Les tennismen ont les fesses de travers

Jo-Wilfried Tsonga l’a dit récemment dans une interview donnée à Cosmopolitan, illustrée par la photo ci-dessus, les fesses sont la partie de son corps qu’il préfère. Dont acte. Pourtant, il est fort probable qu’en raison de la pratique intensive de son sport, le joueur de tennis français ait le derrière de travers. En effet, si l’on en croit une étude espagnole publiée le 29 juillet dans PLoS ONE, courir derrière une balle jaune et frapper dedans avec une raquette entraîne une asymétrie dans le développement des groupes de muscles reliant le tronc aux jambes, et donc une asymétrie des muscles fessiers. Ce qui ne se produit pas chez les footballeurs, lesquels courent pourtant aussi derrière une balle et frappent aussi dedans.

Qu’ont fait ces chercheurs espagnols pour en arriver à ce résultat ? Pour leur expérience, ils ont recruté quinze joueurs d’une équipe de football disputant la Liga, le championnat espagnol, huit tennismen professionnels et… six quidams n’ayant jamais fait de sport, pour servir de groupe de contrôle. Et ils ont fait passer à cette trentaine de cobayes une IRM allant du tronc au haut des jambes. Le but de la manœuvre : mesurer le volume de deux groupes de muscles. Le premier, situé sur l’avant du corps, appelé ilio-psoas, qui regroupe le muscle iliaque et le grand psoas, lesquels servent principalement à fléchir la cuisse. Le second, situé sur la face postérieure de notre anatomie et qui, sous la dénomination de muscles fessiers, associe le petit glutéal, le moyen glutéal et le grand glutéal, qui donnent son aspect rebondi à notre séant et permettent de tendre la jambe vers l’arrière.

Il ne surprendra personne d’apprendre que, par rapport aux sportifs du dimanche ou aux non-sportifs, les professionnels du football et du tennis disposent de musculatures hypertrophiées. Le tapeur de ballon pro a près de 50% de volume musculaire fessier en plus par rapport à celui qui le regarde évoluer vautré dans son canapé. Le joueur de tennis est un petit peu moins bien doté mais là n’est pas l’important. Autant le footballeur présente une musculature bien symétrique, que ce soit au niveau de l’ilio-psoas ou des muscles glutéaux (alors même que le quidam est toujours un peu plus musclé du côté de sa jambe préférée, celle avec laquelle il tape dans le ballon), autant le tennisman est le roi de l’asymétrie. Et c’est à chaque fois du côté inverse du bras qui tient la raquette que son ilio-psoas et ses fesses sont le mieux armés. La fesse gauche d’un joueur de tennis droitier a près de 100 centimètres cubes de muscles en plus par rapport à la fesse droite…

Les chercheurs espagnols, dont l’objectif premier est non pas de regarder ou de palper de la fesse mais bien de prévenir les blessures liées à la pratique intensive d’un sport et aux hypertrophies musculaires qu’elle implique, ont une explication pour toutes ces différences. Au tennis, le service et le coup droit entraînent une torsion très puissante du corps au niveau des hanches, que la musculature doit contrebalancer (tandis que le revers agit plutôt sur les épaules) : ainsi, un gaucher comme Nadal, en servant ou en frappant un coup droit, va faire tourner violemment son buste vers la droite, tandis qu’un droitier comme Federer, imprimera à son tronc une rotation vers la gauche. Pour lutter contre ces torsions, ils ont donc davantage développé le côté opposé à leur bras dominant. La même équipe de chercheurs a montré en 2010 que les abdominaux des tennismen présentaient le même genre d’asymétrie. En revanche, même s’ils ont un pied favori pour shooter, les footballeurs ont une musculature équilibrée. Pourquoi ? Parce que, à la différence du tennis, sport individuel, dans un match de football, sport collectif, les frappes sont très minoritaires par rapport aux courses.

