Les classements économiques de la Ligue 1

Vendredi, la Ligue de football professionnel lance son appel d’offres pour la retransmission de la Ligue 1 pour la période 2012/16. L’occasion d’établir le(s) classement(s) économique(s) du foot français en 2009/10, grâce aux comptes publiés il y a quelques semaines par la Commission de contrôle des clubs professionnels (DNCG).

Lors de la saison 2009/2010, c’est l’OM qui a terminé en tête du championnat, devant Lyon et Auxerre. Le Mans, Boulogne et Grenoble ont été relégués.  Pour mémoire , le classement final.

Les comptes de clubs professionnels français sont à retrouver sur le site de la Ligue (PDF). Désolé pour les Lensois, mais le détail des chiffres du Racing (en dehors du résultat net) n’est pas précisé, et on ne le trouve pas sur le site officiel du club (sauf erreur de notre part).

Le premier tableau ci-dessous donne le classement des clubs profitant le plus des droits TV. Il se rapproche du vrai classement, parce que les clubs français sont ultra-dépendants de cette recette et constituent donc leurs budgets à partir de ce revenu. La logique est simple: plus les joueurs de l’équipe sont bons et “bankable”, plus les caméras affluent et plus l’argent rentre dans les caisses. Ce qui permet d’acheter des joueurs encore meilleurs et plus “bankable”. Cercle vertueux – ou vicieux, c’est selon.

L’écart qu’on observe entre le trio Lyon-Marseille-Bordeaux et les autres s’explique par leur participation, lors de la saison 2009/10, à la lucrative Ligue des champions.

Chiffres en milliers d’euros


Le classement suivant, établi sur le chiffre d’affaires pub et sponsoring est un bon indicateur de popularité des clubs. A ce petit jeu, Marseille est largement devant Paris et fait deux fois mieux que Lyon. Curieusement, Monaco est septième, malgré un stade Louis-II aussi dégarni que la défense d’Arles-Avignon. L’équipe qui fait la moins rêver les entreprises est Lorient. Les Merlus devraient-ils changer de surnom?

Chiffres en milliers d’euros

Le troisième classement fait état des recettes de billetteries: qui gagne le plus d’argent grâce à ses supporters? Marseille est encore en tête, mais de peu. Lyon est à ses talons, et veut son OL Land pour passer devant. Le PSG est décroché, et encore, à l’époque, Robin Leproux n’avait pas mis le Parc en vrac. Le Mans est dernier du classement, avec une affluence moyenne de 9.000 spectateurs, mais c’était avant l’inauguration du MMArena et ses 25.000 places. Espérons pour le MUC qu’il n’a pas eu les yeux plus gros que le ventre.

Chiffres en milliers d’euros

Le dernier tableau est le plus surprenant. Il ne s’intéresse pas aux clubs qui font le plus de chiffre d’affaires dans un secteur (système par lequel les mêmes arrivent toujours aux premières places), mais à ceux qui ont la meilleure gestion. Cinq clubs seulement ont été profitables en 2009/10, dont Lorient (2,83 millions de résultat net) et Bordeaux (2,2 millions). Montpellier, Boulogne et Monaco sont également dans le vert, Rennes est à l’équilibre. Les deux très mauvais élèves sont le PSG, déficitaire de près de 22 millions d’euros, et Lyon, dont la perte a atteint 35,35 millions en 2009/10.

Chiffres en milliers d’euros

Ce dernier tableau pose la question de l’équité sportive dans un contexte de dérive budgétaire, à laquelle le fair-play financier de l’UEFA veut mettre fin. L’esprit du jeu est-il perverti quand certains clubs s’affranchissent des règles d’égalité devant l’impératif budgétaire? Imaginons, suivant une idée du journaliste sport de Slate Yannick Cochennec, un système de bonus/malus en fonction du déficit, appliqué aux points obtenus au classement. Donnons 3 points supplémentaires pour les équipes profitables ou à l’équilibre (sans progressivité, sinon les clubs pourraient se lancer dans une course aux bénéfices, qui aurait tout du plus abject capitalisme, pour gagner le championnat), et retirons des points aux déficitaires, arbitrairement 2 points en moins par tranches de 5 millions d’euros (de 0 à 5M de déficit = 2 points en moins, de 5 à 10M = 4 pts, de 10 à 15M = 6 pts, etc.).

