Comment peut-on être jeune et de droite ?

 

A les regarder parader l’autre jour en tête de la manifestation contre le mariage pour tous, à contempler cet adorable troupeau de têtes chérubines époumonant leur réprobation de voir deux êtres du même sexe prétendre à fanfaronner devant monsieur le Maire, impossible de ne pas se demander ce qui ne tournait pas rond chez eux.

Comment donc des individus bien nés, ne souffrant apparemment d’aucuns troubles mentaux perceptibles, n’accusant aucune débilité manifeste, pétulants de vie, peuvent-ils donc, alors qu’ils viennent à peine de débarquer des plages tourmentées de l’adolescence, promouvoir des pensées en tout point contradictoires avec cette folle aspiration vers le désordre et l’insouciance que devrait être toute jeunesse ?

Par quel biais, des esprits encore neufs qu’aucune lassitude n’a encore étreint, qu’aucune épreuve n’a encore entamé, comment des corps qu’aucune fatigue ou maladie n’ont abusé, comment des êtres au seuil de dévorer la vie peuvent-ils ainsi s’éprendre de rances concepts qui prônent le repli sur soi, la peur de l’autre et la préservation des acquis ?

A mes yeux, c’est tout aussi difficile à expliciter qu’un juif qui s’en irait passer ses vacances d’été dans une colonie de vacances en banlieue de Varsovie ou qu’un supporter stéphanois qui se mettrait martel en tête de rejoindre le fan club des amis de Jean-Michel Aulas.

Une énigme métaphysique.

Un contresens existentiel.

Une anomalie cosmique.

Je conçois tout à fait que l’on puisse, à l’âge où le ventre se met à ventripoter, où la mort devient tout sauf une éventualité lointaine, où la vie se présente sous un soir blafard, où l’on sent poindre le jour prochain qui verra décliner ses forces, que l’on préfère alors se retirer en ses terres, jouir enfin du fruit de son travail sans plus se soucier de savoir si son prochain se meurt d’indifférence, de maltraitance ou de pauvreté.

Les épreuves auxquelles la vie parfois nous soumet, nous martyrise, nous éprouve autorisent et légitimisent le souci impérieux de se préserver, d’engranger des dividendes, de se construire une citadelle assez solide pour qu’elle résiste à l’assaut du temps qui passe.

On a assez vécu pour comprendre que seule la protection et la préservation de sa propre personne et des êtres qui nous entourent sont les uniques moteurs d’une vie qui s’étiole immanquablement et s’en va doucement rejoindre le caveau de ses illusions perdues.

Alors il est temps de dire au revoir à ces sottes et éphémères idées de partage, de redistribution, de justice sociale qui au final n’auront existé que dans les livres d’enfant.

Mais comment comprendre qu’un jeune qui sort à peine du couvent de son adolescence puisse se reconnaître dans ces valeurs qui sacralisent la toute-puissance de l’individu au détriment de la collectivité ?

Comment un être qui n’est encore que tourbillon de promesses peut-il avoir déjà renoncé à combattre pour que la vie soit une fête de tous les instants pour soi et pour ceux que l’existence a abîmé d’une manière si féroce que leur seul salut ne peut passer que par le rassemblement des énergies réunifiées oeuvrant pour le bien de tous ?

Comment déjà tourner le dos à ces êtres fracassés par le joug d’une vie intraitable pour ne penser qu’à soi, à sa petite vie, à ses futiles avantages, à ces acquis mesquins, à sa foutue retraite, ce chant du cygne qui résonne des accents funèbres de sa prochaine mise en bière ?

La jeunesse se doit d’être immensément naïve.

Et oblige à foncer tête baissée dans ce sentiment de révolte apportant à la vie le temps d’un instant ce parfum exaltant de l’ivresse palpitant au chevet de cœurs prompts à tous les embrasements, promesse folle de lendemains où palpitent la sève éblouissante de l’existence toujours recommencée.

Si elle ne l’est pas alors elle ne reste que prélude à une vie qui avant même de commencer porte en elle le sceau de la prudence, cet affreux sentiment, mère de toutes les connivences avec les puissants de ce monde, qui iront nous écraser de leur morgue insolente sans même s’en apercevoir.

