Les vieux ne meurent jamais

En mai de cette année, Michel Fugain aura 70 ans. Vous vous en foutez ? Moi de même. Mais n’empêche. A regarder son visage épanoui aux yeux farceurs, difficile de deviner qu’il va rentrer dans l’hiver de sa vie. C’est terrible à constater mais les vieux ne vieillissent plus. Bientôt, à ce rythme, ils ne mourront même plus. Les voilà qui s’accrochent à la vie avec une ardeur redoublée. Ils plastronnent comme des jeunes premiers et continuent à rêver à des étreintes sauvages avec des diablesses en mini-jupe. Ils ne prennent même plus le temps de philosopher en regardant la mort s’approcher et remettent sans cesse à plus tard le temps des bilans, des constats et de la confrontation avec soi.

C’est désolant. Où sont-ils nos petits vieux d’antan qui ne bougent plus ou alors seulement pour se mouvoir du lit à la fenêtre puis du lit au fauteuil puis du lit au lit ? Ceux-là sont bien morts. Désormais les nouveaux vieux croquent la vie avec leurs dents même pas avariées, ils s’engagent dans des courses au long cours, ils concourent à des marathons en roller, ils colonisent les salles de remise en forme, ils accaparent les clubs de vacances pour prouver à la mort que l’heure n’est pas venue, qu’elle peut aller se rhabiller ou courtiser des triples centenaires fatigués.

Bientôt, nous prédisent les sommités médicales, nous serons tous des joyeux centenaires.  Affreuse perspective. Voir de son vivant ses propres enfants atteindre l’âge canonique de 80 ans et commencer à perdre raison. Ses petits-enfants louvoyer autour de la soixantaine. Ses arrières-petits-enfants s’entasser aux abords de la quarantaine. Ses arrières-arrières-petits-enfants tournicoter autour de la vingtaine. On ne parlera plus de dynasties mais de véritables empires où la mort ne se couche jamais.

L’Alzheimer aidant, leur cerveau ramollissant mais leurs membres toujours fiers et gaillards continuant à pétarader de milles feux, ils s’en iront communier à des orgies familiales sans se douter un seul instant que ces participantes à ses joutes endiablées s’avèrent être leurs filles ou leurs mères. Atroce. Bientôt ils se retrouveront confinés dans des maisons de retraite condamnés à partager leur chambre avec leur propre progéniture, à engueuler le souvenir de leurs fils d’avoir encore omis de tirer la chasse, à se plaindre à l’infirmière des ronflements insupportables du paternel, à avertir la direction que son co-pensionnaire de petit-fils lui vole en douce ses Pépitos pendant qu’il s’exerce avec ses haltères.   

” C’était un homme qui avait beaucoup et largement vécu. Il était loin d’être jeune- trente-huit ans ou trente-neuf ans même- et cette vieillesse avait surgi presqu’à l’improviste.” Voilà comme Dostoïevski décrit Veltchatinov, le héros de L’éternel mari. Le récit date de 1870 ! Aujourd’hui notre Fédor serait obligé d’écrire ” C’était un homme qui avait beaucoup et largement vécu. Il était loin d’être jeune – quatre-vingt-quatorze ans ou quatre-vingt-quinze ans.”

En moins d’un siècle et demi, le vieux a gagné un demi-siècle. Certains s’en réjouiront. Pas moi. C’est long un siècle d’existence, surtout vers la fin. Les infanticides et les parricides tripleront de fréquence. Pour un enterrement, il faudra réserver le Stade de France afin d’accueillir toute sa descendance. La bar mitzvah du petit coûtera les yeux de la tête avec tout ce cortège de vieux débris à parquer à la table d’honneur. Les mariages nécessiteront la réquisition du  château de Versailles pour abriter toute la flopée d’invités grabataires.

Et à ce rythme-là, l’auteur de ce blog, centenaire bondissant, continuera à emmerder son petit monde avec sa rengaine nostalgique d’un monde d’avant supposé meilleur tandis que ses lecteurs, encore plus décatis que lui, s’entêteront à laisser des commentaires encore plus abscons qu’aujourd’hui. Ca promet.

115 commentaires pour “Les vieux ne meurent jamais”

  1. le printemps sera R’n’R, dirait-on…

  2. commentaires sans abs

  3. Mais pourquoi s’acharner sur ce pauvre Arditi…

  4. @ Laurent : rien à voir avec votre sujet. Une dame qui travaille dans l’édition me disait hier que le premier tirage des faux Monnayeurs, chez Gallimard, était de 2 500 ex. Il a mis… 25 ans à être écoulé.

