Les caractères de journaliste

Crédit photo: Flickr/CC/petitshoo

Les rédactions sont truffées de journalistes qui ne se ressemblent pas. Il y a ceux qui font des captures d’écran à tout va, ceux qui traquent les nouvelles tendances, ceux qui comptent les occurrences des mots dans les discours des politiques, ceux qui vérifient chaque chiffre et ceux qui ne vivent plus que pour le journalisme de données. Leur point commun? Ne pas pouvoir travailler sans outil numérique. Passage en revue de huit profils journalistiques (1).

  • Le dénicheur de tendances

Profil
Utilisateur forcené des réseaux sociaux, ce journaliste ne «suit» pas l’actualité prévue dans les agendas institutionnels. Ses sujets, il les renifle en observant l’activité des internautes sur le Web. Ainsi, il a déjà écrit sur le planking, l’art de se prendre en photo en faisant la planche, le tebowing, l’histoire de cette prière faite par le quarterback américain Tim Tebow, le scarlettjohanssoning, après la publication de clichés de l’actrice nue, le noynoying pour fustiger la passivité du président philippin Benino Aquino III, surnommé «Noynoy», et… le draping, du nom de Don Draper, le héros de la série Mad Men.

Signes distinctifs
Publie des articles sur les mèmes, ces éléments (images, citations, vidéos) qui se partagent, en ligne, à la vitesse de l’éclair et entrent dans la mémoire collective, comme cela a été le cas de la jambe d’Angelina Jolie, exposée lors de la cérémonie des Césars Oscars (merci @Bere94) et devenue un élément autonome sur le Web, copiée-collée sur d’autres photos.

Outils de travail
Trendic Topics, les sujets les plus discutés sur Twitter; Google Trends sur les mots-clés les plus tapés dans Google en fonction des pays et Google Insight for Search pour repérer les tendances de volume de recherche par région, catégorie, période; Video Viral Chart qui répertorie les vidéos les plus partagées (sur Facebook, sur les blogs, etc.) et trace leur «itinéraire» via un graphique; Know your Meme, une base de données sur les mèmes.

  • Le dico-journaliste

Profil
De la «bravitude» de Ségolène Royal en 2007 à la «méprisance» de Nicolas Sarkozy en 2012, ce journaliste traque les néologismes créés par les personnalités politiques, les petites phrases échangées entre candidats à la présidentielle et leurs références littéraires (François Hollande se comparant à Sisyphe et Jean-Luc Mélenchon citant Victor Hugo). Il peut aussi analyser le vocabulaire d’un parti sur un événement, comme le PS sur l’affaire Dominique Strauss-Kahn. Pour ce faire, il aime compter les occurrences d’un mot dans les discours politiques et les pronoms personnels pour en tirer des enseignements sur le message véhiculé. Au final, ses articles flirtent avec l’exercice du commentaire composé.

Signes distinctifs
Cite souvent le blog du linguiste Jean Veronis, peut glisser dans ses articles une définition trouvée dans le Littré, voire créer un quiz à partir des figures de style utilisées par des hommes et femmes politiques.

Outils de travail
L’INA, pour revoir les archives de discours politiques et d’interventions télévisées; Wordle, pour mettre en valeur, à partir d’un discours politique, les mots qui reviennent le plus souvent.

  • Le journaliste mobile

Profil
Journaliste en reportage, pour couvrir un procès, suivre un candidat en campagne électorale, relater un événement international, il se retrouve loin de ses collègues, avec son smartphone comme seul compagnon. «Il me permet de m’informer, de photographier, de tweeter et de rester en contact avec ma rédaction», décrit Soren Seelow, journaliste du Monde, envoyé spécial à Toulouse au moment de l’opération du Raid dans l’affaire Mohamed Merah, qui raconte le marathon médiatique de l’intérieur. Ses deux soucis principaux? 1. La recharge de son téléphone, qui se vide à la vitesse que l’on sait 2. La disponibilité du réseau téléphonique ou de la connexion Internet, sans qui aucune information ne peut être publiée.

Signes distinctifs
Dans le feu de l’action, peut faire quelques coquilles et ne répond pas aussitôt aux questions de l’audience pour préserver sa batterie. Il rêve d’une application mobile comme celle de Tumblr ou de la BBC pour pouvoir intégrer ses photos, ses sons, ses vidéos et ses informations dans le système de publication de sa rédaction, sans passer par la case ordinateur.

