Si Hitler avait eu Facebook, Auschwitz se serait fait en un jour

 

C’est le genre d’idée biscornue qui vous surprend sous la douche quand l’esprit vagabonde sous la pluie blanche de l’eau ruisselante : que se passerait-il si demain un infâme dictateur reprenait le flambeau du petit freluquet hystérique à la moustache en balai brosse ?

Maintenant que l’on sait que chacun de nos pets virtuels sont répertoriés et classés par des agences très spéciales, que rien n’échappe à leurs grandes oreilles décollées, qu’ils savent tout, absolument tout de nous, on peut légitiment se demander ce qu’il serait advenu si par exemple, à l’époque glorieuse du Troisième Reich, une telle somme d’informations était tombée entre les mains de Goebbels et de toute sa clique de débonnaires centurions.

 

D’évidence, le recensement et la traque des petits youpins et autres sous-hommes eut été d’une simplicité enfantine.

En quelques clics bien sentis, Facebook, réquisitionné d’office, aurait crachoté la liste de tous ses utilisateurs se vantant d’appartenir au peuple élu ou alors adepte de pratiques sexuelles supposées déviantes, ou encore jouant de la guitare avec des castagnettes.

Impossible de s’y soustraire.

Quand bien même nous aurions pris soin de ne jamais relever nos pedigrees douteux sur nos profils Facebook, d’effacer toutes traces de photos compromettantes – port de la kippa lors de la bar-mitzvah du fils Bokobza, levée de chaise au mariage de la fille Boutboul-  le simple relevé du contenu de nos mails eût suffi à nous trahir.

Un ” Non maman, Stéphanie n’est pas juive mais je compte quand même l’épouser “. ” Oui maman moi aussi j’ai trouvé que les boulettes de Simone étaient un peu froides ” ou encore ” Maman, tu es bien sûre que tu veux venir nous voir trois semaines à Juan-les-Pins ? ” aurait indubitablement scellé notre sort.

Sans oublier le succès phénoménal qu’aurait rencontré les pages Facebook créées tout spécialement par les sbires gestapistes du Ministère de la Propagande : ” Si tu connais un Youpin, dénonce-le “. ” Si tu connais un Pédé, dénonce-le”. ” Si tu connais un Tzigane attardé mental, dénonce-le ” Si tu connais un débile pédé juif joueur de mambo, dénonce-le  “.

En quelques heures, le serveur aurait été saturé, inondé par des dizaines de millions de dénonciations anonymes rédigées par de fieffés zélotes tout heureux d’apporter leur contribution à l’établissement d’un régime débarrassé de toutes ces souillures d’êtres dégénérés.

Nul moyen de se cacher.

Le danger eût été partout.

Sans pouvoir communiquer, susceptibles d’être repérés avec une précision démoniaque, sans aucun moyen de disparaître pour de bon, les chances d’échapper aux tentacules d’un appareil sécuritaire naviguant comme un dauphin circoncis dans le cyberespace, eussent été quasiment nulles.

La solution finale, du moins dans sa phase liminaire de collecte d’individus nuisibles, aurait alors seulement pris  quelques jours.

Certes il eut sûrement ici et là existé quelques mouvements de résistance basés en Islande ou en Nouvelle-Zélande tentant d’organiser une impossible rébellion grâce à des serveurs roublards et intraçables mais avec une portée d’action des plus réduites puisque susceptibles d’être utilisés à revers par les forces dominantes.

 

A postériori, une telle hypothèse procure quelques litrons de suées froides, non ?

Certes, ne nous affolons pas de trop, nous sommes là dans la fantasmagorie la plus échevelée.

Même si la question demeure non pas de savoir s’il existera un nouveau Auschwitz mais bien plus quand.

A priori, il n’existe à l’heure d’aujourd’hui aucun régime dictatorial – hormis bien sûr l’infâme lobby sémite- capable de mettre la main sur ces trésors d’informations personnelles que recèlent Google, Yahoo, Twitter et consorts.

A l’heure d’aujourd’hui.

Sauf que l’Histoire nous a déjà appris que la folie des hommes ne connaît pas de limites et qu’il serait bien étonnant que lors des décennies ou siècles à venir, elle continue à être ce long fleuve tranquille où paissent des troupeaux de peuples pacifiques.

Un jour, inéluctablement, l’Histoire trébuchera à nouveau.

 

Ce jour-là, plus que jamais, il ne fera pas bon de se revendiquer appartenir à une quelconque minorité.

