Des bibliothèques contre la dépression

En Angleterre dans un futur proche, toutes les bibliothèques municipales du royaume se devront de disposer d’un rayonnage d’une trentaine d’ouvrages mis spécialement à la disposition de tarés comme moi qui, de temps à autre, souffrent de légères maladies mentales aussi désopilantes que des attaques de panique, des troubles de l’humeur, des accès de nervosité, des crises d’angoisse…

Pour l’instant ne seront proposés aux attardés de l’occiput et autres culs-de-jatte de l’inconfort psychologique que des livres d’aide-personnel, de ces manuels aux titres à rallonge où, à longueur de pages bavardes et racoleuses à souhait, un psychologue de fête foraine vous invite à guérir de votre dépression en prenant votre vie par le bon bout.

Ou à vaincre votre angoisse en 24 étapes chrono.

A soigner votre humeur chancelante en ingurgitant des cachets de littérature de bonne femme qui vous invite, à renforts de conseils grossiers écrits dans une langue approximative, à apprendre à respirer par le ventre ou à péter par les oreilles afin de mieux canaliser les sources de vos angoisses récurrentes.

Evidemment ce genre de littérature médicalisée n’a jamais guéri personne. Enfin hormis les auteurs des dits ouvrages qui grâce aux royalties engrangés peuvent désormais affronter leurs angoisses avec un surcroît de sérénité des plus enviables.

Tout au mieux, grâce à des témoignages la plupart du temps bidonnés par des trouffions d’écrivains au bout du rouleau, ces ouvrages arrivent à vous persuader que non, vous n’êtes pas le seul à être saisi d’effroi à la seule idée de monter dans un bus dont le trajet emprunte des rues orphelines de toute pharmacie réparatrice.

Que oui il existe des énergumènes de votre acabit qui à la seule perspective de passer une soirée dans un restaurant bondé seraient prêts à se couper un bras plutôt que de subir cette épreuve du feu.

Que, tout comme vous, il grouille de par le monde de gens qui devant le simple spectacle d’un escalator cavalant vers les tréfonds de la terre ou s’élevant jusqu’au ciel sont tout à fait capables d’emprunter un monte-charge ou de requérir à une échelle de pompier au lieu d’avoir à embarquer sur ce tapis volant où, allez savoir pourquoi, vous êtes convaincu que votre âme ne s’en sortira jamais indemne.

Bref que vous n’êtes pas seul à être un malade imaginaire. Ce qui, convenons-en, est toujours des plus rassurants.

Savoir que d’autres personnes, apparemment normales, saines de corps et d’esprit, sont affligées des mêmes travers que vous procurent toujours une jouissance infinie. De celle que doit éprouver un tueur en série en lisant avec délectation les truculentes confessions d’un meurtrier récidiviste.

Cependant, puisque vous vous êtes déjà rendus à la bibliothèque vous procurer vos rations de survie prescrites par votre brave docteur prêt à tout pour vous guérir, autant en profiter pour emprunter des romans qui vous aideront d’une manière beaucoup plus efficace que ces guides fourre-tout tout juste bons à amoindrir et à attendrir, le temps d’un instant, votre ineffable sentiment de solitude.

Car tout roman demeure dans son essence même un manuel de savoir survivre.

Une tentative unique d’hurler sa souffrance, de dire sa difficulté à être dans un monde par essence terrifiant et essayer d’exorciser cette intolérable souffrance à l’aide de simples mots qui, associés les uns les autres, finissent par former un cri, ce même cri que pousse le nouveau-né lorsqu’il s’aperçoit effaré et tétanisé d’angoisse qu’on vient de siffler la fin de la récréation.

Une mise à nue totale et radicale où le moi débarrassé de toute sa raison sociale s’appréhende dans toute son exorbitante monstruosité.

Si après cela, vous avez encore des vagues à l’âme, il sera toujours temps de rentrer dans le premier bistrot venu et de convoquer une bonne bouteille de mescal ou de bourbon.

C’est encore le meilleur remède à votre mélancolie galopante qui rassurez-vous restera, quoiqu’il en soit, parfaitement incurable…

 

34 commentaires pour “Des bibliothèques contre la dépression”

  1. si ça c’est pas de la méthode coué!

  2. et si on a la livreophobie?

  3. Vous avez essayé la camomille ?

  4. Un poète prenait les mots de tous les jours
    Pour chasser sa tristesse avec une nouvelle
    Tristesse Infiniment plus triste et moins cruelle.