Le championnat de France de football a repris samedi 6 août et, à la fin du mois, l’US Open de tennis va captiver les passionnés de la petite balle jaune. Les semaines qui viennent vont donc être particulièrement propices à la mise en pratique de cette étude. De cette manière, si votre conjoint vous prend à reluquer les derrières joufflus de tel(le) ou tel(le) athlète, vous pourrez toujours lui dire, sur le ton de la bonne foi : “Mais enfin chéri(e), c’est pour la science !” Soyons néanmoins honnête : comme je l’ai dit plus haut, la différence musculaire ne dépasse pas les 100 centimètres cubes entre les deux fesses, soit moins que le volume contenu dans un pot de yaourt. Il sera donc difficile de constater l’asymétrie de visu…

Pierre Barthélémy

45 commentaires pour “Les tennismen ont les fesses de travers”

  1. J’ai confiance que personne parmi les nombreux lecteurs qui vont commenter ce billet, personne, je dis bien personne ne va faire la moindre allusion à un type d’asymétrie bien particulier, asymétrie située au niveau des muscles antagonistes du poignet, muscles attribués à certaines tâches bien définies.

  2. 100 centimètres cube ça fait très très beaucoup, surtout pour remplir un pot de yaourt….(à moins que ce soit un très gros yaourt).

  3. vous avez rien d’autres à écrire franchement?
    ça va 2 mins les sujets légers ms là c’est ridicule.

    Vous pensez intéresser qui avec un tel article sur le cul des tennismen???

  4. @Sebseb : attention à la conversion : 100 centimètres cubes, cela fait un décilitre… Les pots de yaourt qui sont dans mon réfrigérateur ce soir font entre 1 et 1,25 dl.

  5. @Sebseb Il n’y a pas d’erreur un cube de 5x5x5 cm fait 125cm³

  6. @blender : primo, j’écris ce que je veux et si ça ne vous plaît pas, vous pouvez passer votre chemin, personne ne vous retient. Secundo, merci d’écrire en français dans mon blog. Tertio, la réponse à votre question est : déjà 7 000 lecteurs à l’heure où je vous réponds.

  7. Ola du calme!
    C’était une remarque pour vous aider à vous améliorer.
    En tant que lecteur régulier de Slate.fr, je vous dis juste mon ras le bol de lire des non-informations, en dessous de la ceinture qui plus est. Maintenant, libre à vous de ne pas entendre, mais ce n’est pas très constructif, n’est-ce pas?

    Quant à 7000 lecteurs, que dois-je répondre? OUAH trop impressionnant, vous serez bientôt au centième du lectorat payant du Monde en une seule journée. Gardez vos chiffres pour vous persuader que vous ne perdez pas votre temps. Mais ne la faite pas à un collègue journaliste, qui plus est.
    Cordialement.

  8. @blender : eh bien moi, je vous dis juste mon ras-le-bol de lire ce genre de commentaires pas du tout constructifs et limite “trollesques” : construire, ce n’est pas taper sur ce que les autres font (ça, c’est détruire…), c’est proposer d’autres choses. Quant à mes 7 000 lecteurs, comme vous dites, je peux vous assurer que beaucoup de blogs scientifiques français rêveraient de les avoir. Et si j’ai cité le chiffre, ce n’est pas pour me vanter, mais pour répondre à votre question. Maintenant, si vous êtes vraiment un lecteur régulier de Slate.fr, vous savez que ça fera un an demain que j’y écris et que le style de mon blog, c’est de faire des billets variés, amusants, légers, pour rendre la science moins indigeste qu’elle ne l’est d’ordinaire. Je conçois que cela puisse ne pas vous plaire et que vous préfériez le bon vieil article à la papa, comme j’en ai écrit des centaines quand je travaillais au “Monde”. L’exercice n’est pas désagréable mais autant il est très bien dans les colonnes rigoureuses du grand journal vespéral, autant il ferait un peu ringard toutes les semaines sur le blog d’un webmagazine. Sur Slate.fr, il y en a pour tous les goûts, c’est même la marque de fabrique : du rigolo, du sérieux, de l’analyse, de l’humeur, du court, du long, etc. Encore une fois, Globule et télescope est un BLOG et j’y publie des BILLETS, pas des ARTICLES. J’imagine que si vous êtes le journaliste que vous prétendez être, vous savez faire la différence.
    Cordialement aussi.