  5. Cette chronique ouvre en effet un certain nombre de perspectives, plus effrayantes les unes que les autres: La plus anecdotique : L’ héritage. Dans les années 60 les héritiers avaient entre 30 et 50 ans max.Et c’ était souvent un sorte de départ dans la vie d’un couple ou d’une famille, aussi triste qu’en soient les circonstances. Mais aujourd’hui, ou l’ esperance de vie tangente les 80 ans, on hérite jamais avant 40 ans, voire 50 ou même 60, et encore, quand on hérite. Car avec les nouveaux modes de vie des ” seniors” ( j’ adore ce terme, emprunté au monde du sport, et qui montre bien que vieillir est devenu aujourd’hui un sport de masse) plus question de bouffer des biscottes en faisant des mots croisés : Papy et Mamie font du trekking, s’achètent des Mac a 3000 boules, vont en soirée chez Chris & Manu, roulent en Chevrolet hybride, en bref, claquent délibérément le pactole, et ce sous nos yeux en plus, c’ est ça le pire….

  6. Le problème avec la vieillesse, c’est que certains naissent vieux et conformistes (conformistes jusqu’à prendre des poses révolutionnaires ou provocatrices quand c’est la mode), et que d’autres ne le deviennent jamais.

  7. Vinnie,
    j’ai une copine sa mère est morte du sida elle a donc un appart, un autre son père est mort dans un accident de voiture, il a donc un appart, le dernier son père est mort dans un accident de voiture puis sa mère s’est suicidée il a donc un pavillon. Moi mes parents son vivants et je suis locataire et bien contant de l’être. Moralité l’argent ne fait pas le bonheur.

  8. @ Laurent : Sur la dernière photo, Jack Lang faisant un doigt aux militants de la bucolique circonscription où il a exigé d’être parachuté alors qu’ils n’en voulaient pas, et où piaffe un candidat local, 55 ans de parti, qui à 70 ans, pensait qu’il allait être enfin député. C’est moche.

  9. Jaloux !

  10. Oui. Essayer, pour un coiffeur, de faire une permanente mauve à une septuagénaire, maintenant, c’est risquer de se prendre un poing ganté de cuir clouté dans le pif. (Enfin… du moins si l’amant de la dame, qui l’attend dehors en piaffant sur sa Harley, n’a pas pris sa batte de base-ball dans ses fontes.)
    Ah là là.

  11. @ Nico : oui, bien sur vous avez raison, je ne voulais pas uniquement mettre en avant l’ aspect mercantile de ces phénomène de vieillissement de la pop, et l’ héritage ne fait pas le bonheur, je vous l’ accorde bien volontiers. C’est plutot le changement de mentalité des seniors qui, sachant que la vie va etre longue encore, n’ hésitent pas a en profiter, quand leur santé le permet beine entendu

  12. Ca me fait penser à mon senior baroudeur de chez EDF crapahutant dans le Tarn dont je parlais hier, faisant admirer son T Shirt de Mao aux oies du coin.

    Je suppose que mon révolutionnaire avait une carte vermeille et des chèques CESU dans sa gibecière.

  13. @ Sauvage : Dites donc, il y a de drôles de Happenings à la Goutte d’or ! Je croyais qu’on n’y trouvait que des parents sages, des agences immobilières, des boutiques de téléphones portables et des sandwicheries, comme dans tous les centres ville désormais civilisés.

    Merci pour votre chronique, j’ai bien ri.

  14. De nos jours, les révolutionnaires sont assurés tous risques.

  15. quoi, j’ai raté Fugain aussi! des vieux qui résistent? allez encore quelques degrés de plus ça devrait permettre de faire de la place… persuadée qu’on guérira de la mort comme d’une vulgaire maladie, ce n’est pas nouveau comme réflexion futurologue, la médecine pallie aujourd’hui nos organismes défectueux, pour de nombreuses défaillances par simple bricolage, noble soit mais bricolage de tuyauterie interne, et demain fera de nos descendants des total cyborgs, indispensable s’il devient nécessaire de survivre dans un monde hors de la terre mère

  16. Vinnie,
    ce que je trouve bizarre avec cette histoire d’héritage c’est qu’on donne l’impression que sans une mise de départ on ne peut pas trouver sa place dans la société, qu’elle ne peut être que celle de quelqu’un d’autre (mort en l’occurrence) et que l’argent attire l’argent. Donc pour résumer, si un vieux riche ne te laisse pas sa place t’es foutu. Et vu que les vieux riches vont tous devenir bioniques…

