Gaz de schiste: fracturation politique

En matière de gaz de schiste, en France, il faut suivre… Le 14 septembre 2012, tout était interdit. Avec le rapport Gallois, le 5 novembre 2012, la porte de la recherche semblait entrouverte. Mais aussitôt, Jean-Vincent Placé, sénateur EELV, est monté au créneau, invoquant l’accord électoral entre le PS et les Verts (qui ne parle d’ailleurs pas de recherche…). Sans doute dans un souci d’apaisement, Jean-Marc Ayrault a “oublié” le gaz de schiste lors de sa présentation du pacte national. Les services du Premier ministre confirmaient alors que la proposition de Louis Gallois en faveur de la poursuite de la recherche sur le gaz de schiste ne serait pas retenue. (Lire le résumé du chapitre précédent). Placé arrivait alors gagnant…

Mardi 13 novembre 2012 : première conférence de presse de François Hollande. Le Président de la République déclare alors, au sujet de la technique de fracturation hydraulique :

“Tant qu’il n’y aura pas de nouvelles techniques, il n’y aura pas d’exploration et d’exploitation de gaz de schiste en France. Cette technique porte considérablement atteinte à l’environnement. Je le refuse tant que je serai là. La recherche continue. On ne peut pas empêcher la recherche sur d’autres techniques. Aujourd’hui, elle n’a pas abouti. Mais elle n’est pas interdite. Je laisse les chercheurs travailler. Je prendrai mes responsabilités le moment venu.”

Salutaire mise au point

Salutaire mise au point qui remet Jean-Vincent Placé… à sa place. C’est à dire celle d’un sénateur qui, tout Vert soit-il, n’est pas en position de diriger la recherche française. Le silence de Jean-Marc Ayrault, le 6 novembre, avait créé un véritable malaise. Le voilà dissipé par François Hollande. Tant mieux. Désormais, les laboratoire français vont pouvoir démontrer que la France reste un pays d’inventeur !

Cette clarification survient au moment où de multiples signaux conduisent à penser que le dossier du gaz de schiste n’est pas près de se refermer, n’en déplaise à Corinne Lepage qui le rejette en bloc dans les colonnes du Monde.,Le même quotidien reprend les prévisions publiées par l’Agence internationale de l’énergie (AIE) dans son rapport annuel, le World Energy Outlook publié le 12 novembre.

Les Etats-Unis, futurs numéro un mondial du pétrole et du gaz

Les États-Unis deviendront le premier producteur mondial de pétrole, dépassant l’Arabie saoudite, entre 2017 et 2020 et premier producteur de gaz dès 2015 en devançant la Russie. Tout cela grâce aux huiles et gaz de schiste. L’exploitation de ces hydrocarbures non conventionnels est en train de bousculer en profondeur et de façon totalement inattendue l’échiquier énergétique mondial.

Toujours Le Monde, dans un entretien, rapporte l’opinion de Fatih Birol, économiste en chef de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) :

“La France réduit la part du nucléaire, interdit le gaz de schiste et vise à limiter plus fortement ses émissions de CO2. Ces trois éléments sont-ils compatibles ? Je n’en suis pas sûr. Je crois qu’il est possible d’exploiter proprement le gaz de schiste à condition de fixer un cadre réglementaire très strict aux industriels qui devront faire des investissements technologiques importants. Mais le jeu en vaut la chandelle, car les bénéfices à tirer de cette ressource peuvent être très élevés.”

1000 ans de consommation en Suède

La Suède, pays qui ne fait parti des pays les plus polluants, a découvert que son sous-sol contient pas moins de 1000 années de sa consommation de gaz… La Suède n’exploite pas ce gaz. Pour l’instant, elle explore, malgré l’opposition des Verts qui partagent le pouvoir. D’ici la fin de l’année, le gouvernement suédois se prononcera sur une éventuelle exploitation commerciale. En toute connaissance de cause. Ce qui n’est pas le cas en France puisque les forages d’exploration sont interdits. En France, comme en Suède d’ailleurs, si les Verts persistent dans leur position, une fracturation politique deviendra inéluctable dans la majorité présidentielle.