 

41 commentaires pour “Si Hitler avait eu Facebook, Auschwitz se serait fait en un jour”

  1. ça craint….est ce qu’intervenir sur ce blog peu nous cataloguer comme une minorité?

  2. Je trouve ça quand même un peu petit de mentionner l’histoire du “safari” bordelais. D’ailleurs, si j’étais mesquin, je rappellerais que Lepen a fait 17.65% à St Etienne au 1er tour en 2012 contre 8.2% pour Bordeaux. Je dis bien : si j’étais mesquin.
    Bordeaux qui, rappelons-le, possède l’un des meilleurs clubs de football au monde, à savoir les Girondins de Bordeaux, vainqueur de la coupe de France édition 2013.

  3. bon Vince c’est sur, il est foutu

  4. A l’heure actuelle, on est une majorité de minoritaires, je le crains. Et on le sait.
    Au fait, quitte à, pas sûr que ça serve, mais j’ai signé :
    https://secure.avaaz.org/fr/stop_prism_fr/?slideshow

  5. @ rakam : lol ! :)

  6. Idee biscornue c’est le moins que l’on puisse dire mais amusante. Moi aussi il m’arrive de me masturber sous la douche. Vous ne regardez que par un bout de la lorgnette. D’une part Hitler n’a pas eu besoin des réseaux sociaux pour trouver et exterminer les juifs, d’ailleurs s’il n’avait pas perdu la guerre il n’est pas idiot de penser que ce peuple n’existerait plus de nos jours tout ça sans l’aide des réseaux sociaux. Ce qui fait pencher la balance, plus qu’un accès facilité aux données c’est l’alliance de tout un peuple ou a minima une armée consequente contre une minorité. Condition cine qua none à la réussite d’un tel projet. D’autre part vous ne faites qu’une légère allusion aux “serveurs roublards” or il existe tout un tas de façon de détourner le net, d’installer des réseaux parallèles ou encore de garder l’anonymat quand on s’en donne les moyens et ce pour organiser la Resistance (je dirais même que ce serait sans doute très pratique) et puis qui vous dit que des hacker ne pourraient pas faire de dégâts consequents au seins de l’informatique ennemi ou l’utiliser “à revers”? L’informatique reserve bien des surprises, il faut garder espoirs. :) Votre conclusion est des plus pessimiste, bien que la vie ne soit pas un long fleuve tranquille, je vous l’accorde, les prédicateurs de malheurs et d’une fatalité indépassable me font toujours un peu sourire. C’est Jacques Attali qui pour justifier son pessimisme voir le faire passer pour un moindre mal voir pour un bien de l’humanité dit que ce sont les juifs les plus pessimistes qui ont échappé aux camps. Certes il n’a pas tort mais qu’il faille être vigilant est une chose, tomber dans le pessimisme le plus flamboyant est à mon sens conte productif, mieux vaut faire preuve de pédagogie que d’allarmisme quand on veut faire passer ces idées, mais ce n’est que mon humble avis. Quant à cette allusion aux bordelais j’ai lu un article du Monde il y a peu ou il était expliqué que les français goûtaient peu à ce système de délation du fait de leur histoire mais que par exemple en Angleterre c’est monnaie courante si je puis dire et jusqu’à preuve du contraire les anglais n’ont jamais été des nazis.

  7. Quoi ? Saga ? Vous tombez dans la paranoïa simpliste du complot ? Sans vouloir vous blesser, je dirais qu’à vous lire il vient cette pensée : le sage montre la lune et l’imbécile regarde le doigt. Le problème n’est pas FB, mais le fait que des gens puissent avoir l’idée d’en tuer d’autre, a fortiori en masse, et ce sans aucune circonstance atténuante.
    Les moyens de le faire sont ceux de l’époque, et les contre-offensives évoluent parallèlement, ce sur quoi les commentaires vont se développer, puisque la question ici posée montre le doigt.
    Ah ! mais c’est bon d’être déçue par vous Saga ! Cela vous rend touchant. Attention quand même à rester en éveil, vous commencez à penser comme tout le monde ! C’est mauvais signe, bientôt vous trouverez les concierges sympathiques.

  8. Bien dit, Ollllive !

  9. Mais, Laurent, Zuckerberg est né au sein du peuple élu. C’est quand même un peu rassurant, non ?
    Bon, je dis ça, mais je ne suis pas sur FB, hein.
    On ne sait jamais…
    Quant aux concierges, y a pas mieux placé pour dénoncer, non ?

