Pourquoi faisons-nous 3 repas par jour?


«On ne mange pas entre les repas», ou «trois repas par jour» font partie de ces phrases toutes faites que nous avons tendance à suivre sans vraiment y réfléchir. Pourtant, prendre trois repas par jour est une habitude parfaitement culturelle «qui ne repose sur aucun argument biologique», affirme Paul Freedman, professeur d’histoire à l’Université de Yale aux Etats-Unis et auteur de Food: The History of Taste (La nourriture: l’histoire du goût). Un article d’Alternet est consacré à ce rituel qui se perd de plus en plus.

Les humains ont besoin d’être rassurés par des habitudes, des rituels prévisibles, comme celui de prendre trois repas par jour, explique le professeur. Mais selon les époques, les milieux sociaux, le nombre de repas par jour varie. Un paysan européen au Moyen-Age «commençait par une bière, du pain le matin, puis emportait de la nourriture aux champs pour un repas conséquent qu’il prenait entre 2 et 6 heures ou même plus tard, selon son travail, la saison et multitude de facteurs»,  selon Freedman.

Aujourd’hui également, prendre trois repas par jour est de moins en moins la norme. Ce que nous mangeons, et les heures des repas sont en effet de moins en moins prescrits par les habitudes familiales, le rythme des collègues de travail mais davantage par nos goûts personnels et nos envies du moment. La perte progressive de cette habitude met donc en lumière la dislocation de phénomènes de société plus larges que sont la régularité du rythme de travail et le maintien des traditions au sein de la  famille.

Les résultats d’études récentes sur le lien entre le nombre de repas par jour et leur conséquence sur la santé et la diététique disent tout et son contraire. D’un côté, une étude du ministère de l’agriculture américain a conclu que prendre un gros repas par jour plutôt que trois normaux, diminuait l’absorption de graisse mais augmentait la pression sanguine. De l’autre, une étude de l’université de Maastricht montre que manger au moins quatre repas par jour diminue les risques d’obésité de 45%. Une étude de l’université d’Ottawa montre, au contraire que prendre plein de petits repas ne fait pas perdre de poids.

Les conclusions divergent autant, car elles dépendent également d’une multitude d’autres facteurs comme le contenu des repas en question, l’heure de la journée à laquelle il est pris. D’autres informations concernant le patrimoine génétique ou la fréquence d’exercice des personnes interrogées rentrent aussi en ligne de compte.

Alors plus la peine de culpabiliser d’avoir sauté un repas ou d’avoir picoré à un moment de la journée prendre 1, 3 ou 5 repas par jour est une question d’habitude culturelle.

Au delà de la fréquence des repas, leur déroulé peut également être un  rituel culturel. Le repas gastronomique à la française a ainsi été inscrit au  Patrimoine culturel immatériel mondial de l’humanité par l’Unesco en 2010. Comme nous l’expliquions à l’époque, l’Unesco estimait ainsi –à tort ou à raison– que le repas gastronomique est «un facteur important du maintien de la diversité culturelle face à la mondialisation». Le chef trois étoiles Guy Savoy avait alors commenté:

«J’espère que la France va montrer la voie pour que la planète entière prenne enfin conscience que les habitudes alimentaires représentent l’aspect culturel de toute nation.»

Photo: table dressée alexyra via Flickr CC License by

3 commentaires pour “Pourquoi faisons-nous 3 repas par jour?”

  1. Cet article aidera beaucoup à certaines pratiques qui deviennent une obligation.

    Merci
    DR CK

  2. Manger pour nourrir son corps ou manger pour ne pas grossir, ou idée actuelle se faire plaisir?
    Mettons-nous du carburant dans la voiture pour qu’elle fonctionne ou pour faire bien?
    Les études que l’article met en références proviennent des Etats-Unis, pays justement où manger est une perte de temps, pays où l’obésité est un problème préoccupant. Peut-on appliquer une telle étude en Afrique ou en Asie?
    Ce genre d’article est le reflet d’une société riche qui arrive à se poser les questions sur le bien fondé du rythme des repas.
    Tout dépend effectivement de la culture et du contenu de l’assiette. Partant du principe que nous sommes des Occidentaux qui avons évolué au travers d’un climat, d’un site géographique, de rites, de métiers, il s’avère que le rythme des 3 repas correspond à peu de choses près au temps de la digestion. Ne pas prendre l’effort que fournit le corps pour digérer, c’est déjà une erreur.
    Bref, on ne peut pas comparer les Occidentaux avec les Orientaux et les Asiatiques eu égard à leur niveau de vie, leurs habitudes alimentaires mais tous ont en commun qu’il faut manger sainement, en quantités raisonnables.
    Hamburgers, frites, sodas, sucreries, etc, etc ne sont pas des repas, ce sont des pansements aux maux que génèrent des frustrations. Il vaut mieux s’asseoir 20 mn, prendre son repas alors que son corps se repose et se détend, puis discuter que rester connecter sur internet et avoir des amis virtuels.
    Le corps en sera reconnaissant car jusqu’à preuve du contraire, les siècles passés ont été plus profitables que la période actuel en matière de découvertes sanitaires.

  3. Personnellement, selon mes périodes d’activité physique je passe de deux repas par jour à 4 … Tout dépend vraiment de ce qu’on fait la journée.

    Après, tant qu’on ne se prive pas de manger, tout va bien :)

« »