 

64 commentaires pour “Comment peut-on être jeune et de droite ?”

  1. C’est n’est pas une question d’âge http://youtu.be/gznDOMKeWkA

  2. Bravo ! Je partage à 100 % votre analyse, et cela reste également un mystère pour moi, avec également comment peut-on être pauvre et de droite et, pire, chrétien et de droite.
    En fait la vraie question, au fond, c’ est comment peut-on être humain et de droite ?
    Allez Bernard, à vous….

  3. C’est quand meme marrant d’ecrire un article pareil pour M. Sagalovitsch quand 80% des jeunes Juifs sont de droite en France (et en Israel). Et quand je dis a droite, l’UMP c’est des gentils gauchistes en comparaison.

    Mais plus serieusement, moi je me demande comment on peut etre de gauche tout court. La gauche a tout faux sur tous les sujets. On ne va pas reprocher aux gens d’etre intelligents. Jeune n’est pas synonyme de con.

  4. Merci. Votre plus beau billet jusqu’ici :)

  5. “Quand on n’est pas de gauche à 20 ans, c’est qu’on n’a pas de cœur. Quand on n’est pas de droite à 40 ans, c’est qu’on n’a pas de tête.”

  6. Cher ami Laurent, toute votre argumentation repose sur un habile sophisme qui prend la forme d’un syllogisme.

    Jeunesse = générosité, révolte, imagination, altruisme (Je vous épargne la suite des qualitézs positives).

    gauche = générosité, révolte, immagination, altruisme

    donc jeunesse = gauche.
    Et inversement gauche = jeunesse.

    Mais ça ne rime à rien, vous ne repetez que des stéréotypes et vous l’appliquez à des catégories, déniant au passage le droit aux individus d’être différents les uns des autres dans leur psychologie.

    Bien sûr, vous êtes beaucoup plus intelligent que cela, donc votre papier se veut seulement iconoclaste, et récitant à la virgule le bréviaire des néo conformistes d’aujourd’hui, ces rebelles du dimanche qui ont très bien compris comment marche le société, l’exploitent plutôt bien, et n’ont aucun intérêt objectif à ce que quoi que ce soit change dans la distribution des richesses.

    Bien vu, mon ami.

  7. Rires,
    Ca reste une de mes grandes interrogations: merde si à 20 ans ils sont UMP, comment seront-ils las à 40 ans?

    il me sembe que la vingtaine est la période de l’idéalisme, des rêves, de l’utopie…j’ai parfois du mal à voir des jeunes aussi raisonnable, économisant pour à 25 ans acheter leur appartement, presque à chercher la bonne assurance vie, être déjà si raisonnables… et pourtant l’érosion du quotidien n’a pas encore eu leur résistance.

    Peut être, surement, je suis une affreuse gauchiste et ai du mal à voir une idéologie dans la droite comme je peux la trouver dans les partis de gauches malgré les désillusions de plus en plus grandes…

    je ne comprends pas cette fermeture vers l’autre, ce besoin nationaliste, cette fermeture à l’autre…du vieux con beauf rassurant nous avons une génération de jeunes cons sans empathie, déjà cyniques et réac….mince…Churchill aurait dit la fameuse phrase dite et redite: “Celui qui n’est pas révolutionnaire à 20 ans n’a pas de coeur, Celui qui est toujours révolutionnaire à 40, n’a pas sa raison.”…visiblement on assiste à une génération distanciée et peu palpitante d’émoi vers l’autre et de poésie.

  8. @ Laurent : Vous avez une écrture de chat ou de docteur fou. (votre dédicace, j’arrive pas à bien déchiffrer)
    Si vous voulez, faites moi un mail sur mon blog pour me redonner tout ça .

  9. génération Lacoste…

  10. @ Rakam : Chez moi c’est plutôt génération Canada Goose.