Voici ce que donnerait le classement du fair-play financier:

Marseille serait toujours champion. Boulogne, Le Mans et Grenoble seraient quand même relégués. Le principal changement serait la chute de Lyon, remplacé par Montpellier en Ligue des champions . Le club présidé par Jean-Michel Aulas, très lourdement déficitaire en 2009/10, passerait de la 2e à la 9e place. Pas d’Europe, pas de martingale financière de l’UEFA, et l’obligation de se serrer la ceinture la saison suivante. Un juste retour de bâton?

Bien sûr, ce classement est trop simpliste. Il faudrait prendre en compte l’état des fonds propres, de l’endettement du club, des investissements qui peuvent rapporter par la suite. Sans compter qu’une telle correction du classement est dans la pratique inapplicable, puisque les comptes définitifs des clubs sont clos à la fin de l’exercice, c’est-à-dire le 30 juin suivant la saison. A peine quelques jours avant le début de la saison suivante, des compétitions européennes, et en pleine période des transferts… Le système de bonus/malus est à inventer, car en l’état il ne fonctionnerait pas. Reste, donc, à l’inventer. A vos commentaires.

Laurent Legoupil

Photo: Taiwo, le capitaine marseillais, brandit le trophée des champions, le 28 juillet 2010. REUTERS/Philippe Laurenson

Suivez-nous aussi sur Facebook et sur Twitter

8 commentaires pour “Les classements économiques de la Ligue 1”

  1. Dernier paragraphe : les investissements ne sont pas comptés dans le déficit, c’est un résultat d’exploitation. Il faudrait savoir les clauses libératoires payées lors des transferts soient rapportées dans la section investissement ou fonctionnement ! Le contrat d’un joueur est-il une immobilisation ? Un comptable de club de foot dans le coin ?

  2. @Paul Vous avez raison sur les investissements, ils ne creusent pas budget de fonctionnement. C’est corrigé.
    Les cessions et acquisitions de joueurs rentrent dans le budget de fonctionnement. Cf. les comptes de l’OL (http://www.actusnews.com/documents/ACTUS-0-3457-ol-rapport-financier-annuel-2009-2010.pdf), que l’on a regardés ici: https://blog.slate.fr/plat-du-pied-securite/2011/01/17/le-business-model-deficitaire-des-clubs-lexemple-de-lol/.
    D’après le rapport financier de l’OL, les contrats de joueurs sont répertoriés dans le bilan à la ligne “immobilisations incorporelles”.

  3. les recettes de billeterie ne tiennent pas seulement des matches de L1, mais aussi des coupes et notamment les coupes européennes. L’écart entre Bordeaux et Saint-Etienne n’est donc pas étonnant.

  4. @voyageur94 Bien vu.

  5. Profit et soif de titre n’ont jamais fait bon ménage, il suffit de regarder au niveau européen, tous les grands clubs ont des déficits colossaux, hormis Arsenal, mais qui a bien du mal à gagner des titres depuis quelques temps. De plus, en France il existe la DNCG, qui pénalise les clubs déclarants un déficit trop important, ce fût le cas pour Toulouse il y a une dizaine qui est descendu en nationale soit deux divisions. Pour en revenir au niveau Européen, les clubs les plus titrés n’existent qu’au bon vouloir de leurs mécènes qui comblent les gouffres financiers comme par exemple Abu Dabi à Manchester City et Abramovitch à Chelsea pour citer les plus connus. Il sera intéressant de voir le comportement des futurs possible acquéreur quatari du PSG. Vont-ils être les loups dans la bergerie ? Seront-ils comme nos propriétaire Français, c’est-à-dire chefs d’entreprise, ou bien dépensiers et capricieux comme le sont ceux cités ci-dessus ?

  6. Guillaume Roguet, il ne faut pas confondre pertes et endettements.
    Manchester a un endettement colossal certe, mais est en mesure de rembourser ces traites, donc il n’y a pas péril en la demeure quand les choses se passent de la sorte.
    Le problème des clubs Français, c’est que eux ils font des pertes nettes. Dans ce cas là, sans trésorerie ce serait plus pénalisant qu’un fort endettement et ça conduirait directement à un dépot de bilan.

  7. Autant pour moi, merci de m’avoir éclairé sur le sujet, la comptabilité m’a toujours donné des migraines.

  8. Très bon article. Très instructif.
    Bravo et bonne continuation.

« »