Michel Alberganti

lire le billet

Vidéo : voyage au dessus de la blancheur des glaces polaires

L’opération IceBridge de la NASA étudie l’évolution des glaces aux deux pôles. Outre les mesures de forme, de taille et d’épaisseur qui permettent de suivre les effets du réchauffement climatique sur l’Arctique et l’Antarctique, les missions utilisant des avions rapportent des images d’une remarquable beauté. En ce début d’hiver gris, quelques images de blancheur sculptée par le vent et la mer…

Michel Alberganti

lire le billet

Avec le CO2 et le méthane, l’azote du permafrost menace le climat

Pas moins de 44 milliards de tonnes d’azote et 850 milliards de tonnes de carbone seraient stockés dans le permafrost de l’Arctique.  Telle est la nouvelle estimation fournie par l’US Geological Survey et qui a fait l’objet d’une publication dans la revue Geophysical Research Letters du 7 août 2012.  Au cours du prochain siècle, le dégel du permafrost de l’Arctique pourrait relâcher cet azote et ce carbone captifs dans l’atmosphère et accroître ainsi l’effet de serre responsable du réchauffement climatique.

Ces émissions s’ajouteraient à celle du méthane, également emprisonné dans le permafrost de l’Arctique et de l’Antarctique, dont nous avons déjà parlé. En Arctique, la quantité de méthane piégé atteindrait 4 milliards de tonnes, à peu près autant qu’en Antarctique.

Les auteurs de la nouvelle publication de l’US Geological survey notent que les 850 milliards de tonnes de carbone présents dans le permafrost de l’Arctique sont équivalents à la quantité de carbone actuellement présente dans l’atmosphère.

Cette nouvelle donnée devra être prise en compte par le cinquième rapport du GIEC prévu pour 2014.

Michel Alberganti

lire le billet

Un expert prédit la disparition de la glace d’été en Arctique d’ici 4 ans

Peter Wadhams, de l’université de Cambridge, prédit que la glace d’été, en Arctique, aura totalement disparu d’ici 4 ans. Dans un email adressé au journal The Guardian qui en a rendu compte le 17 septembre 2012, il écrit: “Le changement climatique n’est plus un phénomène au sujet duquel il faut faire quelque chose d’ici quelques décennies”. Pour lui, il n’est même plus question de réagir en tentant de réduire nos émissions de CO2. Il estime qu’il faut passer à la vitesse supérieure et s’en remettre aux techniques de géo-ingénierie. Parmi ces dernières, on trouve l’envoi de particules dans l’atmosphère pour réfléchir les rayons du soleil, le fait de rendre les nuages plus blancs ou de répandre dans les océans des minéraux capables d’absorber plus de CO2. En gros, l’heure n’est plus aux mesures passives mais à l’action, même si celle-ci est fortement soupçonnée de provoquer des catastrophes pires que celles du réchauffement climatique.

2012, en recul de 500 000 km2 sur 2007

Peter Wadhams s’est illustré, au cours des dernières années, grâce à la précision de ses prédictions concernant l’évolution des glaces en Arctique. Il a passé des années à en mesurer l’épaisseur dans des sous-marins. C’est ainsi qu’il avait annoncé une rupture de la glace d’été pour 2007, année où la surface de cette glace e effectivement atteint un minium historique de 4,17 millions de km2. En 2012, ce record sera battu avec une réduction de plus de 500 000 km2 supplémentaires avec une surface de seulement 3,5 millions de km2.