  11. Suis assez d’ accord avec la plupart des blogueurs, en fait le vrai théorème, c’ est : Tout djeun ayant à priori l’ intégralité de ses neurones et un bon fonctionnement de ses synapses, le tout allié a une forme d’idéalisme théoriquement propre à son âge, devrait plutôt pencher vers des opinions de Gauche ( et je dis bien, opinions, et non engagement politique socialo-bobo parisien pour ne pas contrarier Bernard, qui refuse absolument de confondre les premières avec le second) Or, il n’ en est rien actuellement, confère les anti-mariage pour tous. reste à savoir si les hordes de jeunes Boutinistes sont représentatives de la jeunesse actuelle, ou ne sont que des émanations du microcosme bourgeois parisien, qui sera toujours viscéralement de droite ?
    @ Bustydoll : Connaissais pas votre blog, il est très bien.

  12. La jeunesse c’est le non conformisme … Le conformisme actuel parisien c’est d’être de gauche socialo-trotskiste, si tu veux être un rebelle aujourd’hui tu es de droite … C’est ce qu’on appelle la droite décomplexée (surnommée la droite “couille à l’air”)

    De même pour toute la culture/musique, toutes les trucs à la mode sont cools mais ultra répandus dans ces milieux (électro-jazz, tri-pop, …), c’est mainstream !!! Si tu veux être différent aujourd’hui, il faut aller au Louvres et à l’Opéra Garnier; pas à l’expo Dali ou à dans un cabaret de Pigalle !

    Quand vous êtiez jeunes, mai 68 c’était cool, aujourd’hui ça fait full tiep !

  13. Je n’ai jamais été jeune.
    Je ne comprends rien à la politique.
    Mais quand on me dit vous êtes ceci alors vous devait “être” cela et/ou “penser” ainsi; je m’en vais loin de ceux-là qui ont toutes les réponses.

  14. Je comprends son texte.
    Je suis moi-même jeune, ayant à peine dépassé le vingtaine, et je suis déjà avocat, et pensant à mes responsabilités futures (appartements, crédits, assurance-vie).
    Néanmoins, j’ai toujours ce sentiment d’être jeune et d’être un brin utopiste, prêt à tout renverser, renier l’ordre établi, à “créer” un autre monde, à refaire ma vie, me réinventer. Une insolente fougue pourrait on dire.
    Cependant, l’erreur de l’article est d’assimiler ces sentiments, quasi-inhérent à la jeunesse, à la gauche et ses idéologies. Or, j’exècre la gauche, j’exècre la droite, et à peu près toute personne qui a une sensibilité politique. De plus, l’idéologie de la gauche est bien loin des aspirations et des rêves d’un jeune de 20 ans. Il ne faut pas tout mélanger. J’ai aussi un peu de mal à comprendre les jeunes qui manifestent (mais je les comprends un peu), être politisé à 20 ans faut pas déconner non plus, mais il ne faut pas méler nos envies avec la politique, c’est un raccourci bien trop dangereux.
    la phrase de Churchill s’applique très bien à nous, mais l’idée révolutionnaire que j’ai, que l’on a, n’est pas celle attachée à l’idée de révolution en politique.
    Pour corriger l’article, il faudrait écrire “comment peut-on être jeune et penser à la politique ?”

  15. @ luca ; mais vous aimez qui au juste ?!

  16. @Bernard, effectivement je comprends mieux pourquoi Lacoste c’est pour la banlieu parisienne :)

  17. Hormis Bernard, ce blog semble être un repaire d’infâme gauchistes. Bernard au boulot!

  18. @ Rakam : Effectivement. A Paris, c’est la moumoute Canada Goose qui triomphe. Le bobo se paie une âme de baroudeur le dimanche (600 Balles l’âme, c’est pas cher)

    @ Laurent : Bon, vous êtes content de vous ? Sacré farceur, va. En attendant, vous calez toujours devant un billet sur les motards… Trop dur pour vous ?

  19. comment peut on etre jeune et religieux?

    parce que : “le temps ne fait rien a l’affaire, quand on est con, on est con…”

  20. @Bernard, ça me fait penser à tout ces 4×4 parisiens qui ne verront jamais un chemin de terre de leur vie.

  21. Match truqué.

    Et j’ai des preuves (même si je n’en dirais pas plus).

  22. jeune et de droite ?

    con un jour, con toujours.

  23. @Vince, faut les envoyer à Médiapart

  24. tient j’y pense, les motards ça irait bien avec le mariage pour tous, non?

