tendance libérale ou démocrate ?

Je ne me vois pas apathique, un sourire béat suspendu à mes lèvres, les yeux chassieux de contentement, raconter à mon chat les mystères de l’univers et essayer de l’ensorceler en le suspendant au lustre du plafond pendant que je convoquerais le fantôme de Jim Morrison pour taper le carton avec le souvenir de ma grand-mère ressuscitée.

Surtout je ne veux pas risquer de me transformer en un imbécile heureux, en paix avec lui-même, trouvant un certain charme à l’existence, aimant mon prochain, pactisant avec mon meilleur ennemi, baignant dans une mer de béatitude où je barboterais du matin au soir en m’entretenant avec Dieu le Père en personne et en alimentant de mes foireuses chroniques pleines de bons sentiments un blog intitulé you will never love alone.

J’ai ma dignité.

Je veux bien admettre que la consommation de cannabis soit sans danger mais je me refuse à servir de témoin de moralité.

 

Je préfère me consacrer à mon grand projet : la consommation obligatoire de tranquillisants dès l’école primaire.

 

( Pour suivre l’actualité de ce blog, c’est par ici : https://www.facebook.com/pages/Un-juif-en-cavale-Laurent-Sagalovitsch/373236056096087?skip_nax_wizard=true )

64 commentaires pour “Confession d’un non-fumeur de cannabis”

  1. Le cannabis n’est pas un opiacé. Les opiacés sont des substances propres à l’opium, lui-même extrait de la fleur de pavot. C’est un peu comme si on disait qu’une grenouille était un poisson.

  2. Je sais que vous vous en foutez comme de votre première chemise, mais j’ai vraiment beaucoup d’admiration pour vous et vos écrits… Si il m’est arrivé d’écrire des commentaires “rageux” (les néologismes c’est tellement swag…), je ne me serais jamais imaginé en faire un sur votre blog. Le cannabis n’est pas un opiacé comme vous l’écrivez, cela démontre une profonde ignorance de votre part sur le sujet. Voyons Laurent un peu de sérieux!! Les opiacés sont des substances dérivées de l’opium, alors corrigez moi ça.

  3. Parfaitement M. Sagalovitsch! J’espère bien que vous allez continuez à me faire enrager chaque jour que Dieux fait. La vie est déjà faite d’assez de compromis pour que l’on ne s’interdise pas de venir éructer sa Hate face à la connerie monumental du monde sur le net. L’herbe rend niais!!! One Love Mouarf mouarf mouarf http://www.youtube.com/watch?v=3iyAF8WvEp0

  4. D’un autre côté chez certains l’alcool peut aussi donner envie d’aimer son prochain.
    Alors vous avez l’alcool triste ? Argneux ?

  5. je ne voudrais pas dire mais si on rend obligatoire les tranquilisants dès l’école primaire il n’ y aura plus personne sur ce blog.

  6. J’suis pas complotiste, mais j’peux pas m’empêcher de noter qu’on parle de libéraliser le cannabis au moment où les populations, excédées par l’accroissement du chômage, le déluge de news sur l’état lamentable du monde et le hold-up permanent qu’elles subissent, commencent à manifester leur mauvaise humeur un peu partout. C’est bizarre, quand même, non ?

  7. @Rocco et Fabtheadd : donc si ça ce trouve le bourbon avalé par M.Sagalovitsch n’était que du sirop d’érable ?

  8. et oui l’herbe va devenir le gladiateur des temps moderne.

  9. le bourbon ce n’est pas du sirop d’érable fermenté?
    décidement on en apprend tous les jours!

  10. Nullement Sophie K! Je le répète “l’herbe rend niais”!!! Trouvez le (Charlie) niais http://www.slate.fr/sites/default/files/photos/bal_quenelles_flou.jpg

  11. Je rappelle que je vends toujours de la matière noire, origine galaxie d’Andromède certifiée 100% authentique, neuve et encore dans son emballage.

  12. @Vince, ça fait combien en volume 1g de matière noire?

  13. Tenez j’ai pris une photo de l’infinie niaiserie https://www.dropbox.com/s/spp6j62boxrddxm/2014-01-19%2001.21.15.jpg ce qu’on peut être con :)

  14. @Vince : ça se fume ?