Plus de glace vers 2015-2016

Pour Peter Wadhams, ce phénomène est une conséquence directe du réchauffement climatique. “Il y a moins de glace qui se crée en hivers et plus de glace qui fond en été”, précise-t-il. Le point de rupture final survient lorsque la fonte de l’été dépasse le gel de l’hiver. “J’avais prédit que cette rupture se produirait vers 2015-2016. L’océan arctique en été (août à septembre) sera alors totalement libre de glace. Nous assistons aujourd’hui au début de cette rupture qui devrait être achevée aux environs de ces dates”. D’ici 4 ou 5 ans, donc, plus de glace d’été en Arctique…

Le dégel du permafrost

Est-ce dramatique ? Pour Peter Wadhams, c’est “épouvantable”. Aux conséquences positives sur le transport et l’accès au pétrole et au gaz, s’opposent les effets sur le réchauffement climatique. C’est à dire une accélération. “Lorsque la glace disparaît en été, l’océan se réchauffe (de 7°C en 2011) et il augmente la température des côtes. Le plateau continental de l’Arctique est composé de permafrost, des sédiments gelés depuis le dernier âge glaciaire. Lorsque l’eau de l’océan réchauffe ces sols, le permafrost dégèle et libère d’énormes quantités de méthane emprisonné. Ce puissant gaz à effet de serre donnera un coup d’accélérateur au réchauffement climatique”.

Jean Jouzel “sceptique”

Un tel scénario catastrophe dans la bouche d’un expert peut faire… froid dans le dos. Interrogé par Globule et télescope, le glaciologue Jean Jouzel se déclare “sceptique vis à vis des propos de Peter Wadhams” au sujet du délai de 4 ans. Il a plutôt tendance à suivre les chercheurs qui “tablent sur une vingtaine d’années”. Un délai supplémentaire pas si long. Sera-t-il suffisant pour que nous réagissions ? Et comment réagir ?

Michel Alberganti

lire le billet

50% de nucléaire ? A ce rythme, plutôt en 2066 qu’en 2025

En 2011, la France exploitait 58 réacteurs nucléaires répartis dans 19 centrales. Grâce à une puissance installée de 63,1 GW, la production d’électricité d’origine nucléaire a atteint 423,5 milliards de KWh représentant 77,7% de l’électricité consommée l’an dernier. En 2012, la France aura besoin de 9254 tonnes d’uranium pour alimenter ses réacteurs nucléaires.

Fessenheim: 2,3% de l’électricité nucléaire

Lors de sa campagne présidentielle, François Hollande a fixé l’objectif de ramener la part du nucléaire dans le mix électrique de 75% à 50% à l’horizon 2025. Le 14 septembre, il a annoncé sa décision de fermer la centrale de centrale de Fessenheim en 2016. Cette centrale, construite à partir de 1971 a été raccordée au réseau en 1978. La puissance installée de ses deux réacteurs est de 1760 MW. Sa production annuelle moyenne atteint 10 milliards de KWh, soit 2,3% de l’électricité nucléaire française.

Sortie du nucléaire… dans 150 ans

Pour passer de 75% (ce qui est en dessous du chiffre actuel de 77,7% mais admettons…), à 50%, il faut donc réduire de 25% la part du nucléaire dans le mix énergétique. Admettons également que la production française d’électricité reste constante au cours de prochaines décennies (la crise économique nous y aidera un certains temps) à environ 545 milliards de KWh. La part du nucléaire, si elle était bien de 75%, atteindrait 409 milliards de KWh. Pour la faire passer à 50%, il faut la réduire d’un tiers, soit de 136 milliards de KWh. Cela représente la  production de 13,6 centrales de Fessenheim. S’il faut quatre ans pour fermer une telle centrale, nous aurons atteint l’objectif fixé par François Hollande dans 54 ans, soit en 2066. Et non en 2025… Au même rythme, la sortie du nucléaire de la France ne se produirait qu’au bout d’environ 150 ans, c’est à dire aux alentours de 2162, année électorale…

Au delà d’un second mandat

Sauf erreur de calcul que vous ne manquerez pas de relever, et, il est vrai, à d’importantes approximations près, il semble bien que le rythme imprimé par François Hollande à la réduction du nucléaire dans le mix électrique français ne soit pas suffisant pour atteindre son objectif. Il faut noter qu’avec une certaine prudence, l’année 2025 retenue se situe au delà de la fin de son second et dernier mandat, s’il est réélu en 2017.

Fermeture de Fessenheim : pourquoi attendre 4 ans ?

