L’histoire de l’Univers résumée en un an

Les 5, 6 et 7 août ont eu lieu les 21es Nuits des étoiles, une manifestation où les astronomes amateurs accueillent le public, un peu partout en France. C’est souvent à la nuit tombée, en contemplant le ciel étoilé voire quelques galaxies au télescope, que nous nous interrogeons sur nos origines cosmiques. Si les animateurs de ces soirées d’initiation ont depuis longtemps pris conscience de la nécessité de trouver des astuces pour parler des distances immenses qui sont monnaie courante en astronomie, ils sont en général moins armés pour nous faire saisir une autre immensité : celle du temps qui s’est écoulé entre les grands moments de l’histoire du cosmos. Pourtant, il existe un outil fort pratique inventé par l’astrophysicien américain Carl Sagan (1934-1996), merveilleux vulgarisateur scientifique, sans qui je ne serais peut-être pas en train de vous écrire, tellement j’ai été impressionné par sa série télévisée Cosmos et son livre du même nom.

Dans un précédent ouvrage, The Dragons of Eden, prix Pulitzer 1978, Carl Sagan a imaginé un calendrier résumant en une seule de nos années toute l’histoire de l’Univers, afin de nous donner une idée des différents âges cosmiques. Dans ce calendrier, le départ est donné par le Big Bang, le 1er janvier à 0 heure, et notre présent est représenté par le 31 décembre à minuit. La durée réelle de cet année condensée est de 13,7 milliards d’années puisque c’est l’âge de l’Univers. Chacun des jours du calendrier représente 37,5 millions d’années, chaque heure 1,6 million d’années, chaque minute 26 millénaires et chaque seconde 434 ans.

Le cosmos naît donc le 1er janvier. Et, très vite, probablement dans la nuit du 2 au 3 janvier, les premières étoiles se créent. Aucun de ces astres primitifs n’a jamais été observé jusqu’à présent mais les astrophysiciens supposent qu’ils étaient énormes, de plusieurs dizaines à plusieurs centaines de fois plus massifs que notre Soleil, composés d’hydrogène et d’hélium et qu’ils n’ont pas vécu longtemps, car plus une étoile est grosse, plus elle brûle la chandelle par les deux bouts. Les premières galaxies se forment le 13 janvier mais il faut attendre longtemps pour que la nôtre, la Voie lactée, apparaisse. Même si certains amas d’étoiles qui lui sont raccrochés sont très anciens, notre galaxie ne se forme véritablement qu’aux alentours du 11 mai.

De nombreux événements ont lieu au cours des semaines qui suivent dans l’Univers mais, si l’on opte égoïstement pour un point de vue anthropocentrique, la principale étape suivante est l’éclosion, le 1er septembre dans un coin un peu reculé de la Voie lactée, de notre système solaire. La Terre en fait évidemment partie et c’est sur notre planète que se concentre, pour les quatre derniers mois de l’année, le calendrier cosmique. La plus ancienne roche qu’on y retrouve aujourd’hui, un gneiss du nord-ouest du Canada, a été formée le 16 septembre.

Cinq jours plus tard, c’est la vie qui apparaît sur Terre avec les premiers êtres monocellulaires, ancêtres des archées et des bactéries. Ce sont les premiers procaryotes, c’est-à-dire que, contrairement aux plantes, aux animaux et aux champignons qui sont des eucaryotes, leur matériel génétique n’est pas confiné dans un noyau cellulaire. Ils inventent la photosynthèse et oxygènent l’atmosphère de la planète pendant le courant du mois d’octobre. Beaucoup d’incertitudes subsistent sur l’émergence des premiers eucaryotes, mais on peut raisonnablement estimer qu’elle a lieu à cette époque. Il s’agit toujours d’êtres monocellulaires. Les premiers organismes pluricellulaires entrent en scène début novembre mais c’est dans la seconde moitié du mois de décembre que l’arbre du vivant va se ramifier à toute allure.

Le prologue de ce que l’on appelle l’explosion cambrienne se joue le 14 décembre. Ce jour-là, les premiers animaux, des éponges, sont signalés. Le 17 décembre, les arthropodes débarquent, avec notamment les fameux trilobites, rejoints le 18 par les poissons, le 20 par les plantes terrestres, le 21 par les insectes, le 22 par les amphibiens et le 23 par les reptiles. Dans notre calendrier cosmique, le jour de Noël, le 25 décembre, marque la naissance des… dinosaures qui vont dominer la Terre pour quelques jours. Le 26, les premiers mammifères se manifestent enfin, un jour avant les oiseaux et deux avant les fleurs. A l’aube du 30 décembre, un gros astéroïde percute notre planète, provoquant la disparition des dinosaures à l’exception des oiseaux. Le même jour, comme pour symboliser un changement d’ère, les premiers primates font leur apparition dans la famille des mammifères.