  10. C’est clair, en deux, trois ans et sans facebook, ils se sont pas trop mal demmerdés. C’est surtout si il n’y avait pas eu les américains, les russes et les anglais qu’on aurait été vraiment dans la merde! Devait même y avoir quelques rouquins dans le tas.

  11. Je pense que cette histoire de projet PRISM est un complot organisé à Bilderberg pour rendre les gens paranoïaques…

  12. @vince, c’est vrai que je ne vois pas pourquoi les gouvernements espionneraient les concitoyens…

  13. @ rakam : vous n’allez pas vous y mettre vous aussi ! Vous croyez que nos photos de vacances intéressent Obama ? FB c’est rien de plus qu’une base de données à la con, et au risque de jouer les avocats du diable, je trouve beaucoup plus flippant le fait de lire des trucs genre “on nous vole nos vie” et autres conneries façon 1984-c’est-maintenant, parce que dans 1984, quand les gens ne sont pas contents, c’est le peloton d’exécution. Je sens que Sophie K. va aimer ce commentaire…

  14. @vince, en fait je part du principe que si on peut le faire pourquoi ne le ferait t’on pas?
    en gros les outils d’espionnage sont tellement puissant qu’on peut tout surveiller facilement et quand je dis tout c’est tout, internet, mail, telephone etc….
    j’ai vu il n’y a pas longtemps une interview d’un technicien francais qui avait installé ce genre d’outils en libye, du temps de Kadhafi, sous couvert d’anonymat bien sur et avant de commencer à parler il a enlever la batterie de son telephone en expliquant qu’on pouvait écouter ce que vous dites même si votre telephone est éteind….flipant.
    apres je suis d’accord osef de nos photos de vacances c’est clair, mais déconner pas exemple sur des sujets dit “sensiblent” peut faire qu’on vient voir ce que vous faite même briêvement et ça ce ne me plait pas trop.
    voili voilou

  15. @ rakam : je comprends bien, mais sauf si vous êtes industriel, politicard, terroriste ou l’amant secret d’Obama je crains que nous ne soyez parmi les favoris de la NSA…

  16. ah….je savais bien qu’il fallait que j’évite ce grand homme noir bien de sa personne….

  17. J’espère qu’il a au moins payé le dîner…

  18. of course :)

  19. Quel coquin notre Rakam.

  20. Mouais, moi je ne suis pas trop d’accord que l’on sache tout ce que je fais pour pouvoir mieux me bourrer le mou genre de façon subliminal. Je suis face à un dilem, d’un côté la gratuité ça m’arrange, d’un autre je ne me prends pas pour un sur homme, le résultat du marketing à outrance c’est tout plein de gros imberbes sur endettés. Le problème ce n’est pas le marketing en soi c’est la façon dont on l’utilise, ce qui le motive, bref question de moral quoi, quand le marketing se transforme en big brother ça fait se poser des questions. Et si je permets à un site d’utiliser mes données perso j’aimerais bien savoir ce qu’il va en faire et pouvoir emettre des restrictions quitte a avoir un acces gratuit limité, je veux avoir le choix et surtout que mes infos ne soient pas refourguées à n’importe qui sans mon autorisation. Je ne pense pas que cela ait a voir avec de la parano. Tient par exemple Libé me propose sur ma page FB de le charger gratos en échange de l’accès à toutes mes données, ils ne doutent de rien à Libé.

  21. Novlangue http://www.slate.fr/life/73647/regles-femmes-always-bleu-main-idiotes-serviette-tampon

  22. @ nicopedia : rien de vraiment nouveau pour facebook : http://www.lemonde.fr/technologies/article/2007/11/10/le-site-facebook-vend-le-profil-de-ses-internautes-aux-publicitaires_976841_651865.html
    C’était y’a 6 ans. Après, si vous voulez éviter ça, évitez facebook…

  23. @ Vince : que qouâ ? On nous cache tout on nous dit rien, moi j’dis. 😀
    Non mais 1984, on y est déjà, pot de glu, foot pour tous, mauvaise musique en nappes tsunami, fausse télé-réalité, infos tronquées, pesticides à don’f dans l’estomac, “consommez dormez reproduisez-vous” comme disait Carrpenter dans “Invasion LA”, et faites-vous des zamis sur les réseaux gnagna. Le Prism, c’est la cerise, mais faut bien lutter contre ces tarés de molochbaaliens salafistes de l’autre bord si on veut pouvoir continuer à servir Mammon et son pognon à not’ façon.
    (Je suis “debordienne”, sinon, pas complotiste, moi, hein)

  24. Bon, à part ça, ici, c’est la mousson, décidément. :(

  25. @belle sophie, mais carrément!
    suis venu en kayak au boulot ce matin…

  26. @ Sophie : vous pouvez m’expliquer ce que les mormons ont à voir avec cette histoire ?

