Manifeste pour un nouveau mouvement : les Memen

Femen par-ci, Femen par-là.

Il est temps de réagir.

Je ronge mon frein depuis trop longtemps.

L’heure de la révolte a sonné.

Je contre-attaque.

Et bille en tête, j’annonce sur le champ la création d’un nouveau mouvement : les Memen.

Mouvement visant à rétablir et à promouvoir à travers toute la planète les droits inaltérables du mâle. Rasseoir son autorité défaillante. Veiller à ce que le mâle demeure, envers et contre tout, la pierre angulaire de la société occidentale.

Empêcher par tous les moyens que les femmes envahissent les prés carrés de la masculinité en péril : le foot, la consommation de bières, la conduite automobile, la présentation du journal télévisé, la présidence de la république, la fréquentation de sites pornos, le poker, les paris sportifs, le canapé, la tonte de la pelouse…

Autant d’activités que les femmes ne cessent de vouloir nous ravir et s’approprier.

Il suffit.

Trop longtemps, au nom du honteux et fourvoyé principe d’égalité, nous leur avons laissé le champ libre.

Nous avons perdu nos bastions.

Nous avons cédé sans même combattre.

Nous nous sommes résignés à voir notre autorité remise en cause sans jamais nous rebeller, sans jamais élever la voix et dire notre désarroi d’être relégués au fond de la classe d’où, impuissants, nous avons constaté que les femmes piétinaient sans vergogne nos acquis et nos droits.

Nos droits immémoriaux à être ceux qui décident, ceux qui tranchent, ceux qui agissent.

En silence, nous avons pris la direction de la cuisine dont nous nous sommes obligés à apprendre les rudiments.

Sans broncher nous nous sommes initiés au lavage de la vaisselle.

Puis, immanquablement, ce fut le tour de l’apprentissage du passage de balai. Et de la serpillère. Du bissel. De l’aspirateur.

A force, nous sommes devenus des mollusques tout juste bons à aller chercher les moutards à l’école, les torcher, visiter les allées du supermarché, jouer du fer à repasser, accompagner madame dans ses tournées de shopping, sacrifier nos parties de poker nocturnes contre des soirées passées à voir des ballets ou des spectacles de danse contemporaine.

Il est temps de reprendre le pouvoir.

Faute de quoi, nous disparaîtrons à tout jamais.

Bientôt, nous ne serons plus bons qu’à être utilisés comme de simples outils de reproduction avant d’être remisés au fond du placard, enfermés à double tour, condamnés au silence.

Réveillez-vous, camarades.

Nous sommes sous la menace d’un danger mortel.

Envahissons les stades, et dès qu’une femme ose s’approcher de ces enceintes sacrées, sortons haut nos couilles triomphantes et velues pour signifier que cette fois nous ne nous laisserons pas faire.

Les stades seront notre premier combat.

Le début de notre reconquête..

L’étape fondatrice de notre révolte salvatrice.

Le football nous appartient de toute éternité.

Il n’y a rien à négocier, rien à transiger, rien à discuter.

Rendons les tribunes vierges de toute gonzesse qui par essence n’entend rien aux règles du roi des sports.

Après, nous envahirons à notre tour les églises et les synagogues et, tout en portant haut l’étendard de nos testicules conquérants, nous rappellerons que Dieu, dans sa grande sagesse, nous a d’abord créés.

Que ce furent les femmes qui cédèrent aux avances du serpent.

Avec les conséquences que l’on sait.

La parité, ce simulacre de démocratie, sera notre nouvel ennemi.

Nous regagnerons les rangs de l’assemblée nationale. Ceux des conseils généraux. Des mairies. Des foires agricoles.

Les femmes ne sont pas faites pour commander ou pour légiférer.

Ou alors seulement pour négocier le prix de leurs fanfreluches et autres taffetas que nous les obligerons à porter.

Nous brûlerons leurs jeans. Leurs baskets. Leurs sweats.

Tous ces apparats de la masculinité qu’elles se sont approprié sans nous demander notre avis.

Camarade Memen, je compte sur toi.

Rejoins-moi dans mon combat.

 

Il en va de ta survie.