Nous sommes presque arrivés au terme de notre calendrier, aux petites heures du 31 décembre, le dernier jour de cette année dans laquelle on a condensé toute l’histoire de l’Univers. De la matière créée le 1er janvier un foisonnement de mondes a jailli, des myriades de galaxies, d’étoiles et de planètes. C’est cette matière qui est le fil conducteur de l’histoire. A nos yeux, il y a pourtant un absent : l’homme, qui n’est toujours pas paru sur le grand théâtre cosmique. Toute son évolution va se jouer sur ce dernier jour de l’année.

Le lointain ancêtre commun aux hommes et aux singes apparaît peu après 14 heures en ce 31 décembre. Dans la soirée, entre 20 heures et 21 heures, la lignée humaine se sépare de celles des gorilles, des bonobos et des chimpanzés. Aux environs de 23 heures, Homo erectus se promène à la surface de la Terre. Homo sapiens, l’homme moderne, s’invite enfin sur la scène du monde à 23h52 et l’on a peu de traces de son activité jusqu’à la dernière minute de l’année. A 23h59mn20s, il orne la grotte de Lascaux. Dans les secondes qui suivent, il invente l’agriculture. A 23h59mn47s, il commence à écrire et à fondre les métaux. Deux secondes plus tard, il construit les grandes pyramides de Gizeh.

Nous voici dans les dix dernières secondes du calendrier, dix secondes qui résument l’histoire de l’humanité et qui, ramenées sur une année entière, donnent la mesure de notre place minuscule dans l’Univers. Dix secondes avant la fin de cette année, Sargon fonde l’empire akkadien en Mésopotamie et des pierres commencent à se dresser sur le site de Stonehenge. A 23h59mn51s, c’est le début du Nouvel Empire en Egypte. Une seconde plus tard naît le judaïsme, première grande religion monothéiste. Athènes et Rome sont fondées dans la seconde suivante. Encore un décalage de la trotteuse et Alexandre le Grand conquiert le monde. A 23h59mn55s, le christianisme apparaît et l’Empire romain est à son apogée. Une seconde plus tard, il chute et Mahomet naît, vit et meurt. Puis Charlemagne est sacré empereur et les croisades commencent. Il est 23h59mn58s et la guerre de Cent Ans fait rage, Constantinople est prise et Christophe Colomb découvre l’Amérique. Au cours de l’ultime seconde de cette année cosmique, les peuples se révoltent contre leurs rois, deux guerres mondiales ont lieu, l’homme est assez avancé technologiquement pour aller sur la Lune, modifier le climat de sa planète… et retracer l’histoire du cosmos.

A l’aune de ce calendrier, les 70-80 années que dure la vie d’un Occidental représentent un sixième de seconde… L’astronomie, en ne nous attribuant aucune place privilégiée dans l’Univers et en nous donnant l’idée de notre infime mesure, dans l’espace et dans le temps, a le pouvoir de nous rendre modestes.

Pierre Barthélémy

21 commentaires pour “L’histoire de l’Univers résumée en un an”

  1. Vertigineux ! !
    Mais ” je ne vis pas dans l’infini, parce que dans l’infini on n’est pas chez soi. ” disait Gaston Bachelard.

  2. il faudrait expliquer ça à ceux qui nous trimbalent de conflits en misères et qui vont finir par rendre notre écosystème invivable. et ça dure et ça se répète, depuis des secondes qui sont des siècles…

  3. Grosse claque ! On se rend tout de suite plus compte qu’on est vraiment minuscule…

  4. Sarkozy doit absolument lire cette etude pour qu’il comprenne qu’il ne changera pas grand chose dans le monde. Kadhafi est certes un dictateur, mais il a semé bien de bonheur que bien de gens.

  5. J’ai dévoré cet article, et maintenant j’ai envie de lire Carl Sagan!!

  6. Mon premiers post sur ce blog.
    Tout d’abord bravo pour la multitude de sujet traités !
    Moi aussi j’ai maintenant envie de lire Car Sagan.
    Je ne comprends pas bien la phrase de MAMAN HAROUNA NIGER …
    Le début semblait prometteur …
    J’ai découvert l’immensité et la complexité de notre Histoire grâce à Stephen Hawking dans “l’univers dans une coquille de noix”, ce n’est pas l’immensité de notre Histoire qu’il m’a fait comprendre mais plutot (une partie de) son fonctionnement.

  7. La modestie à laquelle nous invite l’astronomie “en ne nous attribuant aucune place privilégiée dans l’Univers et en nous donnant l’idée de notre infime mesure dans l’espace et dans le temps ” s’oppose à la prétention qui fonde le christianisme et que le cardinal Vingt-Trois a formulée en ces termes : “L’amour de Dieu pour l’humanité est le dynamisme premier de toute l’histoire, depuis la Création jusqu’à la fin des temps. C’est par amour que Dieu a fait le monde et voulu se susciter des partenaires capables de lui répondre par un choix libre. » (Les signes que Dieu nous donne, 2007, p. 42). Tout ça pour cà ?

