Iniesta ne mérite pas le Ballon d’Or (et Messi non plus)

SOCCER-FIFA

Aurélien Le Genissel est un fan du Real Madrid habitant à Barcelone, et troll à ses heures perdues. Quelques heures avant l’obtention de son deuxième Ballon d’Or consécutif par Leo Messi, il nous livrait son plaidoyer en faveur de Xavi Hernández, patron du milieu de terrain du FC Barcelone et de l’équipe d’Espagne.

Dans quelques heures, à Zurich, le monde du football connaîtra enfin le gagnant de la première édition du Fifa Ballon d’Or. Un trophée qui va partir en Espagne puisque les trois finalistes, Iniesta, Xavi et Messi, jouent au F.C Barcelone. Andrés Iniesta est le grand favori et la Gazzetta dello Sport a même anticipé sa victoire. Pourtant, cette décision serait injuste. Même si Don Andrés reste un énorme joueur, il ne mérite pas (encore?) de remporter le trophée. Vu que les critères du Ballon d’Or restent (pour être gentil) fluctuants, volatiles, injustes et kafkaïens, chacun pourra choisir son chouchou. Le mien reste, sans discussion, Xavi Hernández. Et voici quelques raisons, subjectives, arbitraires et pleines de mauvaise foi, pour étayer ma position.

Iniesta n’est pas le meilleur joueur de l’année

Malgré les affirmations péremptoires de l’équipe de Plat du pied, Iniesta n’est pas le plus beau joueur de l’année. Une évidence que lui-même et Xavi ont accepté: le meilleur joueur du monde reste Lionel Messi… ou Cristiano Ronaldo. 47 buts en 53 matchs la saison dernière pour le premier et 33 buts en 35 matchs pour le second. Cette saison, la Pulga a déjà marqué 28 buts et fait 12 passes décisives tandis que le Portugais en a marqué 30 et fait 9 passes décisives. Pas de doute donc.

Pour se faire une idée, Iniesta a marqué 5 buts et fait 3 passes décisives. L’importance de Ronaldo et Messi pour le Real et le Barça est beaucoup plus grande que celle d’Iniesta chez les blaugranas ou avec la Roja. Evidemment, les statistiques (offensives qui plus est) ne permettent pas d’évaluer un style de jeu unique, basé sur les passes et la vision de jeu.

Et Xavi dans tout ça ? Cela fait deux ans qu’il est le cœur du Barça. Le jeu prôné par Guardiola n’a de sens qu’avec lui aux commandes. S’il n’est peut-être pas au niveau de Messi ou CR7, son année a été, au minimum, aussi réussie que celle d’Iniesta.

Iniesta n’est pas le joueur le plus titré de l’année

On connait le poids qu’a la Coupe du Monde dans la désignation du Ballon d’Or. Si l’Espagne ne l’avait pas remporté en Afrique du Sud, le trophée aurait été sans aucun doute pour Wesley Sneijder. Le footballeur néerlandais a gagné cinq titres (Ligue des Champions, Série A, Coupe d’Italie, Supercoupe d’Italie et Coupe du monde des clubs) avec l’Inter Milan la saison dernière. Sans oublier son beau Mondial avec les Pays-Bas, où il est arrivé en finale.

Là encore, les critères d’évaluation du Ballon d’Or restent un mystère. Si c’est la Coupe du monde qui compte, Messi ne devrait pas être parmi les trois finalistes (et Sneijder ou Forlán oui). Si c’est la saison qui compte, Iniesta ne devrait pas être sur la liste (et, à nouveau, Sneijder oui).

Iniesta n’est pas le plus décisif du Mondial

Contrairement à ce que certains peuvent penser, le joueur de Fuentealbilla n’est pas le plus important de la Coupe du monde. D’accord, il a marqué le but décisif lors des prolongations de la finale. Mais est-ce qu’un but fait de lui le joueur le plus important de l’année ? Sans chercher bien loin, on peut penser que Thomas Müller, Diego Forlán ou même Wesley Sneijder ont fait bien plus pour leur sélections respectives.

