Putain de 343 salauds

 

Je confesse bien volontiers ma totale incompétence en la matière, ce qui me rend d’autant plus légitime à écrire dessus.

J’avoue, jamais tout au long de ce chemin tortueux qu’a été ma vie, je n’ai fréquenté de près ou de loin des filles de joie.

Même lors de ces longues années de pénitence où le sexe m’apparaissait comme une activité réservée aux membres d’une confrérie secrète à laquelle je n’avais aucune chance d’appartenir, il ne m’est jamais venu à l’idée d’aller soulager ma pine à l’ombre d’une jeune fille en mini-jupe croisant le pavé le long d’un boulevard périphérique.

D’abord parce que j’ai toujours été un onaniste accompli, un de ceux qui à force de pratique peuvent prétendre recevoir la mention label rouge ou, suprême récompense, se voir gratifié de l’appellation d’origine contrôlée, certifiant par-là son aptitude à exceller dans cet exercice qui demande des compétences rares.

Quand bien même aurais-je trouvé le courage de m’aventurer vers ces endroits où papillonnent ces créatures exotiques que jamais je n’aurais été assez téméraire pour les aborder ou alors seulement pour leur demander d’une voix bafouillante si par hasard elles sauraient où se trouve la bouche de métro la plus proche.

Bref, je n’ai jamais été chez les putes.

Je n’en ai jamais eu envie, voilà tout.

Je trouverais cela par trop déprimant, trop triste, trop désolant.

Pour autant, je puis comprendre que certaines personnes qui dans leur vie de tous les jours crèvent de solitude cherchent de temps à autre à attendrir leur peine auprès d’âmes charitables prêtes à leur offrir un peu de réconfort contre quelque argent.

Ce n’est même pas la recherche du plaisir qui les motivent mais bien plus la nécessité d’aller chercher des raisons d’espérer auprès de personnes qui ne les jugeront pas, les accepteront comme ils sont, leur rendront un semblant de dignité, une particule d’espoir et ce sentiment unique d’appartenir eux aussi au genre humain.

De ne pas être un rebut.

Les 343 couillons qui sont signé ce simulacre de manifeste ne répondent évidemment pas à ce genre de critères.

Ce sont avant tout des enfants gâtés qui aiment l’idée qu’on puisse s’encanailler auprès d’expertes qui leur prodigueront des caresses inavouables dont ils vanteront après coup les mérites respectifs auprès de leurs camarades de jeux tout comme ils loueront les charmes délicieux d’un nouveau parcours de golf.

On les imagine très bien se refiler entre eux l’adresse d’une telle qui excelle dans l’art de pratiquer du pipeau sans se servir de ses mains, comme on s’échange en secret le nom d’un masseur chinois qui mieux que personne sait soulager les douleurs lombaires.

C’est là l’expression du sexe bourgeois où l’on recherche la volupté pour tromper son ennui et enjoliver son existence quand la conduite de voitures de sport ou l’absorption de drogues festives ne suffisent plus à étourdir.

Le problème de la prostitution est d’une complexité inouïe où, quelle que soit la façon dont on aborde le sujet, on en arrive toujours à être en butte avec ses propres contradictions.

On a envie de protéger ces malheureuses réduites à s’offrir en pâture pour tenter de survivre dans un monde hostile, condamnées à servir les intérêts d’une pègre sans scrupule et dans le même temps on ne sait quoi leur proposer d’autre pour s’en sortir.

On a la tentation de légiférer pour interdire ces pratiques qu’on juge dégradantes et pourtant il existe des femmes et des hommes qui sont tout à leur aise pour nous expliquer qu’ils trouvent dans cette activité non seulement des lucratives contreparties mais aussi parfois des façons divertissantes de colorer leur existence.

On ne sait quoi répondre à ceux qui écrasés par le poids d’une vie triste à pleurer sollicitent l’aide de ces personnes afin de retrouver un peu de confiance en eux et assez d’allant pour continuer à mener le dur métier d’exister.

La prostitution est presque toujours la rencontre de deux misères qui se répondent.