  15. Salut
    Mais oui, l’herbe rend niais; acheter du shit c’est donner de l’argent aux terroristes; quand on fume de l’herbe on devient forcément accroc, puisque c’est de la ddddrroogue; d’ailleurs quand on est drogué, on touche plus terre, on plane un max, du haut du plafond dont on a du mal à se décrocher…
    Si ça continue dans le conformisme, je vous préviens, je m’abonne à Valeurs Actuelles.
    Vous l’aurez bien cherché !

    Quand on parle de drogue il faut pas confondre torchon et serviette. Le pétard c’est pas la piquouze les gars, IL FAUT ARRETER DE REGARDER TF1.
    Mais quelle époque !
    PS : 30 km c’est vite fait mec.

  16. @ Nico : j’attends le gars qui va inventer le geste de se mettre deux doigts de la main gauche dans les trous d’nez, et le pouce de la droite dans le fion. Les photos seront autrement plus sympas. Et les défilés dans les rues plus que passionnants.

  17. @Rico : vous êtes un peu simpliste non ?
    http://www.lemonde.fr/sciences/article/2012/09/06/le-qi-en-fumee_1756723_1650684.html

    A minima vous pourriez dire qu’il n’y a pas consensus.

  18. Rico : j’me d’mande si à l’heure actuelle, c’est pas plus conformiste de fumer de l’herbe que de ne pas en fumer. C’est comme pour les tatouages, quoi. Trouver un gars ou une greluche non tatoué(e) devient super compliqué, maintenant.

    Enfin bon, c’est moi. Chus jamais contente, je sais.

  19. @ Sophie K : oui d’accord avec vous. Ah la femme à la peau immaculée et avec tous ses poils !! Une denrée rare !

  20. Oh pis assez !

  21. baby vous n’allez pas nous faire le coup du vieux réac? Je note dans le papier que vous proposez que “Cet élément incite à la prudence dans l’interprétation des résultats, tout comme le fait que seuls des comportements ont été mesurés. Il n’y a pas eu d’analyses objectives au niveau cérébral, en imagerie par exemple”. Je vous retourne le compliment “vous êtes un peu simpliste non ?”

  22. @ Nico : simpliste pour les poils ? Reconnaissez qu’aujourd’hui l’expression “ras la touffe” n’a plus grand sens !

  23. C’est super. On s’en fout?

  24. l’herbe rend niais les gens niais, paranos les gens paranos, pour les autres c selon…
    On peut être le dernier des abrutis et fumer des pétards …
    On peut être très doué, hypersocial et sans névrose aucune, et le rester en … fumant des pétards.
    Ouf c’est dit.

  25. @ Baby : “Dieu, que la touffe est rase, et j’ai lu tous les livres” ? 😀

    @ Laurent : dis-leur que c’est une tournure littéraire, aux agacés de l’opiacée, aux sagaces de l’herbacée, aux choyeurs de chichon, enfiiiiiin !

  26. Le cannabis est une drogue, au même titre que l’ALCOOL, tabac et autres tranquillisants que mentionnent l’auteur. Quand je lis les commentaires des gens qui veulent diabolisé cette drogue et en même temps sont surement jamais contre un deuxième coup de rouge à table… belle société hypocrite…
    Et venez pas me sortir l’hypocrisie ultime: l’alcool c’est culturel en France… bah l’alcoolisme et la violence engendrée aussi alors, belle culture! Qui plus est allez en Banlieue ou même Paris intra-muros et vous verrez que ça fait maintenant parti de la culture jeune, je ne me retourne pas plus quand je sens des effluves de cannabis que quand je vois des gens qui boivent dans la rue.
    Bref tout ça pour dire que c’est une drogue comme les autres (mais clairement moins nocive que l’alcool: moins de violence et pas d’overdose). Maintenant il faut être honnête envers soi-même et les drogues récréatives en tous genre, cannabis/alcool/opiacés, au final même combat! Donc arrêtons de clouer le cannabis au pilori avec tant d’ardeur et ouvrons aussi les yeux sur les drogues légales!

