Dallas, ton univers impitoyable

Couv22nov63Le 22 novembre 1963, John Fitzgerald Kennedy, président des Etats-Unis, est assassiné à Dallas. Voilà le point de départ du roman d’Adam Braver. Encore un livre sur le complot contre JFK pensez-vous ? Faux. L’auteur, à la manière de Short Cuts de Robert Altman, nous donne à voir la grande histoire à travers les yeux des protagonistes directs du drame et de certains personnages secondaires. Lire la suite…

lire le billet

Romans noirs pour nuits blanches

Collectif Nuit blancheL’identité nationale du polar français. Tel pourrait être le (mauvais, je vous le concède) slogan de la nouvelle collection que viennent de lancer les éditions Plon, Nuit blanche. Quatre jeunes auteurs bien de chez nous ouvrent le bal. Quatre talents prometteurs du thriller, qui démontrent toute la vivacité de la littérature noire et bleu, blanc, rouge. Originalité, obscurité, perversité et efficacité sont au menu. Miam !

Lire la suite…

lire le billet

Bienvenue chez Zanzibar

Zanzibar

Le Salon du livre de Paris, qui se tient jusqu’au 31 mars, est l’occasion de découvrir de nouveaux éditeurs. Zanzibar est de ceux-là. “Nouvelles, fictions, rock et polars”, dit la note de présentation. Voilà qui sonne bien et qui donne envie d’en savoir plus. Direction l’allée U, stand 23, le stand collectif de la région Midi-Pyrénées. Lire la suite…

lire le billet

L’assassin habite à Lyon

Streetwars

Ils s’appellent “Le trancheur de gigot”, “Calamity Co”, “Le Chinois”, “Rambo74”, “Raoul_duke” ou encore “Le lémurien”. Ils viennent de mourir, tous victimes d’un ou plusieurs tueurs à gages. L’histoire se passe à Lyon et la série d’assassinats ciblés a démarré il y a une semaine jour pour jour. Depuis le 15 mars dernier, près de 210 personnes ont ainsi été éliminées, surprises au pied de leur immeuble, à la sortie du travail ou d’un restaurant, voire en pleine rue. Dans la capitale des Gaules, un gang sème la terreur… à coups de pistolets à eau.

Lire la suite…

lire le billet

Millénium TV

millenium

Quand il n’y en a plus, il y en a encore. Après le livre (trois tomes vendus à plus de 27 millions d’exemplaires dans le monde et 7 millions en France) et le film (un million d’entrées en France), voici qu’arrive la série télé. Millénium, de Stieg Larsson, continue de truster le haut du classement des meilleurs ventes de polar depuis sa sortie en France en 2006. Et il est à parier que la trilogie du Suédois continuera encore longtemps à se vendre. A partir du lundi 22 mars, Canal Plus diffuse en effet l’adaptation télévisée de la saga policière. Six épisodes de 90 minutes, deux par livres. Les fans vont se régaler. Lire la suite…

lire le billet

24 heures chrono

Nicolas Ancion

Happening littéraire, expérience d’écrivain et d’écriture, spectacle créatif et artistique. On a du mal à qualifier la performance de Nicolas Ancion à la Foire du livre de Bruxelles (la Flb) la semaine dernière. Une chose est sûre, le jeune auteur liégeois (né en 1971 mais qui compte déjà une quinzaine de publications à son actif) a réussi un exploit : écrire un polar en 24 heures. Installé dans le L@b de la Flb (consacrée cette année au numérique), il a démarré son travail le 3 mars à 21 heures et rendu sa copie le 4 mars à la même heure. Intitulé Très petite surface, son roman est ancré dans l’actualité belge puisqu’il a pour toile de fond la fermeture des magasins Carrefour dans le pays. Un roman social, noir, un bon texte, court certes (mais en 24 heures que demande le peuple ?), qui se lit d’une traite. “Grâce au web 2.0, je n’ai jamais été si nombreux pour écrire un manuscrit”, affirme Nicolas Ancion à la fin de son document. Après s’être remis de son marathon créatif, il a bien voulu répondre à mes questions. Lire la suite…

lire le billet

Les malheurs de Lalie

Marché Saint-Pierre

Les vendeurs de tissus n’aiment pas les polars. Pas ceux du célèbre Marché Saint-Pierre en tout cas. Et c’est une auteure française et son éditeur qui risquent d’en faire les frais. L’histoire a tout du mauvais… polar. Tout commence en novembre dernier quand Lalie Walker publie Aux Malheurs des dames. Un roman, paru aux éditions Parigramme dans leur toute nouvelle collection intitulée Noir 7.5 qui, comme son nom l’indique, propose des livres dont l’action se déroule dans la capitale. Et voilà qu’aujourd’hui, on apprend que l’une des enseignes les plus connues du Marché Saint-Pierre, Déballage Dreyfus, attaque Lalie Walker et son éditeur pour “diffamation, injure, et préjudice pour atteinte à l’image”. Lire la suite…

lire le billet

Cent ans de FBI

FBI

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le FBI sans jamais oser le demander. Voilà ce que nous propose France 5 depuis deux semaines déjà avec une excellente série documentaire consacrée au centième anniversaire du fameux Federal Bureau of Investigation. Pas de Jack Malone (héros de la série télé FBI portés disparus) dans les parages, mais de vrais agents fédéraux qui parlent, de véritables affaires et des archives qui font parfois froid dans le dos. Lire la suite…

lire le billet

Le crime paye enfin

Polars Telerama

“Lire un polar n’est plus un crime”, affirme Telerama dans son édition du 24 février. Loin des tapis rouges, des salles de projection et de Saint-Germain-des-prés, l’hebdomadaire bien-pensant se dévergonde et propose, du 24 février au 14 avril, de partir à la découverte du noir. Durant huit semaines, avec la série baptisée “Perles noires”, les lecteurs peuvent acquérir huit romans tirés de l’excellente maison Rivages/Noirs en même temps que le magazine pour 8,50 €. Huit titres qui englobent assez bien la diversité de ce genre si particulier et publiés sous de belles couvertures originales signées Miles Hyman. A coup sûr de futurs collectors que les passionnés s’arracheront bientôt. Lire la suite…

lire le billet

Dennis Lehane, maître des ténèbres

Alors que sort sur les écrans l’adaptation de son roman, Shutter Island, il était temps de rendre hommage à l’un des maîtres du nouveau roman noir américain.

Lehane Dennis

Il n’a pas vraiment la gueule de l’emploi, Dennis Lehane. Pas le visage burriné par les milliers d’heures à arpenter le bitume ni marqué par d’innombrables nuits blanches à tâter de la bouteille de whysky (irlandais de préférence), pas de cernes, pas de barbe de plusieurs jours, pas la voix éraillée par les cigarettes consommées les unes derrière les autres. Non, Dennis Lehane ne ressemble en fait à rien. Ou plutôt si, à Monsieur-tout-le-monde. Seule particularité (et encore), il s’habille souvent en noir, jean’s, baskets, pull, blouson de cuir. A part ça, rien de spécial à signaler. Le portrait-robot est d’une banalité affligeante. Lire la suite…

lire le billet