  25. sinon vince, pour vous réconcilier avec le Bavarois, lisez ça:
    http://www.atlantico.fr/atlantico-light/boire-biere-volontiers-cela-rend-plus-heureux-700936.html

  26. @ Bernard: Vous avez un hiver de retard, c’ est plus Canada Goose, c’ est North Face maintenant
    @ Vince: Ca va les calmer un peu, les Barcelonais, c’ est pas plus mal. Mais ça relativise surtout l’ “exploit” du PSG…
    @ Saga : C’ est normal qu’il n’ y ait que des gens de gauche ici, puisque l’ idée de ce blog c’ est de faire marcher un minimum ses neurones…

  27. @ Vinnie Jones : Avec des gens comme vous, l’ordre établi a un bel avenir devant lui.
    Pour les neurones, veillez à ne pas les mettre en surchauffe, à votre âge.

  28. @ Bernard : Merci du conseil. Je savais bien que les gens de droite pouvaient eux aussi avoir du coeur.

  29. @ Saga : Tiens d’ ailleurs, les Motards sont ils forcément de droite ? Ca, ça pourrait faire un bon article.

  30. Reste l’autre question : comment peut on être vieux et de gauche ?

  31. @ C’ est ce que je me tue à expliquer à Bernard: je pensais qu’un jour mes convictions rejoindraient mon portefeuille, mais c’ est hélas l’ inverse qui s’ est produit…

  32. @Saga : c’est parce qu’on a l’âge de toutes les cardiopathies !!!!

  33. Comment peut-on être jeune ou vioque et être encore et toujours “de gauche” ou “de droite” ?
    Quant à défiler avec Boutin-Barjot, ou avec Taubira-Delanoë-Désir, même supplice pour moi. Et puis d’un côté comme de l’autre, pour défiler pour ou contre ce genre de truc, faut être définitivement conservateur – entre “Jésus, reviens parmi les tiens” et “Nous aussi, on veut se marier en blanc et faire des enfants comme tout le monde”, je ne vois que du conservatisme, moi.
    Ce pays est en train de se momifier à pleine vitesse.

  34. @ Laurent : très bonne question, j’allais vous la suggérer. C’est parce que les vieux qui ont réussi s’ennuient, ils ont même un peu honte que la société leur ait tendu des friandises toute leur vie, alors ils lui mordent un peu la main (Will Self dit un truc comme ça bien mieux que moi dans Théorie Quantitative de la Démence), histoire de rappeler le “rebelle” qui sommeille en eux derrière les vitres teintées de leurs 4×4. Gauche et droite ? il y a des bourgeois conformistes, chacun lit les journaux qui écrivent ce qu’ils ont envie de lire, réagissent selon les lois de leur groupe aux mêmes stimuli, honorent les mêmes lieux de culte. L’originalité se perd, l’esprit critique aussi, le désir de penser par soi même ??? Tous ces bourgeois m’emmerdent.

  35. Je t’enverrais tout ça dans les mines, moi. Pas au Mali, je veux dire. Au moins ils serviraient à quelque chose ces cons. Les vieux aussi il faudrait les envoyer au maille. En plus ils courent pas vite, c’est facile de les attraper.

  36. Les jeunes de droite vont s’emmerder toute leur vie,ce sera leur punition…

  37. vieux et de gauche ? ben c ‘est un prof, puisque de toute façon les profs sont déjà vieux même quand ils sont encore jeunes! Et les profs sont forcement de gauche, cqfd.

  38. @ Chacal: Oui, mais ils ont également un collier de barbe, et ils lisent Télérama. Soyez plus précis, s’il vous plait.

  39. il semblerait que nous assistions à une passation de pouvoir entre l’Espagne et l’Allemagne.

  40. @ rakam : c’est une honte. Ces demi finales ont été truquées, tout le monde a pu le voir. Une triste semaine pour le football, pour le sport, voire l’Humanité.

  41. c’est exact, y’avait au moins un peno de plus pas sifflé pour les schpountz par match et non helas tout le monde ne peut plus le voir.

