En BD, le métier de journaliste est un prétexte

dmz

Depuis mai, les abonnés de Canal + peuvent regarder la saison 2 de Reporters. En bédé, les éditions Delcourt, viennent de sortir «Journaliste», un manga qui a pour cadre la rédaction d’un quotidien japonais. «Journaliste», même s’il ne résiste pas à reprendre un des vieux fantasmes du métier («la vérité seul contre tous, choisir sa carrière ou la déontologie»), fait un choix plutôt rare en bande dessinée: centrer l’oeuvre sur la difficulté d’excercer sa profession. Car le plus souvent, en bande dessinée, ce métier n’est qu’un prétexte.

Le journaliste, personnage de fiction? Ce n’est pas étonnant, car à l’instar de quelques autres professions (agent secret, mafioso, prostituée), le journalisme a nourri l’imaginaire de nombreux auteurs à travers les âges, aussi bien sur papier qu’à l’écran, et notamment en bandes dessinées.

Tintin reste incontournable. Il cumule le double avantage d’être le reporter et le personnage de bande dessinée le plus connu dans le monde. Il a fait rêver des millions d’enfants à travers ses voyages et ses aventures, et suscité plus d’une vocation de journaliste (même s’il est déconseillé aux aspirants journalistes de citer Tintin dans un oral d’école). Notons d’ailleurs qu’hormis de très rares exceptions, on ne le voit jamais faire son boulot de reporter.

Lire la suite…

lire le billet