  27. Voui voui.
    Ouvrons grand.

  28. (Bon, j’arrête, vais m’faire caillasser.)
    (Pardon.)
    (Pardon.)
    (Je ne me gausserai plus sur le blog de Sagalovitsch. Je ne me gausserai plus sur le blog de Sagalovistch. Je ne me…)

  29. Oh comme j’ai ri ! Croyez moi, fumer a peu de chance de vous transformer en “apathique, un sourire béat suspendu à mes lèvres, les yeux chassieux de contentement, raconter à mon chat les mystères de l’univers”. Ça arrive aux ados rêveurs et à ceux qui passent ensuite aux drogues dites “dures”. Un petit joint le soir, c’est plutôt l’équivalent de votre xanax. C’est le petit plus qui vous évite de perdre votre sang froid, qui aide à relativiser. Ça éviter de passer 30min à vous plaindre de vos collègues à votre conjoint, qui en aurait vachement marre au bout d’un moment. Vous ne deviendrez pas un imbécile heureux, juste quelqu’un d’assez cynique pour comprendre qu’il est difficile de supporter les gens et le monde dans lequel nous vivons sans un petit coup de pouce. Et puis c’est double emploi avec les dolipranes, en cas de douleur, ça soulage instantanément ! A quand la prescription de cana pour les règles douloureuses ?!

  30. article stupide. fumer quelques joints de temps en temps ne transforme pas les gens en “imbéciles heureux”, “apathique” et ne provoque aucune hallucination ! Il faut sortir des images d’Epinal réductrices et simplistes. Essayer vraiment de fumer ca vous rendrait peut-être moins con on ne sait jamais

  31. @Pi-R Oui, on est au courant, tout ça c’est des drogues car ces substances influencent nos petits cerveaux. Et alors ? La moitié de la population française (au bas mot) est droguée, et j’imagine pas le foutoir si un jour tout le monde était clean. C’est là que vous verrez des horreurs. D’ailleurs, vous oubliez la religion, qui est l’opium des gens trop coincés pour s’en mettre dans la tronche. Si on enlève les gens qui fument, boivent, sniffent, se piquent et vont à l’église/temple/mosquée/synagogue/et autres, il reste combien de personnes clean ? Et ceux là feront du sport, ou seront des fans de curling, ou autre chose !

  32. @baby, je vais vous faire un aveux, j’adore les poils!!!!
    @touslesautres je déconnais, enfin pas tant que ça, quand je constate le manque de second degrés des fumeurs de cannabis…

  33. Ah, ça, on ne dira jamais assez la nocivité du curling pour les neurones, effectivement. Devrait être interdit, ce truc-là.

  34. ça dézingue sec de la part des fumeurs de chichon !! Reprenez une petite taf et détendez vous bon sang !

  35. “J’ai goûté au vertige du mescal” j’ai jamais goûté moi, c’est comment? Est ce que vous avez vu un loup dans le désert?

  36. Je ne comprends pas la diabolisation qui est faite autour du cannabis alors qu’il est avéré que l’alcool tue plusieurs dizaines de milliers d’individus en France et qu’il est à l’origine d’une bonne moitié des violences publiques et familiales.
    Pour donner une idée aux néophytes,le cannabis de bonne qualité a les qualités d’un bon relaxant et peut servir de somnifère,il peut donc remplacer beaucoup de saloperies chimiques que les grands groupes pharmaceutiques vendent à leurs cobayes à prix d’or .
    Contrairement à l’alcool,le cannabis n’attaque “que”le cerveau et un peu les poumons;seul problème,il a tendance à amplifier chez certains les crises de parano .
    Le cannabis est interdit dans de nombreux pays parce que sa légalisation représenterait un manque à gagner considérable aux marchands de cancer(alcool) et de Maladie d’Alzheimer (somnifères),lobbies puissants et influents lors des échéances électorales.

  37. Quand on ne connait pas, on la ferme au lieu de rajouter à la confusion…

  38. M’enfin Stéphane, avez vous déjà vu Jésus fumer un joint?

  39. le cannabis, un opiacé ? de mieux en mieux !!!!

  40. Je me suis arrêté la:”Certes je me suis bien rattrapé en suçant par containers entiers des kilos de pastilles de tranquillisants, Xanax, Valium, Temesta, Lexomil et autres friandises que je continue à dévorer avec la même gourmandise dévote, certain que si j’arrêtais de les consommer, je me condamnerais à vivre au rabais, incapable de supporter la violence du monde extérieur.”

    Eh bien vous avez déjà consommé des drogues, et pas qu’un peu. Ce sont des substances psychoactives, fonctionnant exactement de la même facon que l’immense majorité des autres drogues (cannabis, cocaine, heroine, etc…). Vous êtes déjà un drogué, vous ne le saviez juste pas.

  41. pauvre gars, ca fout les jetons.

    mais quelle vie d’alcoolique onaniste dépressif de merde !

    essayez la sodomie . LOL.

  42. M. Le Blogeur, j’ai bien l’impression que certains internautes ne comprennent pas votre 2nd (voir 3ème…) degré…. Malgré tout ça va avec votre état d’esprit, non?

