L’Olympique Lyonnais champion de France sur le terrain des chiffres

SOCCER-CHAMPIONS/

Pour faire du foot, il faut un carré d’herbe, un ballon, des bancs et des joueurs. Pour monter un club de foot professionnel, la complexité est un peu supérieure. Aligner une vingtaine de joueurs d’un bon niveau réclame de l’argent, beaucoup d’argent. Leur niveau devra être assez bon pour attirer des spectateurs (1) et des téléspectateurs.

Le Document de référence 2010 de l’Olympique Lyonnais a l’avantage d’éclairer, un peu violemment, la question. Il y est question de «Trading de joueurs» (p.VIII), d’investissements et de contrôle, pas du ballon, du capital.

Une PME du CAC-40

L’OL est une PME pour le nombre de salariés (252 personnes), une entreprise intermédiaire par le chiffre d’affaires (192 millions €) ou le résultat net (5 millions €), et un groupe du CAC-40 par la notoriété. Pour les frais de personnel, nous sommes dans la stratosphère : 95millions €, soit 377.000€ par salariés. Il faut savoir que dans une entreprise lambda, cela doit  tourner autour de 60.000€ par tête.

Le chapitre  «trading des joueurs», ou commerce des joueurs, rappelle que les transferts ne sont pas des affaires de coeurs, mais de gros sous. Sur la planète foot, le commerce des joueurs aurait ainsi représenté un volume d’affaires de 1,9 milliard d’euros en 2009, contre 1,8milliard € en 2008, «et ce malgré le contexte de crise économique mondiale», est-il écrit en guise de commentaire. Même avec une croissance de 5,5%, il semble nécessaire de parler de crise. Soit.

L’Angleterre championne d’Europe des transferts

L’Angleterre reste le premier marché des transferts avec 532 millions €, devant l’Espagne (469 millions €), l’Italie (452 millions €), la France (230 millions €) et l’Allemagne (226 millions €). Et en France, le numéro un  est… l’Olympique Lyonnais avec 76,5 millions € lors du marché de l’été 2009. Ce qui place le septuple champion de France au cinquième rang en Europe derrière le Real Madrid (qui avec un volume d’affaire de 253 millions € au cours de l’été 2009 pèse plus lourd que l’ensemble de des clubs français), Manchester City (135,9 millions €), Barcelone (111,5 millions €) et le Bayern Munich (78,7 millions €).

Comment finance-t-on un budget de 192 millions €? Il existe cinq moyens: la vente de billets (22,4 millions €,  12% des recettes), la publicité (21,3 millions €, 11%), les droits TV (68,1 millions €, 35%), la vente de produits liés à la marque «OL» (27,8 millions €, 14%) et la vente de joueurs (52,4 millions €, 27%). Et tout cela dépend étroitement des résultats sportifs. Champion de France sans discontinuer pour atteindre 214 millions € en 2007. Pas de titre en 2009, et voilà 20 millions € de perdus (-7  millions € en droits TV et -10 millions € pour les produits liés à la marque). Ce qui prouve qu’une équipe qui perd (le titre) fait moins rêver et moins vendre. Et le résultat net de l’Olympique Lyonnais s’effondre carrément passant de 20 millions € en 2008 à 5  millions € en 2009. Finalement, en matière de foot business, le rêve paye. Il a même un prix.

Le rêve s’effondre, l’action aussi

Quand le supporter ne rêve plus, l’actionnaire, lui, lâche prise et s’en va. Il vend et laisse le titre glisser de 19€ en juillet 2008, la première année sans titre depuis 2002, à 9€ à la rentrée 2009, et à 7,19€ (OL Groupe, FR0010428771- OLG), aux dernières nouvelles (vendredi 7 mai 2010). Cette situation es assez injuste puisque l’OL, l’entreprise, a une situation financière plutôt florissante avec une trésorerie positive (nette de toutes dettes): +62 millions €. Maintenant, chacun le sait, le foot n’est pas affaire de gros sous, mais de coeur! Quoique…

PhDx

(1) Le classement de la Ligue 1 par l’affluence au stade (Source: LNF)

1 Olympique de Marseille 49724
2 Olympique Lyonnais 35516
3 RC Lens 33918
4 Paris Saint-Germain 33329
5 Girondins de Bordeaux 29329
6 AS Saint-Etienne 26288
7 Stade Rennais FC 22694
8 Toulouse FC 19317
9 Montpellier Hérault SC 17976
10 AS Nancy Lorraine 16268
11 LOSC Lille Métropole 14780
12 Grenoble Foot 38 13968
13 FC Sochaux-Montbéliard 13216
14 Boulogne Côte d’Opale 12140
15 Valenciennes FC 12062
16 AJ Auxerre 12018
17 FC Lorient 11978
18 Le Mans UC 72 9249
19 OGC Nice 8588
20 AS Monaco FC 7950

(2) PANORAMA FINANCIER 2008/2009
Produits des activités : 192,0 M€
Excédent Brut d’Exploitation : 45,8 M€
Résultat opérationnel courant : 7,5 M€
Résultat net (part du Groupe) : 5,1 M€
Capitaux propres : 167,8 M€
Trésorerie nette d’endettement : 62,3 M€
Effectif : 252 collaborateurs
Source : Document de référence de l’OL

Photo: Claude Puel et Ederson, le 7 avril 2010. REUTERS/Regis Duvignau

http://docs.google.com/fileview?id=0B_9lp9QJlWhzY2E4ZjJmNmItMmEzYi00Mjk2LWFmZjctOGI0ZjA1ZDc0Zjhl&hl=fr

2 commentaires pour “L’Olympique Lyonnais champion de France sur le terrain des chiffres”

  1. Bonjour,
    Article très clair et très précis sur les chiffres.
    Félicitations.

  2. […] Ce billet était mentionné sur Twitter par Neox. Neox a dit: Je lis https://blog.slate.fr/phdx/2010/05/08/olympique-lyonnais-football-budget-transferts/ […]

« »