Heureux groupe pour l’Euro 2012

TeddyBertinAvatarGravesenAvatarL’“Escalettes Show” continue. Complètement débordé par son opération “Un successeur à Raymond” (après la candidature de Bernard Simondi, peut-on descendre plus bas?), Papi Jipé a récidivé en faisant croire que le tirage du groupe de l’équipe de France pour les éliminatoires à l’Euro 2012 était compliqué. «Ce n’est pas évident du tout. Il faut se méfier de ce groupe très équilibré. On va rejouer la Roumanie. C’est une vieille habitude. Les Biélorusses ont fait énormément de progrès, la Bosnie est toujours très difficile. Le Luxembourg a gagné contre la Suisse qui est qualifiée pour le Mondial

Et la FFF, qui se paye pourtant les conseils d’une agence de com, n’étant pas à une contradiction près, c’est Gérard Houllier, le Directeur technique national, qui s’est employé à dire exactement le contraire d’Escalettes: «Cette poule est jouable.» Sur la ligne houllietiste, Plat du Pied Sécurité vous explique pourquoi il ne faut pas avoir peur des Tricolorii, des Zmajevi, des Kuq e Zinjtë, des D’Roud Léiwen et des Biélorusses (curieusement, l’équipe nationale de Minsk n’a pas de surnom).

Mais avant cela, l’analyse géopolitique rapide du groupe D, par Bernard Guetta.

“La fin de l’histoire, concept forgé par Francis Fukuyama, trouve dans ce tirage au sort une de ses plus belles illustrations. La démocratie libérale a en effet permis la renaissance d’États-nations tels que le Bélarus ou la Bosnie. Mais aussi la chute des dictatures albanaises et roumaines. Tout ceci nous permet aujourd’hui de retrouver ces fiers adversaires dans notre groupe de qualif’. Quant à la présence du Luxembourg, je ne vois pas d’analyse immédiate à vous dispenser.”

  • fukuyamaRoumanie

Pourquoi il faut se méfier. Les Roumains seront vraisemblablement privés de leur meilleur attaquant Adrian Mutu. Le playboy des Carpates, condamné à verser 17 millions d’euros à son ancien employeur Chelsea pour avoir mis le nez dans la poudre, s’est en sus fâché avec son sélectionneur. Sa dernière boulette en date – un contrôle positif à un stimulant – pourrait entraîner une suspension allant jusqu’à 4 ans. PDPS milite en tout cas pour la clémence des juges, ne serait-ce que pour la ligne de défense adoptée par maman Mutu: son rejeton aurait avalé, par mégarde, une de ses pilules anti-obésité.  Malgré cette absence préjudiciable, les Roumains restent des adversaires dont il n’est pas évident de se dépétrer (un patronyme d’ailleurs en vogue à Bucarest). Chez eux, ils collent à l’adversaire comme un chewing-gum à une roulotte, grâce à un pressing important peaufiné par des joueurs évoluant la plupart en Bundesliga.

Les joueurs à suivre. George Hagi.  Ok, il joue plus depuis dix ans, ce qui montre la faiblesse du compartiment offensif roumain. On se rabattra donc sur Christian Chivu, un des meilleurs défenseurs du monde, pilier de l’Inter depuis des plombes, star en Italie. Pour le reste, y a pas un rat (ah si justement, Ravzan joue au Shaktar Donetsk).

Le dernier match contre la France: France-Roumanie : 1-1 en septembre 2009. Bah oui, on s’en souvient, les Bleus avaient bien joué, largement dominé, mais n’avaient pas gagné, la faute à un magnifique Csc d’Escudé. Tradition perpétuée du match nul contre les Roumains, troisième consécutif.