De là à interdire la misère…

 

 

( Pour suivre l’actualité de ce blog, c’est par ici : https://www.facebook.com/pages/Un-juif-en-cavale-Laurent-Sagalovitsch/373236056096087?skip_nax_wizard=true

72 commentaires pour “Putain de 343 salauds”

  1. La référence aux “343 salopes” est extrêmement déplacée de la part de ces messieurs.
    Dans une chronique sur le Mouv, Nadia Daam résumait la situation en expliquant que pendant le combat pour la légalisation de l’interruption volontaire de grossesse (IVG), les femmes se battaient pour disposer de leur corps.
    Ici, les signataires souhaitent simplement pouvoir librement disposer du corps des femmes.
    Grosse nuance donc….

  2. légiférer, légiférer, légiférer…., , lais git ferré, laie git ferrée, laid git ferré, l’ai je y ferrée ? les gits férés, les gifs errés …

  3. Je voudrais profiter de cette tribune pour rappeler qu’une autre pétition existe certes moins médiatisée que celles des 343 et encourageant les internautes du monde entier à se mobiliser pour qu’enfin Scarlet Johansson puisse disposer librement de mon corps. L’heure n’est plus aux palabres mais au combat !

  4. @Vince : vous me ferez toujours rire :)

  5. Abolir la prostitution est aussi con et vain que vouloir abolir la pluie…

    Service d’utilité publique pour lutter contre la misère sexuelle, on ne compte plus les bouches nourries de pars le monde grâce à cette activité…

    La Najat bien sur, elle a pas de soucis pour tirer un coup elle… morue !!!

  6. “d’abord parce que j’ai toujours été un onaniste accompli”
    Lol.
    Vite le manifeste des 343 branleurs( quoique ce chiffre serait vite dépassé), pour que les heures sombres de notre adolescence ne soit plus une honte, afin que les ados d’aujourd’hui puisse librement ce masturber devant leurs écrans d’ordinateurs ou le premier samedi du mois, époque passé bénit des dieux, pour qu’il n’est plus à le faire dans le noir, le soir, et s’essuyant avec le traversin pour s’entendre dire le matin par maman, la honteuse phrase ” dégueulasse, y a des mouchoirs pour ça!!”

  7. Exactement l’analyse que j’en avais….pour y être allé une fois, , où j’avais bien picolé…seul…

  8. “Les 343 couillons qui sont signé ce simulacre de manifeste ne répondent évidemment pas à ce genre de critères”
    Vous voulez dire “19 couillons plein de pognons”?

  9. Et si on prenait le temps d’écouter tous les points de vue sans vouloir imposer le sien !

  10. L’abolitionnisme ou le Grand Soir de la prostitution. Derrière leur soi disant réalisme les abolitionnistes font preuve d’une candeur malsaine. Grey, le biquet ou la couleur du sexe ne fait pas tellement mieux, cette degoulinescence compassionnelle doublement binaire qui oppose l’affection à la volupté et la misère à la misère ne peut être que l’œuvre d’un esprit talentueux. Vous racontez vraiment n’importe quoi. Les prostituées demandent des droits, qu’on les leur donne.

  11. Excellent message. Je retrouve là, enfin l’humanité qui semble manquer à tous les commentaires que j’ai pu lire. Merci.

  12. Quelle suffisance de la part de l’auteur de cet article. Comment juger sur un sujet qu’il avoue lui même ne pas connaitre du tout ?
    Faire semblant de comprendre mais en regardant par le haut avec du dedain..

  13. Je suis sans doute naïf, mas j’ai toujours l’impression que les hommes sont nécessairement des salauds et les femmes des victimes éternelles. Interdire la prostitution, c’est puritain et idéaliste. En pratique c’est à tout coup replonger ces femmes dans la clandestinité et redonner du regain au proxénétisme.
    Un peu plus de pragmatisme ne ferait pas de mal. Au lieu de dépenser du fric pour les verbaliser on pourrait leur donner une existence plus décente et légale et les aider à sortir de cette profession.
    En tout cas c’est ce que pratiques des démocraties parmi les plus avancés concernant le droit des femmes. [coup de gueule off]

  14. moi j’aime bien ces 343 salauds qui disent que dans un monde où l’on peut demander à être inséminé artificiellement à 58 ans par une limace lesbienne qui souhaite rester anonyme, on devrait bien avoir le droit d’aller aux putes…

  15. Au moins les prostituées de France et de Navarre peuvent-elles jouir d’un climat agréable et profiter des raffinements de notre culture pendant leurs trop rares moments de liberté…

  16. C’est vrai, les nuits sont moins fraiches en France qu’en Suède. Ca compte.

  17. Les 343 salauds m’ont tout l’air d’être de sacrés fils de pute, ceci explique sans doute cela.

  18. @ Nico : par fils de putes vous entendez fils d’une pauvre femme que la misère économique pousse à laisser piétiner son corps par les puissants qui possèdent les rênes du pouvoir et qui ont de leur côté les médias ?