  42. Le football sur-dopé a vécu. C’ est le retour du foot bio, bière choucroute. Et celui des Verts également, manque plus que l’ Ajax pour le 70s revival

  43. http://www.slate.fr/lien/71621/arabie-saoudite-expulser-beaux-hommes
    Ah, j’avais raison, les gens qui sont méchants le sont pour la simple raison qu’ils sont moches, c’est aussi simple que ça. Comme quoi, j’ai quand même pu retirer quelque chose de positif de mes nombreux visionnages de documentaires animaliers.

  44. @Vince, j’aurais pu etre d’accord avec vous si les teutons avaient gagné 1-0 façon Bismarck, mais ils ont joué au Foot avec un grand F alors je m’incline, respect.
    sinon c’est vrai que les docs animaliers ça cultive grave!

  45. @vinnie, du moment qu’ils ne font pas revivre les poteaux carrés…

  46. @ bernard : d’accord avec vous (surtout le premier post) sauf sur un point : je vote plutôt à droite (sauf la dernière fois…) et je lis plutôt des journeaux de gauche. Quitte à lire des choses orientées, je préfère encore lire à contre courant, ça titille mon esprit de contradiction.
    Et puis franchement, le Figaro, non, ce n’est pas possible.

  47. @Vince, je ne risque pas de me faire expulser :)

  48. @ Bernard : bravo pour le papier sur votre dernier bouquin dans le supp littéraire du Monde.
    La gauche a toujours su reconnaitre ses frères égarés..
    :-)

  49. Un nantais qui écrit sur un bordelais, quelle honte que ce lobby de l’atlantique.

  50. @ Laurent : Vous n’y allez pas d’un petit couplet sur le commerce de l’ébène, tant que vous y êtes ???

    @ Achtungbaby : N’empêche que les annonces immobilières du Figaro, c’est quand même vachement plus large que dans Libération, (à moins de chercher un loft ou un triplex restruct. pr. archi. dans le quartier Montorgueil, bien sûr. )Et j’aime bcp le carnet du Figaro, on y trouve des noms extraordinaires, les gens qui les portent doivent avoir des cartes de visite format draps de lit.

  51. @Bernard : notez bien que Demorand me pèse…
    Aucun talent d’éditorialiste à mon sens.

  52. @ Achtungbaby (U2?) Demorand était sur France Inter le matin de 7 à 8. C’est la seule station où on échappe au napalm publicitaire (A part deux débiles mentaux qui font la pub pour la matmut, je me demande pourquoi la Matmut est autorisée à faire de la pub et pas Peugeot ou Renault ou Harpic, ce doit être considéré comme institution publique, la Matmut) des Europe ou RMC, au saut du lit c’est quand même intolérable.
    Il y aurait bien FIP, vous me direz, mais ça me rappelle trop le dentiste :-)

  53. En complément d’un costard-cravate et d’une toyota hybride louée à l’heure, le figaro peut se transformer en un redoutable accessoire pour la recherche d’une riche et veuve héritière propriétaire d’une île (par exemple) par un gigolo ambitieux du vieux Paris en quête d’amour et d’argent… Bon, euh, un gigolo ou un ami, quoi. Je ne voulais pas dire que j’étais un gigolo, attention, hein ! Oh et puis laissez-moi tranquille !!!

  54. Moi chus d’acc’ avec Bernard en tous points. Comme d’hab’. :)
    Et à part TSF, avec baisse de son totale au moment des pubs, je n’écoute plus du tout la radio. (La pub me rend vraiment dingue, partout, tout le temps. Qu’ils aillent se faire foutre avec leurs banques, leurs bagnoles-patates à X999, 90 euros, leurs yaourts dégueu et leurs organismes de crédit. Bazooka.)

  55. Le pire à la radio, c’est le ton des intervenants. Vous en avez de 3 sortes :
    – le ton de journaliste qui veut captiver l’auditeur en braillant et en prenant des intonnations exagérées sur certains mots “clé”. C’est le modèle le plus répendu : agressif sur les mots. Fatiguant surtout. Avec le développement des chaines ou radios d’info continue c’est le modèle presque unique. On dirait qu’on leur apprend à sacader leur phrase à l’école.
    – le ton de l’animateur de radio musicale qui se la joue cool, intello, branché : exemple type : Radio Nova. C’est nasillard, chuchoté, mielleux, pénible.
    – le ton du crétain de base sur les radios type Fun et NRJ, qui pense qu’il suffit de brailler pour être drôle.