Dans le camp espagnol, même le rôle de David Villa parait plus fondamental. Auteur de deux buts face au Honduras, du premier face au Chili et des buts décisifs face au Portugal et au Paraguay, l’attaquant asturien a vraiment porté la Roja en Afrique du Sud. Même Xavi, auteur de la passe décisive face au Portugal et du centre face à l’Allemagne, mérite autant de félicitations que son coéquipier du Barça.

Iniesta est intermittent, Xavi est un métronome

Beaucoup pensaient qu’Iniesta ne pourrait jamais remporter le Ballon d’Or car il n’était pas assez médiatique. Paradoxalement, s’il est favori cette année, c’est à cause du retentissement planétaire de deux actions. La première est évidement le but en finale du Mondial. La seconde, pour laquelle il est infiniment loué par les supporters du Barça, est le fameux but à Stamford Bridge en demi-finale de la Ligue des Champions 2009. «Iniesta apparait là où il faut quand il faut», est le grand dada des défenseurs d’Andrés. Et c’est plutôt vrai.

Xavi, par contre, n’incarne pas le football spectacle. Il fait fonctionner la machine, dirige les choses dans l’ombre. Sans lui, les actions de Messi ou d’Iniesta seraient impossibles. Il suffit de voir jouer Messi avec l’Albiceleste pour comprendre que la différence, c’est…Xavi.

Si le foot était juste

Si le foot était juste, si le foot ne se préoccupait pas uniquement des buts, si le foot jugeait tous les joueurs de la même façon, si le foot appréciait une belle défense… alors il serait plus facile pour Xavi de remporter le trophée. En rêvant un peu, on pourrait même penser que Casillas ou Puyol (un des piliers du Barça et de la Roja dont personne ne parle) pourraient avoir leur place comme finalistes.

Si le foot était juste, il primerait la régularité et la constance face aux exploits plus visibles et facilement louables. Comme l’a rappelé Johan Cruyff, «si Xavi a un mauvais jour, la Barça ne joue même pas à 50% de ses capacités».

Iniesta vient d’arriver…

Xavi est là depuis 1998. A 30 ans, le joueur de Terrassa a déjà remporté deux Ligues des Champions, cinq Ligas, quatre Supercoupes d’Espagne, un Euro et un Mondial. Il était déjà là à l’époque de Rijkaard-Ronaldinho et continue d’être la pièce maitresse et indispensable de l’équipe de Guardiola, ce mentor qu’il a largement dépassé.

Aucun joueur ne symbolise aussi bien que Xavi le foot du tiki-taka. Pour apprécier un meneur de jeu classique, il suffit de le voir jouer. Simplicité du toucher, passes millimétrées, jamais de pertes de balles, contrôles orientés, prise de décision avant même la réception du ballonEt j’en passe. Le meneur de jeu, c’était le cerveau de l’équipe. Xavi a su y intégrer quelques nouvelles qualités (comme le tir lointain ou une bonne incorporation en attaque) pour devenir un «néo-meneur».

Priorité aux seniors

D’accord, l’ancienneté et la trajectoire ne devraient pas rentrer (normalement…) en ligne de compte pour attribuer le prix. Il n’empêche que les critères restent assez flous. En ce sens, cela serait désirable et bénéfique que Xavi remporte le prix. D’abord parce que Messi en a déjà un et surtout parce que l’Argentin et Iniesta n’ont que 23 et 26 ans respectivement. D’autant qu’un des critères de l’élection (même si après la fusion du Ballon d’Or et du Fifa World Player ce n’est plus très clair…) reste le palmarès et l’ensemble de la carrière. Priorité donc aux seniors.

Xavi… par élimination

Au lieu de décider qui, du trio barcelonais, est le meilleur (ce qui semble compliqué) on peut aussi essayer de voir qui a le moins de «taches» sur son CV cette année. Et à ce petit jeu là, Xavi gagne encore. Le gros point noir de Messi, tout le monde le sait, est son Mondial désastreux. Tout le contraire de Xavi et Iniesta. Sauf que le joueur de Fuentealbilla a été longtemps (et plusieurs fois) blessé à la fin de la saison dernière. Verdict: Seul Xavi réunit une belle saison et un énorme Mondial.

