Nous sommes tous des français d’origine étrangère

 

Ah cette expression scélérate dont usent et abusent journalistes, politiques, marchandes des quatre-saisons, cette baveuse accolade verbale qu’on ne manque jamais de rajouter lorsqu’on évoque la situation d’une personne née de parents au pedigree douteux : français d’origine étrangère.

Ce farouche et tendancieux idiome de “français de seconde génération” dont on nous caquète de plus en plus les oreilles, ne pourrait-on pas simplement le supprimer une bonne fois pour toutes de notre vocabulaire, l’éradiquer, le déclarer hors-la-loi tant il contribue à différencier d’une manière sournoise mais bien réelle les vrais des faux français, les bons des mauvais, les purs des impurs.

A alimenter ce fantasme à jamais inassouvi d’une France blanche, chrétienne et parée des mille vertus qui empestent le parfum entêtant et pestilentiel du nationalisme, cette affirmation affectée de se déclarer de rang supérieur au seul prétexte de posséder un nom dont on retrouve les traces dans les bulletins des archives historiques.

Qu’il doit donc être fatigant, épuisant, lassant, humiliant pour un Karim ou une Fatima de toujours être présentés sous cette appellation contrôlée de français d’origine magrébine alors que nés en France, éduqués à l’école de la république, élevés dans le respect de nos valeurs communes, ils n’ont d’étranger que ce beau nom qui les honore et les magnifie.

C’est qu’ils auront beau briller au palmarès de nos universités, parader en tête de nos concours publics, s’illustrer par leurs mille et un talents, toujours il leur faudra redoubler d’efforts afin de convaincre leur voisin, leur employeur ou leur collègue de leur indéfectible appartenance à ce pays dont ils sont pourtant les plus-que-parfaits légitimes enfants.

De devoir toujours redire que ce pays est tout autant le leur que celui de n’importe quel Alphonse de pacotille dont les origines certifiées gauloises se perdent dans le vestibule parfois crasseux de l’histoire nationale.

Ou d’une Constance de souche qui se plaît toujours à raconter que son arrière-grand-père tâtait de la croupe de la baronne de Montmajour pendant que Grand-maman servait de la soupe aux armées napoléoniennes en déroute.

Et qu’ils n’ont surtout pas à s’excuser d’avoir des parents nés au bled ou de déclamer leur tendresse pour cet autre pays envers lequel tout naturellement ils éprouvent une douce nostalgie, même s’ils ne le connaissent qu’à travers les récits de leurs parents ou les photos sépia trônant dans l’album de famille.

On ne peut pas être coupable d’être né différent.

Il faudrait cesser, sachant la difficulté de la France à se penser comme une société multiculturelle,  avec cette exaspérante manie de toujours vouloir présenter le fils d’immigré comme un français d’origine étrangère, et partant, comme un français imparfait, comme un français relatif, comme un français inabouti dont on se complaît à penser qu’il nourrit en son sein le secret désir de défier la république ou de venir un jour ou l’autre pervertir notre identité nationale.

Et de rappeler qu’hormis une infime fraction de la population pouvant remonter l’écheveau de son cadastre familial jusqu’à Pépin le Bref, nous sommes tous, absolument tous des français d’origine étrangère, des français rapportés, des français bigarrés, colorés, incertains, peut-être mêmes improbables.

Et que nous soyons musulmans, catholiques, juifs, athées ou un peu tout à la fois, nous représentons à travers nos parcours heureusement variés la vraie richesse de ce pays qui sans l’apport de nos différences ne serait plus qu’un dépotoir désolé, un cimetière à l’abandon crevant de solitude dans l’enfer de son identité consanguine.

 

( Pour suivre l’actualité de ce blog, c’est par ici : https://www.facebook.com/pages/Un-juif-en-cavale-Laurent-Sagalovitsch/373236056096087?skip_nax_wizard=true )

36 commentaires pour “Nous sommes tous des français d’origine étrangère”

  1. Rassurez-moi : the Immigrant, c’est pas encore un truc sur Léonarda ?

  2. Léonarda De Vinci?

  3. élevés dans le respect de nos valeurs communes, …
    Le cop a failli s’etrangler.

  4. “Et de rappeler qu’hormis une infime fraction de la population pouvant remonter l’écheveau de son cadastre familial jusqu’à Pépin le Bref”

    une infime fraction proche de zéro ? quel est le chiffre exact 0.23 % 0.01% c’est sur qu’en tenant ce genre de propos on contribue de façon décisive au débat .