Dans ce contexte, on peut s’étonner de la satisfaction affichée par nombre d’écologistes après les annonces du 14 septembre. A l’exception de Greenpeace qui déclarait, dès le 13 septembre: “La centrale de Fessenheim pourrait être fermée très rapidement. En 2011, elle n’a contribué qu’à 1,3% de la production nette d’électricité nationale”. Et l’organisation de s’inquiéter des déclarations au Sénat de Delphine Batho, ministre de l’écologie, affirmant que les travaux prévus à Fessenheim seraient bien réalisés. “Quel signal le gouvernement peut-il envoyer en investissant des millions d’euros dans une centrale qu’il a promis de fermer dans le quinquennat ?” s’interroge Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France.

50% en 2066 ? Pas sûr… Que les adeptes du nucléaire se rassurent. La France n’est pas le Japon qui affiche un objectif de sortie du nucléaire en 30 ans.

Michel Alberganti

lire le billet

Gaz de schiste: l’abstention l’emporte sur la précaution

En ouverture de la conférence sur l’environnement, François Hollande a annoncé ses décisions concernant l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste en France:

«J’ai demandé à Delphine Batho, ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, de prononcer sans attendre le rejet de sept demandes de permis déposées auprès de l’État et qui ont légitimement suscité l’inquiétude dans plusieurs régions (…) S’agissant de l’exploration et de l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels, telle sera ma ligne de conduite tout au long de mon quinquennat. (…) Dans l’état actuel de nos connaissances, personne ne peut affirmer que l’exploitation des gaz et huiles de schiste par fracturation hydraulique, seule technique aujourd’hui connue, est exempte de risques lourds pour la santé et l’environnement.»

publicité

Le président de la République a ajouté que«le gaz de schiste soulève bien des questions»,et il a dit «entendre les arguments économiques et les considérations souvent exagérées sur les gisements».

Ainsi, François Hollande cède aux arguments des écologistes. La France rejoint la Bulgarie et la Roumanie, les pays européens qui ont décidé d’un moratoire sur l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste.

Lire la suite…

 

lire le billet

Eolien : autant en apporte le vent

Publiée le 9 septembre 2012 dans la revue Nature Climate Change, une nouvelle étude affirme que l’éolien pourrait, théoriquement, couvrir l’ensemble des besoins énergétiques de la planète. Selon Kate Marvel du laboratoire national Lawrence Livermore qui a dirigé les travaux de l’équipe, 400 térawatts pourraient être obtenus grâce aux éoliennes sur terre et en mer tandis que l’éolien d’altitude aurait une capacité de 1800 terrawatts. Or, l’humanité consomme aujourd’hui 18 terrawatts. Ainsi, le vent terrestre couvrirait 20 fois ces besoins et le vent d’altitude 100 fois. De quoi faire réfléchir ceux qui considèrent l’énergie éolienne comme tout juste capable d’apporter, comme le solaire, un appoint aux énergies “sérieuses” que sont le pétrole, le charbon et le nucléaire.

Recherche de l’optimum

Il faut néanmoins préciser que ces chiffres représentent le potentiel géophysique de cette source d’énergie renouvelable et propre. Ils ne tiennent pas compte des limitations technologiques ou économiques. Il ne s’agit donc que d’un gisement. Pas de la ressource réellement exploitable. L’étude s’est concentrée sur la recherche de l’optimum d’exploitation possible du vent. En effet, trop d’éoliennes finiraient par ralentir les courants aériens, phénomène de saturation qui conduit à la définition d’un maximum de la ressource.

Peu d’impacts sur le climat

Les chercheurs ont également tenté d’évaluer les effets sur le climat de la Terre d’une exploitation massive de l’énergie éolienne. Selon eux, l’impact de l’extraction d’une quantité d’énergie égale à la consommation de l’humanité serait minime, dans la mesure ou les turbines seraient réparties et non concentrées dans certaines régions. D’après leurs calculs, une telle exploitation ferait varier la température du globe d’environ 0,1°C et affecterait 1% des précipitations. En conclusion, Ken Caldera, co-auteur de l’étude et membre de l’institution Carnegie à Washington, estime que “les facteurs limitant l’exploitation de l’énergie éolienne seront économiques, technologiques et politiques mais non géophysiques”.


