Lose 1, le retour

friterie Lens

GazzaAvatarGravesenAvatar

Après les folies de la Coupe du monde, le bus, le Ghana, Luis Suarez, l’Allemagne et Larissa Riquelme, retour sur terre cruel hier soir. Et oui, c’est reparti pour une saison de Ligue 1. De quoi vous faire regretter d’être à Paris un week-end d’août.

On avait pourtant repris nos bonnes vieilles habitudes: le Hideout Bastille, ses pintes de Saint Omer à 3 euros, ses écrans géants, sa chaleur suffocante, sa musique moisie et son multiplexe de Ligue 1. Premier constat, la place est presque vide à 21 heures, au coup d’envoi. Franchement inhabituel. Orange sport plutôt que Canal, PSG-Saint-Etienne plutôt qu’un multiplex avec OM-Caen en fil rouge. Chienne de vie. A peine le temps de disserter sur le maillot rouge qui tache du PSG et sur le polo vert et blanc de Sainté sponsorisé par Patrick Bruel, que le match démarre. Dix minutes plaisantes pour commencer, un Paris en jambes, un but d’Erding. On se dit que le fun va s’arrêter là, c’est le début de l’ennui. En Coupe du Monde, les matchs sont parfois moches, mais toujours passionnants: on connait mal les joueurs d’un Paraguay-Corée du sud ou d’un Japon-Danemark, mais on ne s’offusque pas de les voir rater trois passes de suite. On pardonne.

Au niveau des pieds carrés, la L1 a son pesant de spécialistes. Au hasard de 45 minutes durant lesquelles moins de cinq actions ont été construites sur plus de trois passes réussies consécutivement (si,si, on a compté), Sainté revient. Et comme des cons, les Verts en prennent un juste avant la pause sur une belle reprise de Sessegnon pour un c.s.c du tatouage de Janot.

Le temps de se rendre compte qu’il ne se passe rien sur les huit autres terrains, que les tribunes sont vides un peu partout, et le match reprend dans l’ennui. Makelele est vieux, Makonda est mauvais, Saint-Etienne ne sait toujours pas construire une action ni marquer, et Galtier a vraiment la tronche parfaite de l’entraîneur qui ne passera pas l’hiver. Le Mourihno du Forez et ses gars prennent même un but de Nenê en contre. Paris a mis de la gomina dans le moteur.

Trois buts en quatre occaz, une première depuis dix ans, on espère que les supporters du PSG ne vont pas croire à la “saison du renouveau”, ils risquent de faire la gueule en novembre. Pour le reste, 249 interpellations, 9 gardav’, la saison reprend sur des bonnes bases.
Ailleurs, rien de nouveau: une toile de Mandanda, une blessure de Gignac, un 0-0 entre Nice et Valenciennes, Eden Hazard, un carton rouge pour Nancy, Mamdou Samassa, des gamins de 14 ans qui jouent pour le Fc Sochaux ,et une équipe de Lyon bien moche et qui joue le 0-0 à la maison.

Le  mercato étant particulièrement morne, les équipes sont les mêmes que l’an dernier. On s’attend donc à un scénario identique, seuls les acteurs échangent leurs rôles.
– Dans le rôle du tenant du titre en course pour tout gagner mais qui s’effondre sur la fin, la faute à un banc insuffisamment fourni et parce que l’entraîneur a été débauché par l’équipe de France trois mois avant la fin de la compétition : Marseille.
– Dans le rôle de l’ancienne gloire qui renoue avec la victoire: Lyon.
– Dans le rôle de l’ancien champion qui a faim et qui maintient le suspens: Bordeaux.
– Dans le rôle de l’équipe qu’on attend en haut de classement cette saison mais qui finira dans le ventre mou : Rennes, comme d’habitude.
– Dans le rôle de l’équipe qui joue le maintien mais finit troisième : Lorient.
– Dans le rôle des équipes qui jouent le podium mais échouent au pied des places européennes et sauvent leur saison grâce à une coupe nationale : Paris et Lille.
– Dans le rôle des deux promus qui n’ont pas le niveau : Arles-Avignon et Brest.
– Dans le rôle du premier entraîneur licencié: Galtier.
– Dans le rôle du pire public du championnat: PSG, Monaco jubile.
– Dans le rôle du meilleur jeune: Hazard.
– Dans le rôle du mec que Puel n’aurait pas dû changer de poste: Toulalan.
– Dans le rôle du meilleur gardien: Lloris.
– Dans le rôle du meilleur buteur: Gameiro.
– Dans le rôle des hommes de verre : Delgado et Bodmer.

Suivez-nous aussi sur Facebook et sur Twitter

Olivier Monod et François Mazet

Photo: la friterie Momo du stade Bollaert Flickr/Guillaume Bavière

2 commentaires pour “Lose 1, le retour”

  1. […] Ce billet était mentionné sur Twitter par Cindy G. ♥ et Plat du Pied , Plat du Pied . Plat du Pied a dit: vivement la Ligue des champions http://fb.me/xddGcoLS […]

  2. […] Lire la source […]

« »