Chypre alors !

Et oui Steve, c’est dur de jouer avec Djimi Traoré

L’APOEL Nicosie est qualifié pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions, ce qui n’est le cas d’aucun club français jusque là. La C1 montre une homogénéisation du ventre mou de la compétition qui menace les équipes hexagonales. La lose quoi.

«Chypre en huitièmes de finale! A quand la Ligue des champions sur l’île de Ré ?», se demande Didier Braun de l’Equipe ce jeudi matin sur Twitter. Ce n’est vraiment pas sympa pour ce petit pays, car l’Ile de Ré et le foot… Si l’endroit est adoré par les politiques proches de la retraite comme Ségolène Royal, ou retirés comme Lionel Jospin, le stade de Saint Martin de Ré n’a pas vraiment la réputation du Camp Nou. La Charente-Maritime d’ailleurs ne connaît pas grand chose au ballon rond, elle lui préfère l’ovale, mais surtout la voile qui donne l’occasion aux Rochelais de porter leurs plus beaux pulls marins.

La déception de Didier Braun s’explique bien aisément, et n’est pas liée aux tensions actuelles entre Chypre et la Turquie sur le gaz: alors qu’il ne reste qu’une seule journée avant la fin du premier tour de la Ligue des Champions, l’APOEL Nicosie s’est qualifié dans un groupe pas évident, assez homogène avec Porto, Donetsk et le Zénith. Les clubs français sont eux de plus en plus proches d’un zéro pointé, une situation aussi gênante qu’une tâche de rouge sur la robe blanche d’une jolie fille à Ars en Ré. Certes Marseille a son destin en main, et peut même se qualifier en cas de défaite si l’Olympiakos ne gagne pas à Arsenal. Mais bon, on tombe dans les comptes d’apothicaires. Lille peut également passer, en battant Trabzonspor dans deux semaines.

Dans les deux cas, sortir les Allemands et les Turcs ne semblent pas impossible, mais les deux équipes ont tellement su être inconstantes depuis le début de la saison que personne n’en est vraiment sûr. Sans oublier la chute de la maison lyonnaise, qui ne verra pas les huitièmes de finale de la LDC pour la première fois depuis de très longues années (sauf miracle, mais cette équipe n’a pas vraiment la résistance de Sainte Blandine).

Comment expliquer cet échec qui pourrait se transformer en relatif succès si deux clubs sur trois se qualifiaient? Tout d’abord, force est de constater une certaine homogénéisation de la Ligue des Champions. Si certains clubs continuent de survoler leur groupe en grande partie grâce à l’expérience, comme le Bayern, les places de la 2ème à la 4ème ne semblent jamais avoir été aussi ouvertes. Certaines équipes peuvent se révéler comme l’APOEL, et d’autres s’effondrer de manière assez inattendue comme Villareal.

A poil les Manchester?

Et on peut avoir des surprises lors de cette dernière journée. Les clubs anglais ne sont ainsi pas spécialement à la fête. Si Arsenal s’est qualifié, Manchester City devra espérer un sursaut d’orgueil du sous-marin jaune face à Naples, Chelsea n’a pas le droit de perdre contre une belle équipe de Valence et Manchester devra aller chercher sa qualification à Bâle qui avait obtenu un match nul, 3-3, à l’aller à Old Trafford. Attention au trou noir en terre suisse. On aura sans doute trois clubs sur quatre qualifiés, mais le doute est là, ce qui n’était pas nécessairement le cas les années précédentes.