  8. Et dire que nos théologiens nous faisaient avaler le monde crée en 7 jours ?.A chacun d’en tirer la leçon.

  9. Il semble qu’il existe une étude qui poursuit l’évolution de notre système solaire selon la même échelle et qui prévoit l’extinction de notre bon soleil le 1er avril de l’année suivante…

  10. Bonjour,
    Je suis votre blog régulièrement et je le trouve très intéressant… sauf ce billet. Pourquoi nous ressortir cette histoire? on l’a tous déjà vu dans nos manuels scolaires ou autres revues scientifiques. Y a- t-il un lien avec une actualité particulière?
    D’habitude vous nous trouvez toujours des sujets insolites ou alors étudiés d’un point de vue particulier, là rien de tout ça! On dirait juste un copier-coller de Wikipedia ou d’un article de sciences et vie.
    Désolé de critiquer ainsi (car c’est un sujet intéressant), mais là, c’est du réchauffé même plus chaud :)
    Bonne continuation et vivement le prochain billet

  11. @will79 : votre réaction, que je comprends, est intéressante. Beaucoup d’internautes ne supportent pas mes sujets insolites (et le font savoir) alors que celui-ci, bien classique, les ravit…

  12. @will79 :
    Un sujet certes classique mais qui ne semble pas être aujourd’hui compris par tout le monde.
    Certaines personnes pensent encore que la terre est le centre de l’univers et que le soleil tourne autour de celle-ci. Je ne me considère pas comme un grand scientifique mais des rappels « chronologiques » m’émerveillent toujours autant !
    Le commun des mortels devrait voir certaines fresques murales qui représentent (avec une échelle de temps) l’histoire de notre univers pour comprendre l’étroitesse de notre existence.
    Ce genre de découverte personnelle nous oblige à sortir de notre état végétatif dans l’espoir de concrétiser des actes plus nobles.

  13. @ Pierre-Bathélémy: Décidément, vous n’arriverez à satisfaire personne :)
    Moi je prends tout, continuez l’excellent travail que vous nous faites partager tous les jours.

  14. Bonsoir,

    Je me suis permis de citer votre article en mettant une accroche sur mon blog:

    http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2011/08/16/2f12407d0379dcaf7fe139a10452a75e.html

    Merci pour ce raccourci saisissant.
    Bien à vous.

  15. Impossible de contenter tout le monde… le “problème” étant que ce sont le plus souvent les mécontents, les déçus, les agressifs qui laissent des traces…

    Quant à moi, j’ai toujours su que j’étais toute petite et que je ne faisais que passer !

  16. @will79
    Tout en comprenant votre réaction, je la trouve un peu égocentrique. J’imagine que Pierre Barthélémy écrit entre autre pour le plaisir de partager et faire découvrir, et ce type de billet plus accessible conribuera à lui attirer des lecteurs émerveillés qui feront peut-être plus d’efforts ensuite pour aller au bout d’articles plus difficiles. Cela me semble être une bonne chose.

    Par ailleurs, quand bien même ce “calendrier” est un grand classique, il continue d’aider au quotidien à repousser le tombereau d’informations ineptes qui se déverse chaque jour sur le Web comme dans la presse. C’est comme ressortir les Fables de La Fontaine après avoir subi les faits divers du jour : un bol d’air !

    Merci à vous de ce rappel M. Barthélémy !

  17. splendide… cela fait du bien de revoir les classiques.
    merci Pierre. sujets insolites, sujets classiques : tout me va…:-)

  18. Je comprends l’intérêt que l’on peut porter à cette frise chronologique, c’est juste que je préfère l’insolite et l’originalité qui font la particularité de ce blog.
    Sinon je m’arrêterai à la lecture de Science et Vie (ou autres).
    Mais c’était juste mon avis, je ne pensais pas m’attirer les foudres des lecteurs en disant ça et je ne voulais blesser personne.
    Cordialement :)

  19. @will79 : si, quand vous ne me trouvez pas intéressant, je suis au niveau de Science & Vie, ça me va à peu près… 😉

  20. Ouais, bof…
    Raconter une histoire qui n’est pas vraiment la notre car nous n’étions pas là pour la voir n’offre un intérêt que théorique.
    Au contraire de certains qui se sont manifesté ici, on pourrait donc dire qu’à l’échelle de l’univers, l’humanité n’a aucun sens donc autant en profiter et tout casser, la Terre en prime (si le soleil s’éteint le premier avril de toute façon…).
    Sauf que l’histoire de l’Univers n’est pas notre histoire…
    Quant à encore tout ramener à Sarkozy,… faut changer de disque de temps en temps. Si la répatition est la base de la pédagogie, elle est aussi celle de l’ennui…

  21. @ cd233
    Bravo pour cette réaction au ras du bitume, qui fleure bon la stupidité primitive. Bien sûr que si, l’histoire de l’Univers est notre histoire, et quand bien même ce ne serait pas le cas, vouloir tout ramener à l’homme montre bien l’égoïsme de cette espèce.
    Et je voudrais bien savoir où est l’allusion à Sarkozy dans cet article… Vous avez dû vous tromper de crèmerie.

« »