Lose 1, le retour

friterie Lens

GazzaAvatarGravesenAvatar

Après les folies de la Coupe du monde, le bus, le Ghana, Luis Suarez, l’Allemagne et Larissa Riquelme, retour sur terre cruel hier soir. Et oui, c’est reparti pour une saison de Ligue 1. De quoi vous faire regretter d’être à Paris un week-end d’août.

On avait pourtant repris nos bonnes vieilles habitudes: le Hideout Bastille, ses pintes de Saint Omer à 3 euros, ses écrans géants, sa chaleur suffocante, sa musique moisie et son multiplexe de Ligue 1. Premier constat, la place est presque vide à 21 heures, au coup d’envoi. Franchement inhabituel. Orange sport plutôt que Canal, PSG-Saint-Etienne plutôt qu’un multiplex avec OM-Caen en fil rouge. Chienne de vie. A peine le temps de disserter sur le maillot rouge qui tache du PSG et sur le polo vert et blanc de Sainté sponsorisé par Patrick Bruel, que le match démarre. Dix minutes plaisantes pour commencer, un Paris en jambes, un but d’Erding. On se dit que le fun va s’arrêter là, c’est le début de l’ennui. En Coupe du Monde, les matchs sont parfois moches, mais toujours passionnants: on connait mal les joueurs d’un Paraguay-Corée du sud ou d’un Japon-Danemark, mais on ne s’offusque pas de les voir rater trois passes de suite. On pardonne.

Lire la suite…

lire le billet