Courants-jets

En 2009, Ken Caldera avait déjà publié, avec Cristina Archer dans la revue Energies, un article dédié au potentiel des vents de haute altitude. Les chercheurs s’étaient alors penchés sur les fameux courants-jets, les fameux jet streams, qui circulent dans l’atmosphère à des altitudes comprises en 6 et 15 km. Il en avait déduit de forts potentiels sans donner la méthode pour exploiter ces véritables rivières aériennes. Comment installer une turbine à ces altitudes et récupérer le courant électrique produit ? Mystère… Moins ambitieux mais plus réalistes, de nombreux projets visent l’exploitation du vent à moyenne altitude, c’est à dire à quelques centaines de mètres de la terre. Il s’agit de se dégager de l’effet de ralentissement du vent que provoque sa friction sur le sol afin d’exploiter un flux plus fort et plus régulier. Mais, là encore, comment faire ?

Cerf-volant et yo-yo

Une société italienne, Kite Gen Research fondée en 2007 à Chieri, près de Turin, détient une vingtaine de brevets pour une solution originale: le cerf-volant (kite en anglais). Son idée essentielle réside dans le fait de conserver sur terre toute la partie lourde et encombrante de l’installation, c’est à dire la turbine. Cette dernière tourne grâce au déplacement ascensionnel du cerf-volant qui entraîne un câble. Le problème, c’est qu’il faut faire redescendre le cerf-volant au bout d’un certain temps… Pour cela, le système rompt la portance de l’aile volante de plusieurs dizaines de m2 en exerçant une traction sur l’un des câbles. le cerf-volant se met, en quelque sorte, en torche, ce qui facilite sa descente. Ensuite, il suffit de rétablir la portance pour que l’ascension reprenne. Et ainsi de suite, dans un mouvement qui rappelle celui du yo-yo. De essais du système ont été réalisé au début de 2012. Certains problèmes restent à résoudre, semble-t-il mais Kite Gen mise sur des installations de 3 MW par cerf-volant et envisage de vastes carrousels sur terre et sur mer pour rassembler des dizaines de systèmes sur un même site. Un jour, peut-être, notre courant électrique sera produit par des cerf-volants… Nul doute que l’idée devrait séduire la Chine…

Michel Alberganti

lire le billet

La bombe atomique du climat : faisable et rentable…

Ce serait la solution du désespoir pour le cas où le réchauffement climatique atteindrait des niveaux insupportables, selon le conseiller scientifique du président Obama, John P. Holdren. Sorte de bombe atomique du climat, la géo-ingénierie consiste à expédier dans la stratosphère terrestre des particules à base de souffre pour réduire la quantité de lumière solaire parvenant sur la Terre. Une sorte de filtre anti-réchauffement qui s’inspire de la nature. En effet, les grandes irruptions volcaniques du passé ont provoqué des refroidissements planétaires engendrés par les particules rejetées. Si un volcan peut le faire, pourquoi pas l’homme ? Surtout s’il est Américain.

L’idée n’est pas nouvelle et l’on pouvait même la croire enterrée, tant elle suscite de critiques de la part des climatologues. La mise en pratique de la géo-ingénierie serait  la version climatique de l’apprenti-sorcier. Réduire la quantité de lumière solaire parvenant sur la Terre peut en effet avoir des effets totalement imprévisibles sur les équilibres climatiques terrestres et engendrer des catastrophes naturelles bien plus graves que celles du réchauffement lui-même. Le médicament pourrait tuer le malade…

5 milliards de dollars par an

Toutes ces considérations n’ont pas empêché Justin McCLellan (Aurora Flight Science Corporation), David Keith (université d’Harvard) et Jay Apt (université de Carnegie Mellon) d’évaluer la faisabilité et de chiffrer cette solution. Juste histoire de voir… Résultat: la géo-ingénierie est à la fois faisable et rentable. Leur étude, publiée dans la revue Environmental Research Letters de l’Institut de Physique (IOP) britannique du 31 août 2012, porte sur l’injection d’un million de tonnes d’aérosols par an à des altitudes comprises entre 18 et 25 km. Coût estimé: 5 milliards de dollars par an. Une bagatelle comparée au coût de la réduction des émissions de CO2 estimé, lui, entre 200 et 2000 milliards de dollars pour 2030.