Pour l’Angleterre, on peut imaginer que les combats âpres du week-end fatiguent avant les joutes du milieu de semaine (plus une absence d’expérience pour City). Pour les Français, il y a des équipes globalement moyennes qui ne peuvent pas gérer l’enchaînement des matchs et qui ne savent pas prendre les points quand il le faut. Lille par exemple devrait avoir 4 points de plus avant cette dernière journée. Après, on peut dire que les entraîneurs sont mauvais, que le terrain est gras et que les sangliers sont mal nourris… Le classement des pays en LDC cette année, proposé par Opta, fait très mal. Chypre est premier avec 1,8 point de moyenne par match (bon, évidemment, avec un seul club, à égalité avec l’Espagne ).  La France est douzième…

Globalement, en Europe, derrière des locomotives qui ont l’argent et les joueurs, il y a sans doute une homogénéisation par le bas. Du Portugal à la Russie, on retrouve le même type d’équipes, avec quelques mecs seulement au-dessus du lot, et des collectifs qui affrontent des équipes disons très moyennes le week-end (sans vouloir manquer de respect au Fc Tom Tomsk, au Tavria Simféropol ou à l’Academica Coimbra) et arrivent donc en pleine bourre les mardi et les mercredi soir.

Glou-glou l’indice UEFA

Chez nous, le vrai problème, ce sont les conséquences à moyen terme pour le championnat de France. Alors que l’équipe nationale sera dans le 4ème chapeau pour l’Euro (ce qui équivaut à un B- chez Moody’s), les clubs prennent doucement le même chemin. L’année prochaine, surtout si Porto et Benfica font un beau parcours, la France pourrait être dépassée à l’indice UEFA par le Portugal (c’est pour l’instant le cas selon le classement en cours, à 0,002 points près). Cet indice s’établit sur les cinq dernières saisons, et révèle donc de vrais tendances de fond. Être dépassé par le Portugal n’aurait pas des conséquences très graves, cela obligerait surtout le troisième club français à passer un tour préliminaire supplémentaire pour se qualifier par la LDC. Il serait plus dramatique d’être rattrapé par la Russie et l’Ukraine, ce qui ferait perdre une place directement qualificative (mais résoudrait les problèmes de choix au moment de la diffusion pour TF1, et peut-être, sait-on, nous permettre de voir jouer le LOSC quand il reçoit l’Inter Milan).

Reste donc à Didier Braun à préparer dans les prochains mois ces bons (mauvais) jeux de mots. Voilà quelques propositions: Le Portugal devant la France? Et pourquoi pas des salons d’épilation à Lisbonne. La Russie devant la France? Et pourquoi pas le remboursement des emprunts russes? L’Ukraine devant la France? Et pourquoi pas la suppression de la prostitution à Kiev? Bref, c’est la honte.

Clément Noël

Suivez-nous aussi sur Facebook et sur Twitter

Photo: REUTERS/Philippe Laurenson

6 commentaires pour “Chypre alors !”

  1. y’a que les touristes parisiens pour porter des pulls marins en Charentes-Maritimes. si possible avec un ciré et des bottes jaunes, en s’imaginant faire tout de suite plus local. ça rappelle deux personnages, mais qui ?…

  2. ah oui, les Dupondt.

  3. Pas de ciré jaune sur l’Ile de Ré, il ne faut pas confondre avec la Bretagne !

  4. Il ne faut pas oublier que les clubs français n”ont pas une grande histoire dans les compétitions européennes ,donc ,pas de regrets

  5. Dites moi monsieur Clément Noël, ne seriez vous pas un gros frustré? Les équipes françaises n’ont jamais brillé en coupe d’Europe et ne le feront jamais. Vous traitez de sous-championnats les championnats d’Ukraine, du Portugal et de Russie, mais regardez le palmarès de leurs clubs et réfléchissez un peu.. Je sais que ça fait mal mais la France n’a jamais été un pays de foot, et en passant dites merci à vos immigrés qui ont fait de l’équipe de France ce qu’elle ne serait jamais devenue. Pour ce qui est de la prostitution en Ukraine, allez donc voir du coté de Paris, une petite dose de pétrodollars dans les fesses et ça repart..

  6. […] aux joutes continentales. Sans parler des points UEFA qu’elle rapporte et grâce auxquels les Portugais vont nous dépasser à l’indice continental. Quand on méprise ainsi l’étage inférieur, il n’est pas surprenant de se rater en […]

« »