Outils de travail
Des recharges (portables) de téléphone; l’application Ustream pour mobile, pour diffuser en ligne les vidéos filmées sur son téléphone en temps réel, ou Bambuser; l’application Photoshop Express pour recadrer ses photos en deux secondes; et l’application de montage vidéo Reeldirector (pour iPhone).

  • Le pointilleux de l’édition

Profil
Les règles d’orthographe, de grammaire et de ponctuation, il les connaît par coeur. Le système de publication de sa rédaction (appelé aussi CMS, comme content management system) aussi. Ainsi, il sait combien de signes maximum peut contenir un titre pour rester sur une seule ligne. Il a lui-même rédigé la charte de règles typographiques de sa rédaction, et pense qu’il faudrait l’offrir comme cadeau de Noël à tous les rédacteurs de son équipe. Car il se bat pour uniformiser l’écriture des articles, par exemple en demandant à ce qu’al-Qaida soit écrit en français plutôt qu’en anglais (Al-Qaeda) et en retirant les tirets qui n’auraient pas lieu d’être à Sciences Po (et non Sciences-Po) ou Nations unies (et non Nations-Unies). Excellent titreur, il a aussi appris quelques règles de SEO et leur impact sur l’écriture journalistique. D’ailleurs, il se demande toujours si ajouter un point d’exclamation ou d’interrogation à un titre fait «davantage remonter l’article dans Google News».

Signes distinctifs
Répète sans relâche qu’une citation s’écrit avec des guillemets doubles français (« ») et qu’une expression à l’intérieur d’une citation s’écrit avec des guillemets anglais (” “). Réédite parfois en cachette les articles de ses collègues pour corriger des «coquilles» malheureuses mais s’empêche de reprendre les fautes d’orthographe repérées dans les commentaires des internautes. Sa drogue? L’espace insécable, que l’on insère pour que deux mots ne soient pas séparés par un retour à la ligne automatique (CTRL + maj + espace dans Word, Alt + espace sur MAC).

Outils de travail
Le blog Langue sauce piquante des correcteurs du Monde; les raccourcis du clavier; les chartes des différentes rédactions existantes, de Reuters à Sud Ouest en passant par Médiapart; les conseils de Google pour le référencement

  • Le journaliste de données

Profil
Issu de la mouvance Owni, il estime que la principale plus-value du journaliste numérique repose sur le journalisme de données. Capable de lire des chiffres et des statistiques, de jongler avec des formules dans Excel, il fait montre de compétences scientifiques indéniables. Amateur de cartes –sur la France carcérale ou la disposition des caméras de surveillance par exemple, de graphiques et d’infographies animées, il peut utiliser différents outils de visualisation pour en tirer une information. Son modèle? The Guardian et sa capacité à raconter des histoires dont on oublie qu’elles trouvent leur source dans des données indigestes, sur les gares ferroviaires les plus bondées d’Angleterre ou sur les excès des notes de frais de ses parlementaires.

Signes distinctifs
A vu au moins une fois dans sa vie à quoi ressemblent les fichiers révélés par Wikileaks, tels que les câbles diplomatiques américains ou les rapports de l’armée sur la guerre en Irak. Le journaliste de données travaille en groupe, avec un développeur et un graphiste, avec qui il parle avec des termes barbares –tableur, feuille, donnée brute, donnée pertinente, donnée non pertinente, data, valeur.

Outils de travail
Excel; Open Data, la plateforme de données publiques lancée par le gouvernement; Google Chart ou Many Eyes pour créer des graphiques, des courbes et des camemberts; Document Cloud pour transformer des documents en données; Google Fusion Table pour visualiser sur des cartes et des chronologies les données agglomérées; Google Maps; OutWit Hub, un moteur de recherche qui repère sur le Web infos et documents concernant un champ de recherche donné (le foot comme les concerts, le budget de l’Etat français comme la crise de la zone euro).

  • Le journaliste de «live»

Profil
Journaliste généraliste, il a une connaissance inégalée de l’actualité. Ultra réactif, branché sur les chaînes d’informations en continu, un oeil sur les sites concurrents, l’autre sur Twitter, il sait voir la différence entre la dépêche de 12h11 et celle de 12h12 à la virgule près. Les termes «batônnage» et «enrichissement» n’ont aucun secret pour lui. Le sens du mot «old», qu’il lance à ses collègues avec dextérité, non plus. Car pour les besoins du «live» sous toutes ses formes, il filtre toute information qui daterait de plus d’une heure.