  17. @ Nico : sans rire, on est quand même loin du temps où par la seule force de son travail et de ses neurones, un couple parti de rien pouvait accéder à la propriété, ne serait-ce que d’un appartement…

  18. Maixsc’ est exactement ça, avec le vieillissement, y’ aura pas de places pour les plus jeunes. Ou alors dans une espèce de Clan reconstitué, ou les cinquantenaires vivront aux crochets de leurs aieux…

  19. @ Sophie : Ca, ca s’ applique surtout à Paris ( pour combien de temps ?…) mais on peut très bien s’installer dans une prefecture de Région, dans une maison avec 3 chambres pour moins de 300 000 euros.

  20. @Sophie K. J’irais même plus loin : Déjà, pour être un couple, vla le boulot !

  21. en même temps les faux monnayeurs… Je ne pense pas qu’en son temps le bruit et la fureur se soit vendu à plus de 1000 exemplaires. C’est toujours rassurant.
    Sinon, tous les autres, c’est bien, la mécanique est bien huilée désormais. Quelque soit le sujet abordé, vous répondez présents. Bravo à tous! Gardez le cap. Vive La France.

  22. Et sinon vous avez lu l’Homme Bicentenaire?

  23. @ Nico. Non. Ca parle du temps ?
    @ autres : je voulais vous parler de mon nouveau livre salade, “La cloche de détresse” de Sylvia Plath, qui s’est suicidée non comme VW en entrant dans une rivière mais en mettant la tête dans le four de sa gazinère, et puis je vois qu’on parle d’immobilier sur ce blog. Merignac, banlieue un peu dortoir de Bordeaux, maisonnette banale avec jardinet : 300/330 K€. Sachant que les revenus moyens d’un couple de français, (de français donc moyens, pas économiquement faibles) sont de 3000€ par mois, que le plafond de remboursement maximal est fixé à 30% des revenus, soit 1000€ par mois, un ménage sans apport se voit, sur la seule base du capital, devant 330 mensualités à payer. Soit 27 ans de crédit ! Si je rajoute les intérêts, ces braves gens vont rembourser dans les 400k€ minimum, soit pendant 33 ans. Jusqu’en 2045…

    Donc, sans des vieux derrière pour les aider, c’est mort.

    Sinon, s’ils n’ont pas d’enfants, ils peuvent louer une chambre de bonne à Paris.

  24. @ Laurent : le premier Cioran : 27 exemplaires…
    La canne de Virginia est commandée.
    Je suis sommé de rendre un truc illisible d’ici septembre. Ca va pas m’arranger, je le crains.

  25. septembre ? vous aussi alors… Me sens moins seul du coup. Ah dira t-on jamais la terrible solitude de l’écrivain… Enfin moi c’est même juin/juillet… ahahhhhhhhhhhhhhh au secourssssssssss

  26. (Oui, ben moi c’est avril pour trois commandes, alors hein bon. Même si c’est pour les mioches, donc beaucoup moins sérieux, faut aligner les mots quand même. Pfff.)

    @ Burt : c’est pas faux.

    @ Laurent : mais alors j’ai pas compris : faut pas commenter après avoir rigolé, donc ? …Fichtre. :0)

  27. allez zou au boulot ma petite dame! Sur que si vous passez votre temps à papoter avec burt et bernard at autres zigotos, j’en connais qui vont pas être contents

  28. @ Laurent : Ah mais j’y suis depuis djà huit plombes, hahahaha ! Là, j’fais juste une pause (esclavagiste, va !)

  29. pauvre chouquette. Tout ca pour écrire, ” Jeremy avait mangé en cachette le gateau de son anniversaire “.

  30. @ Laurent : Espèce d’ingrat. N’empêche que si j’écris pas ce que Jérémie va faire avec son gâteau, tous vos futurs lecteurs, encore en couches-culottes maintenant, ne seront pas aptes à saisir votre talent dans vingt ans.
    Tsssssssssss.

  31. (C’est toujours pareil. C’est toujours sur les démineurs et les avant-gardes qui crapahutent avec leurs jumelles que les colons tapent, d’toute façon.)

  32. @ Sophie : Les aventures de l’Ours Tapioca, c’est vous ?

