Scholes, le roux fin

C’est bien connu, les roux mangent les enfants

Paul Scholes tire sa révérence. Hommage à un footballeur exceptionnel, sous-estimé à cause de ses cheveux oranges.

On s’y attendait mais la nouvelle fait mal. Paul Scholes prend sa retraite. A l’image du joueur qu’il était, le numéro 18 de Manchester United s’en va avec classe et discrétion. « Je ne suis pas un homme qui parle beaucoup mais je peux honnêtement dire que jouer au football est tout ce que j’ai toujours voulu faire et d’avoir eu une carrière longue et fructueuse à Manchester United a été un véritable honneur ».

Lire la suite…

lire le billet

Débat: Rooney est un traître. Vraiment?

SOCCER-CHAMPIONS/

SteveSavidanAvatar1PippoAvatar copyAprès le faux départ de l’attaquant anglais vers Manchester City et la vraie prolongation de son contrat avec Manchester United, la question divise la rédaction de Plat du Pied. Quentin Girard préfère vilipender le système qui fait des joueurs des Kleenex, quand Jérôme Lefilliâtre crie haro sur le monstre.

NON. Ce n’est pas à Rooney qu’il faut en vouloir, c’est au fonctionnement du football.

Par Quentin Girard.

Oubliés la Ligue des Champions et les différents championnats, ce qui comptait vraiment la semaine dernière c’était Rooney. Allait-il rester à Manchester United ou signer pour l’ennemi intime, Manchester City? Finalement, tout s’est bien terminé, il a resigné pour 5 ans et une jolie augmentation salariale. Mais on n’est pas passé loin d’une catastrophe nationale pour les supporters des Reds. Ferguson a eu très peur, et les supporters l’ont vivement critiqué. De manière tout à fait élégante d’ailleurs, avec un joli “Si tu rejoins City, tu es mort” à rendre jaloux Carlos Tevez.

Pourtant, les supporters se trompent de cible. Ce n’est pas Rooney qu’il faut critiquer, s’il y a matière à critiquer. Ce sont les clubs de foot et le système actuel. Il est de bon ton de fustiger aujourd’hui les joueurs mercenaires qui n’aimeraient plus leur club, qui n’auraient plus d’attachement au maillot, mais juste à l’argent. C’est alors qu’on prend en exemple ce qui serait de “vrais joueurs”, en gros des mecs qui jouaient déjà au foot avant la fin de la Guerre Froide, Giggs, Scholes, Maldini, et qui n’ont connu qu’un club ou à peine plus.

Lire la suite…

lire le billet