L’Union européenne fait le ménage dans les allégations de santé

Beaucoup de yaourts, biscuits ou encore boissons sont vendus avec des arguments marketing faisant appel aux bénéfices sur la santé. Ces produits sont censés renforcer les défenses naturelles de l’organisme, retarder le vieillissement de la peau ou favoriser le transit… Le Monde.fr explique que la Commission européenne a adopté une liste d’allégations de santé autorisées et interdites. De quoi y voir plus clair dans le bombardement de messages  parfois trompeurs?

A la demande d’associations de consommateurs, la Commission a donc passé au crible étiquettes, emballages et publicités présentant des messages pouvant prêter à confusion, pour répertorier les allégations «sur la base d’avis scientifiques solides». Ce processus a été lancé en 2008. Les Etats membres ont soumis une liste de 44 000 allégations, que la Commission a réduit à 4600. Toutes n’ont pas encore été examinées, l’examen se poursuit pour  plus de 2000 messages.

Au final, la liste comprend pour l’instant 222 allégations de santé qui seront autorisées dans les 27 pays de l’Union Européenne. Parallèlement, 1600 allégations ont été interdites.

Le site Quoi.info précise par exemple que Kinder va devoir changer l’argument de vente de ses barres chocolatées qui étaient censées aider les enfants à grandir… Pareil pour la boisson aux cranberries Ocean Spray, qui ne pourra plus se vanter de prévenir les infections urinaires.

Autre exemple, les professionnels de la filière laitière utilisent souvent l’argument selon lequel manger 3 produits laitiers par jour aide les enfants et les ados à rester minces. Pour les autorités européennes, l’expression «produits laitiers» est trop large pour que la formule soit recevable. Pareil pour l’Actimel de Danone, composé d’un ferment actif supposé protéger l’organisme. Les preuves de ce bienfait sont jugées pour l’instant insuffisantes.

Les fabricants utilisant des allégations interdites ont maintenant 6 mois pour changer les étiquettes et les pubs. Selon le Monde.fr, la Commission a précisé qu’ “à partir du début du mois de décembre, toutes les allégations qui ne sont pas autorisées ou à l’examen seront interdites”. Dans les pays membres, les autorités chargées de faire respecter la législation «pourront désormais s’appuyer sur une liste unique d’allégations, assorties des conditions de leur utilisation».

Photo: 果汁 超市/ Ben XU via FlickCC License by

Un commentaire pour “L’Union européenne fait le ménage dans les allégations de santé”

  1. Merci pour cet article :)
    Marie

« »