  33. (En fait, ce sera en partie grâce à moi, finalement, si un jour l’un de vos lecteurs s’exclame “Ah, le dernier Sagalovitsch m’a beaucoup rappelé le “Traité des vertus” de Jankélévitch, pas vous ?” plutôt que : “Didonk, g pa tou comprit mé trobi1 le truk de Sagolaviche !”)(non mais.)

  34. @ Bernard : Heu… non. (C’est bien ?) :0D

  35. @ Bernard : pardon, suis nulle en machins à langer, hahaha !

  36. @Laurent : En tous cas, merci pour la photo du vieux avec le cochon gonflable, merci, merci et bisou.

  37. Laurent a plagié Jankélévitch ?

  38. non c’est wladimir qui m’a tout piqué ( mais de quoi parlez vous au juste ma bel enfant ?

  39. @ Sophie : L’ours Tapioca, je ne sais pas s’il existe, ça m’est passé comme ça. J’ai aussi Flobby la Tortue, si vous voulez. Sans rire, ça doit être tuant, pour les enfants, je veux dire. Pas de scènes de sexe explicite, pas de dépeçage de corps humains, rien qui ne puisse choquer les parents… Parce qu’ils vérifient, ceux-là. Chapeau.

    @ Laurent : Deux chapitres, un titre, et une bouteille de rosé pour délier la langue et argumenter un argumentaire qui reste fort flou dans ma tête.

    Juin ? Mais c’est pour sortir quand ? En septembre ? En principe, les copies sont déjà ramassées pour la rentrée royale de septembre. Février 2013 ?

    Sinon, j’ai hérité d’un conseil qui vous intéressera (Et vous navrera). Ca remonte des libraires, paraît-il. Faire court. Le lecteur d’aujourd’hui veut du court, il n’a plus la patience de s’embarquer dans un truc qui demande six heures de lecture. Les 15 minutes d’ouverture de Paris Texas avec le gars qui marche dans le désert et la guitare de Ry Cooder, finito. Du rapide. Au delà de 300 pages, ça se vend plus. Ca fait peur.

  40. janvier 2013 même. Ca va il reste 5/6 mois… Suis dans les temps hein? Bon moi j’écris des romans courts, trés courts même donc ca va j’ai tout bon!

  41. Ils sont un peu raides, chez AS, ou alors ils vous connaissent : C’est vrai que vous roupillez jusqu’à des cinq heures de l’aprés-midi, je remarque :-) Bon, vous devez pouvoir gagner jusqu’à fin août, va.

  42. Un dernière avant de m’y remettre : Le cochon de la dernière photo, pourquoi il ressemble à FH ?

  43. @ Bernard : Oui. Et avec des mots ultra simples, en plus, si possible. Tout en évitant les répétitions, bien sûr.
    Un casse-tête, en fait.

    @ Hannah : exactement. :0)

  44. Bernard, oui et non. Sinon vous connaissez “Lula la chasseuse de dragons”? Du Jankélévitch pour les enfants. http://www.slate.fr/story/49565/FRANCE-sexisme-livres-jeunesse-enfants

  45. @ Nico : Merci pour ce lien ! C’est passionnant ! Vous devriez tous aller le voir, voilà qui ouvre des perspectives… Sophie, vous tenez compte de tout ça au moins dans vos bouquins ? Ce sont les filles qui claquent le baigneur aux dragons, et les garçons qui font le ménage dans vos histoires ?

    Mais pourquoi se limiter aux livres pour enfants pour traquer le sexisme ? Et pourquoi seulement le sexisme ? Pourquoi pas le racisme, les attitudes non citoyennes ? le non respect de la diversité dans la distribution des personnages ?

    Il faut créer une … instance publique, qui serait en charge de lire avant diffusion bien sûr tous les livres sans exception afin de vérifier s’il sont bien “conformes” à une quelconque charte de “vigilance” concernant ces sujets. Les passages non corformes seraient coupés, réécrits, en cas d’obstination de l’auteur, passés au marqueur noir. Pour éviter ces désagréments, on pourrait même imaginer que l’Etat nomme des commissaires au sein de chaque maison d’édition, chargé d’aider auteurs et éditeurs à ne pas se fourvoyer dans des propos déviants ou dérangeants vis à vis de la morale officielle. L’auteur récalcitrant ou indécrottables serait envoyé à la campagne, dans un groupe de rééducation citoyenne. Là, au bon air, travaillant le jour dans une déchetterie, il participerait le soir à des groupes de parole avec des acteurs de la société civile et des âmes égarées comme lui. Il y purgerait ses mauvaises pensées, et… A ça ouvre de sacrées perspectives, tout ça ! Dommage qu’Orwell ne soit plus là pour voir ça.