    Supervielle

  5. Essayez de compter à l’envers par saut de sept, à partir de 101. Ca peut aider votre Cortex à reprendre un peu le dessus sur votre fougeux Thalamus, camarade.

  6. Comme notre Ségalo, avant j’étais souvent anxieux quand il y avait plein de gens autour de moi.
    Jusqu’au jour béni d’entre tous où je compris que ça n’était que des cons.
    Depuis ça va beaucoup mieux.

  7. Cher Laurent,

    Pourquoi n’allez vous pas simplement vous pendre , pour en finir avec vos souffrances ? Pour le moment c’est nous lecteurs qui souffrons face à des articles aussi fades.

  8. et faites aussi une thérapie “finale ” de groupe avec tous les lecteurs de votre blog.

  9. @ toto : je veux bien participer à condition que ce soit filmé et diffusé sur youtube. Que ce soit clair : pas dailymotion, youtube.

  10. Je crois que je viens d’avoir une petite idée de business… Il s’agit d’une agence de voyage un peu spéciale, qui proposerait aux clients un VOYAGE DANS LE TEMPS. Mais oui ! Le principe serait d’emmener les gens dans des pays exotiques afin qu’ils assistent à des scènes dignes du Moyen Age. Ainsi, une formule Premium proposerait aux clients exigeants d’assister par exemple à un mariage entre un vénérable de quatre vingt balais avec la fille de la voisine encore pré-pubère, ou encore à une décapitation en direct – un supplément financier serait évidemment nécessaire pour avoir le droit de prendre des photos, on n’est pas non plus des sauvages. Une offre “économique” pourrait proposer aux nostalgiques du temps béni de l’esclavage des visites d’usines ou de mines. A noter qu’il serait strictement interdit de nourrir les courageux travailleurs afin de ne pas déstabiliser les écosystèmes locaux ; les photos seraient toutefois autorisées. Voilà. Messieurs les investisseurs, la balle est dans votre camp !

  11. VInce : Pas besoin de voyage dans le temps pour les esclaves : Demandez à votre Apple Store un bon de visite chez leurs sous traitants chinois. Et en plus, si vous avez un Iphone 5, vous pourrez les filmer en vidéo HD, petit veinard !

  12. @ Bernard : ouais ouais, je vois surtout que vous voulez me piquer mon idée !!

  13. Non, mais le voyage dans le temps marche dans les deux sens… Et pourquoi pas un saut dans le futur, le jour de l’attribution du prix Nobel de littérature à un certain Laurent Sagalovitsch, Smoking et noeud pap’ ? Remarque, je suis sûr qu’il fera celui qui ne nous reconnaît pas…

  14. livre anti-dépression?

    antinomique

    foot, marclevy, tf1, shopping, prozac, religion, boulot :
    le remede

    encore un effort, et vous irez mieux,
    les petits vieux.

  15. @ Saga : Et y’ aura dans ces rayons des bouquins spécialement consacrés à la lutte contre la phobie des ponts, si répandue chez les écrivains canadiens (d’adoption) ?

  16. @ Jourdan : Merci de nous proposer la thérapie que vous utilisez, elle vous réussit visiblement

  17. La thérapie de Jourdan contient 90% des trucs qui me fichent le bourdon. On ajoute la pub, la chanson française, le métro, les sondages et les bouquins “médicaux”, et je m’pends.

  18. Foutez la paix à Jourdan, il est en train de twitter “Super !” à son pote Thomas de Sup de CO qui a décroché un entretien d’embauche chez Ernst, et il s’apprête à twetter “Cool” à sa copine Julie de Facebook qui s’est photographiée aux Planches avec la miss météo de Canal +.

  19. Je me demande : Staline, Hitler, Pol-Pot ou Steve Jobs avaient-ils le bourdon ?
    Se sentaient-ils mélancoliques à l’approche de l’automne, quand les derniers rayons de soleil disparaissent dans l’horizon ?
    Au final, nous ne sommes que des hommes…

  20. VInce : “des hommes” ? C’est un peu genré et sexiste, votre truc. Dites : des êtres humains, c’est moins clivant que “Homme”. Seriez pas un peu macho ?

  21. Oh et puis merde ! :)

  22. Laurent : Vous êtes pour quelque chose dans les fenètres publicitaires qui agrementent votre Blog ou c’est ciblé autrement ?

    Hier : Trouve un mec !
    Ce jour : Inscrit toi au Marathon de Jerusalem !

  23. @ Bernard : les deux ne sont pas incompatibles

  24. bah les fenetres publicitaires sont fonction de votre historique de navigation, non ?

