Black rendez-vous

Polar Cuba

L’automne pointe le bout de son nez, la prochaine grève contre la réforme des retraites aussi. Et si le polar se veut ancré dans une certaine réalité, pas question de se laisser abattre par la morosité ambiante. Plusieurs évènements à signaler, pour les amoureux des mauvais genres et des Amériques. Une rencontre et un festival à ne pas manquer.

Chaussez vos baskets, enfourchez un Vélib’ ou grimpez sur une trotinette, peu importe comment vous vous déplacerez ce jeudi 23 septembre, mais vous devrez vous débrouiller pour être, à 19 heures, au musée du Quai Branly. Aucune excuse, même valable du genre “ben y a grève des transports”, ne sera acceptée. Rendez-vous donc à l’heure dite au salon de lecture Jacques Kerchache pour une rencontre exceptionnelle avec l’écrivain cubain Leonardo Padura. C’est dans le cadre du cycle Les quatre continents du polar, organisé par l’associations Les Habits noirs, que l’auteur d’Electre à La Havane ou Les Brumes du passé, viendra parler de son pays et de son personnage fétiche, le mélancolique et contestataire Mario Conde. Padura est, sans conteste, l’une des plumes noires les plus intéressantes de l’île des Castro. Je vis à Cuba, j’écris à Cuba, je ne suis ni ne veux être un dissident. Mais je revendique le droit de crier. Et je crois que le fait d’être resté à Cuba me donne le droit de parler”, me disait-il il y a quelques années au cours d’une interview. Si vous voulez savoir ce qu’il se passe vraiment là-bas, lisez les polars de Padura et allez donc écouter ce qu’il a à dire.

Après le plongeon dans la réalité cubaine, direction Vincennes, où se déroule, du 23 au 26 septembre, le Festival America. Pas une rencontre spécialement dédié au noir, mais de nombreux auteurs de polars en provenance des Etats-Unis, du Canada, de Cuba, du Mexique et de Haïti, seront présents. De quoi partir à la découverte et à la rencontre d’une littérature de qualité. Parmi les polardeux, citons notamment la présence de quelques pointures, comme Ron Rash ou Craig Johnson, Douglas Kennedy et Bret Easton Ellis chez les gringos, mais aussi Enrique Serna et Guillermo Arriaga côté mexicain. Au programme, dédicaces, rencontres et de nombreux débats. Et si vous aimez les histoires de cow-boys et d’indiens, ne manquez pas de faire un tour par Vincennes car vous risquez de croiser, au détour d’un stand, Harlyn Geronimo, l’arrière-petit-fils du célèbre chef apache en personne.

Une fin de semaine placée donc sous le signe du noir et de l’aventure. Et une semaine chargée pour ce blog. A venir dans les prochains jours, la présentation d’une nouvelle collection de polars mêlant fiction et réalité, et une rencontre, très attendue, avec l’un des nouveaux maîtres du genre, R.J. Ellory, quelques jours avant la sortie de son prochain roman. Patience…

Les commentaires sont fermés !

« »