 

28 commentaires pour “Manifeste pour un nouveau mouvement : les Memen”

  1. Très bien. J’attends de vous voir défiler demain cul nu, avec des machins écrits d’ssus. (C’est dommage, en ce moment, il fait vachement froid, ça va un peu vous diminuer, mais diantre, foutrechiourme, vous êtes des zoms, c’est vrai, quoi. Allez, à poil, hop hop hop.)

  2. Laurent,

    Avec toi à 200%, 300% même

    Sophie, avons-nous vraiment besoin de vous montrer nos couilles pour vous prouver qu’elles sont bien là?

  3. ah les femens…
    Sur le fond on peut déjà discuter.
    Sur la forme, et bien elles en manquent toujours. Dommage.

  4. @ Davidou : héhéhé. Votre cervelle suffirait, mais on ne peut rien écrire d’ssus. D’ailleurs les Femen ont le même problème.
    (Le twitt merdique gagne la peau, c’est terrible.)

  5. (@ Laurent : trop ri à “Memen”.)

  6. c’est ou qu’on signe!!
    @belle Sophie, pareil pour Memen :)

  7. @ Laurent : Bon, je signe, enfin un combat juste, c’est ce qui nous manque, une cause, par contre Sophie a raison, fait un peu froid pour défiler à poil, non ?

  8. du courage que diable ! Allez on va tous manifester à poil devant chez sophie

  9. c’est parti!!

  10. on peu avoir droit au cache nez pour sex? parce que il fait vraiment un temps de M#%@ù!!!

  11. D’un autre coté, elles ne sont pas vraiment à poil non plus, les gazelles. On peut se contenter du haut, non ? Mais Laurent il faudra enlever le chapeau.

  12. A propos, vous n’abordez pas la pernicieuse dictature déminine dans la littérature, Laurent.
    Jetez un coup d’oeil là dessous, voilà qui justifie amplement votre “combat” :
    http://www.cocktailetculture.fr/5eme-salon-des-femmes-de-lettres-le-jeudi-23-mai-2013-de-19h30-a-21h30-au-cercle-national-des-armees/

  13. Lisant ici, effaré, que nos testicules sont conquérantes, je m’inquiète de cette nouvelle victoire discrète des femmes.
    Avant de m’inscrire au mennem, je voudrais savoir si vous allez rétablir nos testicules dans leur entière masculinité.

  14. @ marcel: merci c’est fait!

  15. Ce mouvement existe déjà, il s’appelle les Homen. http://www.homen-fr.org/

  16. C’est bon, rendez-lui sa télécommande qu’il regarde son foot et qu’on en parle plus !

  17. Moi je veux bien qu’on défile à poil devant chez moi. A condition d’accepter les bombes à eau en retour, hein. :)

  18. @Tout est personel : comprenez pas que tout a déja existé ?

  19. Non ?

  20. Ah mais ça bonne dame ! m’en parlez pas !!! Y a plus d’hommes !

  21. il y a quelques temps avant l affaire du Sofitel ce journaliste avait pondu;un article, soit disant humoristique sur DSK sur ce même site. Aurait -il eu des “problèmes” avec sa maman dans son jeune age?

  22. @belle Sophie, et voilà tout de suite la répression..

  23. C’est vrai qu’elles ont l’air un peu con les Femen, mais j’aime bien le côté fight club du truc et elles sont quand même plus bandantes que Christine Boutin.

    Quoique… remarque… mmmmmmh… Christine Boutin… mmmmh… Rrrr…

  24. @ Rackam : 😉

  25. @ Vince : j’ai remarqué que Christine Bouton rebondissait très bien sur le bitume. C’est signe de vitalité.

  26. Mais pourquoi exposer les boules ? Hein les guerrières n’exposent pas leurs cons que je sache. Nos torses solides, musclés ou grassouillet, transpirant, poilus ou épilés sont un immense symbole. Et suffisant. Elles ne se plaignent pas quand on a un bout de nos tétons qui dépassent, ou que l’on bosse, ou se balade à la plage torse-nu…Mais réclamer le contraire nous rend obsédés . Elles exposent leur nénés, ben nous aussi. :-)

  27. Ah moi je parlais du cul, juste. :)

  28. En lisant le titre et le terme “Memen”, j’ai accouru, pensant que j’allais me payer une bonne tranche de rire. J’ai lu un texte – à peine – provocateur qui m’a laissé de marbre. Je suis déçu.

Laissez un commentaire

« »