Signes distinctifs
Travaille en temps réel mais en horaires décalés, donc présent sur les réseaux sociaux aux aurores ou bien très tard. Dans la frénésie de l’actualité, peut se démener pour publier un urgent de l’AFP sur Twitter, en faisant un copié-collé de l’alerte qu’il vient de recevoir.

Outils de travail
Twitter; agences de presse; Google Reader et/ou Netvibes pour faire de la veille; Cover It Live, Scribble Live, ou P2 (pour WordPress) pour couvrir un événement en direct.

  • Le journaliste virtuel

Profil
Impossible de le déceler à la lecture de ses articles, mais ce journaliste ne rencontre pas physiquement les personnes qu’il interviewe. Comment se déroulent ses interviews alors? Par email, par messagerie instantanée ou par Skype. Le journaliste de cette catégorie vit en ligne et, en toute bonne foi, ne voit pas ce que cela changerait de rencontrer les gens en vrai pour leur poser des questions, à part perdre du temps –car aller au rendez-vous, en revenir, puis retranscrire l’interview sont autant d’étapes supplémentaires.

Signes distinctifs
Capable de mener plusieurs conversations en ligne à la fois, ce journaliste jongle avec de multiples fenêtres de conversation qui s’ouvrent de façon simultanée sur son ordinateur, ainsi que sur son smartphone.

Outils de travail
Messageries instantanées de Gmail et Facebook; messageries électroniques classiques; Skype et Hang Out pour des visioconférences; applications WhatsApp pour envoyer des SMS à volonté et IMO pour «chatter» sur toutes les plates-formes.

  • Le vérificateur

Profil
Depuis la primaire socialiste, à l’automne dernier, ce journaliste s’est fait une spécialité: vérifier la crédibilité de la parole politique. Alors il épluche les sites des candidats à la présidentielle, leurs programmes et leurs promesses. Devenu un représentant du fact checking, il passe au crible le chiffrage –ou l’absence de chiffrage– de chaque proposition. Et oppose d’autres chiffres, d’autres promesses, retrouvés dans les limbes du Web. Trouver les métadonnées d’une affiche de campagne pour découvrir d’où provient l’arrière plan de celle-ci fait partie de ses compétences. En dehors de la présidentielle, il sait s’assurer de l’authenticité de contenus provenant du Web, comme le tweet publié par un étudiant annonçant l’arrestation de Dominique Strauss-Khan, en mai 2011, ou la photo de Mouammar Kadhafi mort, en octobre 2011.

Signes distinctifs
Son arme? La capture d’écran. Conscient de la versatilité des contenus publiés sur le Web, il mitraille tout ce qu’il voit et enregistre dans la mémoire de son ordinateur ou de son téléphone des dizaines de captures d’écran, qu’il ressort en guise de preuve dans ses articles. Autre signe notable: sur Twitter, il peut se livrer à une discussion sans fin sur les diverses interprétations possibles d’un même chiffre.

Outils de travail
Pomme + Maj + 4 pour une capture d’écran sur un MAC; bouton central et bouton du haut à droit pressés en même temps pour une capture d’écran sur iPhone; Tineye, un moteur de recherche qui retrouve l’itinéraire d’un cliché; le module Exif Viewer (pour Firefox et Chrome) pour découvrir les informations sur la prise de vue d’une image…

(1) Cette classification n’est ni exhaustive ni issue d’un travail scientifique.

Merci de partager cet article sur Twitter et Facebook!

Alice Antheaume

lire le billet

«Sur le papier, une fois le journal achevé, on retourne à la vraie vie. Pas sur le Web»

W.I.P. demande à des invités de donner leur point de vue. Ici, Alexandre Sulzer, journaliste à 20 Minutes, passé du Web au print. Ne pouvant répondre au questionnaire des travailleurs du Web, réservé à ceux-ci, il explique ses conditions de travail, et les différences entre ce qu’il a vécu en ligne et ce qu’il vit sur l’imprimé.

Pas mal de journalistes print ont abandonné leur ancien support au profit d’Internet, média plus moderne, Terre promise d’un avenir radieux où il n’est plus question de ringards coûts d’impression ou de distribution, où l’info est vécue vraiment live et où les contraintes de taille et de bouclage ont (presque) disparu. Peu de journalistes ont fait le chemin inverse. J’en fais partie.