  46. @ Bernard et Nico : Hahahaha ! Le goulag pour les auteurs jeunesse, super…
    Non, les choses sont moins simplistes que dans l’article, malgré les habitudes et / ou les apparences (du moins à ce que je connais). Traduire “Alice au Pays des Merveilles” ou adapter “Le bal des Douze Princesses” (conte assez séditieux, finalement) sort de cette bipolarité, par exemple.
    Et même pour les plus petits, ça change, et ce sans se poser de questions superflues. En ce moment, je travaille sur l’adaptation une série animée dont le personnage marquant est une fille, ce qui n’en fait pas pour autant une harpie ni une chasseuse de dragon, et ce qui ne rabaisse pas ses deux frères à des rôles de faire-valoir. Tout ça a quand même bien évolué depuis les années 1960 et 1970 (et je ne parle même pas des années 1950).
    (Ceci dit, il y a encore des secteurs où il faut louvoyer pas mal, notamment quand j’adapte ou traduis un titre américain. Bizarrement, eux sont encore assez binaires, parfois.)

  47. @ Sophie : Les américains, binaires ? Enfin voyons..:-)

    Cela dit un peuple qui est en train de plébisciter un Mormon comme candidat à la Présidence, et qui plus est, un homme qui a failli mourir dans un accident de DS 21 en 1968, à Bernos-Beaulac dans les Landes, heurté de plein fouet par un Curé ivre-mort dans sa Mercedes, ce peuple là mérite toute notre attention…

    Sinon Jankelevitch, quand j’ étais gamin, mon père avait dans sa Bibliotheque un livre de lui qui s’intitulait ” le je ne sais quoi ou le presque rien” Ce titre me fascinait…

  48. @ Vinnie : Oui, bon… :0D (Ils ont les équipes de Pixar, aussi, ces gangsters…)

  49. (Ce que je voulais dire, c’est qu’étant encore plus politiquement corrects que nous, ils devraient théoriquement être plus sensibles à l’égalité hommes-femmes dans leurs ouvrages pour la jeunesse. Or ce n’est pas le cas, excepté pour certains anars du dessin animé.)

  50. Mouais mouais mouais. Pour les ricains ce n’est pas un problème lié au “politiquement correcte” (un cliché?) mais à la Liberté en opposition à l’Égalité…C’est quoi qu’est mieux?
    http://www.slate.fr/story/50979/parite-patron-entreprise-femme-dirigeant-meilleur

    Cette phrase m’interpelle :”Et même pour les plus petits, ça change, et ce sans se poser de questions superflues”. Vous voulez dire que le changement s’opère grâce à l’intervention du saint esprit?
    “Si l’éducation est importante, c’est qu’elle doit préserver la capacité d’initiative des nouveaux venus.” http://classiques.uqac.ca/contemporains/lamoureux_diane/collin_homme_superflu/collin_homme_superflu_texte.html

  51. Les “Américains” (Etasuniens?) ne sont pas plus binaires que les Français. Je veux dire par là que les Français le sont aussi, et sur bien des sujets nous sommes, à juste titre, la risée du monde. Les chefs d’Etat français choisissent même les questions que les journalistes doivent leur poser, c’est dire la complexité de notre vie politique…

  52. Je trouve cela triste que les auteurs inconnus “de plus de 300 pages” soient rejetés. Quelques chefs d’oeuvres doivent se perdre. Un cheeseburger c’est bon en passant il faut le reconnaître, mais tous les jours ? Je suis issu d’une génération qui prenait des repas longs et variés. 400 pages, quand c’est bon on prendrait bien un dessert après le fromage. En ce temps-là (hier), il n’était pas hérétique d’alterner une nouvelle de Carver avec un roman de Dostoïevski. J’aimerais bien pouvoir continuer à le faire avec des auteurs contemporains.

  53. Nico Pedia : Tout simplement parce que le changement de mentalité s’opère naturellement, génération après génération, c’est en tout cas ce que je voulais dire. Ma génération a intégré des données qu’on espérait à peine à la génération précédente, et qu’on n’imaginait pas encore à celle d’avant. (Un exemple : en 1920, ma grand-mère s’était battue contre son père pour faire des études d’infirmière, alors qu’on trouve des chirurgiennes parmi les femmes nées dans les années 1940.)
    Sinon, personnellement, quand j’écris une histoire, je ne me pose pas la question de savoir quel rôle précis doit y tenir un garçon ou une fille. Il me paraît naturel d’inventer des caractères différents, sans limite dans les rôles sociaux. Ça ne me viendrait pas à l’esprit de me dire : “Tiens, c’est une fille, donc elle ne peut pas faire telle chose”, ou “tiens, c’est un garçon, donc il ne doit pas faire ça”.