  43. oh j’ai l’habitude mais je ne m’en lasse pas !

  44. des fois en parcourant les coms sur des tas de sites j’ai l’impression d’être dans les égouts de Paris… Mouahahah!
    Bonne nuit.

  45. les alcoliques sont des tox commes les autres

  46. j’ai l’impression qu’ils ont enrichit l’herbe avec de la coke….tout se perd…

  47. J’ai adoré votre article.Malheureusement et comme d’habitude je continue à lire des gens qui n’ont aucune idée de quoi ils parlent. Je vais essayer, avec des mots simples, d’expliquer certains faits sur le cannabis.
    Contrairement à l’alcool et aux médicaments, vous ne pouvez pas mourir d’overdose de cannabis.
    Il n’y a pas de dépendance physique, mais psychologique.Contrairement à ceux qui se disent incapables de commencer leur journée sans un café, ce n’est pas votre cerveau et votre corps qui en réclame, mais c’est juste une envie psychologique.
    Vous pouvez passer une soirée à fumer, le lendemain vous n’aurez pas la tête dans l’anus et vous ne ferrez pas caca en spray.
    Le cannabis ne provoque pas d’hallucinations c’est un mythe. La preuve, c’est que vous n’en avez jamais eu, mais toujours le copain d’un copain qui a vu ou fait. Si ça vous est arrivé, changez de dealer car celui-ci à essayé de vous rendre accro en mélangeant votre herbe à autre chose.
    Ça rend niais ?? Ok, je mets au défi n’importe quel non fumeur de se mesurer à moi (fumeur depuis 18ans) dans un test de culture générale juste pour le fun.
    Regardez autour de vous en soirée le comportement de ceux qui boivent et ceux qui fument. Ceux qui fument ne vomissent pas partout, ne se cassent pas la figure au moindre pas, ne deviennent pas hyper violents ou affectifs et certains sont mêmes capables de se rendre compte que leur état ne leur permet pas de prendre le volant. Point important celui qui a fumé est pleinement capable de faire l’amour à son/sa partenaire.
    Je me suis contenté avec ce texte d’expliquer ce que tout le monde peut voir au quotidien.
    Nous ne sommes pas aveugles face aux dangers du cannabis, nous en avons juste marre de l’hypocrisie et de la diabolisation du THC.
    Continuez à vous gaver de médocs et à boire votre pinard pour ensuite battre vos amis, femme et enfants.
    Perso je préfère fumer un bedo, manger des chips et rire sans raison.
    (C’est moche les clichés, n’est ce pas ??)

  48. manquerai plus qu’ils y mettent de la matière noire tient.

  49. @ the red : ça se fume ?

  50. Le cannabis peut donner des hallucinations olfactive, gustative, auditive voir visuelle quand il est ingéré en grande quantité.

  51. @baby, qui Say :)

  52. @Nico, navré, c’est faux. Même à jeun je peux avoir des hallu olfactive et gustative. Suffit de penser à un poulet rôti bien chaud. :) Quant à l’ hallu auditive et visuelle c’est faux aussi car contrairement à alcoolémie qui augmente en fonction de la quantité ingurgitée, 1 joint + 1 joint = 1 gros joint, mais il n’y a pas d’effet d’augmentation de l’état en fonction de la quantité fumée. D’où l’impossibilité de faire une overdose.

  53. C’est juste, je le sais… Il y a juste tout un tas d’hallucinations qui sont dû a tout un tas de facteurs. Ce n’est pas que une question de quantité mais également de principe actif. Il y’a tout un tas de produit hallucinogènes qui ne permettent pas de faire d’overdose… On pourrait écrire une encyclopédie en douze volumes la dessus. D’autre part tous les gens n’ont pas la même sensibilité aux drogues. Par exemple il y a une minorité de gens que je nome “allergiques” qui réagissent plus ou moins mal au cannabis et ce de différentes façons, selon les gens. Quant aux cas d’addiction ils existent, ce sont souvent des gens en grande détresse. De plus quand je dis que “l’herbe rend niais” ce n’est pas à prendre au premier degrés, je me moque de ceux qui parce qu’ils fument des joints se disent “peace and love” et se rendent, par exemple, à des spectacles “d’humour” qui en fait sont de la propagande antisémite. Cette “culture” vient des rastas qui comme Bob Marley chante la paix et l’amitié d’un côté et la révolution de l’autre (révisez votre Bob Marley). Pour conclure je dirais que le cannabis est une drogue douce et que l’ignorance des gens sur ce sujet est d’autant plus grande que très très peu d’expériences ont été menée à son sujet du au fait que c’est une drogue, on étudie pas les drogues, c’est interdit! Pour tenter de donner un ordre de grandeur subjectif, l’alcool est 1000 fois plus puissant et nocif que le cannabis. Selon moi ce n’est pas en racontant n’importe quoi, que ce soit positif ou négatif, que l’on fait avancer le sujet.

