Qui sont les journalistes professionnels français?

Ils vieillissent, sont de plus en plus précaires, et se féminisent. Telles sont les conclusions du rapport de l’Observatoire des métiers de la presse, réalisé à partir des données 2012 de la CCIJP, la commission de la carte d’identité des journalistes professionnels. Des données qui, hélas, ne permettent pas de mesurer le nombre de journalistes travaillant pour le numérique.

37.477 journalistes ont une carte de presse en France en 2012. C’est à peine plus que l’année précédente, en 2011, où l’on en dénombrait 37.286. En réalité, il y a plus de journalistes en France que cela mais tous ne demandent pas leur carte de presse pour effectuer leur métier.

Age

Les “encartés”, comme on les surnomme, ont en moyenne 42,9 ans – 42,3% de l’ensemble ont plus de 45 ans, 28% ont moins de 35 ans. Des chiffres qui “témoignent d’un vieillissement régulier des journalistes encartés”, note le rapport, et notamment en presse écrite et télévision. Les plus jeunes exercent dans la production audiovisuelle.

Compétences

Le plus gros vivier de journalistes encartés travailleraient dans le secteur que l’étude appelle “presse écrite” (66% du corpus), une catégorie un peu fourre-tout qui comprend la presse quotidienne nationale, la presse quotidienne régionale, les agences de presse comme Reuters ou l’AFP, mais aussi les sites d’informations des quotidiens et magazines ainsi que les pure players. Pas étonnant, donc, que cette catégorie fasse le plein, devant la télévision (14,8%), la radio (9,5%) et la production audiovisuelle (2,5%).

Quelle part prennent les journalistes numériques dans ce corpus? Difficile à dire, d’autant que ceux qui travaillent, par exemple, pour les sites de Radio France sont répertoriés dans la catégorie radio tandis que ceux qui produisent sur France TV Info figurent dans la catégorie télévision. Interrogée sur ce point, Nathalie Barret, responsable des Observatoires des métiers, reconnaît que cette répartition n’est pas satisfaisante. “En essayant d’isoler les journalistes ayant déclaré qu’ils travaillaient sur un .fr, .info, .com, ou .org, nous constatons qu’ils formeraient 3.5% de l’ensemble”, m’explique-t-elle. “Nous sommes bien en deçà de la vérité”. Obtenir un pourcentage plus précis dépend de la déclaration que font les journalistes au moment de demander ou renouveler leur carte de presse auprès de la CCIJP. Or spécifier qu’on travaille sur le site de lexpress.fr plutôt que pour l’hebdomadaire n’est pas “nécessaire” pour obtenir sa carte. En outre, les rédactions font souvent des demandes collectives et ne rentrent pas dans les détails des attributions de chacun de leurs journalistes.

Contrats

Le pourcentage de CDI? 73.7% – 74,2% l’année précédente, en 2011. Quant aux journalistes en contrats précaires (CDD ou piges), ils sont 21,3%. Sans surprise, les pigistes et CDD sont sur-représentés dans les moins de 26 ans (67,7%). “Dans la tranche d’âge 26-34 ans, un journaliste sur trois a un contrat précaire”, diagnostique le rapport.

Salaires

Le salaire moyen d’un journaliste professionnel en CDI? 3.790 euros bruts par mois. D’un journaliste en CDD? 2.506 euros bruts par mois. D’un pigiste? 2.257 euros bruts par mois. A noter, “un journaliste diplômé d’un cursus reconnu en CDI ou CDD gagne en moyenne 12% de plus qu’un journaliste diplômé d’un cursus non reconnu”. Pourquoi? Cela fait partie des questions que se posent les jeunes journalistes. Voici la raison: à Radio France, le premier salaire perçu varie en fonction de la formation. Un étudiant d’une école de journalisme reconnue, comme l’Ecole de journalisme de Sciences Po, peut obtenir 2.160 euros bruts par mois, quand un étudiant d’une formation non reconnue par la profession des journalistes reçoit, lors de sa première année, 1.757 euros bruts. De même, au Monde.fr, un jeune journaliste non titulaire de sa carte de presse gagne 2.300 euros bruts mensuels quand un journaliste titulaire d’une carte de presse obtient 2.900 euros bruts.

D’une manière générale, on gagne mieux sa vie en étant un homme et en travaillant pour la télévision ou la production audiovisuelle, et ce, même si les contrats y sont plus précaires – ce sont les fameux CDD d’usages, qui s’échelonnent sur une saison télé, de septembre à juin.