  9. Blender, tu sembles avoir oublié la première des bienséances : quand quelqu’un te donne quelque chose, gratuitement, tu dis merci et si ça ne te plaît pas, tu ne viens pas râler. La fois suivante, tu dis non merci et puis c’est tout. Si tu préfères payer pour avoir des articles vus partout ailleurs, abonne-toi au Monde puisque ça semble te plaire. Ce sujet-là qui, sous des abords futiles, est vraiment intéressant (sur la manière dont les musculatures se développent sous la contrainte du tennis et du foot), je ne l’ai jamais vu dans Le Monde, ni dans Le Figaro, ni dans Libération. Alors, s’il te plaît, ne viens pas nous courir sur le haricot avec tes commentaires truffés de fautes d’orthographe et écris plutôt des articles, si tu le peux, sur ton blog à toi.

  10. j’aime beaucoup ce billet, moi;.. 🙂
    les tennismen ont aussi plein d’autres muscles de travers.. j’en connais un qui a carrément un bras plus développé que l’autre et même une main droite plus grande que la gauche.( hop, au scanner )
    Mine de rien, c’est ” tout ” de travers un tennismen ( à moins de faire de la musculation à côté )…
    plus sérieusement : j’avais tout de même l’impression visuelle qu’il y avait plus de différence de volume que cité ci dessus.

  11. Mais c’est la Doxa ici, ou quoi?
    Il me semble que le propre d’un commentaire sur un billet, ou un article, est de pouvoir s’exprimer sur le contenu de ce dernier. Et parfois, la critique est négative, il faut savoir l’écouter aussi même si je connais que trop bien l’autosuffisance du rédacteur.
    Pour ma part, je trouve cet article inintéressant et j’ai quand même le droit de le dire, même si il est gratuit Jour J. Surtout parce qu’il gratuit!
    Je le regrette d’autant plus que je le répète, je suis un lecteur régulier de Slate que j’apprécie beaucoup par ailleurs pour cette diversité et cette originalité.
    Mais quelque chose de drôle (cette étude) ne fait pas forcément un bon article ni même un bon billet. Il n’y a qu’à lire votre accroche et votre chute, (mon dieu, que ça rame pour la rattacher à l’actualité!).
    C’est une chose d’être original, c’en une autre de divulguer une bonne info. Dans ce cas présent, je n’accroche pas et j’ai le droit de vous le dire sans qu’on me tombe dessus, remettant en cause mon appartenance à cette profession. Sans ça, fermez les commentaires de vos billets, mais dans ces cas-là, ne vous gargarisez pas de votre diversité de points de vues.

    Quant aux supposées fautes, un peu d’indulgence, ce ne sont que des commentaires sur un blog : à prendre autant au sérieux que les billets eux-mêmes.

  12. @topol : j’ai laissé de côté, comme une évidence (mais peut-être n’aurais-je pas dû), le fait que le bras qui tient la raquette est en général nettement plus musclé que l’autre. Pour quelques chiffres à ce sujet, voir ici.

  13. Entre le vrai journaliste qui prend ses risques en écrivant des billets et le pseudo-journaliste qui bave sur son confrère, tranquille derrière son ordi et dont on ne sait même pas s’il a jamais écrit un article de sa vie, j’ai choisi plus vite qu’il ne faut à un coup droit de Nadal pour traverser le court. Blender, au panier ! Ou alors dis-nous ton vrai nom et où on peut trouver tes articles pour qu’on aille juger de la qualité de ce que tu écris. En attendant, achète un dictionnaire et un Bled.

  14. Vu le nombre de fautes qu’il fait au kilomètre, si blender est journaliste moi je suis prix Nobel de littérature. Et il veut aider P. Barthélémy à s’améliorer… Il ferait mieux de commencer par lui-même. Encore un aigri qui croit malin de critiquer les autres. Si ça ne vous plaît pas, ayez au moins la politesse de le dire avec courtoisie. Là, on dirait un clébard qui aboie.
    M. Barthélémy, ne vous laissez pas faire par les trolls et continuez !

