L’Australie, l’autre pays de la gastronomie?

Le barbecue, roi des parcs et des plages / Maud Descamps

Quatrième épisode du tour du monde du bien manger de Maud Descamps

Bien manger chez «nos voisins du dessous» n’est plus uniquement synonyme de quantité. Certes, les assiettes –gigantesques– débordent toujours de victuailles, mais le goût, la fraîcheur et la qualité des produits sont désormais au menu. Les chefs, eux, s’affrontent à coup de cartes aussi variées qu’un bottin téléphonique. Mais tout n’est pas toujours bon en Australie, alors mieux vaut savoir choisir pour ne pas être déçu du voyage culinaire.

L’outback et puis le reste…

Une terre rouge sang et un ciel sans nuage, bienvenue dans l’outback australien –comprenez tout ce qui est encore plus reculé que le bush et qui ne compte que 10% de la population australienne. Ici, la rudesse de la vie se lit sur les visages et dans les assiettes. Carte courte, plats plus riches que Cresus et quantités gargantuesques.

Si les menus se sont sensiblement améliorés ces quinzaine dernières années (mais pouvaient-ils être pires?), l’outback reste sans conteste le coin où l’on mange le moins bien en Australie.

Tartes à la viande de bœuf arrosées de sauce barbecue, ailes de poulets frites dans de la graisse ayant déjà trop servie sont au menu des réjouissances. Mais il existe –fort heureusement– quelques oasis culinaires dans ce désert  du goût. Il faut pour cela rouler 600 kilomètres en direction du sud en partant de Darwin et s’arrêter sur le bord de la Stuart Highway dans le plus vieux pub du pays, à Daly Waters. Lire la suite…

lire le billet