Pas de crise pour les équipementiers

Morel plus cher que Robben, on parle du maillot, hein…

Le marché du merchandising sportif se porte toujours bien. Clubs et équipementiers ont même le bon goût d’augmenter le prix des maillots du top 5 européen de près de 5 % depuis la saison 2009/2010.

L’argent dans le foot n’a pas fini de faire jaser. Le prix des maillots de foot a augmenté de 7,7% en France entre les saisons 2009/2010 et 2011/2012. Selon une étude de Sport+Markt, les tuniques sont plus chères dans l’hexagone que dans le reste de l’Europe (Italie exceptée).

La vie est définitivement dégueulasse et le capitalisme fou: pour s’octroyer une réplique de l’outil de travail d’un Samassa ou d’un Gouffran, il faut débourser en moyenne 71,40 euros contre seulement 49,80 euros pour arborer les couleurs de Manchester United ou Arsenal… La moyenne des cinq principaux championnats se situe autour de 65 euros et seule l’Espagne a vu le prix du maillot diminuer de 1,5% sur les deux dernières saisons. On n’a pas les chiffres de la Grèce.

Une manne conséquente pour peu de clubs

Rappelons qu’en 2009/2010, le merchandising des clubs représentait un total de 2,1 milliards d’euros. Un marché juteux pour lequel les équipementiers se battent sans merci. Cette saison, ils ont dépensé 330 millions d’euros pour s’attirer les faveurs des clubs. Nike et Adidas se tirent toujours la bourre puisqu’ils équipent 75% des 20 meilleures équipes d’Europe. Les dix plus grands clubs d’Europe représentent à eux seuls la moitié du marché de la vente de produits dérivés dans le foot.

Si l’on considère les 98 principaux clubs des 5 principaux championnats (car oui, les auteurs ont encore le bon goût de mettre la France dans le Top 5), Nike et Adidas sont en cheville avec 18 clubs chacun, loin devant Puma et ses 7 petits partenariats. Une tendance qui se confirme puisqu’en 2009/2010, déjà, Nike et Adidas se partageaient 83% du marché, ne laissant que des miettes à leurs 34 concurrents.

Dans cette guéguerre, la France fait office de pis-aller. Les géants du sport dépensent 25 millions d’euros en Ligue 1 contre 109,7 millions pour la Premier League, 77,5 millions pour la Liga et même 48,1 millions en Bundesliga. Mais on se demande encore comment un équipementier a pu produire le maillot d’Evian-Thonon-Gaillard. Pour mémoire, les budgets des clubs de Ligue 1 vont de 16 millions d’euros (Ajaccio) à 150 millions (OL et PSG).

Olivier Monod

Suivez-nous aussi sur Facebook et sur Twitter

REUTERS/Robert Pratta

Un commentaire pour “Pas de crise pour les équipementiers”

  1. Bien que vrai le prix des maillots a grimpé de 7,7 % mais ce la ne remettrai pas en cause que des imitations des maillons!

« »