  15. Hébé, ça castagne sec ce soir ! Perso, je pense que si ça te plaît pas, tu peux le dire mais avec les formes, pas comme un hystérique qui veut donner des leçons. Et puis tu peux aussi fermer ta bouche parce que personne t’a obligé à lire.

  16. Mais c’est qui ce blender ? Zéro blender journaliste sur Google. Ou alors un confrère jaloux qui se trouve un pseudo pour critiquer Pierre Barthélémy. Pas très déontologique ni confraternel, ca… Et puis vu le niveau en orthographe, ça m’a tout l’air d’être une truffe majuscule.

  17. Oh joli, maintenant on me censure!
    Quant aux fautes, allez-y je m’en fous, je suis rédacteur, pas SR et dans un media d’une bien plus grande audience.

    Et je le répète, fermez vos commentaire si la critique ne vous convient pas!
    Ah moins que le rédacteur soit aussi le modérateur du blog?
    Bel exemple d’indépendance, une vraie leçon de journalisme!

  18. @Zoulou : si tu n’as pas trouvé ce blender sur Google, c’est sans doute parce qu’il n’a même pas été foutu d’écrire correctement son nom ;-))

  19. @blender : ce serait vraiment bien si vous nous disiez qui vous êtes vraiment. Parce que les attaques anonymes par des confrères, ce n’est pas joli joli. Et comme vous le voyez, je n’ai rien censuré du tout. J’ai simplement dû modérer une rafale de commentaires (dont certains vous insultaient…). Et oui, sur Slate.fr, c’est l’auteur qui modère son blog. Un site Internet gratuit n’a pas les moyens de se payer les services d’un modérateur. Mais si vous voulez donner un peu d’argent à Slate.fr pour améliorer son niveau, envoyez-lui un chèque.
    Et un dernier mot pour conclure : en tant que rédacteur, j’ai toujours mis un point d’honneur à rendre une copie impeccable pour faciliter la tâche des SR. Ils ont autre chose à faire que de corriger les fautes d’orthographe.

  20. @ Pierre : je ne vous attaque pas, je ne vous connais même pas.
    N’en faites surtout pas une affaire personnelle, c’était une juste une remarque pour vous dire que votre article me paraissait un peu faible dans son contenu compte tenu de l’actualité lourde de ces derniers jours. C’est bien de rire un peu et d'”alléger” un peu le fil de l’actualité, mais à ce point là, je ne vous suis pas. Point.
    Et ne m’obligez pas à vous resservir cette phrase que vous connaissez sans doute mieux que moi mais qui me semble tout à fait appropriée à nos échanges du soir : “Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur”.
    A méditer, pour vous autant que pour toutes vos brosses à reluire.
    Sur ce, bonne nuit et longue vie au Globule, mais diantre, acceptez la critique.

  21. @ blender :
    – la Doxa, ce n’est pas du tout ce que vous sous-entendez. Si la consultation d’un livre de philo vous fait mal à la tête, regardez simplement ce qu’en dit Wikipedia ;
    – “je connais que trop bien l’autosuffisance du rédacteur” : vous avez oublié la négation (niveau cours élémentaire).
    – “même si il est gratuit” : l’élision du “i” est obligatoire (s’il est gratuit). Niveau cours moyen ;
    – “mon dieu” : il faut une majuscule à Dieu même si on n’est pas croyant…
    – “parce qu’il gratuit”, “c’en une autre de divulguer” : une phrase de ce genre est correcte avec un verbe (niveau cours élémentaire) ;
    – “votre diversité de points de vues” : il est correct de mettre un pluriel à “points”, mais pas à “vue” (niveau collège) ;
    – “fermez vos commentaire” : il faut un “s” à la fin de “commentaires”.
    Vous avez le toupet de critiquer tout en parlant de vos “supposées fautes” ? Retirez la poutre qui est dans votre oeil cher blender. Et puis l’audience d’un media n’a jamais fait la preuve de sa qualité. Avec ce niveau d’orthographe et de français, vous travaillez pour un “grand” media genre NRJ, Voici ou Paru Vendu ?