  56. 100 euros que les trois débiles de la 2ième photo sont de la même famille.

  57. l’agressif sur les mots, ah oui, c’est typique aussi des chaines télés en continu, on dramatise, pour donner une illusion de suspense. Ca marche bien avec les types qui montent en haut des grues pour réclamer la garde de leurs gosses, mais ça contagionne vite : “nous recevons le PROFESSEUR CHOTARD, qui vient nous PARLER de L’ULCERE à L’ESTOMAC…. L’ULCERE a l’ESTOMAC… ce terrible FLEAU que bien SOUVENT on PREFERE CACHER à ses PROCHES. … peur, HONTE ? le Professeur chotard NOUS DIT TOUT sur ce mal SILENCIEUX, qui RONGE, peut être LE MAL du SIECLE…

    Il y a aussi un super crétin qui annonce le Maxi Foot sur RMC, la voix d’Arnold Sschwartzeneger dans Terminator avec effet Reverb et Surround pour lancer Reims Troyes, c’est plus que too much.

  58. @ Bernard : As-tu vu les “reportages embarqués” à deux balles sur les BAC ? Outre le sempiternel jeune de banlieue flouté qui dit toujours “Ouah hé y’a pas d’souci moi j’ai rien fait msieur” (le “y’a pas d’souci” est un truc aussi pénible que le “voilà” dit tous les trois mots, en ce moment), tout est seriné sur le même ton idiot, à croire que c’est un robot qui dit le texte (j’adore la parodie que Groland en a fait, en floutant quasiment toutes les images, et en inondant de “biiips” la moindre phrase).

    Tiens, aussi, dans la rubrique petite musique insupportable, la pub a inventé le “LA” et le “QUE” en l’air (…oui, bon, désolée) suivis d’une pause , ces temps-ci, et ils le font tous (j’ai beau zapper les pubs, je n’arrive pas à les éviter toutes beuheuheuuu…). Genre : “Trucdedaube vous offre LA… solution”, “…Parce que chez EndettetoiDucon, y a pas QUE… les taux”, ou ” Machintrucpleindecolorantsbeurk, ce n’est QUE… pour les enfants”.
    (…Ce qui prouve bien, s’il en était besoin, que la pub c’est fait QUE… pour les demeurés.)

  59. moi j’aime bien la pub, c’est une grande fenêtre sur notre société, à travers laquelle on aperçoit toutes ses tares, alors je la regarde tel le voyeur moyen, histoire de me rendre compte à quel point ça craint.pis y en a qui me font marrer…j’avoue, c’est moche.

  60. ah oui, les repôrtages embarqués, il y en a souvent le dimanche soir. Ca parle toujours de démantelement de réseaux de distribution de drogues… Avec effectivement les témoignages floutés, des flics qui se ramassent des frigos sur la Peugeot 208 de fonction lorsqu’ils patrouillent sur le territoire des djeuns.Le climax, c’est la descente à 6 heures du mat’, le coup de bélier dans la porte et le djuen flouté en slip menotté au radiateur. En fait, c’est du sociétal. du fait divers scénarisé, il n’y a rien à retenir. Un passe temps avant d’envoyer tout le monde au lit.

  61. Pourquoi vous regardez la télé? Quelle drôle d’idée.

  62. j’avais un prof de français qui appelait la télé “l’étrange lucarne” j’aime bien.

  63. @ Nico : oui mais on la regarde comme on allait au zoo avant, quand on était p’tits. (C’est même presque plus marrant d’envoyer des bananes à Pujadas ou Ruquier, il font très bien ourk ourk.)

  64. Moi ce que je ne comprends pas, c’est que les gens de gauche, au contraire des gens de droite, ne comprennent pas que des gens puissent penser différemment. Si on ne pense pas comme eux c’est qu’au fond on a un problème, on n’a pas “compris”.
    C’est ça le pire pour moi, que vous n’acceptiez pas qu’on ne pense pas comme vous…

Laissez un commentaire

« »