  54. @ Un chasseur : je n’ai pas dit que les américains étaient plus binaires que nous, mais qu’ils manifestaient peut-être parfois plus de politiquement-correct – je pensais à Disney, par exemple.

  55. j’ai completement décroché!!!! De quoi on parle là ? Quelqu’un peut il me faire une synthese ???

  56. @ Non. (Mouhahahahaha !)

  57. sale gosse! J’avertis, il y aura des représailles!!!

  58. (Mais on est, finalement, resté assez bien dans le sujet des jeunes et des vieux.)

  59. @Laurent : Mentalité des américains, jankélévitch, format des livres. Non exhaustif.

  60. Mouirf.
    Je n’en doute pas.
    :0)

  61. qu’est ce que vient foutre wladimir là dedans ? Au fait moi aussi il y avait dans la bibliotheque familliale les je ne sais quoi de je ne sais plus, en point seuils . Avec ceux d’Illitch sur l’école.

  62. Quand j’ai commencé à écrire cette pauvre réponse, il n’y avait pas encore les commentaires de Sophie. Heureusement que je n’ai pas livre à rendre dans un délai quelconque…

  63. @ Burt : Plaît-il ? :0)

  64. @ bud parce que vous appelez cela des commentaires vous ?

  65. J’ai pas l’occasion d’écrire “Jankélévitch” tous les jours, j’en profite, c’est tout

  66. @Sophie : Je veux dire, vu le temps que ca me prend, je serais bien embêté si je devais écrire un livre

  67. @ loran : Chuis de bon poil cette après-midi

  68. @ Laurent : plaît-il ? (bis)

    @ Burt : je vous soupçonnais un côté Lucky Luke, pourtant…

  69. @Sophie Ca dépend des jours, en ce moment clairement Rantanplan.

  70. @ Burt : Hahahaha !
    (Moi c’est Ma Dalton ou Calamity Jane version Morris, j’ai l’impression. Hum. Pardon. Je m’éclipse avant que Laurent ne m’assomme avec sa Winchester 73.)

  71. Aujourd’hui, le père Sagalovitsch est sorti du plumard à 4.41 pm. Il y a du progrès. Il va pretexter le décalage horaire, bien sûr…

  72. mais c’est qu’il m’espionne le bougre!!! je m’en vais de ce pas contacter buchet castel pour vos heures passées à blablater au lieu de créer!

  73. En même temps, vu ce qu’il doit se faire ch…à Vancouver, autant rester au plumard.
    Surtout avec Monika..
    Et Véronique “hips !” Sanson, elle y chante vraiment dans le port, sur ses souvenirs amèèèèèèrs ?

  74. moi je me fais chier ? Moi je me fais chier à Vancouver ? là j’ai kayak dans une demie heure, aprés je file sur les pistes, en rentrant un petit tour chez malcolm lowry avant une conversation avec des ratons laveurs

  75. Chastel, pas Castel, Castel c’est la boîte, dans le même quartier ! D’abord, je suis au taf alimentaire, là. Que je m’apprête à quitter, vu qu’il est déjà 18h30 ici, cher Laurent. J’ai des double journées, comme les femmes qui veulent absolument bosser et s’occuper d’une famille…

  76. Et plaignez-vous : je passe chez le libraire prendre Dade City… Vous roupillez, et j’arrondis vos (confortables) D.A.

  77. Voilà. Pendant que Bernard fait son repassage entre deux chapitres, Laurent relève ses collets.

  78. hé oh c’est pas une page fessebouc ici. Là sophie vous avez dépassé votre quota de dix messages. Z’avez pas un repas à préparer.
    Merci bernard mais ne comptez pas sur le principe de réciprocité, je ne mange pas de ce pain là moi.

  79. J’ avais bien remarqué dans vos bouquins une sorte d’interet prononcé pour les psychotropes et autres herbacées, mais quand même la conversation avec les ratons-laveurs, c’ est fort..
    Bon moi j’ ai embouteillages dans une demi-heure, après j’ arrive à la maison, je me fais (sans doute) insulter par ma femme, détrousser par mon fils, renier par ma fille, et je me coucherai ivre-mort vers les minuit, alors franchement, si vous croyez me narguer avec vos pistes, votre kayak, Malcolm Lowry et vos hallucinations animales, c’est raté…

  80. @ Vinnie : Vous ne vous consolez pas avec risible défaite de l’OL ?