  22. @blender : mes amis de Slate m’ont donné une magnifique consigne en m’invitant à tenir ce blog (je ne suis pas salarié du site) : faire ce que je veux. Je ne suis pas tenu de suivre l’actualité scientifique (même si, dans ce cas précis, je l’ai fait) et encore moins l’actualité non-scientifique.

  23. c’est bien Renaud, vous en oubliez sans doute!
    Vous n’avez vraiment rien d’autre à faire dans la vie que de répertorier les fautes de lecteurs dans leurs commentaires?
    En exercice, je me relis et je soigne mon orthographe, ce qui n’est certes pas le cas ici.
    Et alors, n’ai-je pas le droit à l’erreur? Ces fautes sont de l’inattention pour la majorité et elles ne m’empêcheront pas de dormir. En revanche, je plains sincèrement votre vie sociale…

    Quant à dieu, dieu merci, sa cap reste facultative. Retournez donc à vos cours de primaire et laissez-nous parler du fond.

  24. @ Renaud : trop drôle ! Ce type n’a de toute façon visiblement aucun humour (sinon il n’aurait pas critiqué l’article) et veut péter plus haut qu’il n’a le derrière en utilisant des grands mots dont il ignore même le sens ! Mort de rire! EH blender, la vie est belle à Picsou Magazine ?

  25. On ne peut pas lui faire une IRM de la tête à ce donneur de leçons ? Ah mais non, je suis bête, il n’y a rien à voir…

  26. Ouah, c’est vrai que ton sens de l’humour est impressionnant hitrock!
    MDR, LOL … j’en ai l’impression que c’est toi qui viens à peine de le lâcher ton Picsou Mag!
    Sinon, tu peux t’adresser directement à moi si tu veux me parler. L’emploi de la 3e personne, ça fait un peu… couard disons. ça va, c’est pas trop “grand” comme mot pour toi? Tu saisis? Non sans doute, alors je te donne un synonyme : lâche.

    Allez au-revoir, et trouve toi un autre bouc émissaire. PTDR!

  27. Blender, tu sais ce qu’elles te disent les brosses à reluire ? Retourne à ton Mickey Parade.

  28. Bon aller, au lieu de nourrir le troll, vous avez reconnu la joueuse en photo (résumée en “Fesse” par P.B.) ?

  29. Maria Sharapova ?

  30. Moi aussi comme Blender, j’ai un reproche a faire. En effet, je ne pourrais plus voir a partir d’aujourd’hui les matchs de tennis sans y penser. Les matchs des hommes a la rigueur mais ceux des femmes ? Plus moyen de se concentrer sur les services ou les coups droits, je chercherais inévitablement a vérifier et a évaluer la volumétrie de l’assymetrie.

  31. Il semblerais que je sois pas le seul a vivre ce dilemme par anticipation. Hudu et Ferdi le partagent. Maria Sharapova sur la photo ne sera plus vue comme la numéro x mondiale classement ATP (WTP ?) mais la y au regard de l’analyse volumétrique.

  32. Karim : pour ma part, c’était le cas avant de lire cet article ! 😉

  33. On remarquera que, malgré les demandes répétées, blender n’a jamais voulu dire son vrai nom ni pour quel organe de presse il était censé travailler. Ce qui me fait penser, comme Grassouillet, qu’il usurpe son titre de journaliste.