  5. Contrairement aux discours, la France n’est un terre d’immigration que depuis peu. L’immigration principale a eu lieu jusqu’à la chute de l’empire romain, avec les invasions barbares. Pendant le moyen-âge, le principe de servage a ancré les habitants dans des domaines géographiquement très petits. Ensuite, l’heure a été à l’émigration, vers l’Europe (protestants) ou vers les Amériques. La période napoléonienne a vu le passage d’armées, mais vite reparties. En fait, une première vague a eu lieu pendant l’entre deux-guerre (russes, espagnols, italiens,…), puis majoritairement après la décolonisation. En conclusion, les Français qui connaissent leur ancêtres jusqu’en 1914 devraient remonter d’un millénaire pour trouver une origine étrangère.

  6. Il faudrait enfin cesser de dire que la France est une société multiculturelle, ce n’est qu’un dangereux fantasme de progressiste.
    Et ne vous en déplaise une majorité de Francais n’ont aucune origine étrangère. Libre à vous de remonter juqu’à Cromagnon et de dire qu’en fait nous sommes tous africains mais ca n’a pas vraiment de sens.

  7. @Wenns, bien sur que la france est une société multiculturelle et ce à tous les niveaux, politiques, artistiques, culturels, sportifs etc…
    et tant mieux, ça va nous éviter de devenir un pays de chevaliers ariérés ne pas s’en appercevoir c’est avoir besoin de verres progressifs….

  8. “Une majorité” vs “une infime fraction”. De l’usage mathématique des certitudes non-démontrées.

    La France est une société multiculturelle depuis le départ, pour la bonne raison qu’elle regroupe plusieurs cultures, depuis son origine, sur son territoire. Mais la France aime bien l’oublier. Mais peut-être qu’au lieu de reprendre les idées forgées et argumentées par d’autres (la France n’est qu’une terre d’immigration depuis peu, je l’ai déjà lu, ça, et ce n’était pas sur internet), peut-être devriez-vous lire des trucs par vous-même. Ca donnera à votre opinion -en elle-même légitime- un peu plus de lustre. En outre “la France” c’est grand, toutes ses marches ont connues et connaissent toujours un métissage culturel et linguistique permanent: Bretagne, Alsace, Nord, Sud-Est, Sud-Ouest, Midi…ont des pans entiers de leurs histoires et de leurs structures qui n’ont rien à voir les unes avec les autres. Et ça a continué après les invasions barbares.

    Le multiculturalisme n’est pas que religieux, ou national. En cela, et comme bien d’autres pays (Espagne pour commencer) nous sommes un pays multiculturel, et nous l’avons toujours été, et nous le serons toujours. Que par suite on crée par la force un substrat qui nous lie tous, un “fond commun” qui ne soit pas que subjectif (donc pas le “vivre-ensemble”) ne change rien. Une société multiculturelle n’est pas une société désunie par nature. Notre société est unique ET multiculturelle, et il n’y a aucune contradiction dans les termes.

  9. C’est moi où ce blog se transforme de plus en plus en succursale du Monde ?

    Parce que franchement, on a pas besoin de venir ici pour lire ce genre de brouet habituel, genre de touche pas à mon pote décidément bien peu inspiré.

    Arrêtez Plus belle la Vie, Saga. Vite.

  10. Croire que la France a été un pays où l’on élève du bon français aussi blanc que de la craie depuis le Moyen Age, que la France n’est qu’une terre d’immigration que depuis peu, c’est faire remonter ses connaissances historiques aux manuels d’histoires des années 50, au discours “nos ancêtres les gaulois, aux réactionnaires un peu beauf quoi….

  11. ok et pourquoi les européens de souche ont été viré de l’Afrique, parce que là le même problème se produit, on leur imposait notre culture, ils nous imposent la leur

  12. Il n’y a pas plus étranger qu’un Basque, qu’un Alsacien, qu’un niçois… aux yeux des seuls vrais français, les habitants du domaine royal de Saint-Louis (puisqu’il faut remonter loin, choisissons en un au hasard).

    Certaines colonies (Martinique, Guyane…) sont plus anciennement françaises que des villes (Nice) qui votent aujourd’hui pour beaucoup droite populaire voire extrême.

    Il n’y a pas grand chose à comprendre, à part laisser le temps faire sa besogne. En appeler à l’Histoire pour se chercher une quelconque identité est futile, tant la France est un amalgame d’identités différentes, difficilement unifiées avec l’école de la IIIème république.

