Allô Maman, j’ovule !

Savez-vous ce qu’est l’œstrus ? Il s’agit de ce qu’on appelle communément les “chaleurs” chez les femelles des mammifères, une période d’attractivité sexuelle indiquant qu’elles sont prêtes à être fécondées. On a longtemps cru que, dans l’espèce humaine, l’évolution avait fait disparaître complètement l’œstrus mais, depuis quelques années, les chercheurs estiment, à certains signes discrets, que cette petite part de “bestialité” est encore présente, enfouie au plus profond de nous. En clair que les femmes envoient toujours, au moins inconsciemment, des signaux avant leur ovulation et que les hommes sont capables, tout aussi peu consciemment, de les percevoir. Cela se trahit par d’infimes changements dans la silhouette, l’odeur corporelle, l’attractivité du visage, la créativité verbale et la volubilité. Plus concrètement, une étude américaine, dont j’ai fait mon miel pour ma première chronique d'”Improbablologie” dans Le Monde, a prouvé que les femmes pratiquant des “danses de contact” dans les clubs masculins touchaient des pourboires bien plus conséquents lorsqu’elles étaient dans cette période bien particulière de leur cycle menstruel (eh oui, aux Etats-Unis, la femme en chaleur se mesure forcément en dollars…). A l’inverse, les danseuses prenant la pilule (qui empêche l’ovulation) avaient des revenus beaucoup plus réguliers dans le mois, mais, à l’arrivée, gagnaient moins d’argent…

Si l’œstrus existe toujours chez Homo sapiens, cela doit en théorie s’accompagner, imaginent les évolutionnistes, de mécanismes d’évitement permettant à la femme de ne pas attirer les partenaires avec lesquelles la reproduction serait risquée, et notamment les mâles de sa propre famille. La consanguinité, en favorisant l’expression de gènes délétères, est en effet un facteur de problèmes de santé et d’espérance de vie réduite pour la descendance. Une équipe de trois chercheuses américaines s’est donc demandé comment vérifier si, en plus du tabou de l’inceste, la femme en période d’œstrus disposait de stratégies d’évitement des hommes apparentés. Evidemment, ce qui est possible avec des cobayes animaux, à savoir les enfermer dans un espace réduit et enregistrer leurs moindres faits et gestes 24 heures sur 24, est plus compliqué à réaliser avec des humains. Ou alors il faut suggérer à Endemol et M6 de lancer un Loft Story familial avec inceste dans la piscine…

Ces chercheuses ont donc trouvé un autre moyen de mesurer les interactions sociales au sein d’une famille : la facture détaillée de téléphone portable. Comme l’explique l’étude publiée il y a un peu moins d’un an dans la revue Psychological Science, une cinquantaine de jeunes femmes ont ainsi fourni le décompte, à la seconde, de leurs appels émis et reçus. Elles ont également donné les dates de leurs cycles menstruels pour que l’équipe puisse corréler l’œstrus avec le listing téléphonique. Les chercheuses ont donc pu évaluer, au cours du temps, les variations dans la fréquence et la durée des appels passés par ces jeunes femmes à leurs deux parents. Si leur théorie était bonne, pendant les périodes de fertilité élevée, ces demoiselles passeraient moins de coups de téléphone à leurs pères que pendant les périodes où elles ne seraient pas fécondables. En revanche, les appels aux mères ne baisseraient pas.

Les résultats sont étonnamment conformes à cette prédiction. Au total, 921 appels, représentant 4 186 minutes de discussion ont été recensés. Hors de la période féconde, les jeunes femmes appelaient en moyenne leurs papas 0,5 fois par jour (contre 0,6 appel par jour aux mamans). Lors de l’œstrus, ce chiffre tombe à un peu plus de 0,2 coup de fil par jour (alors que les mères bénéficient d’un surplus, avec 0,8 appel quotidien). La durée moyenne de la conversation en est aussi modifiée : avec papa, on passe d’un peu plus de 2 minutes à 1 minute, et avec maman, de 3 minutes à plus de 3 minutes et demie. Idem lorsque les parents appellent. On peut donc, a priori, déduire l’œstrus d’une femme de sa facture détaillée de téléphone portable…