Condition féminine

On dénombre 45,7% de femmes encartées en 2012 contre 54,3 % d’hommes – un pourcentage qui, d’ailleurs, ne cesse de monter – . Pourtant, elles sont peu représentées dans les postes de direction, et notamment les plus hautes fonctions, la direction de la rédaction (26,2% de femmes) et la rédaction en chef (34%). Elles sont un tout petit peu plus présentes aux postes de direction des rangs inférieurs, soit rédaction en chef adjointe (36,4% de femmes) et chef de service (37,9% de femmes), mais on est loin de l’équilibre. Il n’y a guère que la fonction de chef de rubrique qui recueille 52,2% des femmes. En même temps, on peut être seule à sa rubrique et être chef de rubrique – c’est une fonction qui va pas forcément de pair avec manager une équipe.

Parmi les premières demandes, figurent un grand nombre de femmes (56,2% contre 43,8% d’hommes), des contrats précaires (61,2 des premières demandes sont en CDD ou piges), et faisant une demande sur le tard.

A noter: la tranche 45-56 ans est de plus en plus nombreuse à faire une première demande de carte de presse. Le rapport estime qu’il s’agit “probablement de reconversions professionnelles vers le journalisme”. L’effet Roselyne Bachelot?

Alice Antheaume

lire le billet

Mon rapport de stage chez Dailymotion, service édition de contenus

«Nous avons un job de rêve, nous regardons des vidéos en ligne toute la journée», s’amuse à dire l’équipe qui gère les contenus de Dailymotion. En réalité, leur travail n’est pas que divertissant: il leur faut capter en quelques secondes ce que les vidéos valent – en termes de buzz, d’infos, ou de créativité; recruter des «partenaires» qui peuvent fournir des contenus de qualité; dégoter des exclusivités; et coller à l’actualité en vidéo.

Juridiquement, Dailymotion (9,7 millions de visiteurs uniques en France selon Nielsen, 65 millions de VU dans le monde) reste hébergeur de vidéos. C’est-à-dire que, d’après la LCEN (loi pour la confiance en l’économie numérique), il n’est pas responsable a priori des vidéos mises en ligne par les internautes, mais qu’il doit retirer une vidéo si une instance juridique l’ordonne. «Nous assumons ce double statut d’hébergeur et d’éditeur, assure Martin Rogard, le directeur général de Dailymotion. Nous avons besoin d’être hébergeur pour accueillir toutes les vidéos qui proviennent des “user generated content” (les internautes qui produisent du contenu, ndlr) et nous avons besoin d’être éditeur pour inventer un nouveau métier, celui qui occupe l’équipe éditoriale toute la journée».

Pour comprendre leur fonctionnement, je suis allée en «stage d’observation» dans les locaux de la plate-forme française de partage de vidéos, installée dans le 18e arrondissement de Paris.

Crédit: AA

Crédit: DR

Plus de développeurs que d’éditeurs

A l’entrée, sous des parasols (!), l’équipe technique, présente en force – plus de la moitié des 110 salariés. Plus loin, une quinzaine de personnes se concentre sur la partie contenus, répartis sur 17 chaînes (actu et politique, sport, musique, cinéma, jeux vidéo, art et création, high-tech et science, etc.).

«Ici, il n’y a aucune carte de presse», me prévient Antoine Nazaret, responsable des chaînes «news» et «sport». Et le président de Dailymotion, Cédric Tournay, y tient: pas question pour lui d’en recruter pour l’instant.

Pourtant, il se tient, deux fois par semaine, une réunion où les éditeurs de vidéos «vendent» à leur rédacteur en chef, Marc Eychenne, des vidéos, ici d’une petite phrase d’un politique, là d’un concert en live depuis un festival de musique. La réunion, plutôt calme, se révèle être un mélange entre conférence de rédaction où l’on débat des sujets d’actualité, et réunion de programmation, où l’on place sur un calendrier hebdomadaire les vidéos prévues (Nicolas Sarkozy en visite sur le Tour de France, le dernier conseil des ministres avant l’été, le nouveau clip d’Orelsan, etc.) pour les «monter» sur la page d’accueil ou en catégorie «vidéo star», VS dans le jargon dailymotionien.

Programmation et édition

L’impact de la mise sur la home page d’une vidéo? Entre 1.000 et 20.000 vus supplémentaires. Néanmoins, seulement 3% de l’audience de Dailymotion passe par la page d’accueil, quand plus de 50% du trafic se fait sur une «page player», c’est-à-dire une page sur laquelle se trouve une seule vidéo. En général, «80% de l’audience d’une vidéo se fait sur ses deux premiers jours de vie», détaille Marc Echeynne. Certains contributeurs pressent Dailymotion de mettre en avant leur vidéo. «Nous en avons même eu qui nous ont proposé 500 euros en cash», s’esclaffe l’équipe. Qui a retoqué l’offre.

