Débat sur le climat: Claude Allègre s’en mêle… aux Etats-Unis

“Pas besoin de paniquer au sujet du réchauffement planétaire”. Un titre éloquent qui semble tout droit tiré d’un blog de climato-sceptiques. En fait, il s’agit de celui d’un point de vue publié dans la rubrique “Opinion” du Wall Street Journal, dans son édition du 27 janvier 2012. Le texte est signé par pas moins de 16 scientifiques au pedigree respectable, bien que souvent à la retraite, dont l’un au moins n’est pas inconnu des Français… Claude Allègre, ordre alphabétique oblige, se retrouve même en tête de la liste…
Comme son titre l’indique clairement, il s’agit d’un plaidoyer climato-sceptique destiné aux candidats aux élections américaines. Le message est simple et bien connu: pas la peine de dépenser beaucoup d’argent pour lutter contre le réchauffement climatique en réduisant les émissions de CO2 par l’industrie et le transport. Pourquoi ? D’abord parce que l’augmentation de température s’est ralentie au cours des 10 dernières années, dixit les signataires. Et surtout parce que le lien entre ce réchauffement et l’accroissement du taux de CO2 dans l’atmosphère serait loin d’être établi, toujours selon les climato-sceptiques. Rien de nouveau sous le soleil, donc… Ou plutôt si: son absence dans le raisonnement des anti-consensus. Alors que le réchauffement est présenté, par les contestataires comme le géophysicien Vincent Courtillot en France, comme dû à l’augmentation de l’activité solaire au cours des dernières décennies, cet argument n’est plus repris par le texte publié dans le Wall Street Journal. Il faut dire que, toujours selon cette thèse, le soleil entrant dans une phase de moindre activité, le réchauffement doit se ralentir, comme le montrerait le plateau du réchauffement observé au cours des 10 dernières années.

Impact du CO2

Evolution de la concentration en CO2 dans l'atmosphère mesurée au Mauna Loa Observatory, Hawaii. Courbe en rouge: valeurs mensuelles moyennes. Courbe en noir: valeurs corrigées par les variations saisonnières. Source: NOAA

Le point de vue des climato-sceptiques américains se focalise sur le rôle du CO2 dont l’impact sur l’économie est direct.  Les signataires le martèlent: pour eux, l’impact de l’accroissement de la concentration en gaz carbonique dans l’atmosphère sur le réchauffement de la planète n’est pas démontré. Mais le débat sur ce point serait tabou, interdit par la majorité des scientifiques défendant la thèse inverse et réclamant des mesures drastiques pour limiter les rejets de gaz à effet de serre, dont le CO2, dans l’atmosphère. Ce diktat du consensus aurait conduit, selon le texte, Ivar Giaever, prix Nobel de physique en 1973 pour ses découvertes sur l’effet tunnel dans les semi-conducteurs, supporter du président Obama et climato-sceptique connu, à ne pas renouveler son adhésion à l’American Physical Society. Cette dernière a en effet affirmé que ” la preuve du réchauffement climatique est irréfutable” [incontrovertible]. Un mot qui n’est pas passé et sur lequel les signataires du texte du Wall Street Journal s’appuient pour dénoncer une chasse aux sorciers du climat, tels Chris de Freitas, éditeur du journal Climate Research. Ils vont jusqu’à invoquer, à nouveau, l’affaire Lysenko en se comparant aux scientifiques dissidents russes envoyés au goulag parce qu’ils croyaient à la génétique. Voici donc les climato-sceptiques auto-érigés en hérétiques pourchassés par l’inquisition du réchauffement…

Manque de réchauffement

Le plus étonnant, dans l’argumentaire des signataires, concerne leur affirmation que l’on observerait un “manque de réchauffement depuis plus de 10 ans” et que l’augmentation de la température du globe sur les 22 dernières années serait inférieure aux prévisions du GIEC. L’argumentaire se radicalise ainsi en s’attaquant désormais, non seulement au rôle du CO2, mais également à la réalité de la poursuite du réchauffement.
Sur ce dernier point au moins, il semble bien difficile de les suivre, tant ils s’opposent à de nombreux signes de l’augmentation de la température du globe depuis le début du 21ème siècle.