  13. gnuc un brillant généalogiste… “En conclusion, les Français qui connaissent leur ancêtres jusqu’en 1914 devraient remonter d’un millénaire pour trouver une origine étrangère.” J’ai 4 arrière-grand-parents franc-comtois, 2 arrière-grand-parents lorrains, deux arrière-grand-parents alsaciens, tous français. Remontons un peu l’histoire et il n’est pas besoin de remonter unmillénaire. La Franche-Comté est passée aux rois de France par le traité de Nimègue en 1678, le sud de l’Alsace en 1648, sauf Mulhouse qui devint seulement française en 1798, Strasbourg en 1697… quant à la Lorraine du bon Stanislas, elle ne devint française qu’en 1766 et si je remonte au début du XVIIe siècle, je ne toruve que des vitriers argoviens dans mes ancêtres alsaciens… C’est quand même assez drôle que le FN voue un culte à Jeanne d’Arc qui était l’équivalent du harki à l’époque puisque non souchienne…

  14. et pourquoi pas “tous des juifs allemands” pendant qu’on y est

  15. Je comprends votre commentaire et vos arguments. Ils peuvent se justifier. Mais “français d’origine étrangère” peut se comprendre dans un autre sens aussi. Etant enseignante j’ai beaucoup d’élèves qui ne se pensent pas français mais algérien, tunisien, marocain etc… Et ils ne pensent pas à mal en pensant cela (que ce ne soit pas repris comme un argument contre eux) mais ils ne savent pas. Donc moi je leur précise qu’ils sont français avant tout, d’origine étrangère. C’est l’appellation juste et franchement je ne vois pas le problème. Pour moi cela n’est pas pour autant que “ces” français doivent fournir plus d’efforts pour prouver sa nationalité française. C’est tout simplement un français qui a deux cultures point final.

    Et le fait de zapper cette partie “origine étrangère” ne signifie t’il pas qu’ils zappent une partie d’eux même? Qu’ils le renient? N’est ce pas une richesse plus qu’une tare? Franchement moi je préfère “français d’origine étrangère” à “français de pure souche” qui fait très chauvin.

    Ne leur retirons pas ça, eux qui ont la chance de savoir leurs origines. J’ai remarqué en discutant avec des blacks aux USA que pour eux ils sont qu’américains et qu’ils ne connaissent pas leurs origines, dû à l’esclavage. J’ai trouvé cela bien triste et j’ai pensé que nos français d’origine étrangère avaient bien de la chance.

  16. “Ou d’une Constance de souche qui se plaît toujours à raconter que son arrière-grand-père tâtait de la croupe de la baronne de Montmajour pendant que Grand-maman servait de la soupe aux armées napoléoniennes en déroute.” Il est aussi orgueilleux et surtout intolérant de penser que la France ne se résume qu’à ça que de penser qu’elle ne se résume plus à ça.

  17. J’en ai surtout marre de cette impression qu’on essaye de nous culpabiliser de ne pas être “étranger”; coupable d’être autochtone, bah oui , je suis blanc, chrétien, issu de bonne famille, aucun criminel dans la généalogie, des papys ayant combattu les allemands et aucun étranger en remontant sur 10 générations( avant je ne sais pas ), et en plus je vis à Marseille, là où ma famille s’est installée depuis 1750( avant près de Toulon), la trace de mon nom remonte à Nice au 10ème siècle, ma famille a même aidé à son niveau à la révolution américaine( mais pas française car le pouvoir avait tendance à couper les têtes un peu trop facilement).
    D’après vous, je me sens comment quand une bande de jeunes avec couleur et accent nord-africain m’aborde et me demande d’où je viens car je semble étranger à l’endroit ?
    Le pays a changé, c’est clair, cela a été voulu, faut prendre cela avec philosophie, les gens bougent, mais par contre je ne supporte plus ceux qui incitent à l’auto-culpabilisation, souvent des gens bien de gauche blanc et riches, ceux là j’ai bien envie de les jeter à la mer, pas les autres tant qu’ils ne me font rien de mal.

  18. Effectivement tout cela est bien ridicule : 1 Français sur 4 a des grands parents étrangers… Et comme disait feu Maurice Chevalier, tout ça fait d’excellent français. Alors Français d’origine étrangères, basta, nous sommes bien trop nombreux dans ce cas.

  19. Tout à fait d’accord avec l’auteur, nous ne sommes pas responsables ni du lieu dans lequel nous naissons, ni de notre couleur de peau.

  20. Ben moi, grâce à mes origines ritales, je descends directement de Rollon, le grand viking pas commode qui s’est installé jadis en Normandie.
    Va comprendre, Charles.