  19. Est-ce que DSK a signé aussi la pétition ? Je serais curieuse de savoir combien parmi ces signataires n’ont pas fait appel à une call-girl ou une prostituée.

  20. @ asterix : reprendre l’argument d’un Bedos sur la pluie, après sa lamentable volte face, c’est osé.

    Argument tellement bête qu’on se demande pourquoi on lutte contre le vol, le viol et autre chose réprimée par la loi.

    La bêtise n’est malheureusement pas interdite, de toute façon, pour cette fois, vous êtes bien placé pour le savoir, ce serait comme vouloir interdire la pluie.

  21. Quelqu’un a des nouvelles de Léonarda ?

  22. Vince : je crois qu’une de ces écervelées du paf l’a aperçue à la fashion week, mais je ne sais pas quel crédit on peut accorder à cette info. Mais dites-nous plutôt où ça en est avec Scarlett, j’ai signé la pétition, j’espère que vous avez pu passer un bon moment.

  23. Olllllive y’a de l’idée. Le papier de Saga a de troublantes accointances avec celui ci http://www.causeur.fr/343-salauds-les-puritains-sont-a-la-rue,24786 Sacré Causeur qui vient nous faire la moral, c’est à mourir de rire. Je faisais référence ou plutôt cette insulte fait référence à la vision de la prostituée dans la société, objetisée, placée en marge, bannie, putride. Avec l’affaire Leonarda beaucoup demandaient si on invitait les roms à manger chez soi? Inviteriez vous une pute? En fait Causeur dans l’ensemble ne se place pas du point de vu de cette dernière mais de celui de ce pauvre miséreux sexuel. Il y a une bonne part de fantasme la dedans, qui est ce miséreux sexuel, combien sont ils, quelle étude sociologique le décrit, pourquoi devrait on se plier à toutes ses exigences? Par contre des études sur la misère de la prostitution il y en a d’assez parlantes. Si ce miséreux sexuel qui excite notre compassion est cette pute joyeusement libre existent est ce pour autant qu’il ne faut pas voir tous les problèmes liés à la prostitution? Est ce un justificatif raisonnable à la niaiserie? Quelles propositions pour endiguer la misère sexuelle à tous les niveaux? Causeur défend la vision d’une certaine famille comment permettre aux putes et aux miséreux d’y avoir accès? Halte à l’égalitarisme va t’on me rétorquer? C’est quoi cette vision putride de la fatalité? C’est ça les cours de moral et de compassion de Causeur? La prostitution pour une bonne part est une forme d’esclavage qui résulte des conditions miséreuses de beaucoup trop de femmes dans notre société, c’est un fait, on peut en rigoler bêtement ou pas. Je suis contre la pénalisation du client mais pas pour la banalisation de la prostitution. Penaliser en l’état actuel des choses c’est marginaliser encore plus. Il faut jouer sur différents tableaux, un papier pour cogiter : http://sisyphe.org/spip.php?article617

  24. @ Olllive : que dire d’une star de cinéma engagée dans l’humanitaire et refusant tout le confort d’un Etap Hotel ?

  25. Vous m’avez censuré Saga? Ce blog me donne de plus en plus l’impression d’être un mélange de troll de censure et d’écrivain malhonnête, si c’est comme ça.

  26. @ Vince : comme le dit mon maître à penser, si j’avais un amour absolu du prolétariat, j’irai passer mes vacances à Palavas-les-Flots
    @ Nico : peut-être que vous avez dit trop de méchancetés ?

  27. @ Ollllive : vous parlez de Hollande ?

