Hypocrite comme un gamin qui n’aime plus Anelka

Anelka n’a plus la cote auprès des jeunes de banlieue, selon l’AFP. Sauf dans sa ville d’origine, Trappes. C’est vraiment fini, alors. Au revoir, Nico.

Bon ce n’est pas un sondage, plus une impression au doigt mouillé après avoir interrogé quelques jeunes, mais l’honneur républicain est sauf. Entre la France et Nicola Anelka, les jeunes de banlieue ont choisi la France. Sauf à Trappes, mais c’est normal, la culture de clocher fait que l’on défend jusqu’au bout ses enfants prodigues, même s’ils deviennent terribles sur la fin. En Corrèze, on votera pour Chirac, ou pour son avatar Bernadette, même après sa mort.

Que nous disent ces jeunes sur l’homme aux 18 matchs de suspension?

“L’image que j’ai de lui a changé. Il m’a déçu”, lance Maurice, 16 ans.

“Anelka ne fait plus partie de mes joueurs préférés”, renchérit Ibrahima, 13 ans.

“Cette sanction est “juste”, juge Maurice, car “il n’a pas le droit de tenir des propos comme ça à un entraîneur”. “Dire ça et refuser de s’entraîner devant toute une nation, alors qu’il a la chance de porter le maillot de la France, c’est pas excusable”, tempête le jeune homme”.

Sur les terrains de foot de Sevran, d’autres trouvent aussi la sanction “normale”, à l’instar de Wilfried, 12 ans, qui commence lundi au centre de pré-formation du Paris SG. “Ça montre aux autres qu’il ne faut pas faire ça”, analyse l’adolescent.

Bien, ceci est clair. Sauf que la dépêche de l’AFP ne pose pas plusieurs questions:

Anelka était-il aimé avant? A 13-15 ans, les amours des adolescents pour les meilleurs joueurs sont versatiles. Ils ont tendance à suivre le vent de la mode, puis à s’attacher ensuite pour de longues années, une fois devenus adultes.

Anelka, son heure de gloire auprès des 13-15 ans, c’était au début des années 2000. Il aurait donc mieux fallu interroger des gens qui ont aujourd’hui entre 20 et 30 ans. Ce sont les vraies personnes qui potentiellement l’ont aimé et qui ont toutes les chances de lui être fidèles. La génération des 10-15 ans a surtout connu l’avènement de Messi ou de Ronaldo, le grand Drogba, Kaka, Ribery, etc. Il y a quelques années, lorsque ces jeunes avaient 7 ou 8 ans (c’est l’âge auquel on découvre souvent le foot et les joueurs), Anelka se baladait entre Fenerbahçe et Bolton, à la marge de l’équipe de France. C’était donc, un “boloss”, et plus du tout un “bogoss”. L’ont-ils donc vraiment aimé un jour? Adoré au point d’acheter son maillot, de mettre des posters de lui dans leurs chambres, de créer un skyblog de fan?

Logiquement, il est facile de s’en démarquer, de répéter qu’il “ne faut pas dire ça, que ce n’est pas un exemple”, blablabla. Répétant ainsi mot pour mot le discours habituel des journalistes, des  éducateurs et des bonnes consciences hypocrites de notre temps, comme Zidane. S’il avait fallu “lâcher” Ronaldo après une insulte de sa part, l’auraient-ils fait? Que pensent-ils des comportements de Ribéry, de Benzema, de Ben Arfa ?

Et si l’AFP avait posé la question de manière différente: “Comme Anelka, un de vos camarades a insulté l’entraîneur à la mi-temps d’un match sous le coup de l’énervement puis s’est excusé ensuite. Trouveriez-vous normal qu’il soit suspendu pour 18 matchs?”. Les réponses auraient sans doute été totalement différentes. Qui a joué au foot, en banlieue ou pas, surtout à cet âge-là, sait qu’il y a toujours un joueur mécontent pour insulter l’entraîneur si le match tourne mal. Il est sorti de l’équipe, ronchonne dans son coin et il s’excuse la tête basse à la fin du match. Tout le monde considère alors que l’affaire est réglée. Saut quand c’est Anelka, évidemment.

Suivez-nous aussi sur Facebook et sur Twitter

Q.G.

Photo: Nicolas Anelka à l’entraînement à Clairefontaine le 3 mars 2010, REUTERS/Charles Platiau

2 commentaires pour “Hypocrite comme un gamin qui n’aime plus Anelka”

  1. avant tout l’erreur est humaine;donc les gars soyons reconnaissant au moins il avait fait quelque chose pour la France.

  2. hum ce serait une piste a creusé et finalement c’est un fait à rapprocher du coup de boule de Zidane, qui est un geste tout aussi dommageable et condamnable pourtant beaucoup l’ont excusé.

« »