  27. Vince, si je veux je peux aussi résilier mes abonnements telecom, jeter mes outils numériques et aller élever des moutons dans le Larzac. Vous en avez encore beaucoup des banalités de ce genre dans votre besace?

  28. je peux me tromper mais je crois que les moutons sont aussi dans le scope de “PRISME” mais je peux me tromper.

  29. @ nicopedia : ça n’est pas trop mon problème si vous ne pouvez pas vivre sans facebook ou si vous psychotez avec votre iphone…

  30. Je ne vois pas de quoi vous vous inquiétez, si vous n’avez rien à vous reprocher bien sur…

  31. c’est pour le principe

  32. Ouh là, je crois qu’on est parti pour refaire le monde aujourd’hui. Attendez deux secondes, je mets quelques bières au frigo et je reviens.

  33. Avec leur Patriot Act les amerloques peuvent torturer, tuer, espionner toute la planète en toute légalité et dans le secret le plus absolu. Tout cela n’est pas bien grave et d’ailleurs je me demande pourquoi l’État subventionne encore des journalistes qui ne servent à rien, puisque savoir ça ne change rien c’est la preuve de leur inutilité, autant qu’on ne sache rien comme ça on pourra éviter les discussions oiseuses. Après tout cela ne nous concerne pas, nous n’avons rien à nous reprocher. A la bonne votre. Sujet suivant.

  34. le sujet sur les motards?

  35. @ nicopedia : allez nico, une p’tite bière, quoi.

  36. Je vais prendre un lait fraise si ça ne vous dérange pas.

  37. Un peu, quand même.

  38. Désolé.

  39. C’est fini les deux oui ? Ca va finir chez le proviseur si ca continue !

  40. Quand j’étais au collège j’allais souvent chez le CPE, le conseiller principal d’éducation, le chef des pions. Il ressemblait à Platini et rien que le murmure de son nom vous faisait pisser dans la culotte. Mais pas moi, pas parce que je ne connaissais pas la peur mais parce qu’il m’intriguait. À mon grand étonnement il était toujours très gentil et attentif avec ma petite personne, doux et farceur ce qui m’arrangait bien mais était en opposition exacte avec l’attitude qu’il aurait dû avoir, j’étais méfiant. Quelques années plus tard j’ai appris qu’il était en prison parce que l’été il animait des collos et qu’il s’y était passé des trucs pas jojo. Je me permets de vous citer un peu de K Dick, le pessimiste qui pensait que tout cela allait mal se finir et qui au fur et à mesure de sa vie est devenu complètement parano, mystique voir un peu réac et misogyne et qui, je pense, a sa place ici, pour lui la SF “a toujours eu pour vocation de véhiculer la contestation”, pour moi c’est l’anti prout prout : “Je creusais des trous dans le jardin et Dieu sait que le chiendent n’a rien de particulièrement surnaturel ou ultra dimensionnel… Sauf si on est écrivain de SF, auquel cas on se met bientôt à considérer le chiendent d’un œil soupçonneux. À se demander quelles sont ses véritables motivations et par qui il a été envoyé, au juste. La question que je finis par me poser, c’est : De quoi s’agit-il vraiment? Ça a seulement l’aspect du chiendent. C’est ce qu’on veut nous faire croire : que ce n’est que du chiendent. Mais un jour les masques vont tomber et ce qu’il recouvre en fait sera révélé. Malheureusement, d’ici là le Pentagone sera bourré de chiendent et il sera trop tard. Ce sera le chiendent, ou ce qu’on a pris jusque là pour du chiendent, qui posera ses exigences. Mes premières nouvelles partaient de ce genre de postulat. Puis ma vie s’est compliqué, elle n’a pas été très heureuse, et les soucis que je me faisais a propos du chiendent se sont perdus en route. Je me suis peu à peu rendu compte que les plus grandes souffrances ne viennent pas du fond de l’espace mais du fond du cœur.” Dormez bien.

  41. (Très jolie conclusion, cher Nico Pedia)

Laissez un commentaire

« »