  • Bosnie

Pourquoi il faut se méfier. Il paraît que la sélection de Safet Susic dispose de la génération la plus douée de sa jeune histoire. Un taulier montpelliérain en défense (Emir Spahic), un mix jeune-vieux au milieu (Rahimic-Pjanic), et un trio offensif 100% Bundesliga (Dzeko, Misimovic-Ibisevic, 50 buts à eux trois l’an passé). Sur le papier, ça a l’air pas mal. Sauf que face aux gros – et osons espérer que l’EDF en fait toujours partie – les Bosniens/Bosniaques ont toujours calé. Fessés 5-2 par l’Espagne dans le petit stade de Bilino Polje à Zenica, ils ont été écartés du Mondial sud-af par les Portugais. Leurs trois attaquants vedettes, en chaleur l’an passé, se sont nettement calmés cette saison. Après le départ de Magath, le Wolfsburg de Misimovic et Dzeko se traîne en deuxième partie de tableau. Hoffenheim fait à peine mieux et rappelons-nous qu’Ibisevic, après tout, a joué à Dijon et au PSG.

Les joueurs à suivre. Celui qu’on aurait dû nationaliser (ou pas): Pjanic. L’ancien petit prince de Metz essaye de porter le numéro 8 de Lyon. Pas facile de remplacer la patate et le melon de Juninho. Alors “Mire” joue les intermittents du spectacle, un Ben Arfa “balkan style“. Comme en sélection. Pjanic avait trois choix: un pourri (le Luxembourg), un raisonnable (la Bosnie), un audacieux (la France). Il a choisi le pays de papa, où il a au moins l’avantage de jouer. En Allemagne, la hype s’appelle Zviedan Misimovic. Le meneur de jeu des Loups de Wolfsburg a réussi à faire de l’ancien Manceau Grafite le meilleur buteur de la Bundesliga, ce qui accrédite la thèse de la baguette magique. Pour le reste, il n y a qu’à voir ce “top but” bosnien dégueulasse pour s’en rendre compte.

Le dernier match contre la France: Bosnie-France : 1-2 en août 2006. Un bon match amical de reprise comme on les aime, juste après le Mondial. De quoi faire des tests, ce dont Raymond ne s’était pas privé. A l’époque, Mavuba, Saha et Faubert (LOL) gambadaient sur le pré.

  • Bélarus

Pourquoi il ne faut pas en avoir peur. Le couplet est connu – “il n’y a plus de petites équipes” – ainsi que son refrain – “les matchs à l’extérieur dans des environnements hostiles sont toujours compliqués”. Les admirateurs de Philippe Doucet trouveront même des statistiques foireuses censées appuyer leur thèse. Ainsi, on apprendra que les hommes de Bernd Stange ont battu les Hollandais 2-1 à Minsk en 2007, lors des précédentes qualif pour l’Euro. Ou même que l’Ukraine n’a pu faire mieux que match nul 0-0 en République biélorusse il y a quelque temps. Mais au vrai, les rouges et verts sont loin de faire peur. Jamais qualifiés pour une phase finale, ils ont terminé 4e de leur poule pour le Mondial sud-africain et ont réussi la perf d’être battus en amical par Chypre en 2008. Le seul truc à craindre en Biélorussie, c’est le gel.

Les joueurs à suivre:
Alexandre Hleb (prononcer Gleb). A priori, Alexandre était mal barré dans la vie. A 5 ans, son père est envoyé de force en Ukraine, près de Tchernobyl. Comme 200.000 autres “liquidateurs”, le daron doit s’atteler à la destruction des bâtiments contaminés par les radiations. Il y aurait croisé des rats géants. Quelques années plus tard, le rideau de fer tombe. Dur pour les repères du petit Alexandre, qui ne chausse ses premières pompes de foot qu’à l’âge de 12 ans. Malingre et palot, Hleb est quand même repéré par le club de Stuttgart, où il est transféré avec son frère Vyacheslav en 2000. Les deux frangins ne sont apparemment pas faits du même bois puisqu’Alexandre, l’aîné, est ensuite transféré à Arsenal en 2005 (il arrive une semaine après le départ de Patrick Vieira) et à Barcelone en 2008. Club auquel il appartient toujours, même s’il est prêté cette saison à Stuttgart. La carrière de Vyacheslav, elle, ressemble davantage à celle d’un vulgaire Cédric Bardon. L’autre star de l’équipe bélarusse se nomme Vitali Kutuzov, sorte de Xavier Gravelaine du Calcio.