Avion spécialisé

Forts de ce constat encourageant, les chercheurs ont analysé les technologies exploitables pour transporter et répandre ce million de tonnes de poussières. Comme par hasard, alors qu’un représentant d’un fabricant d’avions sans pilote, Aurora Flight Science, fait partie de l’équipe, c’est justement la solution aéronautique qui se révèle la plus économique. Moins coûteuse que l’adaptation d’un avion existant, la construction d’un aéronef dédié au vol à très haute altitude et capable de disperser les particules reviendrait entre 1 et 2 milliards de dollars par an. Les canons et les fusées seraient, eux, beaucoup trop onéreux car non réutilisables. En fait, ce qui serait encore plus économique que l’avion spécialisé, ce serait une sorte de pipeline aérien de 20 km de long maintenu en l’air par des ballons gonflés à l’hélium…

Les trois chercheurs prennent toutes les précautions nécessaires en précisant que leur étude est purement économique et qu’elle ne prend pas en compte les impacts climatiques de cette solution. Du coup, elle est incapable de déterminer si les dégâts causés par la “solution” ne reviendraient pas plus chers que ceux du réchauffement climatique lui-même. Ce qu’il faudrait démontrer…

Polluer en paix

Une telle étude est probablement révélatrice de l’état d’esprit général des Américains vis à vis de la question climatique. Avec une opinion publique peu convaincue de la responsabilité de l’homme dans le réchauffement, ils s’accommoderaient volontiers d’une solution leur permettant de poursuivre leurs émissions massives de CO2 dans l’atmosphère tout en évitant une augmentation de la température du globe. Continuer à polluer en paix, en somme.

Michel Alberganti

lire le billet

Sous les glaces de l’Antarctique, d’énormes quantités de méthane…

Publiée dans la revue Nature du 30 août 2012, l’étude de Jemma Wadham, de l’école de géographie de l’université de Bristol et de Slawek Tulaczyk, professeur de sciences de la terre à l’université de Californie Santa Cruz, fait l’effet d’une bombe potentielle. Au sens propre. Le projet des deux chercheurs, lancé lors d’une discussion il y a 5 ans, les a conduit à simuler l’évolution des bassins sédimentaires qui se sont formés à la surface de l’Antarctique avant la période qui a couvert ce continent de glaces, il y a 35 millions d’années. Auparavant, la vie grouillait au pôle Sud. Les plantes et les animaux se sont accumulés au cours des millions d’années précédants. Sous la glace, les microbes ont transformé ce carbone organique en CO2 et en méthane. En quantités énormes.

Les chercheurs estiment que 50% de la partie Ouest (1 million de km2) et 25% de la partie Est (2,5 millions de km2) de la calotte polaire de l’Antarctique recouvrent des bassins de sédiments pré-glaciaires. Ces régions concentreraient ainsi pas moins de 21 000 milliards de tonnes de carbone organique. Jemma Wadham note que cela représente 10 fois le stock de carbone piégé dans le permafrost des régions nordiques. D’après ses expériences en laboratoire, ce carbone est probablement métabolisé par les microbes. Les chercheurs ont simulé numériquement cette accumulation de méthane. Ils ont ainsi découvert que les conditions sont favorables à la création d’hydrate de méthane, c’est à dire du méthane piégé dans la glace.