  28. François Hollande ne pense pas. François Hollande va chez le coiffeur. Mais pour en revenir à votre situation vous pourriez lancer une souscription pour offrir tout le confort moderne à votre starlette…

  29. Ne soyez pas jalouse, Olllive, vous avez aussi vos qualités.

  30. Oui, j’ai de jolis pieds. Mais je n’ai pas su saisir ma chance, je vis en recluse et me réjouis du bonheur des autres en tentant de rester sage.

  31. Oh, si les gens étaient heureux, ça se saurait !

  32. on dirait Saga 😉

  33. J’ai mis un lien Causeur.

  34. Désolé Nicopédia mais pour une raison qui m’échappe parfois vos messages vont directement au purgatoire !

  35. Priez pour moi http://youtu.be/ZWAJhykqeKc

  36. Vous avez des DVD ?

  37. C’est très intéressant cette petite polémique, Causette aussi serait en cause et ferait jeux égale avec Causeur. Pourtant là où Causeur vient d’inventer la beaufitude de droite Causette est d’un humour noir délicieux. J’aurais bien pris comme titraille pour cet article http://m.rue89.com/#/news/247107
    « Parce que si la prostitution est un boulot comme un autre, vous devriez le conseiller à votre fille, il y a des opportunités à l’international. »

  38. @ Nico Pedia : il est très bien l’article de Causeur, je ne vois pas le problème.
    Il me semble qu’initialement on interdisait la prostitution pour des questions morales (et non pas pour défendre les pauvres femmes obligées de vendre leur corps). La morale n’étant plus à la mode, il est intéressant de se demander qu’est-ce qui motive cette interdiction aujourd’hui. C’est certainement la castration générale en marche qui en est à l’origine, celle vers laquelle les Causettes de toutes sortes nous mènent au lieu de filer chez un bon psychanalyste.
    Vous parlez des conditions des femmes qui se prostituent par obligation. C’est tout à fait vrai, mais celles dont vous parlez précisément (ukrainiennes, mineurs etc.) sont récentes sur le marché de la pute. Et il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain. Personnellement je n’ai jamais mangé un poulet polonais élevé en batterie et ne pourrais m’y résoudre qu’en cas de grande misère : je n’en deviens pas végétarienne pour autant. Je mange des poulets qui ont vécu heureux, élevé tout nus dans de vastes champs dans lesquels ils couraient après les poules mises à leur disposition. Ils sont délicieux.
    Bref, on devrait créer un label de putes bio et le débat serait clos.

  39. Je ne mangerais jamais du poulet bio polonais ! Jamais

  40. Vous pouvez vous rabattre sur le saumon de Fukushima, il est d’un bon rapport prix/prix.

  41. Mouais , l’article de Causeur est d’une bêtise crasse il commence un peu comme ça “Je confesse bien volontiers ma totale incompétence en la matière, ce qui me rend d’autant plus légitime à écrire dessus.” Cette polémique aura au moins eu le mérite de montrer l’inanité de la pensée de Lévy, qui sous prétexte d’humour et d’emmerder les féministes ne fait que reprendre ce qui les rends stupides : le concours de sophisme auxquel vous semblez adhérez sans ambage, c’est du joli. D’autre part la prostitution à toujours été une forme d’esclavage sauf peut être pour quelques personnes à la marge (écoutez les c’est intéressant ce qu’elles ont à dire, un mélange de théories psychologique et essentialiste) mais entre temps il y a eu les féministes, les 343, celui des cocottes est révolu. Il faut renouveler votre pensée. Que vont faire ces pauvres hommes suite à la mise en place d’un label pute quand ils vont se rendre compte que leur nombre va se réduire à peau de chagrin? Parce que c’est bien connu toutes les petites filles rêvent de devenir pute, avouez. Je vous le donne en mille : se masturber comme tout le monde. Je ne vais pas m’auto castrer non plus. :)

  42. Sérieusement, la pute de luxe qui va bosser en solo n’a pas grand chose à voir avec la gamine d’europe de l’est récupérée par un réseau mafieux. Les pro-343 disent donc : “Arrêtez de criminaliser les filles !”, et les anti-343 disent : “Arrêtez de soutenir des criminels !”. Et les deux auront raison… Les combats dits “sociétaux” à mener d’urgence sont malheureusement difficiles car il s’agit de combattre des réseaux de type mafieux (idem pour les combats politiques, car l’ennemi est souvent un réseau de type mafieux : réseau financier, réseau de distributeurs agros, réseau d’industriels…). Dans le genre bien dégueu, il y a également les réseaux mafieux pédophiles qui enlèvent ou récupèrent des gamins (parfois vendus par leurs parents), les droguent, les tortures et les violent pour vendre des snuffs à des clients fortunés (ce combat est sûrement le plus urgent, mais comme le pognon dirige le monde, il ne sera probablement jamais mené).