Rédacteur généraliste sur le site 20minutes.fr, je travaille aujourd’hui pour la locale Grand Paris du journal papier 20 Minutes. Vétéran du Web, je peux donc comparer les conditions de travail entre les deux médias sur la base notamment des principaux points soulevés dans le fondateur article «Les forçats de l’info» du Monde. L’exercice est un poil périlleux dans la mesure où il risque d’être interprété comme un match de boxe entre deux médias rivaux, comme une compétition victimaire où celui qui sera le plus «Pakistanais de l’info» aura le dernier mot. Ce n’est évidemment pas le but. L’ambition ne va pas au-delà de la description de mon simple cas.

>> Lire le décryptage des résultats du questionnaire sur les travailleurs du Web >>

Le type de contrat: il n’a pas changé. Au Web comme au print, j’ai bénéficié d’un CDI.

Le salaire: il est supérieur depuis que je suis passé sur le papier. Mais l’ancienneté dans la boîte et le cap des 5 ans de carte de presse l’expliquent pour beaucoup. Les derniers «juniors» embauchés au print ne sont pas mieux rémunérés que sur le Web.

Les horaires et le rythme: au Web, différentes tranches horaires de travail dans une fourchette comprise entre 7h et 21h. Plus je travaillais tôt, plus j’avais tendance à faire des heures parce que j’avais du mal à décrocher. Mais je finissais rarement après 20h, sauf si je commençais à 13h. Comme il s’agit de couvrir en temps réel des évènements compris sur une plage horaire définie par avance, le rythme de travail est à la fois soutenu et régulier. Le work in progress, les infos qui se succèdent les unes aux autres indéfiniment sont abrutissants. Mais le fait d’avoir des horaires permet de laisser la main à des collègues sans souci. Sauf dans les cas, assez rares, où l’on est en reportage sur le terrain.

Sur le papier, la journée ne peut s’arrêter avant le bouclage. Aucun espoir de finir avant 20h-21h donc. Et ce, quelle que soit l’heure à laquelle on a commencé le matin. Paradoxalement, le fait d’avoir une heure de bouclage, et donc une heure de «fin» de travail, impose de travailler au moins jusqu’à cette heure en question. Et s’il est vraiment rare de commencer aussi tôt que sur le Web, la journée débute fréquemment par un rendez-vous (reportage, conférence de presse, petit-déjeuner…) en début de matinée.

Bref, sur le plan des horaires, le papier n’est absolument pas en peine. Quant au rythme, il est beaucoup plus irrégulier que sur le Web où la rédaction d’articles et leur réactualisation rapide occupe une grande partie du travail. Sur le papier, le temps de rédaction à proprement parler est assez réduit (surtout vu les formats de 20 Minutes). Les reportages quotidiens sur le terrain, les déplacements qu’ils occasionnent, la recherche de sujets locaux avec ce que cela suppose de contacts, d’entretiens de contacts, de diversification des sources sont une grosse partie du job. Là encore, la quantité de travail sur le print n’a rien à envier à son petit frère digital.

Les veilles et le week-end: je n’ai pas été affecté à des périodes de veille, ni au Web ni au print. Ce qui n’empêche pas de devoir parfois travailler les jours de repos lorsque l’actu l’impose. Je travaille plus souvent le dimanche depuis que je suis passé au papier.

La dépendance à un média: elle est plus forte en ligne où l’on est tenté de suivre le développement live de tel ou tel événement, de voir comment buzze tel ou tel article ou de lire les commentaires des internautes et d’y répondre. Sur le papier, une fois le journal achevé, on retourne plus facilement à la vraie vie. On a aussi moins l’impression de vivre en vase-clos dans le microcosme de ses friends-followers.

La maîtrise des outils: au Web, on me demandait d’écrire un article, de l’éditer (notamment faire des liens), de le mettre en ligne dans le backoffice, de choisir une photo et d’y associer des mots-clés. On m’a demandé, très rarement, de faire de la vidéo et du son. Sur le papier, depuis plusieurs mois, on me demande d’écrire bien sûr, d’éditer les articles mais aussi de penser aux maquettes les plus appropriées aux sujets et de les concevoir. Le choix de la photo revient à un iconographe mais le mieux est de s’y associer pour préciser l’angle, ce que l’on souhaite mettre en valeur dans la page. De façon exceptionnelle, je réalise les photos moi-même.

Quant à la question du mépris des journalistes print à l’égard des Web-rédacteurs, il n’existe que marginalement à 20 Minutes. Et en sens inverse, les vannes sur les dinosaures que seraient les salariés du papier, jamais très à la pointe sur Twitpic il faut bien le dire, existent également….

Alexandre Sulzer

lire le billet