D’après les calculs basés sur ces simulations, la quantité de méthane sous forme d’hydrates ou de gaz pourrait atteindre 4 milliards de tonnes, soit un ordre de grandeur identique aux estimations du méthane piégé dans le permafrost des régions Arctiques. La relative faible profondeur des réservoirs de l’Antarctique les rend plus susceptibles de libérer leur méthane dans l’atmosphère que les autres (Arctique et fonds marins). Sandra Arndt, de l’université de Bristol, co-auteur de l’article, note qu’il “n’est pas surprenant que des quantités significatives de méthane soient piégées sous la calotte polaire de l’Antarctique. Comme pour les sédiments situés sous le fond des mers, il y fait froid et la pression est élevée. Des conditions nécessaires à la formation des hydrates de méthane.

L’inquiétude vient, comme pour l’Arctique, du réchauffement de la calotte polaire de l’Antarctique qui se traduit par des ruptures de la glace. Le risque est que ces rupture libèrent le méthane piégé. Ce qui aurait un fort effet d’accélération du réchauffement climatique. Le méthane est en effet un gaz à effet de serre environ 20 fois plus puissant que le CO2.

Ces prévisions sont issues de simulations. On sait que les modèles mathématiques ont une précision plutôt faible en ce qui concerne l’évolution du climat des pôles. Mais, jusqu’à présent, les erreurs ont toujours été dans le sens d’une sous-estimation de la vitesse de réchauffement de ces régions…

Michel Alberganti

lire le billet

98% des Canadiens pensent qu’un changement climatique est en cours

L’étude publiée par l’ONG International Performance Assessment Centre for Geologic Storage of Carbon Dioxide (IPAC-CO2), le 15 août 2012, révèle que seulement 2% des Canadiens ne croient pas qu’un changement climatique est en train de se produire. Ce résultat confirme celui de 2011. “Les Canadiens sont concernés par les problèmes tels  que les événements météorologiques extrêmes, les sécheresses ou le changement climatique”, note Carmen Dybwad, PDG d’IPAC-CO2.

Ce résultat est nettement meilleur que celui qu’Ipsos a enregistré en France en janvier 2010,  un mois après le sommet de Copenhague. Le sondage réalisé alors montrait que 84% des Français croyaient à la réalité du réchauffement climatique. Ce chiffre reste sensiblement supérieur à celui qui a été mesuré en 2011 aux Etats-Unis par l’université de Yale qui s’était alors penchée sur les différences de perception en fonction des préférences politiques des personnes interrogées. Ainsi, 78% des Démocrates et 53% des Républicains estimaient qu’un réchauffement climatique se produit.

Cette adhésion relativement massive au changement climatique masque des différences importantes quant aux causes de ce phénomène. Même au Canada. Ainsi, 54% des Canadiens estiment que le changement climatique est partiellement dû aux activités humaines et partiellement à des variations climatiques naturelles et 32% qu’il est uniquement dû aux activités humaines. Seuls 9% jugent qu’il provient uniquement de variations climatiques naturelles.

La division des Canadiens est également importante en matière de solutions pour limiter le changement climatique. Pour 35% d’entre eux, les priorités concernent la promotion de voitures plus propres fonctionnant à l’électricité ou à des carburants à faible émission de carbone. Seulement 16% ont favorable à une taxation générale sur l’émission de CO2. Au sujet du stockage du CO2, 59% de Canadiens estiment qu’il devrait être obligatoirement prévu lors de la construction de nouvelles centrales au charbon ou au gaz naturel. Mais le pourcentage de ceux qui ne sont pas sûr qu’ils tireraient profit de la capture et du stockage du carbone est passé de 42% en 2011 à 48% en 2012. Ces résultats sont des moyennes qui masquent d’assez importantes différences suivant les régions où habitent les Canadiens.

On note donc que, malgré les sommets et autres conférences internationales, la prise de conscience du changement climatique et, surtout, de ses causes humaines, progresse lentement. Le Canada, qui devrait faire partie des pays pouvant tirer profit d’un réchauffement grâce à la fonte de la banquise ouvrant des voies de navigation au Nord et permettant d’exploiter le sous-sol, reste en tête des pays sensibilisés à la nécessité de réduire ce réchauffement en agissant sur les émissions humaines de CO2. De quoi confirmer la fibre écologique particulière des Canadiens.

Michel Alberganti

lire le billet