 

La courbe ci-dessus montre à la fois l’évolution des anomalies de température (plus faciles à mesurer que les température moyennes absolues sur la planète) entre 1880 et 2010. La courbe en bleu compare ces anomalies annuelles avec la moyenne du 20ème siècle (1901-2000). On constate que cette dernière atteint une sorte de plateau à partir de 2005. En effet, les années comprises entre 2006, 2007, 2008 et 2009 ont connu des anomalies de température plus faibles. Cela n’a pas été le cas de 2010 qui se situe à un niveau record, égalant le pic de 2005 et dépassant celui de 1998.

Records de chaleur en 2005 et 2010

En 2010, selon l’agence fédérale américaine National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), tous les records de température ont été battus avec une augmentation de 0,62°C par rapport à la moyenne du 20ème siècle (13,9°C). En 2011, rebelote. L’année égale le niveau de 1997 et se classe en 11ème position dans les années records depuis 1880. La température moyenne du globe se situe 0,51°C au dessus de la moyenne du 20ème siècle. La NOOA note que 2011 est la 35ème année consécutive avec une température supérieure à la moyenne du 21ème siècle. Certes, avec un résultat similaire à 2004, 2011 va conduire à un prolongement du plateau de la courbe bleue du schéma ci-dessus. Une représentation quelque peu trompeuse car elle lisse le phénomène. Néanmoins, il est clair qu’elle affiche une croissance depuis l’an 2000, contrairement à la position des climato-sceptiques qui déclarent, dans le texte du Wall Street Journal, que ” le fait le plus gênant est le manque de réchauffement global pendant bien plus de 10 ans maintenant”.

Affirmation sans source

Une affirmation qui contredit donc la NOAA. Il eut été indispensable de citer une source pour étayer la crédibilité d’une telle assertion. De la même façon, le texte conteste les modèles informatiques qui servent aux climatologues à établir le lien entre réchauffement et concentration en CO2 dans l’atmosphère. Pour les signataires “le manque de réchauffement au cours de la dernière décennie – en fait  le réchauffement le plus inférieur aux prévisions sur les 22 dernières années pendant lesquelles le GIEC a publié des prévisions – suggère que les modèles informatiques ont grandement exagéré le réchauffement que peut engendrer une augmentation du CO2”. Fondée sur une affirmation non démontrée, la contestation se révèle un peu courte.

Perception délicate

La perception du changement climatique à travers la météo est délicate et les climato-sceptiques exploitent largement cette difficulté. Ainsi, alors que l’année 2010 a battu tous les records au niveau mondial, elle est révélée particulrement “fraiche” en France. En revanche, 2011, année tiède dans le classement planétaire, a été la plus chaude en France depuis 1900, selon le bilan de Météo France. Elle surpasse même 2003, année de la fameuse canicule meurtrière.

 

La délicate relation entre météorologie et climatologie devrait conduire le GIEC à un effort pédagogique. Or, ce dernier se contente de publier ses rapports tous les… 7 ans. Après celui de 2007, il faudra attendre 2014 pour un nouvel état des lieux du réchauffement climatique. Les rares documents intermédiaires manquent souvent de conclusions claires. Ainsi, le dernier en date concernant la relation entre les événements climatiques extrêmes et l’augmentation de la température de la Terre liée aux activité humaine brille surtout par son luxe de précautions.

Manque de pédagogie

Lorsque l’on cherche des données sur les mesures annuelles montrant l’évolution de la température su globe, M. Google ne nous aide guère. Il faut fouiller pour dénicher les valeurs publiées par la NOAA… Et le site du GIEC n’est guère utile dans ce domaine. Or, face à des climato-sceptiques qui n’hésitent pas à lancer des affirmations sans sources, il serait hautement souhaitable de disposer d’informations faciles d’accès et présentées de façon pédagogique. Quel site va enfin se décider à publier l’évolution de la température de la planète ? Au risque d’afficher des baisses de cette température pour certaines années. Si les climatologues veulent combattre le climato-scepticisme, ils ne peuvent que gagner à fournir de telles données aux citoyens qui cherchent à étayer leur opinion. D’ailleurs le temps presse. En particuliers aux Etats-Unis où la vogue du scepticisme est telle que la question de la climatologie a rejoint celle du néo-créationnisme (l’intelligent design) en matière d’enseignement dans les écoles.
Dans ce contexte, on ne peut que saluer l’effort de la NASA pour illustrer le réchauffement climatique au cours du temps :

 

Michel Alberganti

lire le billet