  21. ah ah… Va falloir changer l’édito Saga et aussi le nom du blog : You will never enfoncer des portes ouvertes alone !
    Ou bien changez de psy, ça a l’air de pas aller du tout là
    ¿ que pasa ?

  22. Si on prenait le truc dans l’autre sens ?
    Si vous calculez votre nombre d’ancêtres jusqu’à la 42e génération soit les premiers Capétiens, nous arrivons à 4.398.046.511.104 alors que la population de l’époque s’élève au mieux à 15 millions de personnes.
    Donc, nous sommes tous cousins, tous descendants d’Hugues Capet ( et je ne remonte même pas jusqu’à Charlemagne) tous Français…et tous pas Français. C’est juste mathématique.

  23. Le problème c’est pas d’être français ou étranger, le problème c’est d’être con ou pas, et ça, hélas, hélas, c’est homogène à la surface du globe.

    Alors, français d’origine étrangère, ou français AOC, ou pure souche, ou vieille souche pourrie parfois, franchement on s’en fout, des mecs de bonne volonté y’en a autant de couleur que de blancs.

    Et je ne suis pas d’accord, tout comme Saga, sur l’idée de rajouter un nom à particule “français d’origine untel”. D’une part c’est discriminant, de plus c’est malpoli, et enfin ça renvoie l’autre à une autre culture qu’il ne connait pas, dont il ignore tout, et dont il se fout complètement.

    Soit on considère qu’un noir c’est un français d’origine française, et que s’il se sent seulement français il a le droit de l’être sans avoir rien à prouver ni à justifier, soit on continue comme aujourd’hui à demander “Oui, mais t’es originaire d’où ?” ce qui sous-entend que la personne n’est pas comme nous et donc, de facto, un étranger en France, et qui doit donc justifier de sa présence ici et ne peut en aucun cas être assisté par l’État.

    Que les gens soient pas blancs de peau c’est un fait, de là à aller les enquiquiner avec des questions pleines de sous-entendus…

  24. Quelqu’un a regardé le documentaire sur arte hier ? Dans les villages les plus reculés d’Inde, quand une jeune mère accouche d’une fille, souvent le bébé est déposé dans une boîte et enterré encore vivant dans le jardin. Pas forcément dans le jardin, ça peut être quelque part ailleurs, bref. Le bébé meurt donc étouffé dans sa boîte, sous la terre. Ou sous le poids des traditions, pourrait-on dire d’une façon imagée. Drôle de coutume, si vous voulez mon avis… Toutefois, tandis que j’épluchais un oignon devant ma télévision, donc, je constatais que quelque chose ne tournait pas rond dans toute cette histoire, sans que je puisse dire quoi exactement. Ma confusion alla même jusqu’à me faire éplucher un deuxième oignon, ce que je ne fais jamais quand je prépare une côte de veau. Une question sans réponse ne cessait de tourner et de tourner dans mon esprit : pourquoi une boîte ?

  25. @ Vince : les boîtes donnent l’idée qu’on range, j’imagine, et pas qu’on tue…
    Pas vu le doc, je ne pouvais pas. En revanche, je me demande ce que feront tous ces mâles quand il n’y aura plus une gonzesse dans le pays.
    Tout ça va encore faire monter les prix. On finira cotées en bourse, nous, les filles, si ça continue. (Au fond, c’est toujours une histoire de côtes et de bourses, toutes ces horreurs.)

  26. Ah, ça y est, j’ai compris : c’est pour le compost.

    @ Sophie K. : de part chez nous c’est plutôt les petits garçons qui ont la côte. Question de culture…

  27. On ne se sent même pas forcément français nous même
    Je veux dire corse, basque, breton, chtimi, alsacien et j’en passe, car certains sont de leur pays avant d’être français

  28. Tout ça enfonce des portes ouvertes non ?

    Ce qui est gênant c’est la dernière phrase sur les religions. On s’en fout un peu des religions dans un article sur la nationalité.

  29. mince, O5Live enfonce aussi !

  30. Vince, et en voyant ça, même pas une petite larme ?

    Même après 2 oignons ?

  31. Ben non, j’ai mangé ma côte de veau.

  32. Quelqu’un sait si Emile Louis a eu le temps de participer aux recommandations de l’OMS sur l’éducation sexuelle des enfants ?

