Pourquoi tant d’étiquettes “source de fibre”?

Que penser d’un paquet de céréales, d’un yaourt ou d’une bouteille de jus de pommes portant une étiquette «source de fibres»? C’est la question que se pose Amy Standen sur The Salt, le blog food de NPR.

John Swartzberg, prof de santé publique à l’Université de Berkeley, lui explique que nous avons tendance à rechercher des éléments à l’intérieur d’autres choses, donc par exemple des fibres dans un paquet de céréales. «Une sorte de pensée mystique» qui remonterait au XVIIIème siècle, époque où les marins britanniques se sont rendus compte qu’ils attrapaient moins le scorbut en mangeant des oranges… Et donc de la vitamine C.

De là aurait commencé notre passion pour les additifs alimentaires, comme les fibres. On s’est aperçu que des aliments isolés pouvaient prévenir, voire guérir des maladies. Comme par exemple la vitamine D contre le rachitisme ou l’iode contre les problèmes de thyroïde. Voilà pourquoi on se retrouve au supermarché avec des étiquettes vantant les mérites de tel ou tel élément composant un aliment, pour aller mieux ou prévenir un mal.

Pour revenir aux fibres, Amy Standen observe en rayon un pain blanc étiqueté comme «bonne source de fibre», fabriqué avec de la «fibre de canne à sucre» et de la «fibre d’avoine»… Des additifs qu’on ne trouve pas normalement dans le pain blanc. Et qui ajoutent la quantité de fibres nécessaire pour pouvoir légalement apposer la super mention marketing «bonne source de fibre»…

Lire la suite…

lire le billet