Autre spécificité de cette plate-forme: la réactivation de vieilles vidéos en fonction de l’actu. Lorsque Brice Hortefeux veut faire appel de sa condamnation pour «injure raciale», l’effet est immédiat: la vidéo publiée par lemonde.fr en septembre 2009, est revisionnée en masse.

Dépendance aux autres

L’équipe vit l’actualité comme une rédaction Web mais ne produit pas directement des informations. «Nous ne sommes pas dépendants de l’actualité, nous sommes dépendants de ce que nos partenaires nous fournissent», reprend Antoine Nazaret, qui voit arriver dans la rubrique «news» entre 400 et 500 vidéos par jour. En cas de grosse actu, Dailymotion peut même suggérer à ses partenaires médias de produire telle ou telle vidéo. Cela a été le cas pour l’affaire Bettencourt/Woerth. Dailymotion a proposé à Médiapart de faire un édito sur le sujet en vidéo. Au final, Mediapart a réalisé une séquence où s’enchaînent les temps forts de l’affaire. Accro aux alertes et au urgents bombardés par les médias, Antoine Nazaret confie être «connecté tout le temps», y compris les week-ends et en… vacances. «Quand je suis en rendez-vous à l’extérieur, je vérifie sur mon Blackberry qu’il n’y a pas une urgence».

Lorsque Bernard Giraudeau meurt, un samedi en plein pic d’audience («nos primes times ont lieu les soirs et les week-ends»), l’équipe se désole de n’avoir pas préparé une «page hub» sur cet acteur, sur laquelle les internautes auraient trouvé huit de ses vidéos phares. Une page qui ferait office de nécrologie. Ni une ni deux, l’équipe décide de mettre à profit l’été pour mettre en place des «pages hub» sur plusieurs personnalités que l’on dit proche de la fin. Comme dans les rédactions, où les journalistes écrivent des portraits de ceux qui risquent de défaillir dans les prochains mois, pour ne pas être pris au dépourvu.

Organisation hors pair

En réalité, ce qui m’a le plus bluffée à Dailymotion, c’est leur quasi psychose de perdre une idée. «Toute idée à un numéro de ticket», m’explique Giuseppe de Martino, le directeur juridique (1). En clair, chaque salarié, qu’il soit apprenti ou dirigeant, inscrit dans Jira, un outil en ligne et partagé par toute la société, son idée pour améliorer le site. Il remplit un champ titre, une catégorie, définit l’idée et l’attribue à un ou des salariés étant capables de la mener à bien.

Certaines idées prennent deux minutes à être réalisées, d’autres, subdivisées en sous-tâches, nécessitent des semaines de travail. Quand l’idée voit le jour, le numéro de ticket apparaît barré sur le tableau de bord des salariés.

L’autre obsession de Dailymotion? Faire mieux, ou du moins différent, de YouTube, son concurrent américain, qui appartient à Google. En réunion, le mot a été prononcé des dizaines de fois: «Nous sommes en train de recruter la rappeuse Amandine. Cela tombe bien, elle se plaint de YouTube», dit l’un. «La home page de Dailymotion doit être construite de façon différente de celle de YouTube, dont les flux sont automatisés», ajoute un autre.

Déontologie

A force d’éditer la page d’accueil, surviennent des questions quasi déontologiques. Marc Eychenne se souvient qu’un membre du collectif Kourtrajmé a proposé, en octobre 2008, une séquence filmée lors de violences policières à Montfermeil. «Est-ce qu’il fallait montrer des images brutes comme cela sur notre page d’accueil, sans expliquer le contexte? Finalement, sans avoir l’histoire en détails, nous avons trouvé cela trop délicat.» L’internaute a alors proposé sa vidéo à Rue89, qui l’a contextualisée avec un article, avant de la poster sur Dailymotion, avec un lien dans la description de la vidéo menant à l’article explicatif en question.

De même, l’équipe assure veiller à ce que les plagiats de vidéos ne soient pas légion. «Nous respectons les scoops de chaque média, et les productions de chacun», et ce, même si certains sites se font une spécialité de reprendre les contenus des autres, en ajoutant leur logo par dessus, avant de les poster sur Dailymotion. «Nous prenons dans ce cas la vidéo d’origine, rassure Antoine Nazaret. Et au besoin, nous la faisons démarrer au moment de la phrase-clé grâce à un outil spécial.» Hébergeur et éditeur, donc.

Saviez-vous que la page d’accueil de Dailymotion était éditée ainsi? Et qu’y travaille une équipe éditoriale ad hoc? Qu’en pensez-vous?

Alice Antheaume

(1) Giuseppe de Martino rédige des chroniques sur Slate.fr.

lire le billet