Suivez-nous aussi sur Facebook et sur Twitter

Aurélien Le Génissel

Crédit photo: Reuters/Christian Hartmann

8 commentaires pour “Iniesta ne mérite pas le Ballon d’Or (et Messi non plus)”

  1. Malgré tout le talent, Messi n’a pas sa place sur le podium, il n’a gagné “qu’un seul” titre, la Liga. Iniesta avoue lui même avoir fait une saison moyenne et, là encore, malgré tout le talent, il a surtout beaucoup été blessé et ne marque véritablement qu’un but (certes, le but de l’année).

    Pendant ce temps, Sneijder rafle 4 trophées et est le métronome des vice-champions du monde, Forlan remporte une Europa League et termine sur le podium de la CDM en portant à bout de bras deux équipes pas folichonnes et Schweinsteiger est la pièce maitresse du Bayern et de la Mannschaft, deux équipes auteures d’une année 2010 sympa… Puis, comme le dit l’article, on aurait aussi bien pu citer Cristiano Ronaldo et sa saison dantesque (la première qui plus est, dans un club où l’adaptation est compliquée).

    Ce podium consacre une certaine évolution du football moderne. On consacre le spectacle, les expositions médiatiques et, surtout, les talents individuels (c’est moche pour un sport collectif). Alors, je suis d’accord avec l’auteur, Xavi par défaut. Lui mérite totalement sa place sur le podium.

    Perso, je l’aurais mis en 2ème, derrière Sneijder et devant Forlan.

    Bravo pour l’article, c’est bien de lire quelque chose de pertinent comparé à ces plumes convenues et sans intérêt (en même temps, l’Equipe ne vas pas critiquer le trophée de France Football, les copains de chez Amaury).

  2. C’est exactement ce que je pense. Iniesta pourrait le remporter plus tard et messi en aura certainement d’autres, c’est maintenant que Xavi doit le recevoir, il le mérite depuis maintenant 3 ans.

  3. Le titre de l’article devient “Messi ne mérite pas le Ballon d’Or” et les raisons sont encore plus évidentes qu’avec Iniesta.

  4. Personne ne mérite le ballon d’or. Le foot est un sport collectif, Messi n’est rien sans Xavi qui n’est rien sans Busquets ou Touré Yaya. Les seuls qui “méritent” un prix individuels sont les entraîneurs. Mourinho mérite le prix citron et rien d’autre, Del Bosque et Guardiola peuvent s’estimer volés, sans parler de types qui font des merveilles avec les jeunes ou les médiocres: Blanc, Lillo, Decshamps, etc. Le ballon d’Or, c’est les 7 d’or en encore + chiant.

  5. Zidane a eu le ballon d’or en 1998 juste grâce à ses 2 têtes en finale du mondial. Faut se rappeler qu’il a été suspendu 2 matchs. Il n’a rien fait d’autre cette coupe du monde à part les 2 têtes, il n’a ni gagné le championnat ni la Champions League ni la Coupe d’Italie ni la Supercoupe, …

    Donc parler de Iniesta favori, c’est un peu pareil non ? Le but en or est attribué à un joueur ayant marqué les esprits avec un seul événement précis ? Ici en l’occurence, le(s) but(s) d’une finale de coupe du monde.

  6. En fait, si mes souvenirs sont bons, Zizou a gagné la Serie A en 1998 et a été finaliste de la Ligue des Champions avec la Juventus (qu’il a perdu face au Réal) cette même année. Ce qui est un peu mieux qu’Iniesta (et largement mieux que Messi cette année). Mais, selon moi, c’est quand même Xavi qui a fait la meilleure année. Et de loin.

  7. normalement:
    1 xavi
    2 iniesta
    3 sneijder

  8. Cet article est très bien écrit et les arguments sont bons.
    Pour ma part, je regrette aussi beaucoup que le Ballon d’Or ait changé de formule cette année. Même si de par le passé cette récompense n’a pas toujours été “juste”, l’ancienne formule engendrait moins de polémique.
    Sur les valeurs intrinsèques, Messi le mérite, mais sur la saison mon classement (puisqu’il faut donner son classement…) serait:
    1- Sneijder
    2- Xavi
    3- Forlan (ou Schweinsteiger)

« »