Pour les auteurs de l’étude, ces données sont la première preuve comportementale que, lors de leurs pics de fertilité, les femmes évitent les mâles apparentés. Les trois chercheuses excluent l’hypothèse selon laquelle, à ce moment de leur cycle, les jeunes filles auraient davantage besoin de parler à leurs mères et auraient donc moins de temps à consacrer à leurs géniteurs. De la même manière, l’idée qu’elles voudraient, pendant l’œstrus, se préserver de toute tentative de contrôle de leur vie sexuelle par les pères est écartée, tout simplement parce que les mères sont, historiquement et culturellement, d’aussi – ou de plus – redoutables gardiennes de la sexualité de leurs filles. Si cette idée était correcte, les mères aussi verraient les appels et la durée des conversations baisser durant la période féconde… Les chercheuses s’attendent à retrouver le même schéma d’évitement téléphonique avec les frères et les oncles. Nul doute que les factures de portable ont un avenir certain comme outils de recherche sur les relations humaines.

Pierre Barthélémy

8 commentaires pour “Allô Maman, j’ovule !”

  1. .

    Alors l’être humain serait un animal qui se prendrait pour un être humain …

    .

  2. dégueulasse sur tous les plans, tous des oestrossés, puant.

  3. évidemment qu’on a gardé ce genre de comportement inconscient, c’est logique. on ne peut quand même pas aller contre la chimie. ce n’est pas parce qu’on est devenue “civilisé” (si je puis dire… hum hum) que notre nature va changer. très intéressant en tout cas.

    “Ou alors il faut suggérer à Endemol et M6 de lancer un Loft Story familial avec inceste dans la piscine”
    je dis : OUI OUI OUI !!! là je veux bien dépenser de l’argent pour rien en votant :)

  4. […] Allô Maman, j’ovule ! […]

  5. Vive la pseudo-science…
    Encore une étude à la c…, qui ne mène nulle part !
    Une cinquantaine de jeunes femmes, en voilà un échantillon conséquent de la population féminine!! Et si on pensait simplement que les règles sont une affaire de femme, souvent accompagnée de douleurs et autres, ce qu’il est en général plus facile de partager avec sa mère qu’avec son père ?…
    Mais sinon, on peut aussi faire appel au freudisme, et lorgner du côté du complexe d’Oedipe, si l’on a envie de parler pour ne rien dire…

  6. @Jimmy : si vous pouviez apprendre à lire avant de laisser ce genre de commentaire, vous éviteriez de confondre “règles douloureuses” avec “pic de fertilité”. Cela n’a rien à voir. Entre “parler pour ne rien dire” et parler pour dire des âneries, je préfère encore le premier.

  7. Mea culpa, il est vrai que j’ai lu cet article en diagonale…
    Cela dit, sans être spécialiste du cycle féminin, je fais la différence entre la période d’ovulation et la période des règles qui termine le cycle.
    Mais je réitère mon accusation: pour moi, ce genre d’étude n’est pas véritablement scientifique, si l’on distingue un corpus de sciences dures (mathématiques, physique…) et de sciences molles (sciences humaines…).
    L’étude du comportement humain est certes intéressante, mais de là à y trouver un déterminisme primitif…
    Maintenant, pouvez-vous m’expliquer ce que signifie 0,2 coup de fil ? Une intention d’appeler quelqu’un qui n’a pas abouti ? L’utilisation systématique de statistiques a des limites…
    Peut-être serait-il intéressant aussi de savoir qui sont les femmes retenues pour cette expérience: leur âge, leur profession,…
    Quel rapport entretiennent-t-elles avec leur père en temps normal ? Avec leur mère ?
    Quelle est leur histoire au sens large ?…
    Ce genre d’étude, à mon avis, c’est au mieux parler pour ne rien dire, au pire dire des âneries comme vous dites.

    Le résumé de la publication annonce la couleur :

    ” Indeed, females of other species avoid interactions with male kin when fertile—but the corollary behavior in humans has yet to be explored.
    Here we fill this gap.”

    L’homme est un animal comme les autres…bon…mais peut-être un peu plus.

  8. @Jimmy : 0,2 appel par jour en moyenne, c’est un appel tous les cinq jours. Pour ce qui est des détails de l’étude, vous avez le pdf en lien.

« »