  25. A force de venir sur votre blog, je me suis fait trianguler par une organisation de sportifs homos juifs, voilà tout.

  26. Taratata, il est temps de faire votre outing : juif et homo. Dur pour un seul homme j’avoue

  27. Il est bien beau le pays où vous habitez, Sagalo :
    http://www.lapresse.ca/environnement/201202/10/01-4494535-les-ecologistes-une-menace-a-surveiller-selon-ottawa.php
    Assimiler les écolos à des fachos, bravo !
    «Notre gouvernement ne restera pas assis pendant que la réputation internationale du Canada est souillée par des gens qui ne peuvent pas ou qui ne veulent pas reconnaître les faits», dixit Joe Oliver… Amusant. Le Canada est devenue la pute des USA (on a le droit de dire “pute”, ici ? catin, c’est mieux ? plus sophistiqué, peut-être), ça c’est une réalité que tout le monde peut voir sur internet, sauf apparemment Joe Oliver qui considère que ce sont les écolos qui “souillent” le Canada…
    Je crois finalement que je vais rester en France…

  28. @ Bernard : sur Firefox, avec AdBlockPlus, plus aucune pub. Jamais. Pchioufff. On respire. :)

  29. les mauvaises idées, ou les idées loufoques débouchent parfois, bien qu’exceptionnellement sur un miracle…
    j’ai moi même connu autrefois un petit laurent S. dont les professeurs unanimes louaient la médiocrité et empilaient les appréciations du type; peut mieux faire… ne peut que mieux faire…ne fait rien….se complait dans le néant…. cérébralement plat et irrécupérable…etc…etc…

    sa maman lui achetait des livres ….beaucoup de livres.
    et cette maman avait bien raison.

    combien de cancres finissent journaliste-écrivain???
    (la presse et les éditions en sont truffées, diront les mauvaises langues)(l’éducation nationale également répondront les opposants…)
    mais, où sont ils aujourd’hui ses professeurs de français qui ne lui ont jamais décerné mieux qu’un 6 et le taxaient d’analphabétisme fainéantique.?…(dans de glauques et onéreuses maisons de retraites…).
    alors pourquoi pas, en plus des cancres, des phobiques dans les bibliothèques…
    des résultats (sans être spectaculaires) sont tout à fait possibles.
    les fous, ça ose tout, c’est à cela qu’on les reconnait…..
    la presse et l’édition n’ en sont ils pas truffés.?

  30. Amoureux ?

  31. Il y a quelque chose qui me chagrine (un peu) avec le mariage homo…
    Traditionnellement, le mariage est l’union d’un homme et d’une femme. Tout le monde est d’accord ? Pardon : d’une femme et d’un homme. Bordel, ça devient déjà compliqué… Donc, défendre le mariage homo revient ni plus ni moins à nier le mariage comme tradition. Perso, je respecte les homos comme je respecte les gens attachés aux traditions, même si à vrai dire ces deux sujets m’intéressent à peu près autant que l’arrivée de Beckham au psg. Bref, tout ça pour dire qu’autoriser le mariage homo permet certes de mettre les homos à égalité avec les hétéros par rapport au mariage, mais d’un autre côté cela blesse forcément les gens qui sont restés attachés aux traditions. Et tout le monde s’en fout. Moi aussi, d’ailleurs.
    En fait, cela peut paraître curieux que les homos revendiquent avec autant de force leur égalité par rapport à quelque chose d’aussi traditionnel que le mariage, et à mon humble avis cela traduit surtout le conformisme exacerbé du monde actuel. Avant, l’homosexualité s’inscrivait dans un mouvement culturel “alternatif”, déviant au bon sens du terme, c’est à dire en opposition avec le conformisme.
    Tout ça pour dire que les pédés, c’était mieux avant.

  32. http://www.lemonde.fr/culture/article/2013/02/05/un-portrait-de-marie-therese-walter-par-picasso-vendu-33-2-millions-d-euros_1827619_3246.html

    P’tin, 33 millions pour un portrait d’Elephant man en gants de cuisine…

  33. + une cuillère d’huile de ricin pour les aigris et les constipés

    malgré les progrès de la médecine, ya 2 choses qu’on ne pourra jamais leur greffer : des couilles et un cerveau…

    …parce qu’y a pas de donneur.

  34. @ jourdan : en tant que président de l’Association des Constipés de France, je préfère vous prévenir que vous allez bientôt avoir de nos nouvelles !

Laissez un commentaire

« »