Le plus Guide du Routard. Un déplacement en forme de pèlerinage dans la “dernière dictature d’Europe” et le riant stade du Dinamo Minsk. Que les supporters français se rassurent, ils ont l’assurance de Gennady Nevyglas, le patron de la fédé locale, de découvrir un “pays hospitalier”. Enfin, à condition de s’abstenir de parler politique, car le débonnaire Alexandre Loukachenko semble chatouilleux sur certaines questions. A déguster: la vodka locale, à température ambiante, soit -20 degrés. Elle est dégueulasse, arrache les boyaux, mais meilleure à la santé que l’eau du robinet.

  • Albanie

Pourquoi il ne faut pas en avoir peur. La 97e place au classement FIFA, derrière Haïti et la Moldavie, et juste devant la Thaïlande.

Les joueurs à suivre. Celui qu’on aurait dû nationaliser: Lorik Cana. Quand l’OM a annoncé le départ de son capitaine vers Sunderland, quelques grognements de dépit ont parcouru la Canebière. Capitaine courage entre 2007 et 2009, il est indéboulonnable jusqu’à ce que Didier Deschamps décide de casser sa tirelire pour l’arnaque Mbia. Ange déchu, Lorik se barre à Sunderland où il prend le brassard au bout de deux mois. En sélection, Cana a préféré l’Albanie à la France et à la Suisse. Le choix du cœur, le choix du père, sans qui Lorik jouerait peut-être dans un grand club. Sorte de Roy Keane de Pristina (il est né au Kosovo), Cana est un tatoué, un vrai.

Le dernier match contre la France: France-Albanie : 5-0 en mars 1991, Manu Amoros capitaine et la seule sélection de Pascal Baills.

  • Luxembourg

Pourquoi il ne faut pas en avoir peur. Le dernier exploit? Une victoire 2-1 à Zurich contre la Nati. Ce genre de faille spatio-temporelle ne se produisant qu’une fois par siècle, les Bleus peuvent dormir tranquilles. Info inutile: le Luxembourg a joué un quart de finale de l’Euro 1964, après avoir battu les Pays Bas.

Les joueurs à suivre. La terreur du grand Duché se nomme Mario Mutsch. Et ça, ça vous pose un bonhomme. Il y a aussi Jeff Strasser: à bientôt 36 ans, l’ancien messin joue toujours, en Suisse, aux Grasshoppers de Zürich (un signe). 88 sélections en ne prenant que des tôles, c’est la définition du dévouement. Pour le reste, faites votre choix!

Le dernier match contre la France: France-Luxembourg : 6-0 en octobre 1985, et un triplé de Dominique Rocheteau.

Suivez-nous aussi sur Facebook et sur Twitter

François Mazet et Sydney Maréval

2 commentaires pour “Heureux groupe pour l’Euro 2012”

  1. Vous sous estimer trop Albanie:
    – Pourquoi faut t’ il avoir peur : 0 0 contre le portugal et si berisha n’avais pas jouer solo l’action sa aurait était le hold-dop parfait. 0 0 contre la suede, 1 1 contre le danemark,7 0 contre chypres, albanie n’est pas aussi nul que vous le penser serieux je vais bien rigoler quand on verra les resultat final.
    Redescendez sur terre la france est fort que sur les papier, sur le terrain vous etes pitoyable, vous ne vallez pas le pays-bas, l’angleterre et l’espagne, pittoyable donc arretez de vous prendre pour les meilleurs, la bosnie est bien plus fort que vous, et eux sont modeste.
    Je dirais que, enfin j’espere que l’albanie et la bosnie se qualifie comme sa vous allez tous pleurer, vous merite pas de passer.
    Et se qui fait peur au sujet de la france, eux etre fier de gagner iles feroe 1 0 ( match super important wow) perdre 3 1 contre autriche, faire 1 1 contre la lituanie, pfffffff allez a vous etes trop nul donc ne critiquer par les autres equipe

  2. […] devrait toujours faire confiance aux lecteurs de PDPS. Le 21 février dernier, en réponse à notre article «Heureux groupe pour l’Euro 2012», dans lequel nous nous ingénions à démontrer le faible […]

« »