  54. La drogue, c’est le mal. Juste derrière il y a la sodomie et l’Iran.

  55. Sans oublier Ile Rousse !

  56. C’est tout de même amusant tous ces politiques qui n’ont fumé QU’UNE FOIS, pas deux ni plusieurs fois, non non, juste une fois et au choix: n’ont rien ressenti ou ont été tellement malade qu’ils n’ont pas voulu recommencer.
    C’est formidable combien la drogue ne touche que peu les hommes politiques. Awww…

  57. Les politiques seraient plutôt coco (sauf, peut-être, les cocos).
    Normal. Le politique cherche à se speeder pour ne pas énerver trop le peuple, et le peuple à se calmer parce que le politique le speede.
    (Ying Yang, quoi.)

  58. @Nico, c’est vrai. Le débat devient stérile car on entend parfois tellement de bêtises de la part des anti, que les pros se sentent obligés de chanter les louanges du cannabis pour faire la balance. Alors que, croyez moi sur parole, les pros sont bel et bien conscients des dangers.Je vais faire mon Luther King:”I have a dream…” qu’un jour il soit possible d’avoir un vrai débat sans parti-pris.J’ajouterai juste pour finir que souvent dans nos conversations entre fumeurs sur la légalisation, je me vois surpris de la dureté des lois et obligations dont nous sommes persuadés de la nécessité. Beaucoup plus dures que les lois actuelles sur l’alcool.

  59. les pro sont sachants et les anti sont cons
    cette conclusion s’imposait

  60. “Je ne vais quand même pas devenir un fumeur de chichon alors que j’ai déjà un mal fou à composer avec le principe de réalité, que je ne sais toujours pas si je préfère être incinéré ou incarcéré dans un cercueil, que j’ignore encore la différence exacte entre le FMI et la Banque mondiale et que je n’ai toujours pas tranché la question de savoir si j’étais un socialiste à tendance libérale ou démocrate ?”

    “Surtout je ne veux pas risquer de me transformer en un imbécile heureux, en paix avec lui-même, trouvant un certain charme à l’existence, aimant mon prochain, pactisant avec mon meilleur ennemi, baignant dans une mer de béatitude où je barboterais du matin au soir en m’entretenant avec Dieu le Père en personne et en alimentant de mes foireuses chroniques pleines de bons sentiments un blog intitulé you will never love alone.”

    Mais personne n’a remarqué que c’était de l’ironie cet article? Il parodie ces gens trop préoccupés par la politique et autres choses superficielles pour vivre vraiment, tenter de nouvelles expériences, qui jugent avant de connaître les vertus des chosent qu’ils ne connaissent pas, et qui crachent sur ces fumeurs qui au final voient leur perception du monde épurée (pas toujours malheureusement)… et j’en passe.
    Bravo

  61. Ouais, la drogue c’est mal, l’alcool n’est pas de la drogue c’est le sang du Christ donc tout va bien, hypocrisie quand tu nous tient “Le prieur, déjà un peu sur l’âge, était un très bon ecclésiastique, aimé de ses voisins, après l’avoir été autrefois de ses voisines. Ce qui lui avait donné surtout une grande considération, c’est qu’il était le seul bénéficier du pays qu’on ne fût pas obligé de porter dans son lit quand il avait soupé avec ses confrères.” L’Ingénue

  62. non serieusement. c’est de l’ironie

  63. Moi j’encourage tout le monde a boire et fumer du shit!!!!
    eh ouais, c’est super bon de claquer son argent, sa santé, ses performances sexuelles, sa mémoire, et j’en passe..
    en esperant que vous serez jamais en manque bien sur!

    Quand on m’a fais fumer mon premier joint, on m’a jamais dis tout ca!

    Ne vous mettez p

  64. as dans cette situation…parce que j’ai remué terre et ciel durant des années pour me séparer de cette chose qui modifie notre corps et notre esprit

Laissez un commentaire

« »