  43. Al Hamdoulilah ! Merci Vince !

  44. Y’a pas de quoi, c’est gratuit !

  45. Le manifeste des 343 salauds n’a aucune valeur morale, éthique, politique ou ce que vous voulez c’est un bloubiboulgua qui réunit Beigbeder et Zemmour ce qui n’a aucun sens, c’est juste un “amusement”, on voit le niveau… Quand aux “putes de luxe” vous parler des tops modèles mineurs Ukrainienne? Vous n’avez jamais entendu parler des réseaux de Top model pute? Les “vraies” putes de luxe s’en foutent de la loi sur la pénalisation du client, le problème est bien que sous prétexte d’une minorité on monte au front contre la “morale” et on brandi ses grands idéaux qui n’en sont pas. Pour les putes classiques, sur l’aspect psychologiques certaines putes disent que le sexe n’est qu’une excuse et que ce qui intéresse les clients c’est de parler. Qui doit aller voir un psy? D’autres disent que si le client n’avait pas passer sa “violence” sur elle, il l’aurait passé sur d’autres femmes. Qui doit aller voir un psy? Bref loin de moi l’idée de faire passer les hommes pour des pervers etc comme le dit le manifeste des 343 salauds mais bien de mettre à jour un sujet tabou qui doit sérieusement être pris en main, autrement que par quelques sophismes et blagues au rabais, sortir des idéologies rances, parce que visiblement tout le monde en parle mais personne n’y connait rien.

  46. les 343 salauds sont surtout grotesques…sur un sujet effectivement extrèmement complexe, la prostitution, ils ramène cela à leur petite histoire (pour reprendre un terme cher à Deleuze) et honnêtement qu’est ce qu on s’en fout qu’individuellement monsieur aille se faire une bonne petite pipe, comme on trousse la femme de chambre …parodier le manifeste des 343 salopes est grotesque… d’un combat pour l’indépendance du corps de la femme, l’émancipation de certains diktats, on passe joyeusement à celui de males confortablement installé dans leur culture pleine de bienséante grivoiserie où l’ on va se faire une petite pute pour se déblaser un instant des boites échangistes et partouzes bien pensantes… avec une indifférence et manque total d’empathie parce que qu’omporte si c’est éventuellement une victime tant qu’elle suce bien et c’est si émoustillant et grisant de se dire qu’on est un vilain garçon!!!

  47. Le binaire rend schizo, et voilà encore une question binaire posé par un gouvernement binaire digne de cette époque binaire. Et les 343 crétins répondent de façon binaire, c’était couru. Pour abolir la prostitution, faudrait d’abord abolir la misère, et ça c’est pas pour demain. On peut être contre l’exploitation du corps humain, mais concevoir qu’il vaut mieux qu’il se déroule en plein jour de manière à protéger les travailleurs du sexe et à éradiquer les mafias. Les prohibitions totales ne marchent jamais : elles ne font qu’assurer un marché de l’ombre qui profite à l’exploiteur, et où l’exploité(e) a encore moins de droits.

  48. Hé : j’avais pas raison avec ma météorite géante radioactive, hein ? Hé ouais…

  49. excellents “Guignols” et ça devient assez rare pour le souligner, qui font dire à Didier Deschamps qu’il faut rajouter les 22 joueurs de l’équipe de France aux 343.

  50. @Vince, elle est tombée ou?

  51. @Laurent, et de la poulette Lituannienne bio?

  52. @ rakam : il y a quelques temps j’évoquais l’idée qu’une météorite géante radioactive soit la véritable solution aux problèmes de ce monde. Ouais… une bonne vieille météorite géante radioactive… avec plein de petites météorites derrière la grosse… mais pas forcément radioactives… ouais…

  53. @Vince, effectivement ça relancerait le batiment, vous avez renforcez votre position sur Bouigues c’est ça?