  34. karim, kudu…:) idem… nous étions tranquilles auparavant en regardant un match de tennis, et maintenant nous n’allons plus penser qu’à cela… le psoas iliaque, les fessiers etc..
    c’est galére tout de même…

  35. ok pour les fessiers ^ ^
    Mais quelqu’un aurait-il un lien concernant l’oeil directeur et ses avantages et inconvénients sur la pratique a haut niveau du tennis (pas encore senti la différence pour le mien XD)
    Un entraîneur m’en a parlé il y a peu et j’aurai aimé en apprendre un peu plus sur le sujet (M.Nadal gaucher alors qu’il est réellement droitier… M. Murray seul contrarié ds le top 10…etc….)

    merci 😀
    un joueur de tennis amateur curieux

  36. @PtitFred : je n’ai pas connaissance de ce genre d’étude (mais cela ne veut pas dire que cela n’existe pas…). Avez-vous lu l’article de Yannick Cochennec sur la question, sur Slate ? http://www.slate.fr/story/19837/tennis-golf-droitier-gaucher

  37. @ blender
    “Il me semble que le propre d’un commentaire sur un billet, ou un article, est de pouvoir s’exprimer sur le contenu de ce dernier.”

    D’accord. Mais ne pensez-vous pas que votre premier commentaire:

    “vous avez rien d’autres à écrire franchement?
    ça va 2 mins les sujets légers ms là c’est ridicule.
    Vous pensez intéresser qui avec un tel article sur le cul des tennismen???”

    Etait juste un poil agressif?
    Ce blog, personnellement, me plaît car justement les billets sont variés, parfois légers, parfois moins. Mais toujours partagés avec humour et accessibles à tous.
    Ah, non, peut-être pas à ceux qui ont une forte carrence en humour…
    Merci de nous laisser partager sereinement, joyeusement et scientifiquement les billets de Mr Barthélémy.
    J’éprouve une certaine lassitude à lire des commentaires qui me semblent hors propos.
    Je n’ose imaginer celle de Mr Barthélémy, qui prend la peine d’y répondre, et ça le plus calmement possible je trouve! Avec à chaque fois une réponse argumentée qui plus est.

  38. Allez, faites la paix.

  39. […] source : slate.fr hellocoton_plugin_url="http://sport.rdc.fr/wp-admin/wp-content/plugins/hellocoton/"(function() […]

  40. Merci M. barthélémy!
    Pour ma part je ne suis ni féru ni amateur de tennis ni de football, mais après votre “billet” il me sera certainement plus agréable de regarder quelques minutes de match, avec un intérêt nouveaux.
    Sans rentrer dans les polémiques et auto-justifications voilà du positif et vive la liberté d’expression!!

  41. haha ! quel match !
    J’ai passé plus de temps sur la baston en coulisse que sur l’article – dois-je me considérer comme un des 7000 ? 😉

  42. Une question que je me pose : Jo-Wilfried est-il dépourvu de poil ou s’épile-t-il ?
    Dans le même genre, je me pose la question de savoir si les sportifs en général sont en représentation (pour la frime) ou s’il sont là pour la performance. La musculation a prouvé ses effets positifs mais je suspecte beaucoup de sportifs de trainer plus que de raison à la salle. Comme ces footballeurs qui ne perdraient pas en efficacité s’ils étaient moins volumineux et beaucoup de sprinters américains (il y a quelques temps, c’est un peu passé) qui liaient vitesse et masse musculaire et qui auraient certainement gagné aussi à être un peu plus légers…

    Tout ce hors sujet pour dire : les soins du corps font partie de l’entraînement ? Mais une chose me faisant penser à une autre…
    🙂

  43. A mon avis, ce Blender se promène tout seul ! (cf le billet sur les playboys)… un peu frustré de PPDA-nonyme ?

  44. Indépendamment du sujet au demeurant fort intéressant de ce billet, je suis choquée que la photo de M. Tsonga s’appelle “Tsonga.jpg”, et que celle de Mme Sharapova s’appelle… “Fesse.jpg” (*). Pas la peine de “plaider” coupable ou seulement inattentif, vous êtes déjà damné.
    Ceci médit, continuez à nous écrire vos billets, moi je les adore, et « plonkez » les grincheux.
    — ELw, e-old-lady d’eRepublik, et fière de l’être.
    (*) merci à BB44 qui m’a montré ce « détail ».

  45. @ELw : pour ma défense, je dirai simplement que j’ignorais qui était la joueuse (question tennis je me suis arrêté quelque part vers la fin des années 1980). J’ai donc mis un titre qui allait avec celui du billet…

« »