  33. Ah, tiens, à ce propos : http://dondevamos.canalblog.com/archives/2013/12/03/28579785.html

  34. Je trouve tous ces débats sur la nationalité ,les origines , le culturel le multiculturel très “casse pompon ” pour ne pas dire :”hyper chiants ”
    Je suis Française , blanche, depuis 5,10,15 générations?
    J’ai pas compté !
    ce que je sais c’est que je suis fière d’être née en France , d’être Française d’être née dans ce coin du monde là où d’autres avant moi ont eu le génie de nous proclamer égaux en droits .
    Et je suis tombée dans la potion magique à la naissance !
    J’ai grandi avec cette idée fabuleuse .
    Ce n’est pas moi qui l’ai fait .
    Mais la vie, l’organisation sociale étaient si dures qu’ils se sont révoltés , ont coupé des têtes , jusqu’à convenir au Préambule de la Déclaration des Droits de l’homme et aux Droits qui en découlent . Et ils ont fait rêver des peuples dans le monde entier . Merci à eux . Quel beau cadeau !quelle belle contribution à l’humanité !
    Par le chemin parcouru depuis je suis allé à l’école , j’ai pu m’émanciper …. et nous n’en sommes pas au bout !
    J’aime cette idée que leur sang coule dans mes veines , que je suis de leur famille , cela me réconforte et me porte pour avancer et essayer de vivre mieux .

    Certains ont bu quelques louches de la potion , d’autre en ont bu un peu plus , et alors ? l’important n’est il pas d’être de ce vin là ?

    Si nous parlions des autres contributions à l’humanité des pays des régions des couleurs de peau qui les ont portées ?

    Je suis du genre féminin , je n’aime pas trop les potions de religions : accordez moi votre compréhension !
    D’ailleurs les notions de “pur” et d ‘ “impur” ne sont elles pas des notions chères aux religions ?

    Je ne crois pas en dieu ,après la mort? On verra bien !
    L’idée de quitter ses proches , et le soleil qui nous réchauffe le matin pour se retrouver comme çà un jour : dans le froid et la nuit , seuls , Brrr!
    Alors c’est sur , ce serai mieux d’avoir un endroit où aller et quelqu’un qui nous accueille ! Un soleil pour les morts et ceux qui ont peur d’elle en quelque sorte ! pourquoi pas , si çà ne nous dit pas qu’on doit le mériter , et que pour cela çà décide de notre vie , de notre organisation sociale , de la manière dont on doit ressentir les choses , si on doit faire comme si les burkas ne nous dérangeaient pas , qu’on doit en avoir plein les poches pour subvenir à tous , qu’on doit aussi dispenser certains de cheminer dans l’égalité en droits .etc etc , …. que sinon on est des méchants etc etc ….

    Et bla bla bli et bla bla bla …..

  35. @sirandane
    J’ai côtoyé quelques temps, un descendant en ligne direct d’Hugues de Capet.
    N’étant que le cadet de sa famille, il fût donc obligé, comme moi-même, de travailler;
    Un peu de sang frais n’aurait sûrement pas nui à lui donner un peu plus de vigueur!
    Il a, par tradition ou sous le poids de la pression familiale, continué à faire souche dans son milieu de souchiens.

    Je ne sais pas si il fait parti des 0.23 % ou 0.01% de la population française.
    Rien que le mot “fraction” me donne des frissons (c.f.:.
    http://blog.slate.fr/sagalovitsch/2013/12/05/nul-en-mathematique-tant-mieux/ )

  36. juste un truc, ces hommes et ces femmes qui ont, siècle après siècle, ont fait cette façon de vivre cette culture purement française, ne méritent ils aucun respect?
    Je trouve assez curieux que personne ne se pose la question sur le fait que les mouvements de population ne se font actuellement que dans un sens.
    Notre pays a vocation à recevoir des gens venus d’ailleurs certes, pour peu qu’ils renforcent ce que nos prédécesseurs nous ont offert.
    Italiens, Russes Polonais etc d’origine se sont fondu dans la société française, ont acquis nos mœurs en gardant très souvent leurs traditions familiale. Mais je m’interroge, ceux qui veulent que notre société, qui les a attiré de ses charmes et de ses acquis de liberté, veulent vivre sous les préceptes qui rejettent ce mode ….pourquoi ne restent ils pas dans des pas dans ces contrées convenant mieux à leur convictions?
    Blanc, noirs, jaune ou bronzé là n’est pas la question, cela oui c’est du racisme, mais défendre son mode vie, sa culture acquise au cours des siècles ? je ne le pense pas.
    La liberté ça se défend.
    C’est quand on l’aura perdu par bêtise que les larmes seront amères.

Laissez un commentaire

« »