    @ Laurent : La libraire dit que la Canne de Virginia, c’est quand même mieux…

    Et faites gaffe sur les pistes, arrivé à un certain âge… la décalcification osseuse… Enfin, moi je dis ça pour vous, hein…

  81. @ Laurent : Rhô le coup de crosse en traître.
    Je ne dîne pas à sept heures, moi, Môssieur. Et je ne suis pas sur fessbouc non plus. Je suis juste polie, je réponds aux êtres civilisés qui me parlent, espèce de dandy décadent, kayakeur et enneigé.

  82. vous pensiez sérieusement que je pratiquais du kayak sur des pistes enneigées ???? Ca va pas bien chez vous. Oui je confirme la canne de virginia est mon chef d’oeuvre. Je ne ferais jamais mieux. Tant pis. tant mieux. Ah mon dieu si Lyon pouvait se faire sortir par Nicosie, je je je je je… ouais je le ferais

  83. @ Laurent : Bon, zetes content ?

  84. c’est un tchat ici c’est plus un blog:p
    Bernard “J’ai des double journées, comme les femmes qui veulent absolument bosser et s’occuper d’une famille…” : je viens de me prendre une claque dans ma face féministe^^
    vu le sex-ratio déséquilibré, même en déambulateur, on va encore se bagarrer pour obtenir les honneurs en berne des derniers spécimens…

  85. propos intolérable de machisme de Bernard. Je vais engager un modérateur

  86. vu son grand âge et malgré ma frêle silhouette, je veux bien régler ça en duel irl et vlan:p

  87. Tiens oui, duel, très bonne idée Hannah. Je vais rétamer le chasseur de cariboux en moins d’deux, moi. Ça va saigner je l’sens (héhéhé).
    (Ne vous inquiétez pas, sinon, je plaisante, je le précise encore, quand même, au cas où.)
    (…Et Laurent, je vais tenter de me faire plus discrète, promis.) :0)

  88. et l’autre folle qui rapplique! Je suis dans de beaux draps moi. Pas une pour rattraper l’autre

  89. Après m’être explosé les yeux à lire (un petit coup de CSS pour rendre les coms plus lisibles SVP) ce qu’on qualifie de commentaires faute de mieux, je suis tombé sur le dernier billet du sieur Chevillard, qui prolonge agréablement la tendre loufoquerie de vos interventions… http://l-autofictif.over-blog.com/article-1512-100958625.html

  90. @ Hannah : vous êtes à fleur de peau ! Il n’y avait rien de sexiste là-dedans. D’ailleurs, je peux même vous le dire, en gage de bonne foi : J’ai une femme à la maison. Et même une fille. Vous imaginez le nombre de sacs à main et de paires de chaussures entre lesquelles mon inspiration doit zigzaguer ?

    @ Zat : merci pour le lien. Il éclaire un sujet qui me touche: la peur des Popes. depuis, toujours, les popes me terrorisent. je ne sais pas pourquoi.

    @ Sophie : Chasseur de cariboux de salon, probablement. Les ours, j’en parle même pas. Je ne sens pas particulièrement notre hôte en symbiose béate avec l’environnement sauvage, ni l’hygénisme sportif conventionnel, d’ailleurs. Mange t’il seulement 5 fruits et légumes par jour ?

  91. Bon, je confirme que je me suis bien couché ivre mort…
    Et en plus c’est le jour des bonus, c’est vraiment le timing parfait. …si j’ ai quelque chose, je m’ achète la canne de Virginia, moi aussi, tiens, c’ est une bonne idée !

  92. @ Sophie : je ne suis plus très sûr qu’on écrive “Cariboux” et pas Caribous. Hibou, chou, caillou, genou, pou, et il m’en manque deux… Mais Cariboux, je ne le sens pas. je vais relire un Jack London, tiens.

  93. @ M’est avis que vous avez raison pour le x. Sorry.

  94. @ oui, j’ai vérifié. je pensais que Sagalo, qui doit en croiser tous les jours à Vancouver, mais non. C’est un très gros bestiau, pas commode, à ce que j’ai lu. la seule espèce de cervidé chez laquelle la femelle est autorisée à porter des bois sur la tête comme le mâle, ceci mérite d’être signalé, le caribou n’est pas un animal sexuellement discriminant, et c’est tout à son honneur, on ne le dira jamais assez.