  54. “renforcé”

  55. Terminé pour moi le boursicotage, l’ami !

  56. vous avez carrément créé votre société en batiment!!??

  57. Bon ça vient ce papier sur Yann Moix ? on a fait le tour de la pute je crois…

  58. ” Laurent Sagalovitsch ( c’est moi ) est l’inventeur du burlesque tamuldique, de la trashitude mosaique, de la punkitude hassique ” Yann Moix ( le figaro ).

    Il faudrait que je le lise finalement le Moix

  59. Un homme aussi perspicace ne peut pas être mauvais. On me l’a passé aussi, je l’utilisait comme pied de lampe mais je vais jeter un œil dessus, manière d’avoir du répondant dans les dîners en ville à venir.

  60. pardonnez mes fautes, je fais plusieurs choses à la fois, et comme je suis une femme ça n’est pas facile !

  61. Saga vous êtes autant punk que moi une mère juive, je ne vais en lire aucun, je ne mange que de la salade ça fait désordre.

  62. Ne sous-estimez pas cotre côté mère juive Nicopedia! Derrière toute votre rudesse se cache des trésors d’amour je parie !

  63. Moi rude? J’espère bien!

  64. On est prévenus : notre Nicopedia n’est pas un poète.

  65. “Le poème, cette hésitation prolongée entre le
    son et le sens.” Paul Valery, je ne vois pas où est le problème? J’ai pris une grande décision, je vais m’inscrire pour la lutte contre le cancer du sein http://www.youtube.com/watch?v=ET7rqWApU14

  66. J’ai été refusé, z´ont déjà un concept http://touch.dailymotion.com/video/xucfp0_pub-association-de-lutte-contre-le-cancer-du-sein-2012-hq_creation

  67. on s’en branle.

    non ?

  68. Laurent, je viens de vous découvrir grâce à cet article et je tenais à vous remercier, car lire vos propos m’ont rassurée ; heureusement que des hommes comme vous savent encore signer des articles intelligents, fins et subtils sur des sujets aussi sérieux que celui-ci et qui pourtant virent souvent, très vite, au grand n’importe quoi. Amicalement.

  69. Oh merci! C’est gentil ca

  70. un bon coup de pub en tout cas
    je suppose que la femme qui promeut cette pétition soutient aussi la consommation des garçons

  71. “De la à interdire la misère”. Comme si ça pouvait suffire ! La sexualité de l’étrange bipède est bien trop complexe espérer y apporter une réponse “économique” (même en un sens aussi large que celui incluant les deux types supposées se répondre). J’ai beau confirmer que c’est effectivement “trop déprimant, trop triste, trop désolant” (au point que la seule fois où, je me suis laissé entrainé à tenter l’expérience, bien qu’à 18 ans après une longue abstinence, cette chosification de l’autre et de moi-même m’a coupé toute envie de (dés)”honorer” la dame) la vie m’a aussi appris que rien n’est simple. Et quel enfer pavent les meilleures intentions. Ne serait-ce parce que pour surgir désir et plaisir peuvent exiger la complicité de rapport d’aliénation, de soumission, domination… Entre autres persistances éthologiques de ce qui a permis à notre espèce sociale de coordonner ses actions de prédation et autres organisations des relations interindividuelles qui ont assuré sa survie. On ne peut que souhaiter que même l’aliénation relève du libre choix (ce que la législation d’un pays comme la France suppose assurer). Mais force est de constater que depuis la sortie du paradis des chasseurs-cueilleurs, jamais l’offre des unes n’a suffit à satisfaire la demande des autres sans l’entremise des marchands d’esclaves. Pas même les tentatives d’égalisation forcée les plus forcenées dont on sait ce qu’elles ont coûté et comment elles se sont terminées.
    Alors, ho hisse frères humains, tentons de le devenir vraiment. Et d’en payer… quel prix ?

  72. Celles qui ne sont pas sous la coupe d’un maquereau et qui se sentent obligées, uniquement “pour manger” … est ce qu’elles bénéficieront de subventions compensatoires ?

Laissez un commentaire

« »