  95. @ Laurent : A part l’humain, ce gros flemmard, il existe fort peu d’animaux discriminant, en réalité…

  96. Ps précédent : pardon : @ Bernard. (J’ai tellement la trouille, en répondant, de me faire encore cabosser par Laurent que je me trompe, haha !)

  97. @ Sophie : Vous en faites pas, il roupille à cette heure-ci. Et puis, au fond, il n’est pas méchant, héhé. Bon, j’arrête, je ne veux pas lui faire le plaisir de faire sauter la barre des 100 commentaires…

  98. @ Saga : Si vous avez plus de 100 posts, vous touchez une prime ? Ils doivent bien etre du genre avous donner ds “incentives” chez Slate ?
    Bon, la vous etes obligés de payer un coup, mais on est toujours les 5 ou 6 memes sur le Blog, vous vous en sortirez bien ( attention à Bernard néanmoins : très grosse descente…)

  99. on en sera à 99 avec cette réponse qui n’en sera pas une. Pour info il n’y a pas de cariboux pas ici. Des coyottes, des cougars plutot. Le cariboux doit sévir au québec peut-être, lequel quebec se trouve à la même distance de Vancouver que Bagdad de Paris

  100. Et 100 !! Happy incentive mister Sagalovitch

  101. Vous avez raison, monsieur grands espaces, je viens de vérifier.

  102. l’usage d’internet à titre personnel au bureau est strictement interdit

  103. Moi je me suis rendu compte que c’ était le travail le plus nocif, au bureau.
    Pourquoi Bagdad, vous auriez pu dire, je sais pas moi, Nairobi ? ou St Petersbourg ?
    Tiens, 103 dans la face !

  104. Quand je pense qu’on se moque des bipolaires pour leur manque de culture G(éographique). Vancouver est à coté de Seattle. Ville où il fait bon vire – pas trop longtemps…

  105. vancouver est nettement plus belle que Seattle. Le jour et la nuit! Vancouver est dans le trio de têtes des villes les plus agréables au monde…
    Je dis bagdad car kilometriquement cela doit être équivalent à la distance Vancouver Montreal.

  106. C’est très bien Bagdad, c’est certes un peu le bordel depuis 1258 mais ce n’est pas une raison pour ne plus en parler.

  107. Mouais mais Vancouver ou Seattle c’est comme le Mont St Michel, il fait 10° et il pleut toute l’année…et pas un Caribou à l’horizon pour égailler le tout…

  108. @Bernard je voulais surtout que mon message soit le 1er estampillé 8 mars mais ce blog n’est même pas à l’heure!
    et vivre avec des femmes n’a jamais été une preuve de féminisme:p
    @Laurent, vous savez au moins que deux folles furieuses alimentent stérilement les commentaires tout en commentant les commentateurs, un autre qui se torche autour de minuit, des dépressifs en pagaille, des bipolaires, ça vous rassure?

  109. les depressifs seront toujours bien accueillis!

  110. @ Hannah : C’est quoi un duel irl ?
    Et non, ce n’est pas une preuve de féminisme… Avec le recul, ce n’est pas une preuve de clairvoyance non plus. Ca vous donne parfois des envies de caribous amicaux et mutiques. Enfin, je dis ça comme ça, moi…
    Et vous faisiez quoi, à une heure pareille, sans indiscrétion, à l’heure où la bonne épouse réchauffe de son être épanoui la couche conjugale ? Vous écrivez / illustrez un bouquin, vous aussi ?

  111. Bernard, mais vous me provoquez là!!:D
    non je ne vous parlerai pas de ma vie privée (ici)
    irl : in real life en jargon internet

  112. conclusion…
    http://www.slate.fr/lien/51175/construire-corps-humain

  113. @ Hannah : C’ est pas très cool de souligner les addictions de ses voisins de blog. Résultat, je vais me re-torcher, du coup, et pas autour de minuit ( très bon film de Tavernier, d’ ailleurs, et sans Pierre Arditti, en plus…)

  114. absolument Vinnie, clin d’oeil cinéphile (et lâchez cette bouteille!)

  115. @ Hannah : Merci pour ce petit clin d’ oeil. Vous m’ avez convaincu, j’ arrete de boire jusqu’a demain matin. Et même pas besoin de somnifère, je viens de regarder Bayrou pendant deux heures…

Laissez un commentaire

« »